Teen Wolf RPG
Alpha, Beta ou Oméga, et vous que choisirez-vous ?


Forum fermé.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une nouvelle vie qui commence [ PV Jack Collins ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Une nouvelle vie qui commence [ PV Jack Collins ]   Ven 19 Sep - 19:07




Une nouvelle vie qui commence

Feat. Jack Collins



« Ne regardes pas en arrière les yeux plein de regrets ; Regarde plutôt en avant, les yeux plein d’espoir. »




- Maman, je range le grille-pain dans ce carton ? demanda une petite voix enthousiaste.

- Oui Noémie.


Voici comment se conclut l'ancienne vie des Johnson en Arizona, où ils ne leur resteraient plus que des souvenirs de leur maison, de la demeure où avaient grandi Aurora et sa sœur. Ils resteraient toutefois gravés à jamais dans leur mémoire. Cette tournure est plutôt maladroite je vous l'accorde, suggérant presque une funeste nouvelle. Mais rassurez-vous, il ne s'agissait là « que » d'un déménagement, malgré cela un tel changement pouvait changer une vie. Bien que la Californie bordait l'Arizona, ils changeaient tout de même d’État. Ils partaient le cœur léger mais non sans inquiétude. Âmes insouciantes du fait qu'ils ne regrettaient nullement ce choix de départ, ils avaient des amis ici mais ils n'étaient pas du genre à trop se prendre la tête ou à se montrer trop matérialistes. Ces gens si simples s'accommodaient avec une facilité déconcertante aux événements perturbants en terme de biens, en termes de famille c'était bien différent. Ils se retrouvaient désemparés face au comportement étrange et agressif de leur aînée et étaient dépassés par les événements. D'ailleurs, c'est bien cette raison qui fut à l'origine de leur départ, conjuguée à la triste nouvelle qui les avait chamboulé.

Les émotions ressenties par chacun variaient. Kathleen fut abattue pendant plusieurs jours à cause de la mort de son père mais rassurée de pouvoir être présente pour sa mère. Oliver, quant à lui, éprouva bien évidemment de la tristesse, mais il était satisfait de déménager et espérait sincèrement que la « crise » - il ne savait pas comment la qualifier - qu'endurait sa fille n'était que passagère et que ce changement d'air lui ferait le plus grand bien. L'avantage pour tous deux est qu'ils avaient déjà la certitude de ravoir un travail dans l'immédiat. Le père avait contacté un cabinet d'orthophonie et il s'avérait justement que la personne qui le gérait cherchait un nouveau collègue. Son expérience, son sérieux et sa sympathie lui permirent d'obtenir le poste sans même passer d'entretien d'embauche. Le patron verrait bien sur place s'il le garderait effectivement ou non. Kathleen pu obtenir un entretien d'embauche dans un magasin de vêtements à nouveau, elle devait s'y présenter le lundi. Cela faisait déjà une bonne nouvelle qui diminuait la noirceur du tableau.
Noémie fut balancée entre la joie et la tristesse. Une certaine tristesse éprouvée du fait qu'elle allait devoir quitter tous ses amis - et à cause du décès de son grand-père mais cela est une évidence - , et de la joie car cela s'avérait plutôt excitant de déménager, de découvrir un autre univers et de nouvelles personnes. C'était une fille pleine de vie, tout comme le fut Aurora, jadis. Elle s'habituerait rapidement et sans mal à leur nouvelle vie. Elle avait même déjà quelques petits projets.

- Maman, j'ai regardé sur Internet, il y a un centre équestre qui semble vraiment pas mal à Beacon Hills ! On pourra aller voir ?

- Ne commences pas à m'embêter avec ça s'il te plaît, s'agaça sa mère.


Tout comme sa grande sœur, Noémie faisait de l'équitation et elle ne comptait pas arrêter. D'ailleurs, son cheval préféré du centre équestre où elle montait en Arizona allait davantage lui manquer que la plupart de ses amis, ce qui n'est pas peu dire. Aurora, hélas, avait du mettre un terme, tout au moins temporaire, à la pratique de ce sport suite à un surplus de travail scolaire. Cette année elle s'organiserait mieux et reprendrait. Enfin, non, ça ce fut ses projets à elle avant qu'elle ne devienne un loup-garou, dès lors que ce terrible incident survint, ce fut complètement absent de ses pensées. Tout comme son avenir. Elle estimait ne plus en avoir.

- Eh maman, on pourrait avoir un chien ! Comme ça quand nous sommes en cours et vous au travail, mamie ne sera pas seule ! poursuivit Noémie.

Tous les prétextes étaient bons quand il s'agissait d'animaux. Les deux sœurs les adoraient. Elles avaient un chien étant plus jeunes, un Golden Retriever, mais il décéda des suites d'une maladie à l'âge de 9 ans. Cela faisait maintenant 5 ans mais pas deux mois ne passaient sans que Noémie parle de chiens. « Tu as vu comme il est beau le chien là-bas ? » , « Tu as vu la vidéo du chien qui fait le mort sur Internet ? » . Et cela enquiquinait sérieusement ses parents par moment.

- Rho, on verra ! répondit sèchement Kathleen pour que sa fille arrête de la tanner avec ça. Aides nous à transporter les derniers cartons plutôt.

Elle et son mari aimaient beaucoup les animaux également mais ils savaient que c'était du travail de s'en occuper et que lorsque l'inévitable arrivait, c'était toujours très difficile... Mais elle réfléchissait sérieusement dorénavant à en adopter un nouveau car ce que disait sa fille n'était pas faux. Sa mère ne serait pas seule et inversement. Et peut-être qu'un nouveau compagnon améliorerait la santé psychique d'Aurora. Une passion aidait bien souvent à aller mieux et à passer outre les tracas.

Le dernier carton fut fermé et placé dans le camion. Enfin ! Ils avaient commencé depuis deux jours, s'activant avec une énergie débordante et cela leur avait pris malgré tout énormément de temps. Il était tout juste 8h15 du matin, mais la route allait être longue alors ils préféraient partir de bonne heure.
La petite famille était dehors, discutant avec les voisins pour leur dire au revoir précipitamment, ce qui suscita une curiosité malsaine de leur part. Ce départ brutal et soudain les laissait perplexes. Seul le décès du grand-père fut donné comme explication, rien au sujet des problèmes que traversait Aurora. Et c'en était mieux ainsi. Au moins ça ne jaserait pas dans leur dos. Enfin après tout, ça aurait pu leur être égal puisqu'ils ne reverraient sans doute plus ces têtes là, mais ça ne les regardait pas. Simple principe.
Aurora, elle, se trouvait encore dans la maison. Elle se tenait au milieu de la pièce qui fut auparavant sa chambre. Elle la parcourut du regard, respirant profondément comme pour s'imprégner des derniers bons souvenirs qui lui restaient ici, s'efforçant de ne pas songer à sa nouvelle nature pour une fois. « Adieu l'Arizona et le bonheur, bonjour Beacon Hills et les malheurs » , cette phrase résonna dans son esprit, sans qu'elle ne le veuille vraiment. Car elle seule savait ce qui lui était arrivé, à quoi était dû son nouveau comportement et que rien ni personne ne pourrait l'aider.
Elle déambula dans les autres pièces, une à une, se tenant au mur, incertaine. Sa main se baladait sur le mur comme si elle cherchait à revivre dans son esprit les bons moments qu'elle avait vécu ici. Songeuse, elle ferma les yeux et se laissa guider par ses pas. Elle les rouvrit quelques secondes plus tard, lorsqu'une voix provenant de l'extérieur la ramena durement à la réalité.

- Aurora, tu viens, il faut partir ! déclara son père.

Elle ne répondit rien, se contentant de sortir de la maison silencieusement. Elle remarqua que le camion n'était plus là, il était déjà en route pour la Californie.

- Au revoir Aurora, firent les voisins.

- Au revoir, répondit-elle poliment avec un faible sourire forcé.

Les deux adolescentes montèrent à l'arrière de la voiture tandis que les parents se placèrent à l'avant. Le moteur démarra dans un vrombissement et la voiture commença à s'éloigner de la maison. Aurora se retourna pour jeter un dernier regard en direction de son ancien habitat, laissant peut-être là toute sa gaieté passée, sa joie de vivre et son sourire angélique. Terminé avec Drew et avec le fou qui avait changé à jamais sa vie, enfin ce qu'il en restait. Elle ne les verrait plus, ou tout au moins elle l'espérait au plus profond de son âme. Elle n'avait pas oublié que l'Alpha avait failli la tuer et que si son chemin recroisait celui de celle qu'il avait transformé, il terminerait son travail. Et si ça se trouve, malgré que ce soit un acte purement égoïste, il sauverait peut-être des vies, car elle s'avérait être un danger. Elle en avait parfaitement conscience et ça la détruisait petit à petit.

Le voyage ne fut pas des plus agréable. Je pourrais même dire qu'il fut particulièrement pénible. La chaleur, les bouchons, mais surtout une certaine gêne dans l'atmosphère. Et elle était due à Aurora. C'était le silence total dans la voiture. Habituellement, en famille, tout le monde se trouvait joyeux et bavardait à ne plus s'entendre, mais pas aujourd'hui. Même Noémie, la plus loquace des quatre, restait muette. La seule chose positive fut les différents types de paysage traversés qui furent plaisants à observer.
Le trajet sembla interminable et pour cause, il dura 13h avec une pause. Ils arrivèrent chez Susan à 21h30. Bien qu'il soit parti avant eux, le camion n'était toujours pas arrivé. Logique puisqu'il ne pouvait pas rouler aussi rapidement qu'une voiture. De toute manière le dimanche serait consacré au déballage de tous les cartons.

La grand-mère fut ravie de voir sa famille arriver et l'accueillit à bras ouverts. Elle tenta de dissimuler sa confusion à sa petite-fille mais celle-ci la perçu malgré tout. Je ne saurais vous dire si ce fut par manque de délicatesse de sa grand-mère dans sa tentative de cacher son sentiment ou bien grâce à ses sens de loup-garou.
Ils n'eurent pas besoin de visiter leur nouvelle demeure puisqu'ils y avaient déjà passé de nombreuses vacances. La découverte qu'il ferait serait celle de Beacon Hills car ils avaient toujours préféré visiter les villes alentours qu'ils jugeaient plus attractives et touristiques. Avec sa vaste forêt, cet endroit avait un côté sauvage. Cela ne différait pas radicalement de l'Arizona, connue pour ses paysages désertiques.

La journée du dimanche sembla s'écouler en un instant. Les voisins de Susan étaient fort sympathiques et aidèrent à retirer tous les cartons du camion et à ranger les meubles et objets qu'ils avaient gardé. Heureusement le tout fut bouclé le week-end. Kathleen allait pouvoir se concentrer sur son entretien d'embauche et finaliser l'inscription scolaire des deux adolescentes. Elle avait déjà pris contact avec le collège et le lycée de Beacon Hills, il ne manquait plus qu'à fournir quelques documents.

Le lendemain, lundi donc, Kathleen partit de bonne heure. Elle appela son mari vers 11h30 pour lui annoncer une bonne nouvelle ; elle était embauchée. Elle se rendit ensuite au collège et y déposa les derniers papiers nécessaires à l'inscription de Noémie, qui ferait sa rentrée demain. Sachant sa fille ouverte et chaleureuse, elle se douta qu'elle trouverait rapidement quelqu'un pour l'aider à rattraper la semaine de cours qu'elle avait loupé.
Elle passa ensuite au lycée. Elle donna les derniers papiers à la scolarité et en profita pour avertir les CPE du comportement de sa fille, bien qu'elle en avait déjà touché un mot au téléphone. Ces derniers lui assurèrent que tout se passerait bien. Elle rentra chez elle et s'occupa le reste de sa journée, tandis qu'Aurora arrangeait sa nouvelle chambre, le regard vide.

Le mardi signifiait jour de la rentrée pour les deux filles. Kathleen déposa d'abord Noémie, l'encourageant bien que cela ne soit pas nécessaire, sa fille fermant la portière de la voiture alors que sa mère n'avait même pas eu le temps de finir sa phrase.

- Eh ben, elle est vraiment contente de retourner en cours ! s'amusa celle-ci.

- Oui... se contenta de dire Aurora d'une voix morne.

- Tout se passera bien pour toi aussi, ne t'en fais pas, la rassura Kathleen d'une voix douce.

Mais la louve soupira et afficha un rictus d'ironie. Lorsqu'elle arriva au lycée, elle le regarda. Quelle agitation. Plein d'élèves se tenaient là, attendant que les cours commencent mais surtout qu'ils se terminent.

- Tu dois aller à la scolarité, ils t'indiqueront ensuite où tu devras aller, indiqua sa mère.

- D'accord, merci.

Aurora ouvrit la porte et sortit de la voiture en baissant les yeux, voulant passer totalement inaperçue. Elle n'avait sans doute pas besoin d'en faire autant. Vu la foule, elle ne se ferait pas remarquer.

- Bonne journée ma chérie.

- Toi aussi maman.

Et elle claqua la portière, quittant le calme pour entrer dans le monde extérieur, se séparant définitivement de son cocon protecteur. Elle se sentait mal, totalement angoissée, mais elle parvenait par je ne sais quelle force à ne rien laisser paraitre.
La pleine lune n'était pas pour tout de suite et heureusement car les brouhahas qui lui parvenaient aux oreilles étaient des plus abominables. Son entrée dans le lycée la soulagea, tout semblait bien plus calme à l'intérieur alors que de nombreux élèves discutaient. Mais comparé à l'extérieur, cela pouvait s'apparenter à un silence. Elle demanda à un surveillant où se trouvait la scolarité. Fort aimable, celui-ci l'amena à bon port. Elle le remercia et se présenta aux CPE.

- Bonjour, excusez-moi de vous déranger, je suis Aurora Johnson, je viens d'arriver et ma mère m'a dit que je devais passer ici, se présenta-t-elle.

- Ah bonjour mademoiselle Johnson, bienvenue parmi nous, répondit une femme âgée d'une trentaine d'années. J'espère que votre déménagement s'est bien passé.

- Oui, merci.

- Bien, alors voici votre emploi du temps avec le nom de vos professeurs. Vous vous retrouvez dans une bonne classe. Il faut que vous alliez voir votre professeur principal qui se trouve dans son bureau, vous le trouverez au 1er étage, bureau 103.

Voilà qui était succinct.

- Je vous remercie, dit Aurora en quittant le bureau pour rejoindre celui de son professeur principal.

Elle emprunta les escaliers pour se rendre au 1er comme lui avait indiqué la CPE puis chercha le bureau 103, qu'elle trouva facilement grâce aux indications sur les murs. La porte était ouverte et elle vit deux hommes discuter, l'un âgé d'une quarantaine d'années et l'autre d'une vingtaine d'années. Suivant sa logique, elle se dit que le plus âgé devait sans doute être son professeur principal. Elle hésita à toquer, ne souhaitant pas les déranger. Mais les deux levèrent les yeux vers elle.

- Bonjour mademoiselle, dit poliment le plus âgé des hommes d'une voix plutôt grave.

- Bonjour, excusez-moi de vous déranger, je suis Aurora Johnson, la nouv...

- Ah oui vous voilà ! s'enthousiasma le professeur sans même laisser le temps à l'adolescente de finir sa phrase. Entrez donc !

Elle s'avança d'un pas hésitant et resta figée une demi-seconde. Une sensation étrange la parcourut, sans qu'elle puisse en déterminer l'origine. Instinctivement, sans qu'elle ne contrôle vraiment son action, son regard se posa sur le jeune homme. Il avait les cheveux bruns et un regard noir mais ce qui la perturba vraiment fut la cicatrice sur sa joue droite. Consciente de son impolitesse à détailler un individu de la sorte, elle s'empressa de détourner le regard pour fixer son professeur principal tout en s'approchant de lui.

- La CPE m'a donné mon emploi du temps, expliqua l'adolescente.

- Ah très bien, il faut que je vous donne votre carnet de correspondance, dit-il en fouillant dans sa sacoche. Ah mince, j'ai du le laisser avec mes autres documents dans la salle où j'ai cours après. Je vais vous le chercher.

Le professeur joignit l'acte à la parole et quitta la salle. Aurora sentait un étrange malaise et baissa ses yeux pour fixer le sol.

©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une nouvelle vie qui commence [ PV Jack Collins ]   Lun 22 Sep - 3:57