Teen Wolf RPG
Alpha, Beta ou Oméga, et vous que choisirez-vous ?


Forum fermé.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une arrivée... fracassante!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nelly Taylor

avatar

Alias : The Intrepid Discoverer
Messages : 54
Dollars : 68
Date d'inscription : 10/11/2014

MessageSujet: Une arrivée... fracassante!   Sam 29 Nov - 20:29



Une arrivée.. fracassante!
ft. Nelly Taylor et Sheriff Stilinski  



Une arrivée... fracassante!
Nelly Taylor & Sheriff Stilinski


Je détaillais chaque personnes autour de moi, tandis que personne ne faisait attention à moi. Tant mieux d'ailleurs. A cet instant même, je n'étais qu'une jeune fille marchant dans la ville comme tant d'autres... Je marchais d'un pas rapide et assuré. D'une part parce que j'avais froid, et d'autre part, je dois bien avouer que j'avais hâte. J'allais enfin pouvoir découvrir le métier de la police, et surtout, utiliser mes dons et mes capacités à leur service. Mais surtout, j'avais enfin trouvé le bon endroit, et le bon maître de stage, du moins ca en avait tout l'air... J'arrivais enfin devant le commissariat, qui n'était pas difficile à repérer. Je vérifiais une dernière fois mon apparence dans la vitre de l'entrée. J'avais légèrement dégagée mon visage, et mon maquillage était des plus discret : juste un peu de fond de teint et de mascara, qui se voyait à peine. Pour la tenue, j'avais opté pour quelque chose de simple, mais pas trop classique non plus, ce n'était pas dans les affaires : des ballerines noires, un slim de couleur foncé, un t-shirt uni et une veste simple, dessous mon manteau. Je poussais la porte d'entrée, satisfaite, et me présentais à l'accueil? Je demandais à parler au shérif et je fus surprise que l'on me guida immédiatement à son bureau. Je les suivais donc avec impatience. Le commissariat n'étais pas très grand, mais je trouvais qu'il faisait tout de même son effet, peut être à cause de l'atmosphère qui y régnait... Le policier s'arrêta devant une porte qui signalait le bureau du shérif et me fit signe d'attendre. Il adressa quelques mots au shérif, avant de m'autoriser à entrer. Je savourais les derniers instants qui séparait celle que j'étais, et celle que j'allais devenir. J'avais bien conscience que ma vie allait totalement changé et que je ne pourrais pas retourner en arrière. Mais c'est ce que je voulais, et ca me paraissait être mon devoir... quoi que pourrait en dire ma mère.

J'entrais dans le bureau, et saluais poliment le shérif, assis à son bureau. La trentaine passé, les yeux bleus, les cheveux blond foncé, le visage sérieux et soucieux, il avait l'air d'un homme qui savait ce qu'il faisait. Il me fit signe de m'assoir. Je me présentais amicalement, avant de lui présenter mon CV. J'avais déjà effectué plusieurs stages dans des commissariats mais ce que je voulais moi, c'était de l'action! Et il y avait l'air d'en avoir ici... Enfin ça, on en parlerais plus tard. Je lui présentais également ma lettre de motivation, dans laquelle je n'avais pas omis de préciser mon fort caractère et les différentes activités physiques que je pratiquais. Bon d'accord, au premier abord, je ne paraissait pas très costaud, mais c'était une grave erreur de le penser... Je lui souris aimablement et répondais à toutes ces questions sans aucune hésitation. Bizarrement, j'avais déjà confiance en lui, et j'étais déjà sûr que je pouvais me tourner vers lui pour lui proposer mon aide. Il n'était ni froid, ni amicale, il était franc et simple... Comme moi.

Un son à peine perceptible attira soudain mon attention. Un bruit d'eau qui ruisselait lentement, dans un rythme régulier. Je regardais autour de moi, cherchant la provenance de ce son. Ce qui était stupide, pourquoi de l'eau goutterait ici? Puis des murmures, ou plutot des gémissements sourds, montèrent progressivement, couvrant peu à peu la voix du shérif. Je compris immédiatement que ces sons étranges provenaient de ma tête, et de nulle part ailleurs. Mais ce n'était vraiment pas le moment! Même si c'était important, je le savais depuis longtemps, je ne pouvais de toute façon rien faire pour le moment. Et puis, je tenais vraiment à le faire ce stage... Il fallait que je les oublies, que je me concentre sur le shérif pour qu'ils disparaissent. Rien à faire, les voix continuaient, s'amplifiaient encore, m'envahissant lentement. Je me rendis compte que mon malaise devait se lire sur mon visage, car le shérif me regardait avec une expression intrigué. Je fis donc mine de chasser une mouche, mais je ne m'aperçus que trop tard que j'avais l'air encore plus ridicule. Il fallait vraiment que je trouve un moyen de me reprendre. Je ne pouvais pas me justifier et tout lui débaler comme ca, maintenant. Un crissement aigu, un peu comme 2 métaux qui se frottent l'un contre l'autre, me fit soudain sursauter. J'avais envie de hurler, et de courir hors de la pièce, de m'isoler. Mais je ne pouvais pas me le permettre, j'avais déjà l'air assez ridicule comme ca... Je fuyais le regard du shérif, embarrassée. J'entendais même mon coeur s'accélérer et ma respiration devenait irrégulière, et fort bruyante. Mes yeux se fermèrent d'eux-même. Grave erreur. Cela ne fit qu'amplifier les sons, bourdonnants désormais avec force autour de moi. Mes doigts s'accrochèrent  au bord du bureau, comme si je voulais m'agripper, inconsciemment. Je me sentais tourner, et je n'entendais plus aucun autres sons que ceux-ci. Je n'étais déjà plus parmi le monde réel... Je me sentis basculer au sol. Un visage ou se confondait la sueur et l'eau m'apparut, déformé par la terreur...

made by lizzou

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
 


Dernière édition par Nelly Taylor le Sam 17 Jan - 16:20, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une arrivée... fracassante!   Lun 1 Déc - 10:15



Une arrive fracassante.

Le poste de police ne désemplissait pas. On avait à faire à une recrudescence de vol. Car bien entendu hormis les affaires surnaturelles, Beacon Hills ne dérogeait pas à la règle des  villes de son ampleur. Comme ailleurs, nous avions notre lot d’incivilité et d’autres crimes plus grave. Autant dire que chaque agent était bien occupé. La veille, j’avais reçu ce nouveau garde forestier, Sam Ildanach qui s’était révélé être un druide. J’espérai que sa collaboration irait dans le bon sens et cela sans empiéter sur les prérogatives de chacun des protagonistes. Toutes ces personnes impliquées dans le surnaturel avaient souvent un fort caractère. Il ne suffisait de pas grand-chose pour que l’un d’eux ne se sente offensé. Et ce Sam Ildanach me semblait un peu croire qu’il allait à lui seul gérer les problèmes du coin sans tenir compte des gens qui le faisaient déjà.

Pour l’heure, je relisais le CV et la lettre de motivation d’une jeune fille qui avait demandé à faire un stage dans mes services. Nelly Taylor semblait être vraiment intéressée par la profession, car ce n’était pas son premier stage dans la police. On avait besoin de jeunes motivés, le métier pouvait sembler attractif aux premiers abords à cause des séries télé, mais ce que celles-ci ne montraient pas, c’était tout le côté fastidieux de la profession. Pour chaque pas fait dehors, il devait y avoir un rapport. J’espérai que cette jeune femme n’idéalisait pas trop ce futur métier avec de l’action comme dans les films. Le quotidien était plutôt morne. Je relevai la tête en entendant frapper à la porte de mon bureau. Le planton m’indiqua que la jeune stagiaire était arrivée. Un œil sur la pendule me montra qu’elle était parfaitement à l’heure. Nelly Taylor gagnait un point pour sa ponctualité.

J’invitai la jeune femme à s’assoir. Elle était vêtue simplement, ce qui me plut. Il n’y a pas de place pour des effets d’apparence dans ce métier. Et cela montrait également qu’elle se concentrait sur la tâche à faire et non sur sa personne. Nouveau bon point. Je repris point par point son CV, lui demandant des détails et des précisions. Nelly répondit avec calme et assurance. Je commençais à avoir un bon à priori sur la jeune femme. Elle semblait faire partie de ces gens qui veulent vraiment aider leur pays. Je lui précisai qu’elle ne devait pas s’attendre à être affecté à une unité mobile. En tant que stagiaire, elle n’aurait pas droit au port d’arme. Et que de toute manière, pour les affaires délicates, on s’en référait aux plus anciens. Nelly serait donc principalement basée au poste de police. Je réfléchissais tout de même à lui trouver des misions où elle pourrait accompagner un agent. Nelly se montra compréhensive, bien que visiblement un peu déçue de ne pas être en première ligne. Son impatience, liée à sa jeunesse, me fit sourire. J’avais été pareil au même âge, je comprenais donc son envie d’en découdre rapidement. Avec l’âge et l’expérience, on finit par se dire que ce n’était pas plus mal de devoir rester au poste par manque « d’évènements ».

Soudainement, je m’aperçus que l’attention de la jeune femme était perturbée. Elle semblait comme être ailleurs, puis redevenait présente. J’eux à peine le temps de contourner mon bureau pour la rattraper alors qu’elle chutait de sa chaise. Malaise vagal ? Ses yeux bougeaient sous ses paupières closes. Elle semblait oppressée, je dégageai légèrement sa veste autour de son cou. Tout en appelant à l’aide, je l’appelais doucement.

« - Mademoiselle Taylor ? Vous m’entendez ? »

Une impression de déjà-vu me saisit. J’espérai que la jeune femme se remette et que l’on ait pas besoin de la faire emmener aux urgences.


© Fiche codée par Nîniel

Revenir en haut Aller en bas
Nelly Taylor

avatar

Alias : The Intrepid Discoverer
Messages : 54
Dollars : 68
Date d'inscription : 10/11/2014

MessageSujet: Re: Une arrivée... fracassante!   Ven 19 Déc - 16:59



Une arrivée.. fracassante!
ft. Nelly Taylor et Sheriff Stilinski  



Une arrivée... fracassante!
Nelly Taylor & Sheriff Stilinski


Progressivement, les images devinrent flou, et les sons cessèrent, pour ne devenir qu'un léger bourdonnement. Je retrouvais lentement mes sens. Mon corps semblait reprendre vie peu à peu, comme si mes membres refaisait surface. J'entendais les pulsations de mon coeur, régulières, mais rapides et sentait ma poitrine se soulever au rythme de ma respiration. Une voix couvrit le bruit de fond de ma vision, même s'il n'y avait aucune cohérence dans les mots, je en les comprenais pas. Et enfin, la lumière traversa lentement mes paupières et je pus ouvrir les yeux. Le shérif était près de moi, et c'était surement grâce à lui que je ne n'avais pas percuté le sol. Je lui murmurais un merci à peine audible, en le fixant dans les yeux. La tête me tournait encore un peu mais ce n'était pas le plus dérangeant... Que devait penser le shérif de moi maintenant? Et qui voudrait d'une jeune fille qui s'évanouit ainsi dans la police? Je me réinstallait sur ma chaise et passait ma main dans mes cheveux, vraiment embarrassée.

- "Je suis désolée je... ça va, je... Je n'ai rien..." Balbutiais-je.

C'étais bien la première fois que je me retrouvais aussi embarrassée. Moi qui d'habitude savait exactement ce que je voulais, toujours pleine d'assurance, de volonté et toujours intrépide, je faisais là une bien piètre impression. A tel point que j'en eus honte. A cet instant même, je n'avais qu'une envie, m'enterrer sous terre... Ou bien remonter le temps pour tout recommencer à zéro, et annuler cet "accident". Dire que j'étais arrivé motivée, prête à tout pour obtenir ce stage, pleine de bonne volonté et maintenant... Je me mordis les lèvres. Comment pouvais-je me justifier à présent? Lui dire la vérité? N'allait-il pas me prendre réellement pour une cinglée après ça? S'éclipser pour lui en parler une autre fois? Qu'est ce que ça changerait? Comment rattraper le coup? Et lui, qu'allait-il faire maintenant? Me renvoyer chez moi? Me demandez des explications? Qu'allais-je bien pouvoir lui répondre... Non, inventer quelque chose serait certainement la pire des choses. C'est alors que la chance me sourit... Le téléphone du shérif sonna et lorsqu'il décrocha et que j'entendit la voix à l'autre bout du fil puisqu'il y avait le haut parleur, j'eus le tilt. Un jeune adolescent avait disparu depuis quelques heures. C'était celui que j'avais vu dans ma vision! J'en étais certaines, mes dons ne pouvait pas se tromper... Si je l'avais vu à cet instant même, c'était bien pour une raison. C'était peut être un peu rapide mais tant pis, je pouvais les aider, et peut être le sauver. J'essayais de remettre dans l'ordre tout ce que j'avais vu, et entendu... Les égouts! C'était les égouts!

- " Je sais où il est! " m'écriais-je. Puis devant l'air ahuri du chérif, je repris : "Je sais que ça peu paraître vraiment invraisemblable mais... Je vous expliquerais ensuite c'est promis mais faites moi confiance. Je sais où il est et on peut peut être encore le sauver. Il est dans les égouts... Je... Faites moi confiance. "

J'avais parlé vite, non seulement parce que j'étais encore embarrassée, mais aussi parce qu'il fallait faire vite.

made by lizzou

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
 


Dernière édition par Nelly Taylor le Sam 17 Jan - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une arrivée... fracassante!   Mar 23 Déc - 16:08



Une arrive fracassante.

C’est avec un soulagement non dissimulé que je vis la jeune femme reprendre conscience. De la couleur revint sur ses joues pales et ses yeux papillonnaient.

Toutefois elle restait faible. Elle me balbutia un merci et peina à se relever avec mon aide. Alors qu’elle se réinstallait sur sa chaise, je lui cherchai un verre d’eau et ouvris un peu la fenêtre pour lui donner un peu d’air frais. Cette jeune femme me semblait bien trop fragile pour le métier qu’elle convoitait. C’est difficile de trouver des jeunes vraiment intéressés par le métier, et cela me désolait de devoir la décourager. Elle pourrait toujours faire son stage ici, puisque tous les papiers étaient déjà faits. Mais elle n’avait pas sa place dans un poste de police où la vie était parfois mouvementé comme en témoignais mon diplôme lacéré de shrapnel que j’avais fraichement ré-encadré après l’explosion qui avait couté la vie à un de mes gars. Mon téléphone sonna, je décrochai avec un geste d’excuse auprès de la jeune femme. La voix d’un de mes adjoints brailla dans le haut-parleur que j’avais oublié d’éteindre. Un adolescent avait disparu dans des conditions suspectes, sa famille craignait le pire. A la radio, j’informais les unités de la description du jeune homme.

« - Je sais où il est ! »

Je levai des yeux étonnés sur la jeune stagiaire que j’avais oublié le temps de quelques instants. Je commençais à secouer la tête, visiblement la jeune femme voulait se rattraper sur sa défaillance récente et…

« - Je sais que ça peut paraître vraiment invraisemblable mais... Je vous expliquerais ensuite c'est promis mais faites-moi confiance. Je sais où il est et on peut peut-être encore le sauver. Il est dans les égouts... Je... Faites-moi confiance. »

J’allai lui rétorquer qu’elle ne connaissant pas ce jeune homme et qu’elle ne pouvait donc pas savoir où il se trouvait si sa propre famille était dans l’ignorance. Puis j’aperçus son regard. Nelly Taylor était persuadée de ce qu’elle disait. J’avais déjà aperçu cette lueur dans les yeux de… Lydia. Ce pourrait-il que ? S’il y a bien une chose que j’ai apprise depuis peu à Beacon Hills, c’est d’accepter toute aide, même si celle-ci est farfelue, voir surtout si celle-ci est farfelue.

« - Très bien Mademoiselle, vous allez venir avec moi dans ma voiture de patrouille et vous me montrez le chemin. Par contre je vous demande de ne commettre aucune imprudence. Une fois sur les lieux, vous restez derrière moi. »




© Fiche codée par Nîniel

Revenir en haut Aller en bas
Nelly Taylor

avatar

Alias : The Intrepid Discoverer
Messages : 54
Dollars : 68
Date d'inscription : 10/11/2014

MessageSujet: Re: Une arrivée... fracassante!   Mar 30 Déc - 16:10



Une arrivée.. fracassante!
ft. Nelly Taylor et Sheriff Stilinski  



Une arrivée... fracassante!
Nelly Taylor & Sheriff Stilinski


A la façon dont le shérif me fixa et secoua la tête après mon affirmation, je sus qu’il devait réellement me prendre pour une folle cette fois et que je ne l’avais pas convaincu. D’un autre côté il n’avait pas tout à fait tort, c’était invraisemblable, j’étais bien placé pour le savoir. Mais il fallait pourtant que je parvienne à les emmener là-bas, il le fallait coûte que coûte. J’étais venu poster ici pour cela-même, autant commencer tout de suite. C’était une question de vie ou de mort, et tout reposait sur moi maintenant, même s’il l’ignorait encore. Mais comment le convaincre ? M’étais-je trompé de personne, ne serait-il jamais capable de comprendre ? Je le fixais dans les yeux, intensément. Parce que je savais que le regard en disait très souvent bien plus que les mots eux-mêmes, surtout dans ce genre de situation. Et à mon grand soulagement, comme si un courant passait soudain entre nous, grâce à cet échange silencieux, l’expression du shérif changea.

-« Très bien Mademoiselle, vous allez venir avec moi dans ma voiture de patrouille et vous me montrez le chemin. Par contre je vous demande de ne commettre aucune imprudence. Une fois sur les lieux, vous restez derrière moi. » Annonça-t-il très sérieusement.

Si la situation n’avait pas été si grave, j’aurais le sourire le plus épanoui que je n’avais jamais eu. Une belle victoire, et cela d’un seul regard… On me disait souvent que j’avais un beau regard mais alors là ! Enfin, rien n’était encore joué, il ne fallait pas s’en arrêter là… Dans un premier temps, se montrer professionnel malgré tout. Ensuite, réussir à les amener jusque là-bas, trouver le jeune homme à temps et le sauver… Et dernièrement, expliquer le pourquoi et le comment de la chose au shérif. Ce qui serait certainement le plus difficile.

-« Merci monsieur Stilinski. Evidemment, j’ai l’habitude vous savez. » Répondis-je simplement, sur le même ton.

J’étais presque sûr que je ne respecterais pas ses recommandations, ce serait plus fort que moi, et pas seulement de par mon caractère… J’enfilais ma veste et le suivais sans plus attendre. Lorsque je m’installais à ses côtés dans sa voiture, je réalisais que c’était peut-être le bon moment… Nous étions seuls, et nous devions à partir de ce moment avoir confiance l’un en l’autre. Lui devait avoir confiance en mes indications et moi en ses recommandations. Il fallait de toute façon bien qu’il le sache à un moment où un autre… Alors que je me tournais vers lui et m’apprêtai à lui avouer calmement la situation, je me ravisais soudain. Finalement, ce n’était ni le lieu, ni le moment pour des confidences… Premièrement, ça pourrait être dangereux en conduisant et deuxièmement, dans le feu de l’action, parce qu’il fallait faire vite, il ne serait certainement pas des plus attentifs. Et puis, il y avait plus important pour le moment.

Quelques instants plus tard, parce que le shérif Stilinski roulait vite et remarquablement bien, nous arrivâmes sur les lieux, aux égouts. Je sortis de la voiture sans plus attendre. Il fallait maintenant faire preuve de logique : il ne pouvait pas être dans un endroit que tout le monde connaissait, et où il risquerait d’être vu ou entendu… Il ne devait donc pas être juste en dessous de la rue, mais plutôt dans un endroit plus reculé. Toute créature qui soit l’auteur de cette disparition, elle avait du courage... Je m’isolais un peu et fermais les yeux discrètement, en espérant que le shérif ne s’en apercevrait pas. J’essayais d’oublier le grondement des voitures et les voix des policiers. Puis de visualiser les égouts, d’imaginer le chemin du criminel et les sons. Ca y est, j’avais presque l’impression de voyager dans le temps et de quitter le monde réel. Un couvercle métallique qu’on ouvre : une bouche d’égout évidement. L’eau, les bruits métalliques. Un roulement sourd, sur du métal… un train ! Et enfin un éclaboussement. J’ouvris les yeux. Il n’y avait pas une minute à perdre. Ils comptaient sur moi, tous… enfin, façon de parler. Je m’approchais du shérif. Je voulais que lui seul entende. C’est à lui que j’avais décidé d’accorder ma confiance, et tant pis si je m’étais trompé. Non, je ne m’étais pas trompé, j’en étais certaine. Je plongeais mon regard dans le siens, avec la même intensité que plus tôt dans son bureau.

-« Où les égouts sont-ils en dessous d’un train, à proximité ? C’est là-bas qu’il se trouve… Faites-moi encore confiance je vous assure que c’est la vérité. » Lui murmurais-je lentement.

Les mots étaient venus d’eux-mêmes, et j’espérais seulement qu’ils ne me feraient pas défaut. J’espérais qu’une fois encore, ce quelque chose passerait entre nous, et qu’il comprendrait.

-« Je vous expliquerais ensuite c’est promis. » Ajoutais-je gravement, toujours aussi doucement.

made by lizzou

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
 


Dernière édition par Nelly Taylor le Sam 17 Jan - 16:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une arrivée... fracassante!   Sam 3 Jan - 14:59



Une arrive Fracassante

On fit le trajet en silence. La jeune femme me donnait de temps en temps la direction à prendre. Le ton de sa voix était grave et concentré.

« Merci monsieur Stilinski. Évidemment, j’ai l’habitude vous savez. » M’avait-elle dit avant de partir.

Je n’avais rien répliqué. Car malheureusement j’en connaissais d’autres aussi jeunes qu’elle voir plus jeunes qui eux aussi « avaient l’habitude ». Cet état de fait ne devrait pas exister. Ces jeunes devraient avoir l’insouciance de la jeunesse, pas le poids d’une vie entre leurs mains. Je conduisais aussi rapidement que la circulation me le permettait. Par la radio, j’avais indiqué notre position et le lieu où nous nous rendions : les égouts et la station d’épuration. Je leur avais précisé de se tenir prêt au cas où. Arrivés sur les lieux, Nelly descendit promptement de la voiture de patrouille. Elle semblait tâtonner et errer un peu comme on cherche un signal radio qui est faible. Plus je la regardai faire, plus je visualisai Miss Martin. Que ce soit avec Scott ou bien Derek, j’avais l’habitude de devoir attendre alors qu’ils « cherchaient ».

-« Où les égouts sont-ils en dessous d’un train, à proximité ? C’est là-bas qu’il se trouve… Faites-moi encore confiance je vous assure que c’est la vérité.

- Là-bas, le long de cet entrepôt, il y a la gare de marchandise après.

- Je vous expliquerais ensuite c’est promis.»

J’acquiesçai et parti vers l’entrepôt que je venais de lui désigner. L’endroit était sale, jonché de détritus. On longea le bâtiment jusqu’à un local technique qui sembla attirer Nelly. Je la retins alors qu’elle allait s’engager.

« - Derrière moi. » Murmurai-je en allument ma lampe torche. L’intérieur était sombre.

Nous nous trouvions dans une petite pièce pleine de poussière dont le sol était jonché de vieux papiers et de carton. Certainement un ancien squat. Un escalier descendait vers les profondeurs. Je regardais Nelly qui hocha la tête. Une main sur la rambarde, je me mis à descendre prudemment, seule ma lampe repoussait les ténèbres dans lesquelles on pénétrait. A la radio, je demandai à une patrouille de me rejoindre. C’était instinctif, je faisais confiance en la jeune femme.

L’endroit était nauséabond, tout en restant derrière moi, Nelly me guidait dans ce qui était un vrai aiguillage d’égout. Nous avions descendu trois niveaux depuis la surface, quand Nelly poussa un cri en regardant le sol. Le faisceau de ma lampe eux juste le temps de voir un rat s’enfuir. Charmante compagnie… On poursuivit pendant quinze minutes au son de l’eau qui ruisselle. Un train passa non loin, faisant vibrer toute la structure. J’allais poursuivre lorsque Nelly me saisit le bras.



© Fiche codée par Nîniel

Revenir en haut Aller en bas
Nelly Taylor

avatar

Alias : The Intrepid Discoverer
Messages : 54
Dollars : 68
Date d'inscription : 10/11/2014

MessageSujet: Re: Une arrivée... fracassante!   Sam 17 Jan - 16:16



Une arrivée.. fracassante!
ft. Nelly Taylor et Sheriff Stilinski  



Une arrivée... fracassante!
Nelly Taylor & Sheriff Stilinski


A la suite de ma question, le shérif m’indiqua la direction d’un vieil entrepôt et nous nous dirigeâmes sans hésiter. Il me faisait confiance, et de par cela, j’avais également confiance en lui. Nous devions former une équipe, c’était essentiel, et j’étais rassurée de comprendre que c’était déjà le cas, c’était un bon point pour la suite… Alors que nous longions le bâtiment, je remarquais un petit local, dissimulé dans l’intersection de deux bâtiments. Il était passé par ici, j’en étais plus que certaine. Je m’y dirigeais sans hésiter, c’était instinctif. Le shérif me retint soudain tandis que je m’y engageais.

-« Derrière moi. » me murmura-t-il.

Mon instinct m’avais fait oublié ce détail… Il passa donc devant moi et alluma sa lampe de poche. Nous arrivâmes alors dans une minuscule pièce, jonchée de papiers et de cartons. Ça sentait le renfermé, et l’humidité se faisait déjà ressentir. J’aperçus un petit escalier, qui descendait très certainement dans les profondeurs. Le shérif aussi l’avait remarqué, et m’interrogea du regard. Je hochais la tête, c’était plus qu’évident qu’il était passé par ici. Le shérif s’engagea dans l’escalier et je le suivis dans les ténèbres de ce labyrinthe. J’aurais préféré être devant, parce qu’il devait désormais compter sur moi pour le guider. Mais je comprenais sa décision, qui était tout à fait raisonnable.

Enfin, nous atteignîmes les profondeurs des égouts, nous avions déjà dû descendre de trois bons niveaux. L’odeur nauséabonde et l’humidité régnait désormais en maître. Cette satanée créature était astucieuse… Cette odeur couvrait toutes les autres, et l’eau qui ruisselait le couvrait tout aussi bien. Au bout de quelques temps à progresser ainsi, le chemin se sépara en deux galeries. Un train ronfla soudain au-dessus-de nous, ébranlant les murs du bâtiment. Enfin, nous touchions au but… Mais lequel des deux chemins prendre ? Je fermais les yeux et en seulement quelques secondes, je traversais le temps, visualisant  ce qui s’était passé. Ce n’était que des ombres informes, mais qui m’offrirent ma réponse… Une silhouette en traînait une autre vers la droite. Puis une autre silhouette à gauche. La même, elle était revenu sur ses pas… J’ouvris subitement les yeux et alors que le shérif s’engageait à gauche, je le saisis par le bras. Des traces de sang jonchaient le béton, le long du mur de gauche…

-« Attendez ! Le jeune homme n’est pas là-bas… C’est une supercherie. En revanche, il y a néanmoins quelqu’un. Séparons-nous, c’est la meilleure solution. Laissez-moi m’occuper de retrouver l’adolescent et occupez-vous du reste. Je sais ce que je fais, ne vous inquiétez pas. » Lui-dis-je doucement.

Sans demander mon reste, je me saisissais moi-même de ma lampe et m’élançais dans le conduit de droite, sans même me retourner. Il y avait de fortes chances pour que l’on m’est rappelé, mais il était désormais trop tard pour revenir en arrière, le plan était déjà engagé. J’étais certaine que le shérif saurait le comprendre, j’avais l’impression que ce n’était pas la première fois qu’il collaborait avec des personnes comme moi… Du moins je l’espérais, il le fallait. Maintenant, il fallait que je trouve le jeune garçon tandis qu’il s’occupait du criminel… Je le rejoindrai ensuite, je n’étais pas non plus stupide, mais se diviser me paraissait être la meilleure solution. Seulement, j’aurais peut-être dû lui expliquer avant… Tanpis, je n’avais pas le temps.

J’avais déjà parcouru une centaine de mètres à grande allure, et ils étaient désormais loin derrière-moi. L’odeur devenait vraiment écœurante, j’étais maintenant en plein cœur des égouts. J’espérais qu’il n’était pas encore trop tard. Enfin, j’aperçus un corps inerte dans l’eau boueuse. J’hurlais, sans même y penser, et ma voix se répercuta contre les murs humides de cet endroit hostile. Mais ce fut un cri court, puisqu’une main ferme vint soudain se plaquer sur ma bouche. Et merde, cette abomination avait dû se rendre compte de ma supercherie. Et je n’étais pas certaine qu’elle ignorait-même ma véritable nature… Ou du moins, seulement une partie… Je me dégageais d’un coup sec et lançais mon coude en avant. Il para. Je parais à mon tour un coup d’une rotation de hanches et tentait un coup de genou. Qui parvint à son but cette fois. Mais il contrattaqua, furieux, et je ne pus également éviter un coup dans le ventre. Il m’éjecta violement contre le mur, et je mis quelques secondes avant de retrouver mes esprits. Il fallait que je trouve un moyen de m’en débarrasser, vite, mais sans le tuer… Je reculais de quelques pas, et m’emparais d’une pierre. Je la lançais de toutes mes forces, avec précision. Et la précision, je m’y connaissais : elle atterrit en pleine tête et humain ou non, il s’écroula sous le choc.

Je me glissais donc sans plus perdre de temps  vers le corps qui gisait dans l’eau. Le contact de l’eau glacée me fit frissonner, mais ne me convint de plus qu’il fallait faire vite. Je le ramenais sur le pavé en quelques brasses et le hissais sur la plateforme. Je m’agenouillais près de lui et posais immédiatement ma main sous son nez, afin de sentir son souffle. Qui ne se fit pas sentir sur mes doigts. Je fis donc ce que j’avais à faire, et que j’avais fait plus d’une fois : le bouche à bouche, puis le massage à cardiaque. Je savais pratiquer ces gestes depuis longtemps, ce qui me paraissait essentiel pour ce que j’étais. Fort heureusement, le jeune adolescent ouvrit les yeux et se redressa d’un coup en bafouillant des choses incompréhensibles. Le pauvre, il était secoué. Il devait donc certainement connaître la nature de son agresseur. Je posais une main apaisante sur son épaule et le rallongeait doucement.

-« Calmez-vous, tout vas bien. Vous êtes en sécurité maintenant, vous ne craigniez plus rien. Je sais ce que je fais, et je ne suis pas seul. Quel est votre nom ? » Lui dis-je lentement.

J’espérais seulement que le shérif avait pu entendre mon cri et me rejoindrais d’ici peu.

-« Stefan Lindson... Merci… » Dit d’une voix encore faible le jeune garçon, qui avait déjà repris un peu son calme.

C’était bien le nom que j’avais entendu lorsque le shérif avait décroché. J’avais bien fait d’insister, je venais d’ores et déjà de leur offrir mes services.

-« Reposez-vous maintenant, nous allons vous occupez de vous. Les secours vont arriver, tenez bon. » Repris-je doucement, tout en le mettant en position de sécurité.

Alors que je m’apprêtais à appeler les secours, une main m’empoigna violement le poignet, puis la gorge.  Et merde, il s’était déjà réveillé celui-là… Je tentais de me dégager, mais sa poigne était trop ferme. Ma poitrine se gonfla, tandis que mes poumons se vidaient lentement. Je dois avouer que pour cette fois, je vis ma vie défiler devant moi. Je lui avais au moins sauvé la vie, et je n’espérais plus qu’une chose, que le shérif arrive à tant pour continuer ce que j’avais commencé… C’est alors que comme si une petite voix intérieure me criait de résister, je me repris. Il avait besoin de moi, ils avaient besoin de moi. Je faisais tout ça pour eux, je ne pouvais pas abandonner maintenant. Mon pied, tout d’abord avec difficulté, puis avec plus de puissance et d’assurance, le frappa sans relâche, poussé par cette détermination. Jusqu’à ce qu’il relâche sa pression, peu à peu, et qu’enfin je puisse me libérer. Pas pour moi non, mais pour ce jeune homme. Pour tous ces gens innocents, qui ne méritaient pas de perdre leurs vies ainsi… Pour le shérif, pour la police, à qui j’offrais mes services, parce que seul, ces massacres étaient trop lourds à porter. Ils avaient besoin de quelqu’un qui connaissait la vérité, et qui les éclairerait… Je me glissais avec agilité et vivacité sous mon assaillant, et dans un rien de temps, saisissait deux de ses points nerveux dans son dos et l’immobilisait. Humain ou non, cette technique était infaillible. Il tenta de se dégager, mais s’immobilisa immédiatement sous la douleur. Une technique pratique que j’aimais utiliser dans des cas comme celui-ci, ou je ne devais pas tuer. Le reste appartenait au shérif…

-« Tu es perspicace je l’avoue, je ne m’attendais pas à ce que tu me trouves ici… Mais vois-tu, je suis déterminé à le sauver, à les sauver… Et pour cela, j’ai plus d’un tour dans mon sac. Et malheureusement pour toi, je ne suis pas seule… » Lui susurrais-je à l’oreille.

A ce moment-même, des pas résonnèrent sur la plate-forme en béton, se rapprochant peu à peu…

made by lizzou

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une arrivée... fracassante!   Ven 23 Jan - 15:53



Une arrive fracassante

Nelly venait de me stopper. Avec un frisson j’aperçus le sang qui maculait le sol de béton. La jeune femme ne s’était donc pas trompée.

-« Attendez ! Le jeune homme n’est pas là-bas… C’est une supercherie. En revanche, il y a néanmoins quelqu’un. Séparons-nous, c’est la meilleure solution. Laissez-moi m’occuper de retrouver l’adolescent et occupez-vous du reste. Je sais ce que je fais, ne vous inquiétez pas.

- Mademoiselle ! Attendez ! »

Elle était déjà loin, alors que j’hésitai encore sur le chemin à prendre. Il fallait que je me décide. Elle semblait avoir vu juste jusqu’à présent, je décidais donc de lui faire confiance et pris donc l’autre chemin en sortant mon arme. J’avance mes sens en alerte, près à riposter au cas où. Mais le couloir que j’ai pris est désert. C’est alors que j’entends des bruits de lutte qui se répercute dans les boyaux des égouts. Je rebrousse chemin le plus rapidement possible, en prenant garde à ne pas glisser.

Je me maudis d’avoir laissé la jeune femme seule. A force de voir Stiles, Scott et les autres braver les dangers comme des soldats, j’oublie que tous les jeunes n’ont pas ce fardeau sur les épaules et heureusement. Le couloir me semble interminable quand enfin j’entends des voix.  Je ne sais pas quelle est l’urgence de la situation, donc je fonce ne cherchant pas à masquer le bruit de mes pas. Lorsque je débouchai dans une sorte de pièce, j’étais prêt à tirer presque sans sommation. Je n’eus qu’à dégainer mes menottes. Apparemment Miss Taylor avait de la ressource. En ligotant le criminel, je regardais la jeune stagiaire en fronçant les sourcils. Si cette affaire se terminait sans mal pour elle, elle devait apprendre que sa jeunesse ne la rendait pas immortelle et que courage ne rime pas forcément avec témérité.

***

L’ambulance avait embarqué l’adolescent. Il était sain et sauf et ne souffrait que d’un peu d’hypothermie. Nous étions de nouveau dans mon bureau. Nelly venait de me confirmer ce dont je me doutais, c’était une banshee. Il était certain qu’une personne comme elle dans mes services, allait considérablement nous aider. Toutefois elle devait aussi apprendre à être discrète. Le monde actuel n’est pas vraiment prêt à accepter les êtres surnaturels.

« - Il y a une règle Miss, à laquelle aucun policier, secouriste ne doit déroger. On sauve des vies, on ne donne pas la sienne. C’est la différence essentielle entre nous et l’armée. Vous n’étiez absolument pas équipée pour agir de la sorte. Que cela ne se reproduise plus jeune fille ! »

Nelly baissa un peu la tête. Elle venait de sauver quelqu’un et se prenait un sermon.

« - Cependant, je salue votre sang froid et votre maîtrise. Mais Nelly, comprenez que j’aimerai à l’avenir que vous ayez un peu plus peur, c’est ce qui vous gardera en vie dans ce métier. Puis avec un sourire réconfortant, je poursuivis. Voyez avec Betty pour votre uniforme et le reste des détails pratique. N’hésitez pas à me parler au moindre doute. »

[HRP]: terminé pour moi.


© Fiche codée par Nîniel

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une arrivée... fracassante!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une arrivée... fracassante!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une arrivée... fracassante!
» Arrivée fracassante au Royaume des deux déesses ! [PV Tim' et Hum']
» Une arrivée.. fracassante ! [PV Cléa]
» Une arrivée fracassante [libre pour 5 personnes]
» Arrivée de Houille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG :: Beacon Hills :: Dans les quartiers de Beacon Hills :: Commissariat de police-
Sauter vers: