Teen Wolf RPG
Alpha, Beta ou Oméga, et vous que choisirez-vous ?


Forum fermé.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chasse perdue : Cara frost et qui veut tuer du loup

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Chasse perdue : Cara frost et qui veut tuer du loup   Ven 13 Fév - 14:17



Chasse interrompue







Mon sac sur le dos, ma queue balançant au rythme de mon pas trottinant, je revenais de la partie sud du lac que je ne connaissais pas où j'avais attendu le crépuscule caché sous les fougères en bordure de l'eau ...
J'avais laissé mes pensées vagabonder, me remémorant tous ces moments avec la jeune louve Maxine qui avait capturé mon coeur sans que je ne m'en aperçoive ...
J'avais beau retourner tout en tous sens, ma raison ne pouvait comprendre comment en si peu de temps ces sentiments avaient imprégné mon être si profondément ...
J'avais donc passé la fin de la journée et une bonne partie de la soirée à rester ainsi couché, la tête entre les pattes, le regard vide et mélancolique fixé sur les flots que faisait vivre une légère brise...
Pour commencer mon voyage vers l'Est, je devais passer par les falaises, suivre leur crêtes jusqu'aux abords de la route avant de la traverser puis de couper à travers la forêt dense et sauvage jusqu'au désert.
Attentif au moindre bruit, j'avançais tranquillement, puis me mis à gravir les pentes quand un mouvement furtif me fit stopper ma progression.
Devant moi, presqu'en haut, quelqu'un avançait silencieusement, une femme, baissée à l'affût, et l'odeur d'une arme descendait vers moi ...
Silencieusement, précautionneusement, j'avançais pour voir ce qu'elle chassait ...
En haut de la falaise il y avait une longue bande découverte bordée par des arbres et quand elle se mit en joue, je suivis la direction qu'elle visait et découvrit une créature, un loup bipède qui avançait tranquillement, ne se doutant de rien ...
Ni une, ni deux, n'écoutant que mon instinct, je bondis et lui sautais sur le dos ...
Le coup partis et une balle s'écrasa à quelques centimètres de la tête de l'autre, faisant jaillir l'écorce.
Le loup fit volte face et nous découvrit, elle par terre, son arme tombée loin d'elle, moi au dessus, et poussant un grognement il commença à courir sur nous ...
En voulant sauver une vie, j'en avais mis une autre en danger, peut être 2 ... Bien joué le druide !
Je bondis devant la jeune femme et prends une posture agressive en montrant les crocs et en claquant des mâchoires comme le font les vrais loups, avançant raide et menaçant vers le loup bipède...
Celui ci stoppa net, recula d'un pas et tourna casaque, répondant sans doute instinctivement aux signaux ancestraux ...
Après m'être assuré qu'il était bien loin, je me retournais et m'approchais de l'humaine qui n'avait semble t il pas bougé, toujours allongée par terre le visage dans l'herbe ...
De la truffe je lui touchais la joue, gémissant légèrement, car ne pouvant dire un mot avec ces cordes vocales.
Un craquement, celui d'un pied écrasant une branche, me fit tourner la tête en arrière, quelqu'un d'autre ? le loup revenait il ?
Et une douleur atroce traversa mon flanc droit, me faisant pousser un cri plaintif en bondissant de côté puis m'écrouler au bord du précipice ...
Je vis alors la chasseuse se relever, un long poignard à la main, le sourire narquois aux lèvres, et s'avancer vers moi pour la curée ...
J'avais le choix des armes ... L'acier ou les rochers en bas ... D'un coup de patte je me fit glisser, j'avais choisis la pierre ...
© Isaac
Revenir en haut Aller en bas
Cara Frost
Modérateur
avatar

Alias : Reine des Neiges
Messages : 214
Dollars : 256
Date d'inscription : 17/08/2014

MessageSujet: Re: Chasse perdue : Cara frost et qui veut tuer du loup   Mer 18 Fév - 20:14


Drôle de bête
"- C’est quoi le plan ?
- Le traquer, le trouver, le tuer !"



Le rideau sombre était tombé sur la ville, les habitants étaient profondément endormis, seules quelques lumières scintillaient encore au cœur de Beacon Hills.
Il faisait bon, la brise était légère et jouait plus ou moins en sa faveur.. Pour une fois, elle avait décidé de faire cavalier seul, c'était assez compliqué de gérer Allison, surtout que Cara n'était elle-même pas l'exemple parfait à suivre, elle la forgeait comme elle pouvait.. La jeune Frost s'étonnait presque de s'être si rapidement attachée à la jeune fille, mais peut être était ce parce qu'elle était chasseuse elle aussi, mais certainement parce qu'elle avait elle aussi perdu des proches dans la bataille.
Peu importe, tout ce qu'elle savait c'est qu'elle avait besoin de s'enfuir, seule, pour réfléchir, pour penser, pour vivre pleinement sa liberté, et pour ça rien de mieux qu'une partie de chasse.. Depuis un bon moment, Cara avait mis la patte sur l'un de ces garous..
Attaquer ainsi n'était pas dans ses habitudes, elle avait en principe un plan mieux construit, mais suivre son instinct ne faisait pas plus de mal..
Ses pas flottaient, sur les traces du loup-garou qu'elle suivait, il était là, juste devant elle, c'était le moment parfait, elle cala la garde de son fusil contre son épaule, tenant fermement l'arme, le doigt glissant vers la gâchette, sa trajectoire était parfaite et son tir aurait dû l'être. Oui il aurait dû, si elle ne s'était pas faite bousculer par quelqu'un ou plutôt quelque chose, le coup de feu claqua dans l'air, la balle siffla et rata sa cible. A terre, sous le poids de ce drôle d'animal, elle scruta sa proie qui avait porté son attention sur elle, son arme était bien trop loin, et le loup qui pesait sur son dos l'empêchait de faire tout mouvement, alors que le garou se ruait sur elle en montrant les crocs, elle serra les dents se refusant d'abandonner la vie, de se laisser crever pour un connard qui avait décidé de sauver son meilleur ami le monstre qui allait l'envoyer valdinguer jusqu'en Europe, pour le coup, c'était un plan d'un ingéniosité !
Elle avait presque envie d'applaudir cet idiot, qui venait de mettre sa vie en danger pour sauver celle de la créature qu'elle pistait depuis un bon bout de chemin.
C'est alors que la petite bestiole qui pesait sur le dos de Cara s'interposa, et montra les crocs, faisant étrangement fuir l'autre loup.
Elle s'accordait alors un petit moment, le moment de reprendre son calme, de réfléchir, ses pensées se bousculaient les unes à la suite des autres formant plusieurs raisonnements logique, si ce loup avait protégé ce garou, et qu'il l'avait fait fuir par la suite cela ne pouvait dire qu'une seule et unique chose.. Cette boule de poil à quatre pattes était un Alpha...
Elle sentit un point froid se coller à sa joue, et un couinement sonna contre sa peau, instinctivement, elle saisit son poignard, elle ne laisserais pas cet Alpha s'occuper de son cas, elle se doutait d'à quel point il devait haïr les chasseurs et elle refusait catégoriquement de mourir ce soir.
Une branche craqua, détournant l'attention de la bête, l'instant fatidique, la lame transperça sa peau dans un cri plaintif qui interpellerait toute la populace surnaturelle de Beacon Hills.
Le petit monstre s'éloignant en titubant, avant de s'effondrer pitoyablement au bord de la falaise.. Se redressant, prête à l'achever, Cara lorgna sa proie d'un œil malveillant, même malsain.
Mais loin d'être idiot, et peut être certainement lâche, la bête se jeta de la falaise, fuyant la chasseuse..
C'est alors qu'elle constata deux choses.. Primo, cet animal portait un sac, comme si il partait en voyage, deuxio, un Alpha aurait appelé sa meute et n'aurait pas fuit le combat.. D'ailleurs, un Alpha n'aurait pas hésité une seule seconde à lui arracher la tête..
Se postant à la falaise, éclairée par la pleine lune, jetant un coup d’œil à la chute qu'il avait dû faire, elle fixa le bas, dans l'espoir de retrouver la bête noire.
Une seule question sondant son esprit curieux.. Qu'était-il alors ?
Il n'appartenait pas à une meute, il était solitaire et pourtant il avait fait fuir un de ses congénères.. Elle se décida à retrouver le cadavre ou même l'animal, agonisant, ou peut être une piste à suivre, à traquer.. Il fallait qu'elle sache.
D'un air déterminé, elle entreprit de retrouver l'animal, descendant à toute vitesse sur les pentes abruptes prêtant toujours une grande attention à la forêt.
Se tenant prête en cas d'attaque, elle était elle même proie, car ici ne règne qu'une seule loi : tuer ou être tué.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

      «OOPS!...I DID IT AGAIN, I PLAYED WITH YOUR HEART, GOT LOST IN THE GAME ! OH  BABY, BABY.. OOPS!...YOU THINK I'M IN LOVE ! THAT I'M SENT FROM ABOVE.. I'M NOT THAT INNOCENT !»
      Cara Frost:  Bastard is coming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chasse perdue : Cara frost et qui veut tuer du loup   Jeu 19 Fév - 13:11



Combien de temps dure une Chute ?






Combien de fois avais je fait cet exercice pendant ma formation ? 100 fois, 1000 fois ?
Sauter d'une hauteur en humain et se transformer en oiseau, puis sauter en ayant une forme différente avant ...
Mais alors, en bas de ces hauteurs, il y avait de l'eau, du moins jusqu'au jour final ... Donc pas de danger de blessure ...
Il fallait 4 secondes pour quitter une forme vers l'humain et 4 autres pour passer de ce dernier à une forme, 8 secondes en tout ...
Dans des instants de forte intensité l'esprit humain fonctionne à des vitesses approchant de la vitesse de la lumière tandis que le corps reste coincé dans l'univers conventionnel ...
0-1 seconde : 0 à 9m83 par secondes
J'ai mal ! Lors de mes repérages précédent, j'avais évalué la hauteur de cette falaise à 40m, juste le nécessaire pour passer d'une forme humaine à l'autre avec une marge de sécurité très réduite ...
Pourquoi m'avait elle poignardé ? Question idiote ... C'est une chasseuse ... Et j'étais en loup et je l'avais plus ou moins agressé ...
Je vois la parois défiler devant mes yeux ainsi qu'une portion du ciel, il faut que je quitte cette forme ou je suis mort ...
1-2 secondes : 9m83 à 19m66 par seconde
La transformation est en route quand soudain je percute un rocher qui dépasse et qui me propulse horizontalement, m'écrasant les côtes et m'arrachant la joue gauche ...
Cela a ralenti ma chute un peu, mais ces nouvelles douleurs n'arrangent rien ... Je deviens humain plus lentement, faisant rentrer mon loup en moi ... A la limite de l'évanouissement...
Heureusement que les sangles de mon sac à dos sont extensibles, sinon je l'aurais perdu en route ... Un loup de 80kg est bien plus imposant qu'un humain ...
2-3 secondes : 9m83 à 19m66 par secondes
J'ai une mauvaise nausée qui me monte aux lèvres tandis que ma vision se brouille avec tout ce sang qui coule sur mon visage ...
Tout tourbillonne autours de moi à cause du choc ...
Je suis à nouveau presque humain, ne reste plus que mes mains et mes pieds ... La douleur de mon visage n'existe plus, mais là où la lame s'est enfoncée, c'est comme si on avait introduit un fer chauffé à blanc dans mon corps ...
La lame était elle empoisonnée ? Akonit ? Oui sans doute ... Si ce n'était que ça, ça passerait vite ... sans conséquences ... Mes yeux se ferment lentement sans que j'y puisse rien faire ...
3-4 secondes : vitesse acquise 25 m/secondes soit 90 km/heure
Je n'entend plus que le vent siffler à mes oreilles et le mugissement de l'air qui s'écarte en dessous de moi m'alertant du choc final imminent..
Ma pensée semble détachée ... Pas le temps de m'envoler ... Juste attendre le choc ...
Et tout à coup c'est l'écrasement, cette sensation d'être aplati sur soit même de l'intérieur ... Mon sac a protégé mon dos et ma colonne, mes coudes et mes talons ont claqués sur les rocs et la peau et les chairs sont entamés profondément...
Mais c'est la tête qui a subie l'impact résiduel. Mon crâne a claqué sec contre le rocher et j'ai entendu un crac sonore avant de tomber dans les pommes quelques instants ...

Je ne sais pas combien il s'est passé de temps quand je reviens à moi, quelques secondes, une éternité ?
Je vois la masse de la falaise à ma gauche et j'arrive à tourner la tête pour distinguer les fourrés à droite, ce qui m'inflige une douleur derrière le crâne ...
J'ai l'impression d'être en milles morceaux ... Je sens mon sang s'écouler des plaies ...
Les bruits de la nuit m'arrivent par flux disjoints, couverts par le bourdonnement de mes oreilles...
J'arrive à me redresser avec peine, étouffant des cris de douleur ... Je suis nu ...
Au prix d'un effort surhumain et de douleurs inhumaines, j'arrive à enlever mon sac à dos et en retire mon pagne et mon pantalon que j'enfile en serrant les dents ...
Au moins, si la chasseuse me retrouve, et je ne doute pas un instant qu'elle ne vienne s'assurer de ma mort, je serai présentable ...
Je fermais les yeux un instant, essayant de réparer les dégâts au moins assez pour pouvoir me lever et m'éclipser ...
C'était en bonne voie quand j'entendis rouler une pierre environs 30m dans la direction de mes pieds ... Quelqu'un arrivait ... J'ouvris les yeux et scrutais l'obscurité relative ... Une ombre avançait précautionneusement dans ma direction s'arrêtant régulièrement, aux aguets ...
Lentement, je me fis glisser au milieu des rocs, endossant mon sac, réprimant mes cris de douleur ... La plaie du coup de couteau s'était réouverte et remise à saigner et un tambour battait à l'arrière de ma tête ...
L'ombre se rapprochait dangereusement .... Mon seul espoir était la forêt et regroupant mes forces, je m'élançais ... Pour m'écrouler lamentablement à terre mes jambes ayant cédé sous moi ...
La chasseuse s'était arrêtée ... Elle m'avait repéré sans aucun doute, et connaissant l'engeance, me mettait certainement en joue, il fallait que je me bouge et vite ...
Dans mon dos, elle s'était remise en mouvement, marchant lentement, elle préférait donc me finir au couteau ... S'il fallait mourir, autant que ce soit debout ... et face au danger ...
Dans un dernier effort j'arrivais à me mettre à genoux, puis à me lever et enfin à me retourner vers la femme qui allait me tuer ...
Ma tête me tournait, le sang s'échappait de mon côté à chaque battement de coeur malgré ma main qui compressait la plaie, ma joue ruisselait à nouveau et je sentais un liquide chaud dégouliner le long de mon cou jusque sur mon torse...
ma voix fut rauque quand je m'adressais à elle :
Faites ça vite, et proprement, je n'ai plus la force de fuir, mon chemin s'arrête là sans aucun doute ...

© Isaac
Revenir en haut Aller en bas
Cara Frost
Modérateur
avatar

Alias : Reine des Neiges
Messages : 214
Dollars : 256
Date d'inscription : 17/08/2014

MessageSujet: Re: Chasse perdue : Cara frost et qui veut tuer du loup   Dim 22 Fév - 11:55


Die or live.
"La seule chose que je vous certifie, c’est que les gens sont prêts à tout pour survivre. Tout ce que je veux c’est vivre. Quoi qu’il en coûte."


La pénombre l'empêchait de voir clairement où elle mettait les pieds ce qui lui valu quelques éboulement de roche, ces petits cailloux juste au milieux pour vous faire repérer par des sales bêtes sanguinaires, voilà à quoi servait cette foutue caillasse.
Une chance pour elle, Dan l'avait souvent entraîné à couler le long de ce genre de pente, il l'avait même faite courir, elle se souvenait encore de ses premières gamelles..
Se glissant le long de la petite pente, elle observa cette forêt qui lui rappelait l'Angleterre.. Ah sa belle Angleterre.. Celle qui l'avait formée après lui avoir tant arraché.
Elle détestait autant qu'elle aimait ce pays, c'était ses racines, mais c'était aussi ses pires souvenirs, l'Angleterre était une souffrance, mais aussi un réconfort, en soit, c'était un amas de souvenir.
Perdue dans ses pensées, le bruit sourd d'un corps qui s'étale brutalement attira son attention, un corps jonchait le sol, elle s'approcha lentement, se demandait si ce n'était pas un guet-apens, il était bien trop facilement offert à la mort.
S'approchant lentement, à pas de loup, elle l'observa, trop digne pour mourir à terre, mais trop lâche pour s'accrocher aux dernières brides de vies ? C'était clairement pathétique de voir quelqu'un courber autant l'échine, elle commençait réellement à douter sur sa nature, il n'était finalement peut être pas un Alpha.. Qu'était il alors ?
Debout, faisant face à elle, face à Cara, ou peut être face à a mort, elle le toisa de toute sa hauteur, dégoulinant de sang, aucune de ses plaies ne s'étaient soignées, et si il attendait là, c'était pour qu'elle mette fin à ses souffrances.

-Faites ça vite, et proprement, je n'ai plus la force de fuir, mon chemin s'arrête là sans aucun doute ...

Elle esquissa un sourire face à ses paroles, elle l'aurait presque trouvé drôle, s'il n'était pas en train d'agoniser face à elle. Il restait polit tout en affirmant que la vie en avait fini avec lui et que la mort allait le recueillir, le cueillir comme on cueille une fleur dans le jardin d'Eden.
Elle réduit la distance qui le séparait d'elle et marcha calmement autour de lui, comme un vautour autour de sa proie.. Se sentait il aussi vulnérable ?
Il était affaiblit et il l'avait fait de lui même, cependant, il n'était pas un garou, il était autre chose, et ce type là n'avait rien d'un mauvais gars.. Elle se demandait si elle ne devait pas l'épargner, juste histoire qu'il ait une seconde chance, un espoir de rester attacher à cette vie.

-Vite et proprement ? Désolée, je ne suis pas spécialement réputée pour ma clémence.. Tu ne peux plus ne fuir, ni te battre, alors tu veux mourir ? Tu abandonnes aussi facilement tout ce que la vie t'as légué ? Ta famille... Tes amis.. Tu laisses tout tomber ? C'est d'une telle lâcheté que tu ne mérites rien de ce que tu demandes.

Elle lui tournait toujours vilement autour, l'observant sous tout ses angles, s'il n'avait rien d'un loup-garou, il n'avait dans un sens rien d'un ennemi, et ce, même s'il s'était mis en travers de la route de Cara, mais il avait rattrapé le coup dans la minute qui avait suivi l’événement.

-Veux tu réellement renoncer à la vie ?

Elle adorait voir les réactions de ses cibles face à ces questions, elle voulait savoir, vraiment si au fond de lui tout avait lâché prise ou si il gardait toujours espoir de vivre, de survivre.
Il restait là debout, tentant de garder son équilibre, il était certainement plongé dans une profonde réflexion, alors qu'elle ne doutait pas qu'il s'accrochait toujours à cette vie qu'était la sienne.. Elle attendait de simple réponse, avant de s'occuper de son cas, il n'y avait que deux possibilités, soit elle le laissait vivre, soit elle le tuer, personne ne saurait rien de ce qu'il s'est passé ici de toute façon, tout ne dépendait que lui.. Sa vie était entre ses mains, et elle deviendrait soit un bourreau, soit son héro..

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

      «OOPS!...I DID IT AGAIN, I PLAYED WITH YOUR HEART, GOT LOST IN THE GAME ! OH  BABY, BABY.. OOPS!...YOU THINK I'M IN LOVE ! THAT I'M SENT FROM ABOVE.. I'M NOT THAT INNOCENT !»
      Cara Frost:  Bastard is coming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chasse perdue : Cara frost et qui veut tuer du loup   Lun 23 Fév - 10:45



Une bonne raison pour tuer






Elle tournait autours de moi et je fermais les yeux quand elle passa derrière mon dos ...
Qu'attendait elle ? Comme un chat jouant avec la souris, comme le loup cherchant un angle d'attaque pour égorger le cerf épuisé par une longue traque, elle m'observait et m'évaluait ...
Dans un bref éclair, je vis sa nature, une Banshee !
Elle parla, mais mon esprit embrumé avait du mal à comprendre immédiatement ses paroles et je n'avais encore  aucune force pour faire la conversation ...
-Vite et proprement ? Désolée, je ne suis pas spécialement réputée pour ma clémence..
Tu ne peux plus me fuir, ni te battre, alors tu veux mourir ?
Tu abandonnes aussi facilement tout ce que la vie t'as légué ? Ta famille... Tes amis.. Tu laisses tout tomber ?
C'est d'une telle lâcheté que tu ne mérites rien de ce que tu demandes ... Veux tu réellement renoncer à la vie ?

Incontrôlable, un rire ironique monta en moi qui se termina en une quinte de toux sanglante que j'essuyais d'un revers de la main.
Et je restais un instant à contempler le dos de cette main ensanglantée plongé dans mes pensées ...
Je sentais mon poumon qu'elle avait perforé se remplir de sang dont une partie ruisselait entre les doigts de mon autre main qui pressait mon flan.
La petite rivière s'écoulait, longeant mon avant bras jusqu'à mon coude où elle s'égouttait pour venir nourrir une flaque grandissante à mes pieds...
Elle voulait parler ? Peut être se donner une justification ? Sans doute me torturer un peu avant le coup final  ... Soit ! Donnons lui satisfaction ...
Un sourire crispé par la douleur s'ébaucha sur mon visage et je la fixais droit dans les yeux pour lui répondre :
Tous les chasseurs ont de bonnes raisons pour faire leur job, mais aussi de mauvaises pour y prendre plaisir ... Vous faites un sale boulot nécessaire à l'équilibre ...
Une nouvelle quinte de toux vint m'interrompre et le goût du sang inonda encore une fois ma bouche. Je déglutis, ravalant ma salive ...
Une famille dites vous? Je suis le dernier de ma lignée, j'en suis sur maintenant depuis que je suis arrivé ici ... Quand à l'autre, croyez vous que le sabre considère comme sa famille le forgeron qui l'a fabriqué et aiguisé pour combattre ? ... Des amis ? Qu'est ce qu'un ami ? Quand à savoir si je peux me battre ... Je pourrais, mais ma nature m'interdit de le faire, je ne vois aucune utilité à retirer une vie avant de perdre la mienne ...
Je repris ma respiration ce qui engendra un gargouillis immonde provenant de mes poumons et une fontaine jaillit d'un coup de la plaie de mon ventre me tirant une grimace de douleur et de contrariété ...
Ma vue se voila un instant alors que je chancelais, mais je me repris et me remis bien droit sur mes pieds.
Mon esprit vagabonda, cette vérité à propos du clan d'Irlande, je me l'étais caché, on me l'avais caché, jusqu'à ce que j'arrive ici et que l'Arbre m'ouvre les yeux et fasse re surgir mes souvenirs ...
Gwen ... L'amour ? Je l'avais connu et ils me l'avaient arraché, mais peut être était ce pour un bien finalement, pour nous 2 ...
Cette jeune femme Maxine Evans ... Qui avait été l'étincelle qui avait tout débloqué ... Dont la simple présence inondait mon coeur et mon esprit de tant de choses oubliées et inconnues ...
L'aimais je ? Oui, comme on peut aimer une seule fois ... Mais il était trop tard maintenant ...
Rien que d'y penser à cet instant déclencha quelque chose au fond de moi ... Mais pour nous il était trop tard, elle partirait demain et sans doute je ne la reverrai jamais ... Ou était il trop tôt ?
Je regardais vers le haut de la falaise, puis vers la droite et vers la gauche des pentes pour enfin planter à nouveau mon regard dans celui de la chasseuse.
De toute façon, je n'aurais ni la force ni le temps de revenir en ville, mon passé n'est qu'un mensonge, mon futur qu'un rêve, reste mon présent, c'est toi et tes armes ou ...
Tout à coup, sous mes pieds nus le tambour du Nemeton changea, du rythme lent et régulier habituel, il était passé à une sorte de martelage semblant limité à cette partie de la région ...
C'était comme une voix, un appel, une invitation ... Et tout à coup je sentis le loup remuer en moi ... Pas celui que je contrôlais depuis mon adolescence, celui qu'on avait enfermé dans le double cercle de mon dos ...
Une douleur atroce me fit me courber en 2 et fermer les yeux ... Je crus qu'elle avait enfin résolu de me finir et m'avait planté son couteau dans le ventre mais quand je les ouvris, aucune lame n'était visible, mais ma main sur mon côté portait maintenant les griffes acérées du garou.
En moi montait sa rage attisée par le goût du sang et je sentais mon contrôle faiblir et tout à coup craignis pour la chasseuse.
Ma vue changea pour la sienne et quand je relevais la tête et la regardais à nouveau, je vis ses yeux s'arrondir en découvrant leur transformation ...
Tu n'as pas encore crié, Banshee !
Et il s'élança, la projetant loin de nous pour partir comme une flèche au milieu des rochers.
Je perçu sa chute, entendis ses jurons alors qu'elle se remettait sur pied d'un coup de rein et qu'elle lançait sa chasse ... Au moins, il ne l'avait pas blessée ...
Les plaies ne saignaient plus, mais je savais que ce n'était que temporaire, quelques minutes au plus ...
Nous faisions des bons fantastiques, parcourant la distance qui nous séparait du Nemeton à une vitesse inimaginable, gravissant les pentes et fendant les fourrés tel une bourrasque.
Enfin nous arrivâmes à destination et nous franchissions le cercle des guerriers, et le loup disparut d'un coup me laissant m'effondrer lamentablement dans les fougères...

Usant de mes dernières forces, je tentais de ramper vers la souche, griffant la terre de mes mains d'homme, laissant une traînée pourpre dans mon sillage ... Si prêt du but ...
J'entendis les bruits d'une course qui se rapprochaient ... La chasseuse ? Au moins là aurait elle une bonne raison de me terminer, ou de me regarder crever à son aise ...


© Isaac
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chasse perdue : Cara frost et qui veut tuer du loup   Lun 2 Mar - 13:16


"Retrouvaille"






Je marchai dans la forêt, à la recherche de la personne qui m’avait parlé. Je ne l’avais pas revu au lac, comme la dernière fois. Il avait dû partir ailleurs, sachant que je connaissais sa cachette.

Je changeai alors de direction. Je me laissai porter par le vent. Il avait toujours su me guider là où il fallait.

Soudain, j’entendis des bruits étranges, faibles mais étranges. Je me laissai guider maintenant par eux. A portée de vue, je vis une trainé de sang qui me mena vers un homme. Lui. Sam. Il était allongé sur le sol. Son regard observait une souche. Un vieil arbre découpé.

Je courus vers lui pour l’aider et lui demandai inquiet s’il allait bien. Ce qu’il faisait ici dans cet état. Il ne me répondait pas et n’avait qu’une idée en tête. Cet arbre. Il l’observait avec envie.

— Tu veux que je t’amène vers lui ?

Sans attendre, je le soulevai avec toutes mes forces. Sans succès, je lui pris les mains et le traînai jusqu’à l’arbre. Je l’installai dessus.

— Tu es sûr que tu ne veux pas que je t’amène à l’hôpital ?

Paniqué, je l’observai. Quelque chose se passa après l’avoir posé sur cet arbre. Je ne savais pas quoi faire. Je désirai le sortir de là, mais quelque chose me repoussait.






Revenir en haut Aller en bas
Cara Frost
Modérateur
avatar

Alias : Reine des Neiges
Messages : 214
Dollars : 256
Date d'inscription : 17/08/2014

MessageSujet: Re: Chasse perdue : Cara frost et qui veut tuer du loup   Lun 2 Mar - 22:05


Silence..
"Ce que je fais ? Je vous juge, en silence."


Il tenta de rire.. Mais visiblement la blessure infligée un peu plus tôt l'avait blessé de manière à ne lui laisser aucun espoir de survie, elle écouta son discours avec attention et songea presque à autoriser une petit larme à s'échapper furtivement de ses belles pupilles émeraudes, au fond, il ne représentait pas un danger, l'achever serait un cadeau, elle connaissait son métier, il y avait des pseudos gentils et il y avait ceux comme elle, des vrais tortionnaires, qui cherche la blessure qui n'est pas que physique, et en lui la blessure était béante, il n'avait rien, et ça le faisait crever à petit feu, ça le consumait tellement qu'elle se demandait pourquoi il avait choisi de partir en croisade plutôt que de simplement se suicider, mais il fallait dire que c'était un acte qui demandait autant d'égoïsme que de courage, mais c'était aussi lâche, abandonner c'est lâcher, mais abandonner autant.. C'est courageux. Le prix d'une vie, sa valeur, elle n'est pas moindre, et personne ne veut rencontrer la mort, on l'appelle, ou elle survient.
Malgré tout elle ne pouvait s'empêcher de penser à ce qu'il avait dit.. Le plaisir ? Qui parlait réellement de plaisir, elle n'était que la voix de son père, oui elle prenait plaisir à les torturer pour toute ces vies qui le seront à jamais, tiraillé mentalement, eux qui les pleurerait si ce n'est ceux qui ont fait autant voire plus de mal ?
C'était de l'injustice, croire qu'on peut retirer une vie sans en payer le prix.. C'était inadmissible.. Dans son cas, c'était s'en prendre à Cara qui était l'une de ses plus grosses erreurs.

-De toute façon, je n'aurais ni la force ni le temps de revenir en ville, mon passé n'est qu'un mensonge, mon futur qu'un rêve, reste mon présent, c'est toi et tes armes ou ...

Elle fut tout à coup plus vigilante, ne comprenant pas vraiment ce qui lui arriver, lorsqu'il se courba subitement, elle eut un mouvement de recul, était-il si inoffensif qu'elle le pensait finalement ?
Lorsqu'elle croisa ce regard, elle comprit, ses yeux là ne laissait aucune place à la lumière, à aucun espoir.

Tu n'as pas encore crié, Banshee ! 

Elle eut à peine le temps d'esquisser un mouvement et de fermer les yeux, comme si elle en oublierait ce cauchemar, cette bête atroce qu'il avait celé en lui..
Elle se sentit quitter la terre ferme, et son dos retomba lourdement contre la pierre lui coupant momentanément la respiration.
Elle jura comme elle le faisait toujours lorsqu'elle perdait le contrôle, surtout quand elle était surprise et qu'elle manquait de mourir..
Se relevant difficilement, elle entreprit de suivre cette chose qui courrait aussi vite qu'elle pouvait de toute évidence, les traces qu'elle avait laissé derrière elle était claire, profonde, et brusque...
L'animal était pressé, et ce.. Quoiqu'il veuille rejoindre, il y serait à temps.
S'avançant à pas feutré lorsqu'elle aperçut un jeune garçon en présence de celui qui avait été sa cible, celui qui était un danger potentiel et qu'elle se devait par conséquent, d'éliminer.
Elle sentit alors que quelque chose d'étrange était en train de se passer, des émotions remontaient, d'autres disparaissaient, c'était étrange, et c'était dans l'air, un petit quelque chose qui s'intensifiait au fur et à mesure que ses pas se rapprochaient, ce gars là était potentiellement en danger et le pire, c'est qu'il l'ignorait.
Mais lorsqu'elle voulut parler, lorsque ses lèvres jusqu'à présent scellées, elle ne put dire mot, il lui manquait ce souffle, le silence régnait..
Elle se demanda si c'était lui, si c'était cette drôle de magie mais quoi que ce soit.. Il avait réveillé quelque chose en cette nuit de pleine lune, et elle craignait ce qu'il allait suivre...

-Qu'est ce que c'est que ce bordel ..?

Ce n'était qu'un souffle dans la nuit, mais ça sonnait comme un cri strident dans ce silence de plomb.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

      «OOPS!...I DID IT AGAIN, I PLAYED WITH YOUR HEART, GOT LOST IN THE GAME ! OH  BABY, BABY.. OOPS!...YOU THINK I'M IN LOVE ! THAT I'M SENT FROM ABOVE.. I'M NOT THAT INNOCENT !»
      Cara Frost:  Bastard is coming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chasse perdue : Cara frost et qui veut tuer du loup   Jeu 5 Mar - 10:52



La mort touche même les princes





Quelqu'un était là, près de moi, la chasseuse venue pour la mise à mort ? Non ... Le garçon du lac ... Caracole je crois, oui c'est ça !
j'essaye de parler, mais le sang obstrue ma gorge et je ne peux que lui désigner la souche si proche des yeux et de la main...
Tu veux que je t’amène vers lui ?
Je tourne les yeux vers lui essayant de répondre, de sourire, mais ce n'est que douleurs qui viennent s'ajouter ...
Mais il a compris, et essaye de m'y porter en vain, puis me traîne et m'y hisse ...
Tu es sûr que tu ne veux pas que je t’amène à l’hôpital ?
Je remerciais Caracole du regard mais une mauvaise quinte de toux m'arracha les paroles de la bouche.
Mes oreilles bourdonnaient, mais j'entendais le battement régulier de l'arbre autours de moi, en moi ...
La chasseuse était là, entre le cercle des Guerriers et des Bardes, je sentais son regard sur nous ...
Tout à coup, les tambours commencèrent à répondre... Caracole fut doucement repoussé loin de moi ... L'arbre de Lug était à l'oeuvre ...
Je suivais le jeune garçon blond reculer pas à pas jusqu'au delà du cercle des Sages, au delà du cercle des Bardes où il se retrouva côte à côte avec la chasseuse.
Je ne pouvais plus parler mais ma magie ne m'avait pas quitté. J'envoyais vers lui une de mes tentacules et le touchant au front lui délivrais mon message :
Je lui envoyais mon amitié et mes regrets de n'avoir pu tenir ma promesse de l'aider, je le remerciais pour ce qu'il venait d'accomplir et lui envoyais un message d'espoir pour l'avenir, qu'il serait un grand homme ...
Puis je fis dériver cette ligne vers le front de la chasseuse et l'assurais que je ne lui en voulais pas, que c'était mon destin qui s'accomplissait et qu'elle n'était que l'instrument de forces plus grandes. Je lui envoyais aussi mes voeux pour qu'elle trouve enfin la paix et qu'elle n'était pas forcément aussi prisonnière de son état qu'elle le pensait, que la pitié pouvait être la preuve d'une grande force...
Epuisé, je fermais les yeux puis regardais vers le ciel au dessus de moi et je vis que j'étais au coeur même de l'arbre, voyant transparentes ses frondaisons fantomatiques s'étaler comme des bras bienveillant ...
Et je me mis à prier :
#Arbre de Lug, j'ai échoué, je n'ai pas soigné toutes tes plaies, le temps m'a manqué ... Je ne te demande rien, juste de me recevoir comme tu as reçu tous les miens autrefois, de recevoir mon sang en offrandes afin que ton règne renaisse ...
Je sentais sous moi s'agrandir une flaque et l'odeur caractéristique de la rouille effleurait mes narines ...
Mon sang, comme investi d'une vie propre commença à s'écouler en fins ruisseaux vers les 4 coins cardinaux, ruisselant le long du bois et de l'écorce pour venir abreuver la terre là où étaient dissimulés les autels ...
Tout à coup le sol vibra sous moi et tout autours de l'arbre, faisant s'élever dans l'air poussières et fines particules de terre.
L'onde se propagea jusqu'au delà du cercle des guerriers traversant une aurore boréale aux reflets d'azur qui en marquait la limite, mur lumineux infranchissable dans un sens ou dans l'autre interdisant l'entrée ou la sortie des lieux.
La vibration s'éteignit aussi brusquement qu'elle était née et une vapeur monta du sol couvrant l'intérieur du temple scellé.
Du nord vinrent 2 silhouettes en robes longues, l'une féminine, blanche, et l'autre masculine d'un noir de nuit, qui s'avancèrent, traversant la barrière.
La silhouette noire s'arrêta aux pieds de l'arbre tandis que la femme, après avoir enlevé sa capuche révélant un visage d'albâtre sans age aux cheveux bruns veinés d'argent, monta sur la souche lestement et s'agenouilla près de Sam.
D'un mouvement machinal elle fit passer sa main derrière son oreille pour y coincer la mèche de cheveux qui la gênait, révélant une oreille pointue au duvet blanc qui la fit ressembler encore plus à une des ces elfes qu'on décrivait dans la littérature.
Sur son front ainsi dégagé brilla l'éclat fugitif d'un diadème composé d'une étoile d'argent entourée de 2 triskels d'or et ses yeux étaient d'émeraude avec un rubis à la place de la pupille.
Elle posa un main immaculée sur son torse et lui murmura :
N'ai pas peur mon fils, ton père et moi sommes venus, le petit Prince doit mourir pour que le Roi vive, pour que tu entres dans ton héritage, celui des nôtres et celui de ton père, des enfants de Fenrisúlfr ...
Pendant ce temps, l'homme en noir fit le tour de la souche, et d'un mouvement de la main alluma chaque feu rituels dont les flammes éclairèrent la clairière, et, au fur et à mesure qu'il avançait, les brumes s'élevaient, prenant des formes fantomatiques et fantastiques puis se figeaient en des silhouettes encapuchonnées qui le regardaient passer et de ces fantômes s'élevait en écho un chant funèbre caverneux, ectoplasmique ...
La forme de l'arbre tel qu'il aurait dû être s'il n'avait été mutilé se dessinait maintenant au dessus de Sam, visible à tous, majestueuse ...
Derrière l'humain et la chasseuse et suivant tout le tour la limite du cercle des guerriers s'étaient levées les âmes des druides combattants que préservait le Nemeton en son sein.
Ils tenaient leur boucliers haut et les frappaient à l'unisson des battements du coeur du jeune druide étendu tandis que devant eux, au niveau du cercle des Bardes, les ombres translucides chantaient un genoux à terre ...
Toutes étaient de formes et de tailles différentes, parfois d'allure masculines, parfois féminines.
Son tour terminé, l'homme en noir, le visage toujours dissimulé dans l'ombre, vint se placer face aux pied du gisant et la femme, après une dernière caresse pleine de tendresse descendit en bas de la souche pour se placer du côté de sa tête ...
Mon coeur avait raté un battement. Ma mère était là, et mon père, cet inconnu aussi ... Pourquoi devais je les connaître à ce moment là ? trop tard ?
Une larme de joie et de regrets coula sur ma joue.
Quand elle posa sa main si douce et si chaude sur mon torse, me communiquant toute cette tendresse et tout cet amour, je me sentis apaisé, sereins.
Sans doute étaient ils les ombres de mes parents enfermé dans l'Arbre depuis longtemps, mais la chaleur de leur coeur était là, présente, rassurante, et je n'eus plus qu'un désir, les rejoindre ...
Cette main me quitta,cette chaleur s'en alla, et une pointe de frayeur m'enveloppa ... Mais le souvenir d'une autre main, d'une autre douceur, d'un autre amour vint se rappeler à moi en cet instant.
Je tournais la tête, regardant l'endroit où j'avais tenu la main de Maxine il y a si peu de temps, et revit en spectateur le mirage de cette scène en spectateur puis ses traits se dessinèrent dans son esprit et le souvenir de sa voix le submergea ...
Une autre larme coula, pourquoi était il toujours trop tard ? Elle était partie, je  devais remplir ma mission ... Le destin était contre nous, contre moi ...
Un vide horrible commença à crever mon coeur, surmontant même la douleur de mon corps un instant, et je ne pouvais endiguer mes larmes...
J'entendis la voix de mon père tout à coup :
"Diancecht soit loué !" cria t il.
Ce rituel m'était bien connu, mais cette fois une douleur incommensurable me traversa faisant arquer mon corps qui ne touchait plus le bois que du crâne et des talons...
Une forme sortait de mon torse prenant la forme d'un immense vautour qui descendit de la souche au Nord, gauchement en sautillant puis étendit ses ailes gigantesques au dessus de nous tous.
"Diancecht soit loué !" répétèrent les formes tout autours alors que mon corps s'effondrait sur le bois ...
"Dagda soit loué !" cria t il encore
Et la douleur revint plus vive encore m'arrachant un cri qui se transforma en gargouillis immonde.
Une autre forme s'extirpa de moi et se transforma en un cerf aux cents andouillers vint se placer à l'Est aux pieds de la souche d'un bond ...
"Dagda soit loué !" répétèrent les formes, les guerriers frappant leurs boucliers toujours en cadense mais ralentissant le tempo d'un cran.
"Ogme soit loué !"
Cette fois, ce ne fut qu'un tressaillement qui me parcourut lorsque l'ours énorme sortit pour se dresser aux pieds de la souche au sud ...
"Ogme soit loué !" mes paupières s'allourdissaient, ma vie fuiyait au grès de ma respiration ...
"Dana soit louée !"
Plus de douleur, juste un vide, un creux qui se fait quelque part. Le loup géant vint s'assoir à l'Ouest ...
Le loup ... Maxine ... Nous aurions pu être heureux et courir dans les bois toute la nuit jusqu'au matin et admirer le lever du soleil du haut des falaises avant d'aller nous baigner nus dans le lac ... Regrets des rêves et illusions ...
"Dana soit louée !" les tambours lents scandent la vie qui se meurt ... les chants sombres soufflent dans le vent ...
"Loués soient les enfants de Fenrisúlfr !"
Un bref instant je fus surpris, essayant de relever la tête afin de regarder mon père. Cela ne faisait pas partie du rituel.
Mais La souffrance m'en empêcha alors qu'une ombre s'extirpait à son tour, grise aux yeux d'or, elle semblait humaine mais c'était un loup, un garou, qui descendit et vint s'agenouiller aux côtés de mon père, la tête basse et les 2 poings serrés plantés dans le sol.
J'étais seul maintenant ... Vide, mourant ... Avec juste comme vision l'arbre et l'éclat fantomatique des yeux de la jeune Evans au milieu...
"Loués soient les enfants de Fenrisúlfr !", Seules quelques voix éparses répondirent parmi la multitude ...
"Loué soit Lug et son Arbre !" dit il enfin en écartant les bras puis en les levant levant au ciel.
"Loué soit Lug" reprirent les formes de leurs voix mortes tandis que le vautour lançait son cri strident, que le cerf bramait puissamment, que l'ours rugissait et que les loup hurlaient ...
La forme illuminée de l'arbre fut visible en son entier, ses branches balançant dans le vent et se courbant vers moi comme pour me prendre.
Une dernière souffrance, un dernier sursaut, le bruit des tambours fracassant et continu dans les oreilles, les yeux écarquillés, une dernière pensée fugitive vers un visage, une odeur, le frôlement de la peau contre la peau.
Puis plus rien ... Le néant, la nuit, la lumière partout, le repos absolu, les miens qui viennent m'accueillir avec amour ...
L'homme en noir baissa les yeux tandis que la femme se leva et tendit ses bras au dessus du corps de Sam sans vie et de sa voix claire et cria :
"Loués soient les Tuatha Dé Danann !" : "Loués soient on !", répondirent les ombres et les tambours s'arrêtèrent les voix se turent, le silence fut total ...

© Isaac
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chasse perdue : Cara frost et qui veut tuer du loup   Jeu 5 Mar - 11:51


"Retrouvaille"






J’avais déposé Sam mal en point sur la souche d’arbre. J’avais toujours envie d’appeler les pompiers pour les faire venir mais quelque chose m’en empêcha. Une force autour de Sam. Elle me força à partir loin de celui qui avait besoin de soin tandis que des tambours se mirent à résonner dans le bois.

Je me trouvai au côté d’une femme que je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam. Elle regardait elle-aussi la scène se passer sous nos yeux. Je n’arrivais pas à faire le moindre mouvement, toujours contrôlé par cette force invisible. Soudain, une tentacule sortit du corps de Sam et se dirigea vers moi.

J’observai tout ce qui se passait autour de moi sans comprendre. Puis le tentacule s’accrocha à moi. C’était Sam. Il me parla avec cette technique. Il me donna son amitié et ses regrets…

Je me griffai la jambe pour m’empêcher de pleurer. Sam allait mourir. C’était c’est dernière parole à mon égard. Pouvait-il entendre ce que je pensais en même temps ? A ce moment, mon envie de le retrouver à cause du dérangement, me parut stupide… Inutile même.

J’essayai de sourire mais sans succès, même avec ses paroles rassurantes. « J’allai devenir un grand homme » m’affirma-t-il. J’avais du mal à le croire.

Puis notre lien cessa, il passa à la jeune femme à côté de moi. Elle non plus ne pouvait pas bouger. On était coincés et on assistait à des funérailles étranges.

Le sang de Sam coula formant une croix. En même temps, le sol trembla, soulevant la poussière et la terre.

Je vis alors deux personnes venir à lui. Il sourit aux deux nouveaux individus. Les silhouettes, à côté de lui, se comportaient comme des parents. Et j’eu l’affirmation de leur parenté avec Sam, quand ils lui parlèrent.

L’homme, laissa son enfant et partit à l’opposé allumer un feu. Je ne savais pas ce qui se passait mais je restai là, à regarder la mort d’une personne. D’un ami dont je ne savais presque rien. Aurait-il voulu que d’autre personne assiste à ses funérailles à ma place ? Surement.

Après l’action, des champs s’élevèrent un peu partout rendant hommage à Sam, mon nouvel ami… Ancien aussi. Je sursautai quand je vis l’arbre entier devant moi. Derrière, des guerriers chantaient et tapaient de leur bouclier.

Un rituel magique ? Le rituel débuta grâce au père de Sam, il dit des phrases simples que les gens autour de Sam répétèrent.

Je sursautai quand je vis Sam souffrir, je voulais l’aider mais je ne pouvais rien faire d’autre qu’assister impuissant à cela. Une forme, soudain, s’extirpa de Sam. J’eus peur au début, mais en me rappelant Henri, je comprenais que mon ami était lui aussi un être surnaturel. Un vauteour s’extirpa du corps me rappelant les légendes romains sur la monté de l’âme vers le ciel. L’aigle était le symbole de Zeus. Dans les signes mortuaires, voir un aigle lors d’un enterrement, signifiait que l’âme du défunt montait ailleurs que dans les limbes.

Le père de Sam répéta ses incantations, faisant souffrir Sam et faisant sortir des animaux de son corps. Il fit cela à plusieurs reprises libérant un ours, un cerf et un loup garou.

Lors de la dernière parole prononcée, les animaux hurlèrent pour rendre hommage à Sami. Puis tous cessa. Je regardai le corps de Sami. Les tambours ne jouaient plus, les âmes et fantômes ne chantaient plus. La forêt ne bougeait plus. Les animaux et le vent s’étaient tû.

Sam n’était plus.

Je regardai la souche et ne bougeait pas, je n’en avais pas la force. Je venais de gagner un ami mais de le perdre aussi vite. Je me sentais faillir. Mes yeux se gorgèrent de larme et je ne pus les retenir. Je pleurai la mort d’un ami.









Dernière édition par Caracole O'brien le Mar 17 Mar - 15:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cara Frost
Modérateur
avatar

Alias : Reine des Neiges
Messages : 214
Dollars : 256
Date d'inscription : 17/08/2014

MessageSujet: Re: Chasse perdue : Cara frost et qui veut tuer du loup   Ven 13 Mar - 22:28


Le vent l'emportera..
"Quand on a 15 ans, la voix retentit. C’est simple finalement, l’armoire à pharmacie. La conne à chialer, mais déterminée. Elle n’a pas su trembler, elle a tout avaler. En fermant les yeux, la mort et l’amour à deux. La mort et l’amour, Adieu..."


Le spectacle qui se déroulait sous le regard émeraude et perplexe de la chasseuse n'avait rien de simpliste. Elle observait tout ceci silencieusement, alors qu'une aura s'était formée autour de cette endroit, elle s'y sentirait presque mal à l'aise dans ce cercle mystique.
Ces hommes et ces femmes s'étaient levés pour lui, pour ce sang versé.. Un instant son cœur s'emballa légèrement, si cette connerie là existait, pourquoi pas Dieu ?
Ses souvenirs s'égarèrent sur ses cours de lycéenne, elle n'allait tout de même pas finir comme Don Juan, aujourd'hui la religion n'avait plus de valeur, mais quand on connaissait le revers du monde, tout devenait tout à coup plus probable, de nouvelles portes s’entrouvraient.
Mais rien ne se passa pour sa part, ces gens là étaient captivés par celui qui hurlait des paroles d'une autre langue, d'un autre pays, d'une autre magie, il lui sembla résonner plus fort pour elle, plus fort encore que ces cris.
Immobile, elle avait perdu cette inconstance qui la caractérisait, plus rien ne bougeait si ce n'était ces ombres, ces silhouettes qui parlaient, qui priaient..
Son regard se fixa alors sur ce corps dont l'âme se divisait étrangement, des animaux ? Un vautour, répugnant et gauche s'envola, puis un cerf, fier et majestueux bondit, enfin, un ours énorme, fort et robuste s'extirpa de ce corps à l'agonie, et finalement, un loup, solitaire et orgueilleux vint se placer docilement à un coin de cette souche.
Si elle avait eu la force de plaisanter, elle aurait que la sienne avait la forme d'une belle petite vipère, un serpent rampant lentement, sifflant et menaçant, qui avait pourtant pris la forme du plus doux des animaux, avant de montrer son véritable visage, mais il est déjà trop tard, le venin coule déjà, comme ce sang bordeaux qui se répands sur la souche d'arbre qu'il avait décidément souhaité atteindre avant de mourir.. Pourquoi s'éteindre quand on peut être sauver ?
De toute évidence, il n'avait rien d'autre à sauver que lui même, un être aux aspects brisés, déprimés.
Le jeune blond qui s'était lui aussi retrouvé coincé dans cet arc spirituel, observait avec attention ce qu'il se passait, ils n'étaient que les spectateurs de cette mort sanctifiée par des êtres, eux-mêmes, déjà morts.
Enfin, dans un ultime cri, le rythme, le tempo, la cadence se fana comme une fleur aux premiers signes de l'automne, et plus rien, un silence qui ne dura qu'une poignée de seconde avant qu'il ne résonne dans les grandes branches..
Son cri, le seul et l'unique, l'ultime, le fatal.. L'annonce de la mort. Elle était la Mort.
Elle n'avait pu retenir ce que son pouvoir lui avait imposé, à croire qu'elle n'apprendrait jamais à contrôler ce pouvoir qui dépassait toutes les limites de l'imaginable.
Son souffle dans le vent semblait résonner, les pleurs de ce garçons lui semblait si lointain, faire preuve de tel sentiment pour une simple vie volée, les sanglots versés ne ramèneraient jamais quelqu'un de l'au-delà.
La mort, c'était bien souvent quelque chose de définitif, même si on lui avait récemment prouvé le contraire, même si cette fille, lui avait montré qu'on pouvait revenir d'outre-tombe, Cara ne pensait que suite à un cri aussi strident que funeste, on puisse se relever d'entre les morts..
Elle était déroutée, perdue, elle ne savait plus quoi penser, et le seul moyen pour elle de se reprendre, était d'être fidèle à elle-même.

-Chiale autant que tu veux gamin, ça ne le ramènera pas, il est mort. Cracha-t-elle vulgairement avant de se lever

Il ne lui restait plus qu'à faire demi-tour, mais, son instinct l'alerta, quelque chose clochait par ici, et elle ne ferait pas un mouvement tant qu'elle ne saurait pas ce qui causait chez elle un tel malaise.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

      «OOPS!...I DID IT AGAIN, I PLAYED WITH YOUR HEART, GOT LOST IN THE GAME ! OH  BABY, BABY.. OOPS!...YOU THINK I'M IN LOVE ! THAT I'M SENT FROM ABOVE.. I'M NOT THAT INNOCENT !»
      Cara Frost:  Bastard is coming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chasse perdue : Cara frost et qui veut tuer du loup   Mar 24 Mar - 14:29



Hariwald, Roi, Héraut, oui, jusque la première lune de Mai





La tradition:
 
Entre la vie et l'autre vie:
 
Le retour
Le cris avait été lancé, preuve que la mort était passée en ces lieux. Tout étais silencieux, attentif, immobile, à peine troublé par des sanglots humains et une remarque acerbe ...
Chacun pouvait entendre le battement de son propre coeur au milieu de ce silence de plomb.
Tout à coup, un grésillement se fit entendre, comme celui d'un vieux poste après la fin des programmes, et de la souche commencèrent à s'élever milles feux follets, milles étincelles lumineuses dotées d'une vie propre comme des lucioles vertes et or qui en sortaient de tous les pores, parfois même traversant le corps étendu pour venir s'assembler au dessus de lui et entamer une farandole exubérante.
D'un coup jaillit du cercle des Guerriers irréels assemblés tout autours le choc brutal des armes contre les boucliers ou les armures, faisant sursauter les êtres vivants étrangers à la cérémonie.
Une fois seulement cela claqua, comme des tambours à l'unisson, puis, le silence revint, plus lourd encore ...
Et encore une fois ils frappèrent, suivit à nouveau du silence, plus court cependant avant qu'à nouveau ils recommencent.
Tel un coeur géant qui repart, lentement, inexorablement, ils battaient la mesure.
Et là bas sur la souche, le corps s'arqua soudain, faisant entendre l'air remplissant des poumons avides, les yeux écarquillés sur un autre monde, étonnés de cette vie renaissante avant de se fermer à nouveau quand tout retomba ensuite, comme épuisé ...

L'obscurité, le silence, puis une ignoble impression d'étouffer, d'avoir les poumons qui se consument, entendre à nouveau le bruit de mon coeur battre dans ma poitrine à défaut de ce qui m'entoure car mes oreilles sont sourdes.
D'un coup les réflexes vitaux prennent le dessus, j'ouvre la bouche et aspire de toutes mes forces l'air à pleins poumons, comme un plongeur au bout de ses réserves qui crève la surface.
Mes yeux aveugles au début commencent à distinguer quelque chose, une multitude de points brillants au dessus de moi, mais mes forces me quittent tout à coup et je m'effondre.
Ma poitrine se soulève, mon coeur bat, mes yeux regardent le firmament, identifiant les étoiles au milieu des lucioles, puis hypnotisé par le visage qui me regardait en transparence.
Un mot passa mes lèvres sèches, un nom, un souffle :
Max ...
Je tendis une main vers lui, mais il disparut alors au milieu du tourbillon des lucioles.
Au prix d'un effort inhumain j'arrive à me mettre sur les coudes, puis à m'assoire, me prenant la tête où résonnaient des tambours et la secouant pour tenter de les faire taire et d'apaiser ma souffrance.
Quelqu'un s'agenouille à mes côtés et me prend le visage dans ses mains. Des mains fines et douces qui m'inondent de paix et d'amour.
Mes yeux mettent un moment à s'accoutumer et enfin je plonge dans dans ceux de ma mère qui me scrutent jusqu'au tréfonds de mon âme.
Elle a l'air anxieuse, cherchant quelque chose en moi, puis, un sourire éclatant s'affiche sur son visage ainsi qu'un immense soulagement et elle tourne la tête pour s'adresser à quelqu'un derrière elle.
Tout va bien, il est neutre, il a réussi !
Une grande silhouette noire s'encadra derrière elle, mon père, et je le vis porter ses mains à sa capuche pour l'enlever alors qu'elle se levait, me tenant la main.
Chacun me soutenant d'un côté, ils m'aidèrent à me lever et me soutinrent alors que je tanguais lamentablement.
Je me retrouvais face à face avec mon père pour la première fois. Nous avions la même taille et nos traits étaient sans conteste apparentés.
Son visage était à la fois beau et sauvage, à la peau sombre et lisse, aux pommettes plus saillantes et ses yeux en amandes d'un noir de geais étaient illuminés en leur centre par un rubis.
Ses cheveux étaient mi longs, quelques mèches étaient passées derrière ses oreilles pointues desquelles partaient de long favoris sombres qui lui mangeaient le bas du visage presque jusqu'au menton.
Je me sens mieux à présent et je regarde autours de moi, mes totems sont là, prêts à revenir en moi, mes parents sont descendus de la souche, la main dans la main et me regardent.
Tout autours de moi ils y a ces ombres, ces esprits de tous les druides quels que soient leur lignées, toutes liées à un moment ou un autre à ce Nemeton ou à mon clan, ma famille.
Et là bas au loin je distingue dans la nuit les 2 humains, celle qui m'a frappé et pourchassé et celui qui m'a aidé à monter sur l'Arbre.
Envers ces 2 là j'avais une dette, pour le plus jeune, je savais comment m'en acquitter, mais pour l'autre, la banshee ...
Mais je n'en suis pas encore là. Je fixe mon vautour, relique de mon appartenance au clan de mon oncle, et je lève la main pour la poser dans l'air à l'endroit de son front, et sa forme disparaît devenant une brume blanche d'où renaît une autre forme, celle d'un grand aigle à col blanc, symbole des amériques.
A nouveau je touche son front mais là il entre en moi mêlant sa force à la mienne.
Je me tourne ensuite vers l'ours, hérité des forêts du LowLand et le change en un autre, bien plus grand et puissant, le Grizzly du Nord que j'absorbe à son tour.
Viens ensuite le loup dont l'essence devient celle de mes ancêtres Fenrisúlfr qui se fond en moi m'apportant la joie.
Quand le cerf est touché, symbole de ma mère et de sa lignée, il vient en moi simplement, tel qu'il est.
J'entend mon père se racler la gorge et me tourne vers lui, droit et à nouveau fort. Mes yeux tombent sur la créature qui n'a pas bougé, à genoux, les poings dans la terre et le front bas, soumise.
Je tends la main vers lui et il lève la tête, les yeux pleins d'un sauvage espoir :
Viens, ta place est en moi aussi, nous sommes un jusqu'au bout ...
Et il bondit jusqu'à moi, me saisit la main et y colle son front pour disparaître aux yeux de tous, rejoignant les autres...
Et pour la première fois depuis des lustres, je me sens entier, fort, vivant.
Un cris s'élève alors de partout, poussé par des gorges sans chaires :
"Loué soit le Hariwald !" Et tout disparut, tout redevint normal, juste les grands feux qui éclairaient encore nos silhouettes, la mienne au milieu de la souche, celles de mes parents, et loin là bas, celles des 2 créatures.
Ma mère m'envoya un baiser, mon père me salua de la tête, et ensemble ils disparurent dans la nuit, silencieusement.
Je descendis de l'Arbre, mes blessures étaient fermées et guéries ne laissant que des cicatrices sur ma peau, souvenirs de ces moments pour les temps qui viendraient.
Je les regardais, ils semblaient indécis, et leur fis signe d'approcher :
caracole ! Viens! Approches ...
Quand Caracole fut devant moi, je posais mes mains sur ses épaules :
Caracole, je t'ai dis la dernière fois que tu serais un grand guerrier, tu vas l'être aujourd'hui. Sache que chez les druides il y a 3 grands ordres, les sages qui travaillent de leurs esprits et sur l'ether, les bardes qui sont la mémoire et gouvernent aux vents et aux rivières et enfin les gurriers, les Bersekers originels chargés de protéger et de garder les troupeaux en paix.
Tu es par essence un Guerrier, il ne manque en toi qu'une étincelle pour allumer le feu qui doit y brûler ...

Je pris sa figure entre mes mains et d'un simple tentacule spirituel, j'ouvrais en grand les vannes de son esprit et y allumais la flamme divine qui attendais depuis sa naissance.
Je l'embrassais ensuite sur le front et reposais mes mains à nouveau sur ses épaules :
Caracole O'Brian, te voilà maintenant druide du troisième cercle, chaque jour et pendant toute ta vie si tu le désires, tu viendras poser tes mains sur cette souche et elle te délivrera son enseignement sur l'art du combat et des pouvoirs accumulés depuis des milliers d'années... A toi de les maitriser et d'en faire bon usage ...
Je lui donnais alors une petite tape sur l'épaule et disparus dans la nuit ...
© Isaac


Dernière édition par Sam Ildanach le Mar 21 Avr - 11:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chasse perdue : Cara frost et qui veut tuer du loup   Ven 27 Mar - 14:42


"Sam, ne me laisse pas seul !"






-Chiale autant que tu veux gamin, ça ne le ramènera pas, il est mort. Cracha-t-elle vulgairement avant de se lever

Je regardai la femme auprès de moi, une chasseuse ? Une des femmes qui a attaqués Henry ? Je la regardai, pourquoi en avait-elle après Sam ? Il n’avait rien fait de mal, il voulait juste aider les gens et rien d’autre ?

Je regardai le corps, tandis que la femme partie mais revint juste après. Elle avait senti quelque chose ? Un retour ? Son retour ? Mon cœur s’emballa soudain.

Espérant que ce soit ça, je regardai vers l’arbre, me retournai vers la femme :

— Il n’est pas mort !

Je savais qu’elle ne me croyait pas, mais bon. J’avais cette intuition là en moi. Il ne pouvait être mort… Il devait vivre. Ou est-ce que je le désirai plus que tout ?

Je restai sur place. Pouvais-je encore bouger ? D’après les mouvements de la chasseuse, oui. Mais je m’en avais cure, je pensais qu’à Sam. Il devait survivre. Mais un long silence régner en ces lieux. Un trop long silence. Comme si la nature, triste elle aussi, le savait mort à jamais.

Je regardai l’arbre surpris par ce que je voyais sous mes yeux. Etait-ce possible ?  Il tremblait, se soulevait, sous une immense force, feu-follet par millier, des étincelles vertes. Les guerriers disparus, sortirent à nouveau du sol, un nouveau spectacle allait avoir lieu. Ils congères leur armes contre leur bouclier. Le bruit résonna partout même dans mon cœur qui au lieu de battre comme toujours, s’affola et prit le rythme guerrier. Ils réitérèrent leur jeu plusieurs fois. Jusqu’à, jusqu’à…

— Sam ! hurlai-je apeuré.

Son corps s’arqua plusieurs fois, comme si quelques choses ou quelqu’un était entré en lui. Il revenait comme je le souhaitai ? Sam. Je regardai le corps attristé de le voir souffrir. Il souffrait encore même mort ? Qui voudrait subir cela ? Sam.

Puis plus rien. Toujours là, à regarder le corps de mon ami, je n’osais dire un mot. La peur de dire une erreur et qu’il disparaît à tout jamais.

— Sam, il est vivant… Sam ?

Je voyais, imperceptible, son corps se soulever avec lenteur. Je serrai mes poings. Je bouillai intérieurement. Il vivait ? Mais… Comment pouvait-il revivre ? Etait-ce possible ? Je souri heureux. Je ne savais plus ce que je disais.

— Il est vivant.
— Max, répondit-il.

On ne comprenait pas ce qu’il disait, c’était trop faible pour cela. Mais il avait appelé quelqu’un. Il avait quelqu’un pour lui ?

Je voulais m’approcher de lui pour l’aider. Je voyais qu’il souffrait pour se mettre debout, il avait du mal avec cela. A l’aide de son coude, il s’installa à genoux. Une personne se forma à côté de lui. Je ne comprenais pas ce qu’elle faisait…

— Tout va bien, il est neutre, il a réussi !

Réussi ? Réussi quoi ? Que lui avait-on fais ?

Je ne disais plus rien, écoutant ce qu’on lui disait. Sam. J’étais inquiet pour lui, mais ne bougeai pas de peur de faire une erreur. Il nous regarda, moi et la chasseuse puis, les animaux qui étaient sortie de son corps, réapparurent. Sam, l’un après l’autre, les toucha pour les reprendre en lui pour récupérer ce qui lui manquait.

— Viens, ta place est en moi aussi, nous sommes un jusqu'au bout ...

Il amena les animaux en lui et ce fut autour du dernier. Un cri sombre sortie de toute la forêt et me fit sursauter. Un bruit à faire peur. Comme déglutit Une simple phrase qui disait :

"Loué soit le Hariwald !"

Sam descendit de l’arbre, je n’osai pas m’approcher de lui, inquiet par ce qu’il avait fait, qu’il m’ait oublié à cause de la transformation.

— Caracole ! Chasseuse ! Venez, je ne vais pas vous manger ! Approchez ...

Je lui souris. J’étais toujours dans sa mémoire. Heureux je m’approchai en courant vers lui.

— Sam, t’es pas mort.

Je me retins de lui sauter dessus, je retins aussi mes larmes en pinçant mes joues.

— Tu vas bien ? Qu’est-ce qui s’est passé ? T’as rien ?

Je lui posai plusieurs questions même si je me doutai qu’il avait d’autre envie en tête.

— Euh désolé je ne veux pas t’embêter… Et je continue. Désolé.

Je me tu soudain, pour ne plus faire de bêtise. Mais j’étais toujours heureux de le voir en vie. Il me dit alors sans que je ne puisse dire grand chose :

Caracole ! Viens! Approches ...

Je m'approchai delui

Caracole, je t'ai dis la dernière fois que tu serais un grand guerrier, tu vas l'être aujourd'hui. Sache que chez les druides il y a 3 grands ordres, les sages qui travaillent de leurs esprits et sur l'ether, les bardes qui sont la mémoire et gouvernent aux vents et aux rivières et enfin les gurriers, les Bersekers originels chargés de protéger et de garder les troupeaux en paix.
Tu es par essence un Guerrier, il ne manque en toi qu'une étincelle pour allumer le feu qui doit y brûler ...

Il m'embrassa sur le front et termina sa phrase :

Caracole O'Brian, te voilà maintenant druide du troisième cercle, chaque jour et pendant toute ta vie si tu le désires, tu viendras poser tes mains sur cette souche et elle te délivrera son enseignement sur l'art du combat et des pouvoirs accumulés depuis des milliers d'années... A toi de les maitriser et d'en faire bon usage ...

Il me donna une tape sur l'épaule et disparu...

— Sam...





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chasse perdue : Cara frost et qui veut tuer du loup   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chasse perdue : Cara frost et qui veut tuer du loup
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chasse perdue : Cara frost et qui veut tuer du loup
» L’Occident veut tuer les africains pour se sauver de la crise economique
» hésitation-eclipse
» Rôles
» Et si on veut tuer des PNJs humains sur Pégase....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG :: Beacon Hills :: Forêt de Beacon Hills :: La falaise à la lisière de la forêt-
Sauter vers: