Teen Wolf RPG
Alpha, Beta ou Oméga, et vous que choisirez-vous ?


Forum fermé.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Colocataire ou simple squatteur ? | [PV : Fhury]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Colocataire ou simple squatteur ? | [PV : Fhury]   Dim 1 Mar - 20:23


   
journée déménagement !

   
ethan sharp — the crazy alpha


   

Alors que je venais d'arriver dans ma bon vieil hangar, je me déplaçais à une vitesse incroyablement rapide afin de ranger toutes mes affaires. J'allais déménager et m'installer avec Fhury, une belle demoiselle dont je venais de faire al rencontre. C'est vrai que c'était une décision plutôt rapide, mais très désirée. Mes mouvements se faisaient de plus en plus rapide et je jetais mes affaires de loin, dans un grand carton qui se trouvait au centre du hangar. Si quelqu'un m'aurait filmé à ce moment là il aurait même pu nommer la vidéo "Ethan, le déménageur de l'extrême". Et plus je m'avançais dans mon rangement, plus je me rendais compte du fait que le hangar était devenu vide d'un seul coup. Lorsque toutes mes affaires se trouvaient dans ce même et unique carton car oui je n'en avais pas beaucoup, je me suis alors assis par terre et contemplais les différents recoins du bâtiment. Disons que j'étais devenu nostalgique, cet hangar représentait beaucoup pour moi. J'y ai souffert de nombreuses fois et y ai fait la totalité de mes tatouages, mais jamais je ne l'oublierais. Il resterait gravé à jamais dans ma mémoire de petit con. Je m'étais d'ailleurs dit que j'y reviendrais de temps en temps, histoire de voir ce qu'il devient.

Je me suis par la suite relevé et ai commencé à me diriger vers la sortie en portant le carton remplit de ms affaires. Mais alors que je l'ai posé dehors afin de pouvoir refermer le hangar, je me rendais compte à quel point j'étais vraiment.. Con. En effet, mon seul moyen de transport était ma moto cross et à moins de faire apparaître un coffre sur ce deux roues en claquant des doigts comme par magie, j'allais devoir me débrouiller seul et autrement. Tant pis, je venais de refermer la porte du hangar et m'étais installé sur la moto de manière assez étrange.

Je tenais l'accélérateur de mon bolide avec une main, et le carton avec l'autre main. J'espérais avoir un meilleur équilibre par la suite, mais c'était surtout histoire de démarrer et pouvoir tenir avec ce carton jusqu'à mon arrivée chez Fhury. En parlant d'elle, je venais de repenser à cette invitation qu'elle m'avait en quelques sortes laissée. Je crois bien que durant quelques instants je me posais la question si je n'étais pas devenu complètement fou d'elle. En partant elle m'avait affirmée être vierge, mais ce n'était pas quelque chose qui me gênais à vrai dire. J'étais plutôt gêné par le fait que pour sa première fois, je n'avais aucun cadeau sous la main à lui apporter. J'allais devoir faire avec, et commençais donc à prendre la route en direction de l'adresse qu'elle m'avait indiquée.

Je roulais vraiment lentement pour pouvoir garder un certain équilibre, et repensais en même temps à mon vieil hangar. Je me demandais alors s'il allait me manquer, mais au moins j'allais avoir une colocataire des plus douce, des plus envoûtante et j'espérais de tout coeur qu'elle m'apprécierait tel que je suis. Au bout de quelques minutes, j'arrivais au dernier virage et prenait le soin de me pencher sur le côté afin de bien le prendre. Mais grosse erreur de ma part puisque le poids de ma moto additionné à celui de mon carton m'a fait divagué et je me suis rapidement retrouvé par terre, juste devant l'adresse qui m'avait été indiquée. Je me suis alors relevé et ramassais mes affaires qui s'étaient étalées sur le côté de la route. Je les ai fourrées dans le carton et ai poussé ce dernier jusqu'à la porte d'entrée de la maison de Fhury. J'espérais que personne ne m'aurait entendu, et suis remonté sur ma moto.

J'ai alors voulu me garer tout en douceur sur le trottoir mais avec Ethan il se passait toujours quelque chose. Je me disais bien que j'avais entendu un drôle de bruit, et en me retournant je pouvais apercevoir le fait d'avoir écrasé quelques fleurs du voisin. Et merde.. J'allais devoir faire quelque chose, car c'était bien plus que visible là. Je suis alors descendu de mon deux roues et ai arraché les plantes qui étaient écrasées. Mais là voilà l'idée !.. C'était génialissime ! Enfin pour moi en tout cas, sûrement pas pour le voisin. En effet, en arrachant les plantes de ce dernier je m'étais rendu compte que ça commençait à donner un beau bouquet. J'ai alors poursuivit mon boulot de jardinier en arrachant quelques roses et autres fleurs afin d'avoir là un merveilleux bouquet. Et les femmes adorent recevoir quoi ?... DES FLEURS mon pote, et ouais ! Ethan, tu venais de toucher le gros lot !..

Je m'approchais donc de la porte d'entrée de la demoiselle au regard envoûtant et me préparais psychologiquement à la voir. C'était un véritable travail pour moi, car elle était tellement... Je ne trouvais plus mes mots pour la décrire. J'ai donc appuyé sur la sonnette de sa porte et n'avait plus qu'à attendre et espérer que tout allait parfaitement bien se dérouler. Bon je venais juste de me casser la gueule dans sa rue et ai arraché les fleurs du voisin, mais je sentais que le reste de la journée allait me plaire. Et juste au cas où elle n'aurait pas entendue le bruit de la sonnette, je m'étais décidé à rajouter ma petite touche personnelle. 

• Salut !.. C'est le nouveau colocataire ! Criais-je alors à un tel point qu'on aurait pu m'entendre dans toute la rue.
   



   

   
(c) MEI

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Colocataire ou simple squatteur ? | [PV : Fhury]   Lun 2 Mar - 14:55




Colocataire ou amant?


Quarante cinq minutes de plaisir... Et bah ! On pouvait dire que je me sentais... Soulagée. Je me levais difficilement, les membres encore engourdis de plaisir. Je me traînais sous la douche après m’être déshabillée. L’eau bouillante me dénouait les muscles et je soupirais de bonheur... Bien que j’avais peur de l’eau en grande quantité comme la mer, les douches ou bain, je les adorais plus que tout.

Une bonne dizaine de minutes plus tard, j’enroulais une serviette autour de moi et descendis dans la cuisine pour préparer à manger pour Ethan... Etant donné que je lui avais gâcher son repas, je pouvais au moins lui en offrir un... J’ouvris le congélateur et en sortir un morceau de bœuf. Je le posais sur le plan de travail pour le laisser décongeler le temps que j’aille m’habiller et m’attacher les cheveux en queue de cheval haute. J’enfilais un pyjama. Enfin une nuisette ou chemise de nuit au choix. Blanche immaculée, elle s’arrêtait pile à mes genoux, cintrée au niveau de la taille, elle devenait plus large au niveau des jambes. De minces brettelles posées sur mes épaules, descendaient vers un joli décolleté en forme de cœur. Pas de vulgarité mais de la sensualité. Ethan devrait s’y habituer car ce pyjama la était le moins sexy que j’avais. Le plus doux même... A vingt ans je ne supportais plus les chemises de nuit avec les licornes !

De retour dans la cuisine, je fis chauffer le riz dans une casserole pleine d’eau tandis que je cuisais le bœuf dans une poêle. J’avais mis en fond sonore du Rammstein, et me trémoussais sur « Te Quiero Puta ». Cette musique, bien que contrastant avec mon apparence de fille sage, était ce que je préférais quand je devais me motiver. Sinon je pouvais tout aussi bien écouter du classique, du rock ou même du rap. J’étais impatiente de le voir... Et j’avais un peu peur aussi. Qui me disait qu’il allait venir ? Ou même qu’il n’avait pas profiter de mon état pour m’entourlouper ? Je me souvenais d’une phrase que ma mère m’avait dit un jour :

« Je préfère faire confiance et être déçu, que de me méfier de tout le monde et rater de belle rencontre. »


Je devais avouer que j’étais comme elle. Même si cela était dangereux. Surtout pour une fille qui vit seule... Le repas était presque fini et la musique avait changé pour du Kyo « Dernière Danse », un groupe français que j’appréciais beaucoup. Je regardais l’heure et sursautais quand la sonnette retentis. Je baissais le son de la musique quand j’entendis Ethan crier, m’arrachant un sourire. Quel idiot ! Je lui ouvris et je ne vis que des fleurs... Etait ce pour moi ? Je me déplaçais pour le laisser entrer.

« Tu n’as pas eu trop de mal à trouver ? Pose tes affaires et suis moi... »

Je lui tournais le dos et pris la direction de la cuisine. Je lui indiquais le repas que je lui avais préparé, lui expliquant que c’était en dédommagement de son hot dog... Je rougissais et n’osais pas le regarder en face, alors je me mis à faire la vaisselle, dos à lui encore une fois. Un silence gêné s’installa entre nous. Je me mordais la lèvre, ne sachant que faire...

holliday creation
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Colocataire ou simple squatteur ? | [PV : Fhury]   Jeu 5 Mar - 15:48


   
Pourquoi ce silence ?

   
ethan sharp — the crazy alpha


   

J'entendais quelqu'un approcher, et devenais de plus en plus impatient à l'idée de voir Fhury. Je me demandais bien comment est-ce qu'elle allait réagir, mais mon attente ne fût pas longue, puisqu'elle venait d'ouvrir la porte et s'était décalée sur le côté afin de me laisser entrer. J'ai donc fait mes premiers pas dans sa demeure tout en poussant mon carton remplit d'affaires avec mon pied, et ai déposé les fleurs sur une table basse que j'avais remarqué.

• Tu n’as pas eu trop de mal à trouver ? Pose tes affaires et suis moi...
J'ai donc laissé mon carton dans un coin et commençais à suivre Fhury dans la maison, me demandant ce qui pouvait bien s'être passé. Elle avait effectivement l'air un peu différente, comparé à notre dernière rencontre. Elle avait gênée, autant qu'avant voire un peu plus peut-être. J'espérais ne pas l'avoir dérangée, et me demandais bien où est-ce qu'elle était entrain de m'emmener.

• Naaaan.. Un jeu d'enfant ! Disais-je en souriant
En réalité je me suis juste ramassé comme un gros tas de merde, et ai écrasé les fleurs du voisin, mais à part ces deux "petites situations", tout s'était bien déroulé. Elle m'a alors montrée un repas qui était présent et me disais que c'était en "dédommagement" du hot-dog. Je me suis donc mit à rire en lui disant qu'elle n'était pas obligée, mais la remerciait. Néanmoins, je n'étais pas parti m'installer car Fhury n'était plus présente auprès de moi. Et puis je n'allais tout de même pas manger seul. Elle venait de repartir en direction du lavabo et commençait à faire la vaisselle. Je me disais donc que quelque chose n'allait vraiment pas, mais n'arrivai pas à y mettre une conclusion dessus. Je me suis donc approché d'elle et ai refermé le robinet, tout en regardant la demoiselle d'un air examinateur.

• Toi, y'a quelque chose qui te trottine dans la tête, j'arrive à le ressentir. A moi de te changer les idées. Disais-je tout en laissant un baiser sur la joue de Fhury.

Je l'ai donc prise par la main, et l'ai emmenée jusqu'au canapé que j'avais remarqué un peu plus tôt lorsque je suis arrivé ici. Je me suis assis avec elle et puis ai commencé à croiser son regard avec un sourire, me demandant si elle allait commencer à parler. J'avais envie de savoir ce qui n'allait pas, comprendre ce qu'elle avait dans la tête et puis pourquoi pas régler ce soucis afin qu'elle soit le plus décontractée possible. J'ai bien faillit sortir une clope et me mettre à parler à ce moment là, mais je me trouvais dans une maison et ai donc retiré ma main de ma poche immédiatement. Je poursuivais donc mon observation mais ne m'étais pas mit à parler. J'essayais de deviner, un peu comme si c'était une nouvelle énigme que je devais résoudre. Mon caractère de gamin avait reprit le dessus et pour moi c'était comme un jeu. J'essayais à moi seul de comprendre ce qui n'allait pas, mais n'y suis pas parvenu. Alors j'ai décidé de prendre la parole et de tout simplement lui demander, car je suis mauvais perdant et n'en pouvait plus d'attendre.

• Tu n'as pas à être gênée tu sais ? C'est surtout moi qui devrait l'être, je suis chez toi et je me comporte comme si j'avais vécu dix ans ici ! Lui disais-je en riant
 
J'espérais pouvoir la rassurer, et la faire parler jusqu'au bout. Mon regard plongeait dans le sien et je me laissais à nouveau envoûter par les yeux de la demoiselle, en attendant sa réponse avec impatience.
   



   

   
(c) MEI

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Colocataire ou simple squatteur ? | [PV : Fhury]   Jeu 5 Mar - 21:19




Toi et Moi [-16]



• Toi, y'a quelque chose qui te trottine dans la tête, j'arrive à le ressentir. A moi de te changer les idées.

Je rougissais à nouveau... Oui. Bien sur que j’avais quelque chose qui me tracassais. J’étais une fille après tout. Mais je ne savais pas comment lui dire qu’il me plaisait et m’apaisait. Après tout, il en savait déjà beaucoup sur moi si ce n’est tout. Comment réagiraient mes parents si ils savaient ? Question idiote, ma mère est une autiste asperger et mon père un véritable caramel mou... Pas étonnant que je sois comme lui. Je me retiens de rire. Ils me manquaient tous deux. J’espérais vivement les revoir bientôt.

Alors que j’étais perdu dans mes pensées, je n’avais pas vraiment fais attention qu’il m’emmenais dans le salon  jusqu’au moment ou je sentis le cuir froid contre mes cuisses nues. Je ne pu résister à un ronronnement de satisfaction, comme un chaton qui se place sur un lit pour sa sieste. Un deuxième silence s’installa entre nous, ne faisant qu’augmenter ma gêne vis-à-vis de lui. Ohlala... Il devait me trouver complètement nulle...

• Tu n'as pas à être gênée tu sais ? C'est surtout moi qui devrais l'être, je suis chez toi et je me comporte comme si j'avais vécu dix ans ici !

Il capta mon regard, m’empêchant ainsi de me soustraire encore une fois à ses questions. Je l’affronta du regarde puis me pencha vers lui et l’embrassa avec douceur. Ma main se leva et lui caressa la joue puis le cou. Je me reculais pour reprendre un peu mon souffle. J’avais les joues rouges, mon regard plongé dans le sien et mon cœur qui menaçait d’exploser.

« Désolée Ethan.... Je ne  sais pas trop quoi faire... Tu me plait... Beaucoup... Trop peut être. J’ai peur de tomber amoureuse de toi... Tu as été si doux avec moi... Alors que plutôt dans la soirée, j’étais à moitié nue dans les bras d’un autre et que je me suis enfui après lui avoir avouer que j’étais vierge... Et j’ai peur que tu ne me trouves pas la hauteur pour toi... Je ... »

Ma voix se brisa et je me mise à trembler, mes pupilles se fendirent, et mes yeux s’emplirent de larmes. Pourtant j’étais incapable de me détacher de cet homme torturé, je succombais à son charme si particulier... Je le pris par la main et le fit me suivre. Nous montions l’escalier, et je tremblais toujours un peu, non plus de tristesse mais d’incertitude. Je m’arrêtais en plein milieu de l’escalier. Avec une marche de plus que lui, je faisais sa taille et je plantais mon regard dans le sien une nouvelle fois. Je l’embrassais à nouveau, avec conviction, envie et désir. Lâchant la bride sur mes pulsions, les laissant s’exprimer pour une fois. Le chat en moi pris légèrement le contrôle, me donnant plus d’assurance. Techniquement je savais ce qu’aimaient les hommes, ayant étais barmaid pendant plus d’un ans, mais niveau pratique à part embrasser... Je détachais mes lèvres des siennes, reprenant la direction de ma chambre, sans lui tenir la main, le laissant là. J’ondulais des hanches en marchant, dans une invitation silencieuse à me suivre. Une fois dans ma chambre je défis ma chemise de nuit, me retrouvant en sous vêtements, dos à la porte. Je me retournais quand j’entendis du bruit derrière moi. Je lui souris avec charme et délicatesse, mes yeux toujours en chat, brillant de désir pour lui.

« Je te veux. Je veux que ce soit toi qui fasses de moi une vrai femme. Toi et personne d’autre... Désolée si tu me trouve trop... Salope, mais je veux de tout mon cœur que ce toi... S’il te plaît Ethan... »

Tout en lui parlant je fis glisser la bretelle de son soutiens gorge, de façon sûr, avec sensualité, un léger sourire en coin, aguicheur. Je me couvrit la poitrine et tint mon haut de lingerie à bout de bras, le laissant tomber par terre avant de dévoiler mes seins, haut, ferme, tendu vers lui. Tandis qu’il me regardait avec cette expression si excitante, je passais les doigts dans l’élastique de mon shorty, me cambrant légèrement en avant tandis que je le faisais descendre très, très lentement sur mes hanches. Je savais que cette vue lui plairait : un corps de femme a semi mue, cambré pour lui, en une autre invitation muette. La question... Viendrait il ?

holliday creation
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Colocataire ou simple squatteur ? | [PV : Fhury]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Colocataire ou simple squatteur ? | [PV : Fhury]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Go Habs Go - Simple Plan
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
» Drôle de colocataire! [PV Takeshi]
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» La Dernière Maison Simple

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG :: Beacon Hills :: Quartiers résidentiels :: Quelque part dans les quartiers-
Sauter vers: