Teen Wolf RPG
Alpha, Beta ou Oméga, et vous que choisirez-vous ?


Forum fermé.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Dim 6 Avr - 23:21

Le RP flood, c'est ici que cela se passe.

A lire le Les régles et le contexte

et votre rôle dans tous ça

Merci à Isa pour cette brillante idée et bon RP.

Là, c'est à vous Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Lun 7 Avr - 10:03



Vous reprendrez bien un peu de sauce piquante ?

J’expliquai que l’on devait mettre deux molécules d’oxygène de ce côté-ci de la réaction si on souhaitait obtenir la stœchiométrie dans cette réaction d’oxydo-réduction. Alors que j’écrivais le O pour oxygène, il me plut de l’agrémenter de pointes. ☼ Je posais le doigt sur le tableau. Un rosier germa et grandit en arabesques pleines de piquants acérés. Il partit à l’assaut de la classe. Avec un sourire satisfait je voyais mes élèves fuir, les vêtements lacérés par les épines.

- Des roses rouges, voulez- vous ?

Je sortis de la classe, chacun de mes pas faisaient naitre des rosiers. Leurs fleurs étaient d’un rouge sang. Sang qui coulait des entailles faites par leurs épines aussi dures que de l’acier. Une fois dehors je scrutais le chaos que je venais de semer et parti dans un grand rire. Une sentinelle semant le chaos ! Voila qui ne manque pas de piquant. J’ajoutai quelques ronces vers le parking, crevant tous les pneus.

- Qui osera m’arrêter ? Qui le peut ?

Pour l’heure je devais la trouver. Je savais que déjà mes rosiers étaient arrivés à destination.

I'm malelicent





Dernière édition par Mafdet Mahes le Lun 7 Avr - 11:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Lun 7 Avr - 10:53




Like a Fairy Tail
Red Apple




Je m'entendais vraiment bien avec Malia. Elle avait ce franc-parler qui m'impressionnait et ce côté curieux que je trouvais craquant. Évidemment, je n'éprouvais rien pour elle. Dans mon cœur il n'y avait que Derek. Mais elle était devenue une bonne amie.

J'allais chercher un jeu dont je ne cessais de lui parler. Elle avait beaucoup à rattraper, et j'avais la ferme intention d'en faire une geek. En revenant sur la terrasse, Beyodn two soul à la main, je me sentis bizarre. Un léger étourdissement me donna même l'impression de voir de la neige. Mais ce n'était surement qu'un rêve. Un rêve où Malia aussi était étrange. Pourquoi me tendait-elle cette pomme rouge avec un sourire malin? Sérieux on se serait cru dans un mauvais remake de Banche-neige.

J'allais d'ailleurs lui lancer une réplique là-dessus, parce que j'étais persuadé qu'elle connaissait au moins Blanche-Neige. Par ce que tout le monde connaissait Blanche-Neige. Cette cruche qui mange une pomme qu'une vieille super louche lui tend. D'ailleurs pourquoi je l'ai dans la main cette pomme déjà? Remarque, elle a l'air bonne, non? Mais quand même c'est super louche. Bah...

Je croquai, sans trop être certain de savoir pourquoi. Je sentis le jus de la pomme couler dans ma gorge, puis j'avalais ma bouchée et soudain je me sentis partir. C'était une blague? Un rêve? Derek...viens me chercher...




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Lun 7 Avr - 14:45



I wanna go

J’étais en train de regarder les plans que me montrait Chad sur son ordinateur. Cela représentait le manoir sous différentes coupes. Le jeune architecte avait bien bossé. Nous étions chez lui. Il modifiait en direct grâce à sa palette graphique. Je devais reconnaitre qu’il était efficace. Il semblait apprécier ce qu’il faisait. Nous discutions de l’élargissement des chambres quand je sentis un appel. Je m’excusais auprès de Chad qui me sembla également perturbé et me laissa partir sans me raccompagner à la porte.

Sur le palier, cet appel se fit encore plus pressant.

« Derek...viens me chercher... »

Stiles ! Vite un cheval ! Euh… qu’est-ce que je dis !! Je filais en direction de la Camaro. Elle avait assez de chevaux sous le capot ! En passant aux abords du lycée, je crus avoir des hallucinations. Il y avait des ronces de partout. Je dus faire un détour.


Revenir en haut Aller en bas
Isabella Eldder

avatar

Alias : ♫ Bella' ♫
Age : 22
Messages : 185
Dollars : 218
Date d'inscription : 14/12/2013
Localisation : Auprés de Scott et de la meute.

MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Lun 7 Avr - 21:25



Return to the sea...



Cela faisait pas mal de temps déjà que je n'avais plus conversé avec mon amie canidé. Il était vrai qu'avec la meute, j'étais énormément sollicité, déjà parce qu'il fallait s'assurer qu'il y ait toujours assez de nourriture, que tout se passe bien, que personne ne se rendent compte qu'il n'y a pas un adulte responsable dans la maison, et ainsi de suite. C'est pourquoi, ce soir, je m'étais éloignée de la Tanière, en sachant pertinemment où je pourrais trouver la bête sombre - qui avait pensé mes vieilles plaies morales au sujet d'Isaac il y a deux ans - tout prés du lac. Je ne m'attendais pas à la voir immédiatement au bords de l'eau, mais je savais qu'elle apparaitrait non loin de là dans la soirée.

Alors, j'avais attendue.

Une fois arrivée, la métamorphe des enfers et moi-même avons joué un temps, parfois avec l'eau pourtant fraiche, parfois avec des chatouilles. Je m'amusais bien, lorsque l'atmosphère chuta encore de quelques degrés. Levant nos yeux vers le ciel, les flocons vinrent chatouiller mon visage. J'étais émerveillée, de la neige, et vraiment superbe en plus. Un frisson parcourut mon échine et je tendis les mains vers le ciel pour recueillir les douces perles blanches qui tombaient. Je n'entendais plus rien, quand soudain...

Mes jambes cédèrent sous mon poids de plume,
Un tourbillon violent me tira donc sous l'eau.
La douleur fut telle que qu'un cri jaillit d'en haut.
Et soudain, sans comprendre, ma vie devint écume.

La douleur passa finalement, mais alors que je contemplais mes jambes, la panique s'empara de moi, pourquoi étais-je devenus ainsi? Les sirènes sont des êtes futiles et insolents, je ne peux pas... je... Mon cœur me fait mal... Mon amour est si loin, que dois-je faire, comment puis-je l'aimer, je ne suis qu'une sirène... Non, je suis une lym... Oh Scott mon prince, quand te reverrais-je enfin? Quoi? mais... Mais qu'est-ce qu'il m'arrive? Je voulus appeler à l'aide, mais mon esprit sembla partir dans une histoire onirique...

"Mon seul désir,
Vivre à tes cotés,
Mon seul espoir,
Rester là prés de toi,
Te regarder me sourire,
Tendre les bras..."

[/size]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Lun 7 Avr - 23:50

Danser pour la justice

"Entends pour mes frères
Cette humble prière
Car les miséreux
Sont enfants de Dieu"

Je suis assise sur la terrasse de la Tanière, jouant un morceau d'Oasis lorsque, d'un coup, ma guitare me saute des mains et commence à jouer seule une mélodie qui m'est familière, sans que je puisse en retrouver la provenance. Et tout en continuant de jouer, l'instrument prend la forme et le son d'un luth. Mais qu'est-ce que c'est que ça ?

Le pire, c'est que ça continue : je sens un léger courant d'air sur mes jambes, et au lieu d'y voir le jean bleu nuit que je portais encore cinq minutes plus tôt, une longue jupe de couleur mauve me fait face. Je porte désormais aussi un chemisier laissant mes épaules nues, et mes pieds sont nus, eux aussi. Ensuite, prise d'un élan étranger, je me lève et me mets à danser, libre comme le vent...

Un sentiment de rébellion lui aussi étranger se met à croître en moi, me disant que les bannis ont droit d'amour. Les bannis ont droit d'amour... Le chemisier blanc, la jupe mauve... Tout me revient, maintenant. Mais pourquoi me suis-je soudainement transformée en Esmeralda ?

Je ne comprends pas... Pourquoi personne n'est tolérant envers les autres ? Pourquoi demander de l'argent, de la gloire, alors qu'on pourrait vivre d'amour et de tolérance ?
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge


Dernière édition par Ariana Heavens le Mar 8 Avr - 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Mar 8 Avr - 11:45



Sleep





Ce pauvre sac n'a rien demandé, mais il s'en prend quand même plein la tronche. Tout ça à cause de ce couillon de Miya. Il n'a même pas attendue que notre maison soit terminée. Il abuse! Il m'énerve! Raahhhh!

Un coup beaucoup plus violent projette le sac à l'autre bout de notre salle d'entraînement. Je soupire et remonte à l'étage. Je me serre un verre et j'en profite pour en amener un à Ariana qui joue sur la terrasse. L'entendre jouer me fait autant de bien que de mal. Je pense à Miyavi, puis je me souviens qu'il est parti. Je lève le nez quand je sens un flocon. C'est étrange, ce n'est pas la saison. Enfin...

Je préviens Ariana que je file sous la douche et je m'exécute. Quand j'en sors, j'entends un son tout  fait différent. Qu'est-ce qui est arrivé à Ariana? Et pourquoi ça me donne envie de danser avec elle et de chanter mon rêve avec un prince. Je n'ai pas fait de rêve avec un prince, si?

Et alors je vois des ronces qui cours vers la maison. J'ouvre la fenêtre et cris à Ary de fuir. Quand je me retourne pour aller la rejoindre, je me retrouve face àun fuseau. Qu'est-ce? Une nouvelle luby d'Isa? Je me sens irrémédiablement attirée par sa pointe. C'est...si...étrange...

Je tends le doigts et me pique. L'instant d'après, je me sens tomber. Le noir m'enveloppe. Où suis-je??

- "Hey ho?"


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Mar 8 Avr - 17:52


Leon devient Rajah... (il change pas tant que ça en fait)


En allant me coucher hier soir j'avais laissé la fenêtre un peu ouverte car la veille j'avais reçu mon oncle, un grand frileux et ne sachant pas comment redescendre le chauffage je n'avais eu d'autre choix que d'ouvrir la fenêtre. Vers 6 heures du matin, alors que je dormais encore, un flocon vint se poser sur mon visage. Dans la seconde qui suivi, je me trouvais avec les pieds hors du lit et l'instant d'après un gros « CRACK » se fit entendre. Je me réveillais par terre, le lit avait cédé sous mon poids de tigre, cela m'arrivait de me transformer lors de rêves tumultueux mais là je n'en avais pas le moindre souvenir.

Et lorsque je tentais de retrouver forme humaine... Horreur j'en avais perdu la capacité, en plus une haleine de tigre c'est déjà spécial, alors une haleine matinale, c'était encore pire. Mais je m'aimais bien poilu d'une fourrure, ça fait viril d'avoir autant de poils. Par contre il fallait à tout prix que j'aille prévenir ma princesse orientale aux yeux chocolats dont le regard sulfureux était aussi dévastateur que les les tempêtes de sable, de mon problème de pilosité féline que je n’arrivais plus à contrôler. Ayant pitié d'elle je pris le tube de dentifrice dans ma gueule avant de le faire exploser sous la pression de mes crocs. Le problème maintenant était de savoir comment utiliser la brosse à dents rikiki sur l'évier. Le balai à récurer les wc aurait sans doute été plus efficace mais j'avais un minimum de dignité. Oh et puis zut, je demanderais à Farah de m'aider. J’étais décidé à quitter mon domicile seulement il y avait un souci de taille. Comment étais-je en mesure de déverrouiller la porte avec des clés aussi petites ??  Couinant un peu j'allais donc vers le téléphone, d'un coup de patte je l'envoyais voler en éclat contre le mur, sérieusement les touches étaient encore trop petites m'empêchant tout appel.

Je réussi toutefois à sortir par la fenêtre de ma chambre, m'écrasant lourdement sur la table de jardin de mon voisin du dessous … oups... enfin il le méritait vu comment il râlait tous les soirs. Sautant par dessus la clôture, je me demandais où aller... Joy, Naomi ou  Farah ? …. La réponse aussi bizarre soit elle me parût évidente, chez Farah bien sûr puisque je n'ai réellement d'yeux que pour elle !!! … attendez une seconde, depuis quand je ne m’intéresse plus aux autres belles demoiselles ???? Arf, après tout c'est sans importance du moment qu'il en reste une. Deux minutes plus tard je sautais discrètement dans le jardin de la famille des Peka . Sautant par dessus la clôture, j’atterris avec un gros « PLOUF » dans un petit bassin aux poissons rouges. Les yeux ronds comme des billes, il m'était impossible de ne pas résister lorsque soudain des stores s'ouvrirent... c'était Farah.


Dernière édition par Leon Demirchan le Sam 12 Avr - 9:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Mar 8 Avr - 21:32




La Belle / La bête


BRafael se demandait pourquoi il était enfermé dans cette chambre d’hôpital. Chambre dans laquelle il y avait une patiente, apparemment dans le coma et Melissa qui surveillait ses constantes vitales. Le couple se disputait encore au sujet du passé. Rafael pensait que jamais il n’arriverait à renouer avec Scott. Son fils le regardait avec une mine sévère, empreinte de reproches. Le père ne savait que faire. Melissa n’arrêtait pas de dire que Scott attendait plus. Plus ? Il ne voyait pas ce qu’il pouvait faire de plus que de s’excuser. Soudain, Rafael vit que Melissa semblait perturbée. Elle dit qu’elle voulait sortir rejoindre son père. Mais celui-ci était mort depuis longtemps. Rafael ne comprenait pas pourquoi elle disait cela. De plus, pourquoi cette porte ne s’ouvrait pas ?

Subitement Rafael se sentit mal. Il leva les yeux vers Melissa et cacha son visage derrière ses mains. Il ne voulait pas qu’on le regarde, lui le monstre. Monstre ? Rafael recula et se mit dans un coin de la chambre, tournant le dos à elle qui était si jolie. Lui qui était si lait, si bestial. Elle ne devait pas le voir. Il devait se cacher, s’enfuir. Mais cette chambre était une prison.

Melissa sanglota. Rafael se retourna et trouva le courage de l’approcher de nouveau.

« - On va aller trouver ton père. » Dit-il. Sachant que s'était insensé.

Cette fois-ci la porte de la chambre voulu bien s’ouvrir.


The truth must be revealed / Truth is it good to say?


© Halloween


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Mer 9 Avr - 21:27


L'hache moi la grappe



Tic Tac Tic Tac… Driiiiiiiiing

Le bruit métallique me sort du sommeil. Je tente d’éteindre le réveil. Une main de fer s’abat sur l’appareil qui se brise. J’observe le toit de la cabane faite de rondins de bois. Notre nid douillet. Mais il y a quelque chose qui cloche. Je ne vois pas quoi.

Le  chasseur se réveille en  grognant à mes côtés. Je pose la main à côté et saisis le manche.  J’observe cet objet doté d’un grand intérêt à ses yeux. Alors je veux m’appliquer. J’astique sa hache jusqu’à ce qu’elle brille. L’éclat de lumière blanche se reflète sur l’acier et vient troubler ma vue. Le chasseur râle en s’étirant. Il fallait que nous rejoignons le sous-bois. Car aujourd’hui nous devions traquer un loup.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Mer 9 Avr - 23:46

Un chasseur sachant hacher …

Tic Tac Tic Tac… Driiiiiiiiing…. Craaak !

Cette andouille a encore cassé le réveil. Je grogne mon mécontentement. Je me retourne, le lit grince. Bong ! Ma tête vient de heurter son torse de fer. Aie ! Y a quelque chose qui m’échappe. Je donne un petit coup sur son bide. Ça résonne. Non, tout est normal. Comme d’habitude, il s’occupe de ma hache. J’aime quand il l’astique jusqu’à la faire luire de tout son éclat. Il a le poignet agile, il n’est pas bûcheron pour rien.

Je râle, on doit se lever. Aujourd’hui nous partons à la chasse au loup. Au grand méchant loup. Celui des mauvais coups, le mou du genou. Nous partons à la chasse au loup à coup de hache.

Un chasseur sachant hacher sans faiblir, est un bon hacheur.

On prit le temps de manger. Lui son bol d’huile, les jours où il oublie, il se met à rouiller et je dois l’astiquer sous tous les angles. Je fini la peau de Roger Rabbit. Il était maigrichon ce lapin. Enfin nous sortons de notre cabane. On ne l’a pas faite en brique. Nous sommes parfois des cochons, mais on n'a pas peur du grand méchant loup.

En chemin je le félicite pour son fer blanc. Il me parle de ma chemise à carreau. Je dis que j’aurais bien emmené une galette et un petit pot de beurre. Il me répond que le beurre c’est bon pour ses rotules, mais que les miettes de la galette le gêneraient aux encoignures. Alors que je lui explique avec un sourire grivois comment je compte lui ôter ses miettes, nous croisons une belle enfant, de rouge vêtue.

Un hacheur sachant chasser sans faiblir, est un bon chasseur.

- Bonjour belle enfant, que vous avez une belle cape.

La jeune fille me sourit. Je me penche un peu, prenant appui sur mon manche dûment astiqué. Ma hache fait un bel appui. Que vois-je qui dépasse de sa cape ?

- Nous cherchons le grand méchant loup. Dis-je en tapant sur l'épaule de mon pote. Bong! Tu ne l'aurais pas vu, mignonne ?

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Jeu 10 Avr - 10:58


Magic goes wrong






Je profite de ce jour de congé pour me reposer un peu. Peter est censé me rejoindre, mais je sais qu'il va souvent au manoir ces temps-ci pour dégrossir le boulot. Dans ces cas-là, je le laisse seul. C'est sa façon de faire la paix avec lui-même je crois. J'ai encore du mal à accepter ce qu'il s'est passé avec Laura, mais une part de moi comprend.

Je lis le livre de conte qu'Henry et Auguste m'ont confectionné avant que je quitte Fairy Forest pour revenir ici. Ça me fait du bien de revoir le visage de ceux que j'aime. De temps en temps, nous communiquons grâce aux oiseaux de Snow et au mini chapeau de Jefferson. Ce chapeau n'est pas suffisamment puissant pour faire passer un humain d'un monde à l'autre mais il permet aux oiseaux de Snow de jouer les coursiers. Aux dernières nouvelles, tout va bien là-bas. Regina est sur le point d'accoucher. Henry s'amuse à faire l'arbre généalogique pour le petit. Va expliquer qu'il est à la fois son grand-frère adoptif et son arrière-petit neveu, ou un truc du genre.

Et soudainement, il y a quelque chose qui me chiffonne. Une drôle d'impression. Par réflexe, je regarde par la fenêtre et je vois qu'il tombe de la neige. Par cette saison? Impossible. Je m'approche de mon balcon, j'ouvre avec précaution ma fenêtre et je hume l'air. De la magie. Mais pas n'importe quelle magie. La magie de mon monde. C'est impossible. Mais quand je reçois un flocon sur le nez et que sans pouvoir me contrôler, je deviens un loup, je comprends que c'est peut-être bien possible finalement.

Je me précipite sur mon placard et avec peine j'en sors ma cape rouge. Je m'en entoure et je redeviens humaine. Au contact du flocon, j'ai compris, comme s'il falalit que je comprenne. Alors que mon monde avait été plongé dans une fausse vérité semblable à celle du monde où je me trouve aujourd'hui, ce dernier est désormais prisonnier d'une magie qui les enchaîne dans un rôle qui n'est pas le leur. Moi, je viens de là-bas. Mon rôle est tout trouvé...enfin, il y avait un choix, mais à en juger par ma transformation intempestive, il a été fait!

Bien, puisque nous sommes dans un conte de fée, armons-nous de circonstance! Je me vêts de ce que je portais il y a quelques dizaines d'années de cela. Ma robe, mon corset, mon chemisier...J'accroche la dague de Mulan à mon mollet, la cachant dans ma botte et j'enveloppe l'épée offerte par Charming comme si je devais l'amener à un riche chevalier. Elle sera à ma portée mais pas à ma hanche. Je vérifie que j'ai bien le collier de Regina et Gold et juste au cas où, je prends aussi le Berreta d'Emma. Je soupire, attrape un panier que je garnis et je sors de ma maison.

Je dois comprendre ce qu'il s'est passé ici, et trouver qui est qui.

Sur le chemin je croise...Chad et Mick? Mick est parfaitement reconnaissable. Le bucheron de fer blanc. Je repense un instant à Zelina, quelle garce celle-là! Bref, ok, Mick est le bûcheron et Chad est...je regarde son arme, sa chemise, sa façon de bouger. C'est une très mauvaise blague...Les nouveaux caractères s'inspirent des ersatz de vérité qui sont connus de ce monde. Autrement dit...Chad est un chasseur, et le loup qu'il cherche, c'est moi...

Mais je ne me laisse pas déstabilisée et j'affiche un beau et innocent sourire. De ceux que j'adressais à Peter quand je ne savais pas encore ce que j'étais.

- Mais, Monsieur le Chasseur, vous savez pourtant que le loup ne se déplace que dans le fond des bois. Il ne s'aventure pas sur les chemins tracés."

Bon comment je vais faire pour le ramener à lui? Il faudrait déjà que je sache qui a été touché, et surtout qui a lancé cette abomination!


© Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Ven 11 Avr - 5:26



trouver sa voix

Je me trouvais dans les bois avec mon beta pour un entraînement tout simple. Le genre que nous faisions tous les jeudis soirs afin de pouvoir renforcer notre cohésion avec notre loup. Je reprenais donc ma forme animale pour la troisième manche de notre bataille amicale lorsque de la neige tomba sur le bout de mon nez. Recouvrant progressivement les arbres et les buissons d'un tapis étincelant.

Je retrouvais contre toute attente ma forme humaine et un costume royal. Mais tout cela importait peu quand je pus entendre cette voix mélodieuse parvenir à mes oreilles humaines. Le sont-elles réellement ? Je ne comprends pas ce qui se passe, je ne sais plus qui je suis, mais ces ondes sonores me rappellent à elles.

Mon seul désir
Vivre à tes côtés
Mon seul espoir
Rester là près de toi
Je dois en retrouver la propriétaire. Délaissant ce jeune homme aux bouclettes blondes et appelant mon chien royal, je courus à travers la forêt en direction du lac, de l’eau, de quelque part, de je-ne-sais-où. J'aperçus, sur le chemin, une belle jeune fille toute vêtue de rouge. Mais que sont les apparences quand une simple voix peut ravir ton cœur et te laisser pantelant ?

- Mais, Monsieur le Chasseur, dit-elle à celui-ci, vous savez pourtant que le loup ne se déplace que dans le fond des bois. Il ne s'aventure pas sur les chemins tracés.
-Et les sirènes ? lui demandais-je. Savez-vous où je peux trouver les sirènes ?

Te regarder me sourire
Tendre les bras...
Quelles autres créatures pourraient avoir une aussi belle voix ? Le destin et les loups existaient après tout. Pourquoi pas les sirènes ? Je tendais l’oreille en entendant de nouveau le chant marin et sans attendre de réponse, je continuais ma course en direction des confins aquatiques. Mon chien est heureux lui aussi : il tient une piste. Car je dois la retrouver. Je dois te retrouver.

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Sam 12 Avr - 7:51





Quand Beacon Hills devient le
théâtre des contes de fées, c'est
Ruby qui en paie les frais
Ô nuits d'Arabie...
event




Je me trouvais dans la cuisine en train de préparer des gâteaux orientaux tout en écoutant de la musique arabe. Dansant alors que je cherchais dans une des armoires un plateau pour mes baklavas. La sonnette retentit alors. Je me relevais trop rapidement et ma tête percuta douloureusement le haut de mon espace de rangement. Passant ma main dans mes cheveux tout en maugréant, je délaissais mes recherches pour aller répondre à la porte. Je tombais nez à nez avec un homme à la peau foncée qui ne me disait absolument rien. Il me salua et se présenta comme Alan Deaton, vétérinaire à la clinique de Beacon Hills. Puis il me demanda si j’avais vu un animal sauvage errer dans les alentours.

-Bien sûr que non. Des animaux sauvages à Beacon Hills, quelle idée !


Il hocha avec doute la tête avant de repartir. Je refermais la porte rapidement avant de me laisser glisser contre celle-ci. Chassant négligemment les quelques flocons de neige sur mon visage. Leon avait encore fait quelque chose. Marqué son territoire de façon puérile ou déchiré la paire de pantalons du facteur.  Plus rien ne m’étonnerait de sa part. Il avait une manière désopilante de faire les choses que je trouvais tout de même charmante. Attendez. Cette pensée m’a-t-elle réellement traversé l’esprit ?

J’entendais ensuite un bruit provenir du jardin. Fermant les yeux, je soupirais avant de converger en direction de ma fenêtre. Ouvrant les stores, je pus voir le tigre dans mon bassin aux poissons rouges. Je lui lançais un regard outré.

Je sortais dans mon jardin, les mains sur les hanches.

-Non, mais ça ne va pas la tête ?! lui criais-je. Sors de mon bassin ! Maintenant !


Il allait attraper froid, avec toute la neige qui commençait à tomber. Mais je ne lui avouerais jamais ma raison. Il m’énervait, lui et ses splendides yeux bleus. Je pris une serviette sur ma corde à linge et essuyait le tigre, histoire que l’humain ne tombe pas malade. Les flocons vinrent alors me recouvrir et je pris une allure de princesse orientale. Affublée de voile et de bleues, je semblais venir des contrées arabiques. Je regardais le tigre et m’assit sur le bord du bassin. Me lamentant, ce qui était contraire à mes habitudes.

-Oh Leon… mon père ne me comprend pas, soupirais-je.


Si seulement je pouvais marier l’homme que je voulais… même s’il n’était pas prince…



(c) MEI SUR APPLE SPRING

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Sam 12 Avr - 17:04

Je me promenais dans la forêt seul, regardante les alentours, admirant la nature. La nature que je détruisais accidentellement à chaque pleine lune.

Vêtu de mon t-shirt bleu et de mon short en jean, je parcourais en trottinant avec mes nouvelles basket flambent neuve.

Le ciel changea un petit peu, lâchant par la même occasion de petit flocon de neige. C’est petit flocon se déposas sur ma tête.

- Il est un peu tôt pour neiger …

Je sentis un changement en moi, la même sensation que quand je me transforme. Une fumée bleutée se mis à m’envelopper, ma peu pris la même couleur que l’étrange fumée, puis sans prévenir je me retrouvais dans l’air, je n’avais plus de jambes.

J’étais devenu quelque chose, un génie ?
Peu de temps après cette transformation, je me sentis appartenir à quelqu’un, mais à qui ?

Je voulais trouver cette personne, je commençai mon voyage dans les cieux enneiger de Beacon Hill à chercher quelqu’un, quelqu’un que je ne connaissais pas, du moins pas encore.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Sam 12 Avr - 22:01



Farah ne resta pas longtemps à la fenêtre, quand à moi je n'eus pas le cœur à faire du mal aux poissons de la brune. Cela l'aurait sans doute attristée et je m'en serais voulu. Pourtant en sortant la jeune fille semblait ne pas soucier de ses poissons car les premiers mots qu'elle prononça furent

-Non, mais ça ne va pas la tête ?! lui criais-je. Sors de mon bassin ! Maintenant !


Elle semblait à la fois en colère et inquiète, ce n'était pas le moment de jouer les petits diables, je sortais donc d'un bond hors de l'eau un peu embarrassé en m'excusant. Là elle s'empressa d'aller chercher une serviette  pour me sécher ce qui me fit ronronner légèrement. Puis, ses vêtements changèrent, elle portait désormais une tenue orientale ravissante cependant un peu courte par temps de neige. Comme j'étais sec sur le dessus, je passais en caressant mon flanc contre elle, sa peau était incroyablement douce. Elle n'y prêta guerre attention et s'asseyait sur le bord de l'eau. Je la regardait un peu étonné, elle poussa alors un long soupir avant d'ajouter

-Oh Leon… mon père ne me comprend pas, soupirais-je.

Là elle piquait ma curiosité, pourquoi un refus de son père la mettait dans un tel état ? Était-ce vraiment si important ? Me sentant un peu coupable même si j'ignorais pourquoi, je vins déposer ma tête délicatement sur ses jambes pour tenter de la réconforter avant de lui demander

Qu'est-ce qui ne va pas ma belle ? Est il si important cette fois que ton père refuse ta requête ? Tu sais que je serais toujours là pour toi moi

Je marquais un instant de pause laissant sa main posée sur ma tête. Je m'étais allongé et pourtant quelque chose m’incommodait, me roulant sur le coté je regardais la ou j'étais couché, un morceau doré. Curieux je le saisissais dans ma gueule. L'objet était recouvert de boue . Le déposant devant Farah j'ajoutais

-Tu vas avoir froid comme ça, vient on rentre comme ça on nettoiera cette lampe bizarre aussi, et en plus je crois que tu as négligée tes ptits gâteaux si j'en crois l'odeur de cramé

Je glissais un léger sourire timide avant de m'allonger sur le ventre

-tu montes ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Dim 13 Avr - 4:20





Quand Beacon Hills devient le
théâtre des contes de fées, c'est
Ruby qui en paie les frais
Ô nuits d'Arabie...
event




Je ne comprenais pas pourquoi je me lamentais sur mes relations amoureuses. Tout ce par quoi je jurais était la lecture et la philosophie. Trouver les grandes questions existentielles dans chacune des histoires que je lisais et comprendre les pensées des gens qui ont existé avant moi. Peut-être créer un meilleur futur. Mes parents et leurs pensées cartésiennes trouvaient cela ridicule. En particulier mon père qui voulait me marier avant mon prochain anniversaire. Disant que le temps pressait. Mais tout ce que j’attendais était l’amour. Le grand amour qui faisait battre ton cœur et rosir tes joues sous le soleil couchant. Leon déposa sa tête sur mon genou, sa fourrure orange contrastant fortement avec le turquoise de mes pantalons bouffants. Me soufflant les mots suivants.

- Qu'est-ce qui ne va pas ma belle ? Est-il si important cette fois que ton père refuse ta requête ? Tu sais que je serais toujours là pour toi moi.
- C’est vrai, reconnus-je avec un sourire. Toi, tu seras toujours là.


Je le caressais doucement et put entendre le tigre ronronner de contentement. Il avait raison, il avait toujours été présent pour moi et jamais rien ne changerait cela. Alors que je voulus le remercier, il grimaça, semblant incommodé par quelque chose. Leon bougea un peu pour trouver la source de cet inconfort et revint avec un objet recouvert de boue dans la gueule. Il le déposa devant moi, mais même après que je l’ai regardé de tous les angles, il était toujours impossible à identifier. Je commençais à trembler. Il faisait un peu frisquet dehors. Leon le remarqua également.

-Tu vas avoir froid comme ça, vient on rentre comme ça on nettoiera cette lampe bizarre aussi, et en plus je crois que tu as négligée tes ptits gâteaux si j'en crois l'odeur de cramé. Tu montes ?


Il s’allongeait pour me laisser monter, mais une seule pensée tournait dans ma tête. Paniquée, je criais.

-Oh mon dieu, mes baklavas !


Je courus à toute vitesse en direction de la maison et manqua de tomber sur les escaliers de la terrasse. La neige était glissante et je ne portais que de petites ballerines. Je rentrais dans la cuisine avec mon tigre et pus voir de la fumée sortir du four. Dans de grosses volutes grises. Le détecteur de fumée commença à sonner. J’ouvrais le four et en sortit des baklavas noircis. Je ne suis apparemment pas faite pour gérer une maison. Ce qui est normal puisque je suis une princesse ! Attendez, que suis-je donc en train de raconter ?

Je montais sur une chaise et cliquais sur un bouton pour cesser les cris agonisants du détecteur de fumée. Je retournais vers Leon et pris la lampe que j’avais déposé sur le comptoir. La nettoyant un peu avec l’eau du robinet. Je crus entendre un cri outré provenir de celle-ci. Ce devait être mon imagination. J’entendais pratiquement tout le temps des voix ces derniers temps.

La lampe était plus propre. Leon et moi allions nous asseoir dans le salon. Moi sur un des fauteuils et lui à mes pieds. Je regardais notre trouvaille. Petite et dorée, elle n’avait pas grand-chose de particulier.

-Peut-être que c’est les voisins qui l’ont perdu. Tiens… fis-je en tournant la lampe sur elle-même. Il semble y avoir quelque chose d’écrit…

Je frottais la dernière tâche de boue sur le côté de la lampe. Puis il y eut un éclat de lumière et un étrange personnage bleu en ressortit. Je laissais tomber l’objet au sol et criais, reculant dans mon fauteuil. Mais qu’était cette étrange apparition ?



(c) MEI SUR APPLE SPRING

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Dim 13 Avr - 13:09

J’étais toujours en route pour le trouver … Ou la trouver, qui sais.
Je survolais la forêt, puis la ville elle-même, quand soudain je me sentis disparaitre, une voix étrange donc je ne connaissais pas le propriétaire m’appelais.

- Ton...

Plus mon corps s’évaporais, plus je la comprenais.

- Ton propriétaire t’appelle …

A l’instant même où j’entendis et compris la phrase je me retrouvais dans un lieu qui me semblais familier, mais inconnu.

Ça ressemblait à une petite chambre, bien décorée. A peine le temps d’admirer ce décor étrange que mon corps encore une fois agissais seul, me projetant dans la petit fente que ce trouvais au sommet de la chambre.

J’aperçus une ravissante princesse et un tigre trônant à ses côtés, ces deux inconnus me semblaient très familiers, comme si je pouvais le faire confiance les yeux fermé. Je voulais leurs demander comment tous ceci étais possible mais à la place je dis autre chose de complètement diffèrent.

- Vous m’avez appelé princesse, que désirez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Lun 14 Avr - 16:51




Un prétendant ?

Zut elle préférait ses gâteaux à moi visiblement, bref ce n'était pas grave. Du moins jusqu'à ce qu'elle crie, on se serait presque cru dans la pub pour les chaussures par internet avec un cri aussi intense que 5 nourrissons l'un à coté de l'autre. Puis, elle rentra chez elle.  Je la suivait et entrait dans la cuisine. La scène était digne des cartoons tellement il y avait de fumée dans la pièce. Et puis il y avait aussi ce bruit insoutenable aigu et strident qui aurait rendu fou n'importe quel animal. Farah coupa le four et l'ouvrit. Je ne sais pas trop ce qu'elle avait cuisiné mais en tout cas on ne distinguait sur le plateau que de gros pattés noirs. Un sourire en coin je repensais à la crêpe que j'avais laissé sur le feu pendant un coup de téléphone un soir. Lorsque j'étais revenu cette dernière ressemblait à une grosse chips comme l'on sert dans les restaurants indiens.

Cependant, La jeune princesse me lança un regard noir pleins d'éclairs à la vue de mon sourire. Si je n'avais pas effacé cette expression, j'aurais sans doute été électrocuté l'instant suivant. Ensuite, elle grimpa sur une chaise et coupait l'alarme. Tout de suite ça allait mieux. Je la trouvais sacrément débrouillarde quand même pour s'occuper de tout ça. Pour moi c'était différent, l’appartement dans lequel je vivais était plus petit, et en plus ma tante venait y faire le ménage une fois par semaine.

Ensuite elle commença à nettoyer l'objet que j'avais découvert. Cependant, quelque chose d'autre attira mon attention. Sur l'écran de la télévision, il y avait un clip dont la chanteuse était vraiment ravissante mais jamais je ne l'avais vu auparavant . Étonné je penchais la tête légèrement sur le coté et regardant un coup farah un coup le téléviseur. Et ce plusieurs fois de suite. Verdict ? … le choix n'était pas difficile et je lâchais rapidement l'écran pour suivre ma belle dans le salon avant de me coucher sur ses pieds en haletant comme les petits chiens. Elle était intrigué par l'objet et prononça

- Peut-être que c’est les voisins qui l’ont perdu. Tiens… fis-je en tournant la lampe sur elle-même. Il semble y avoir quelque chose d’écrit…
-   Elle à l'air assez ancienne quand même, elle a peut être de la valeur ? … ah oui ? Et tu arrives à les lire ?


J'eus à peine le temps de terminé ma phrase que de nouveau nous étions envahis d'une fumée bleue et une sorte de shtroupf géant sans jambes et sans chapeau apparut en demandant

-   Vous m’avez appelé princesse, que désirez-vous ?


C'est moi ou alors ce guignol a appelé Farah princesse ? Il essaye de me piquer ma nana ??? et sous mon nez en plus ! Attendez je vais lui apprendre les bonnes manières moi. Dans un rugissement féroce je me jetais sur l'individu prêt à en découdre avant de hurler

- On rentre pas chez les gens sans frapper d'abord !


Dernière édition par Leon Demirchan le Mar 15 Avr - 7:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Lun 14 Avr - 18:23

Il est étrange comme le monde peut se transformer du jour au lendemain. Moins de dix années auparavant je me trouvai, loin très loin d'ici, m'occupant de mes éternels patients qui restaient bien souvent les mêmes et rentrant le soir chez moi fatigué mais heureux. Dès lors m'attendait ma tendre épouse, dont je n'ose évoquer le nom à présent, et nous passions une simple soirée mangeant des plats traditionnels japonais. Puis le lendemain matin je me levai dès quatre heures pour m'exercer aux armes ainsi que l'on m'avait appris dès mon plus jeune âge. Puis un jour la famille que j'avais décidé de renier, ceux là même qui m'avaient éduqués, se tournèrent de nouveau vers moi, demandant sans réfléchir à ceux que je les pardonne et me pardonnant par la même occasion. Et cela avait tourné au drame...

C'était dans un était d'esprit morose que la lame de mon katana mordait profondément dans les bambous, taillant précisément peu à peu une belle colonne dont la taille était nette et simple. Brusquement une douleur me parvint à la jambe gauche, alors que les premières flocons de neige touchaient ma peau et je m'écroulais au sol, sans un bruit. Tel un divin empereur de Chine je restai de marbre et me relevai gardant un visage aussi neutre que possible. Pourquoi donc tel ? J'étais l'Empereur Lujan. Et je venais de me rendre compte que l'âge me rattrapait. Bientôt je ne serais plus le puissant guerrier que j'étais dans ma jeunesse qui avait repoussé maintes fois les hordes de Huns au Nord et qui menaient son Mandat du Ciel avec justesse - mais une touche de dureté. Et désormais les frontières de l'Empire étaient de nouveau en danger et je devais trouver un nouveau champion pour mon armée, un homme que tous craindraient... Peut être trouverais je ? Je me tournai vers un jeune cousin qui m'assistait durant mes entraînements et qui ne disaient rien à propos de ma chute.

"Va et trouve le Général Luka Ama ! Qu'il sillonne les campagnes de notre divin pays et qu'il trouve le plus puissant courageux et valeureux des hommes. Qu'il l'entraîne, le pourvoie en armes et nourriture et le présente à la Divine Lumière du Ciel. Va vite !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Lun 14 Avr - 18:37

J'étais d'humeur morose tandis que j'arpentais les rues de Beacon Hills. Il était clair que quelque chose me dérangeait clairement au sein de ma meute et je ne savais quoi en penser. Oh la plupart de ces membres étaient amicaux avec moi voire même proches ainsi que Ruby. Mais la présence de Peter Hale ne me plaisait guère. Etait ce une puérile jalousie après mon flirt court mais intense avec notre Alpha ? Non je pensais clairement avoir dépassé ce stade, malgré la difficulté qu'on peut éprouver à le dépasser, c'était autre chose. Cet homme semblait cacher quelque chose tout comme l'ensemble de la ville et cela me gênait. Toute ma vie j'avais été payé pour surveiller, récolter des informations, étant ainsi au courant de nombreuses choses et désormais j'étais dans le flou pur et dur... Mais au fond Peter était louche et il semblait profondément perturbé et perturbateur. Il préparait quelque chose j'en étais sûr. Mais je ne pouvais le dire à Ruby sans passer pour un homme jaloux et possessif quant à ses sentiments. Enfin le froid était doux ici, loin des glaciales nuits du désert (comparée à la chaleur du jour bien entendu) et il tombait même quelques flocons dont un me tomba sur le bout du nez...

Et j'oubliai instantanément ce à quoi je pensais. Non je maugréai pour autre chose. Maudit Roi South ! Il ne l'était même pas ce chenapan... Ce n'était qu'un vulgaire usurpateur, sans terres et surtout qui profitait de l'absence de son frère pour remplir les caisses personnelles ! Dire que ces écus d'or, volés n'iraient même pas aider la campagne de notre glorieux Roi en Terre Sainte ! Rah je devais me venger de cela et retourner l'argent de mes pairs à ses véritables propriétaires ! Ainsi je m'armai d'un arc, d'un carquois de flèches et enfilai l'épée que j'avais volé des années auparavant sur le cadavre d'un Frère du Temple dans ma modeste masure et m'enfonçai dans les bois. La révolution commençait !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Lun 14 Avr - 22:26

Danser pour la justice

"I don't know if You can hear me
Or if You're even there
I don't know if You would listen
To a gypsy's prayer"

Toujours aussi étonnée, je m'efforce à rester en place, à ne pas danser. Il faut que je trouve Mary, que je lui demande ce qui m'arrive. Avec un peu de chance, elle en saura un peu plus que moi. Je me retourne vers la maison à temps pour voir que des ronces commencent à nous encercler. Comment n'ai-je pas pu le remarquer avant ? De la neige tombe... De la neige ? A ce moment de l'année ? De plus, cette neige ne me procure pas la même sensation de froid que d'habitude. La réflexion se fait un chemin jusqu'à mon cerveau qui percute alors : tout ceci doit y être relié, la neige est la clé.

Soudainement, la voix de Mary me parvient aux oreilles. "Fuis !" Quoi ? Elle a passé la tête par la fenêtre et me montre les ronces. Pourtant, on peut encore facilement passer à travers. Et ce n'est pas comme si elles allaient me forcer à rejoindre la Cour des Miracles ou encore une église à laquelle je demanderais asile !... OK, on va arrêter de penser comme la vraie Esmeralda, hein !

Me souvenant alors du ton inquiet de Mary, je me dépêche de rentrer, le luth flottant derrière moi, et je monte les escaliers afin de la rejoindre. Est-elle toujours là ? Que lui est-il arrivé, à elle ? Entrant dans le couloir, je la vois derrière une porte entrouverte, allongée sur le sol, un fuseau à ses côtés.

"- Oh non... Pas le coup du siècle de sommeil, Jay !"

Je n'ai pas mon téléphone sur moi... Le sien est tombé à côté d'elle, loué soit Dieu. Je le prends, le déverrouille et sélectionne le répertoire. Oui, c'est bien beau, tout cela, mais qui pourrais-je appeler ? Si ça nous a touchées toutes les deux, tout le monde peut l'être !

Je vois le nom de Miyavi sur l'écran. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'impression que c'est celui dont j'ai besoin pour aider celle qui se retrouve dans le rôle d'Aurore. J'appuie sur la touche "appeler" et attends qu'il réponde.
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    Mar 22 Avr - 3:31





Quand Beacon Hills devient le
théâtre des contes de fées, c'est
Ruby qui en paie les frais
Ô nuits d'Arabie...
event




Je recule dans le fauteuil en tentant de mettre le plus de distance entre ce bonhomme bleu et moi. Ruinant complètement les beaux meubles de collection de mes parents, achetés avec leur revenu de médecins spécialistes. Mais la priorité ne se trouvait pas là : un esprit bleu venait de surgir de cette lampe. Je n’avais même pas eu le temps de lire ce qui était inscrit sur celle-ci.

Le pire dans tout cela est que l’inconnu nous regardait avec un grand sourire, comme si nous étions ses meilleurs amis depuis toujours et que nous devrions lui souhaiter la bienvenue. Je me redresse sur mon trône et croise les bras. Je devais rester confiante et inflexible. Cet excentrique venait de causer une infraction de domicile. En même temps, si je me fiais à ce que mon cher Rousseau avait écrit dans son Second Discours, cela me rendait tout aussi pire que les autres, le concept de propriété étant une des origines de nos inégalités.

- Vous m’avez appelé princesse, que désirez-vous ?


Leon se met devant moi et montre les crocs à cet inconnu.

- On rentre pas chez les gens sans frapper d'abord !


Mon tigre se jeta alors sur la pauvre apparition qui ne semblait pas vouloir mal faire. Je mis mes mains devant ma bouche et laissais échapper un cri étouffé. Voyant le pauvre inconnu malmené, je courus agripper le cou de l’animal pour que celui-ci ne blesse pas le pauvre homme bleu. Il ressemblait un peu à un Schtroumpf. Et les Schtroumpfs étaient un peu louches. Des champignons et une seule fille dans leur village, cela suffisait pour susciter bon nombre de questionnement. Mais il m’avait demandé ce que je désirais : peut-être serait-il en mesure de pouvoir m’aider sur mes problèmes existentiels.

-Leon, laisse-le un peu respirer.


Je fais un petit sourire au tigre avant de lui donner un bisou sur la joue.

-Je vais bien. Je te le jure.


Je me mets à genoux et regarde l’inconnu dans mon salon, tout en caressant Leon pour ne pas que celui-ci lui resaute dessus.

-Vous m’avez demandé ce que je désirais. Je… Je me demandais pourquoi… Parce que même si je vous le disais, ce n’est pas comme si vous pouviez changer grand-chose dans ma vie… Enfin, j’aimerais ça, mais je... mais je sais parfaitement que ce serait impossible…

Je me mords la lèvre et passe une mèche de cheveux derrière mon oreille, tentant de cacher ma tristesse. Je voulais seulement marier quelqu’un que j’aimerais. Ne pas me laisser enchaîner par un mariage de raison. Je suis une princesse. Je voudrais seulement être une princesse libre de faire ses choix, prendre ses propres décisions…



(c) MEI SUR APPLE SPRING

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais    

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand Beacon Hills devient le théatre des contes de fées, c'est Ruby qui en paie les frais
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand le cauchemar devient réalité [Solo]
» Lorsque l’ennuie devient trop pesant… [PV Mimi]
» Quand le granite devient diamant... [Jennyssie & Kaelya]
» QUAND UN FACHE DEVIENT UN FACHISTE LUI?EUX??KAKAKOK OU MARETELLY ?
» Quand le rève devient réalité...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG :: Hors RP :: Hors RP :: Flood-
Sauter vers: