Teen Wolf RPG
Alpha, Beta ou Oméga, et vous que choisirez-vous ?


Forum fermé.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aller vers le passé [PV Chad, Mick]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aller vers le passé [PV Chad, Mick]   Mer 25 Juin - 12:32

My mind is a creepy mess



Si tu savais comme je te hais, Shadowcat. Ce sentiment me consume et me fait côtoyer la folie. Mais tu le sais, n’est-ce pas ? Tu en joues. Tu t’amuses de ma colère. Tu te délecte de la démence qui s’empare sinueusement de mon esprit. Et pour cela, je te hais plus encore. Quoi que je fasse, tu gagnes. Si je reste immobile, tu les tueras et je perdrais mon âme et alors, tu pourras faire de moi ce que tu veux. Je ne serais plus qu’un pantin sans vie à ta solde. Et si je bouge, je désobéi à Goran et je grille notre couverture. Et alors, tout ce que j’aurais fait jusque-là depuis que j’ai quitté Beacon Hills aura été en vain.

Mais à quoi bon continuer si tu les tues ? Si je me suis lancé dans ce bordel, ce n’est pas seulement pour me venger, je voulais trouver la vérité pour Jay, mais aussi pour Chad et pour nous…si je comprenais enfin d’où je venais réellement, peut-être qu’enfin j’allais me libérer de cette nature vengeresse. Le désir d’une meute allait peut-être me venir…enfin, j’étais un chat avant tout… Et puis, si je pouvais glaner d’autres infos…Lui aussi serait soulagé. Evidemment, je n’aurais pas dû m’y prendre de cette manière, mais je savais que si j’en parlais, ils ne m’auraient pas laissé y aller. Mais j’avais besoin de le faire. Je ruminais ce désir depuis trop longtemps. Et puis, si je leur avais dit, ils m’auraient attendus, et rien ne garantit, encore moins aujourd’hui que j’en sortirai vivant…Mais pour Jay, pour moi, pour Mick et pour Chad, j’ai tout abandonné, pour comprendre, pour apprendre…pour la vérité…la liberté ! Je n’avais simplement pas prévu que tu serais encore en vie, ni que tu serais là pour moi…contre moi…

Et alors que tu t’amuses de la fragilité de l’humain, j’aimerais hurler, me charger moi-même de te faire taire ! Pourquoi as-tu dit ces choses ? Ils n’avaient pas besoin de savoir tout ça ! Il n’avait pas à le savoir ! Shadowcat, tu n’es qu’un démon qui se nourrit de la haine, de la douleur et de la peine. Tu ne mérites que la mort, mais personne jusqu’ici n’a été capable de te tuer, pas même moi. Et pourtant, je suis bien celui qui le désir le plus ardemment ! Comme j’aimerais d’arracher les yeux, t’écorcher vif, et te broyer le cœur. Je me demande…me tuerais-tu si j’en venais à faire cela ? Ou me laisserais-tu vivre ? Qu’est-ce qui te ferais le plus bander sale pervers ?!

Écorche-moi ! Tue-moi ! Mais laisse-le ! Cesse cela ! Je ne supporte plus de le voir souffrir, de les voir souffrir ! Arrête ! Tais-toi ! Stop !!! J’en ai assez ! Je ne peux plus le supporter ! TAIS-TOI ! ARRETE DE RIRE ! CA SUFFIT !!
C’est à ce moment-là, alors que j’en suis presque en m’arracher les oreilles pour ne plus l’entendre, que j’entends le tintement du métal sur le sol. Chad a réussi à se libérer. Il est devenu l’alpha. Seul. Plus de partage avec Nathan. Qu’ai-je fait ? Tout ceci, c’est de ma faute. Je suis le monstre à l’origine de tout cela. L’ombre qui plane sur leur vie. Le hurlement de Chad me fait froid dans le dos. Est-il capable de tuer Shadow ? Comme je le souhaite…Il va te tuer, Démon…Oui, il va te tuer. Il va te faire souffrir pour ce que tu as fait à Mick, et c’est tout ce que tu mérites !

Mais toi, tu joues encore. Tu aimes ça. Tu aimes qu’on te résiste. Tu adores quand je résiste. Il ne fait qu’attiser ton feu…ton envie. Tu veux mettre fin à la partie ? Mais peut-être est-ce eux qui vont y mettre un terme. La fin arrive Shadowcat, tu l’entends, bâtard ?! Je m’émerveille de la danse que Chad et Mick nous offrent. Ils sont coordonnés et ils arrivent presque à te gérer Shadowcat, mais est-ce là peur de perdre leur seul indice sur James ou autre chose ? Tout ce que je sais, c’est que même s’ils sont à fond, ce n’est pas encore ça.

Mick se prend un coup de garde et tu mets Chad au sol. Il va mourir. NON ! Je ne te laisserai pas faire, Shadowcat. Chad s’apprête à répliquer. Il ne sera pas assez rapide, il mourra avant d’avoir atteint sa cible. Tu le sais. Tu jubiles. Je rugis. La panthère nébuleuse se réveille. Je jette l’ordre de Goran. Je me libère…de cet ordre…tant pis si j’en suis punis ensuite. Nineko ressort de sa cachette et me prête main-forte. Nous t’entourons, Shadowcat. Nous plantons nos griffes dans ta peau, dans ton âme. Je sang ton sang couler. J’enroule ma queue autour de ta jambe, je plante mes crocs dans sa gorge. Nineko te retient lui-aussi. Tu n’arrêtes pourtant pas de rire. Pourquoi ? Ne ressens-tu rien ? Nous te ralentissons, suffisamment pour que le coup de Chad t’atteigne avant que le tiens ne l’atteigne. Mais tu continues à rire. Non, je sais pourquoi. Parce que même s’il te touche, tu gagnes, n’est-ce pas. Peu importe. Je souhaite seulement te voir disparaître…quoiqu’il en coûte !

J’entends le bruit de la chaire déchiquetée. Ta chaire. Ton sang. La mort vient te voir, Shadowcat ! Mais la douleur ne vient pas. Cela ne te ressemble pas. Tu aimes me faire sentir ces choses d’habitude. Je t’entends rire. Pourquoi ris-tu ? Serais-tu heureux de mourir enfin ? J’ouvre les yeux. Il y a quelque chose qui cloche. La mort s’éloigne. Reviens ! Prends-le ! Je reviens à la réalité. Je n’ai pas sentis le sang gicler puisque mon visage est entièrement recouvert, mais je vois des gouttes de sang dégouliner sur les verres noirs qui dissimulent mes yeux. Ma vue s’adapte et je comprends alors…

-« NOAHHHHH ! »

Un autre cri fait écho au mien. Les griffes de Chad sont couvertes du sang du blond. Cet abruti s’est interposé. Tu l’avais vu, Shadowcat…Tu savais qu’il allait se mettre en travers de cette attaque. Sal*pard ! L’ordre de Goran claque.

- « Tue-le. »

Noah est comme un fils pour lui. Peu importe la nature et l’importance de Chad, puisqu’il a blessé Noah, il mérite de mourir. Cet ordre me libère de celui qui m’empêchait de bouger, mais je n’ai pas plus envie d’exécuter celui-ci. Shadowcat, lui, rit à gore déployer. LA FERME !! Avais-tu prévu jusqu’à ce sacrifice ? Je me redresse, Goran, je t’en prie, annule cet ordre…Je ne veux pas faire cela. Je l’aime. J’entends Shadowcat rire. Lui, le fera sans une once d’hésitation ! Un pas en avant. J’aimerais me libérer, mais le mental de Goran est vraiment puissant… C’est d’ailleurs ce qui lui a valu sa place au sein des rangs de Lycaon si j’ai bien compris…La rage de Goran envahit mon cœur. Je vais perdre la raison, balloté entre l’amour et la haine. Je ne sais plus si je souffre ou si je prends du plaisir. Qui suis-je au fond ? Soudainement, une vague de froid s’empare de moi. Je baisse les yeux. Shadowcat râle contre les capacités de Noah. Mes pieds sont pris dans la glace, comme ceux de Goran, de Chad et de Mick d’ailleurs.

- « Noah, arrête, tu n’as pas la force de faire ça ! crie Goran, la rage dans le regard.

- « Retire ton ordre. On n’a pas fait tout ça pour le lancer sur Chad…

- « Hors de question.

- « Retire ton ordre, Papa.

Goran est surpris. Je peux entendre d’ici son cœur avoir un raté. Noah m’a avoué un jour que même s’il le considérait comme tel, il ne l’avait jamais appelé Papa. C’était compliqué, mais leur lien était vraiment très fort. Goran, écoute-le ! Je ne veux pas tuer Chad. Libère-moi ! Ne m’oblige pas à faire ça. Et toi Shadowcat, ferme-la !! Je n’en peux plus. Je me bats contre cet ordre. Je vais devenir fou ! Se bttre ainsi contre mon maître c’est comme entailler mon corps encore et encore. Son ordre me transperce et je n’arrive pas à le contrer. Pitié, Goran ! Nineko fait de son mieux lui-aussi, mais parviendrons-nous à nous libéré avant que Shadowcat exécute cet ordre à ma place ?

- « Retire ton ordre…

La voix de Noah devient faible. Les larmes inondent mes joues. Il est en train de mourir et plutôt que d’être à ses côtés je suis à deux doigts de tuer l’homme que j’aime. Shadowcat fait tournoyer sa lame. Il menace. Si je ne m’exécute pas, il le fera. Il n’attend que cela. Goran !!!

- « Je…je retire mon ordre. »

Je soupir de soulagement, mais Shadowcat n’a pas dit son dernier mot. Il fait un pas en avant, mais je le bloque. Nineko m’aide. Mais nous sommes faibles contre lui. Je me tourne vers Goran.

- « Je t’interdis de tuer Chad et Mick, souffle-t-il.

Shadowcat hausse un sourcil. Il esquisse un sourire, même si le masque le cache. Dans son attitude, il rappelle à Goran qu’il n’est pas soumis à ses ordres. Mais moi si, et cette fois-ci, je ne me bats pas pour me forcer à les suivre, ni pour les contrer…je suis en accord total avec ces ordres, et Nineko aussi. Shadowcat regarde autour de lui. Même ainsi, il est assez puissant pour me contrer, mais Goran est là, ainsi que Leto et deux autres femmes qui ont l’air puissantes et les loups de Nath…de Chad sont là aussi. Il râle et accepte de baisser les armes. Apparemment, même si se battre serait bien, cette solution va lui offrir plus de divertissements, quelque chose de différent…

Enfin libéré, je tombe à genoux aux côtés de Noah et je le prends dans mes bras. Son sang est partout. Je lâche le saï, je jette les lunettes en m’arrachant quelques cheveux au passage et je me griffe en arrachant le masque. Franchement, qu’est-ce que tu trouves à ces accessoires ? Je reprends enfin possession de mon corps. Je glisse ma main sous la nuque de Noah et je l’aide à se redresser. Ce coup était fait pour tuer. Les plaies sont profondes.

- « Espèce d’abrutis ! Qu’est-ce qu’il t’a pris ?

- « Je t’aurais perdu à jamais si j’avais laissé Shadow tuer Chad.

- « J’avais réussi à bloquer Shadowcat !

- « Je sais. J’ai vu ça. Mais alors Chad t’aurais tué, et je t’aurais perdu à jamais quand même.

- « Tu n’es qu’un âne. C’était sans doute la seule solution pour tuer Shadowcat !

- « Et te tuer toi au passage. Vous trouverez autre chose !

Sa voix est faible. Il tousse du sang. Je serre les dents en maudissant Shadow. Une femme avec une peau très pâle et les cheveux blancs accourt. Si j’en crois la description du blond, il s’agit de sa mère. Noah s’agrippe à mon collier et me force à approcher mon visage.

- « Goran et toi, vous devez partir. Ils découvriront rapidement que vous jouez un double jeu, mais ça suffira probablement pour sauver son ami. »

Il parle de James. Je serre les dents. Il a raison, mais je… Il me tend une carte SD et m’explique qu’elle contient une sorte de virus. Elle récupèrera un maximum de fichier et en profitera pour coder entièrement les leurs. Il esquisse un sourire et tire plus fort sur le collier pour me voler un baiser. Il tient le collier si fort que lorsque je m’écarte, il l’arrache. Je me relève lorsque sa mère est agenouillée à ses côtés pour prendre le relai. Je relève la tête et je croise les regards de Chad et de Mick. Ils sont perdus. Riende plus normal. Je deviens fou, tout cela est fou…normal qu’ils me regardent comme un fou.

- « Miya, on y va ! » ordonne Goran.

Lui aussi ça lui en coûte. Laisser Noah dans cet état lui demande un courage inouï. Je me détourne finalement de ceux que j’aime et je rejoins Goran. Nous partons en courant et récupérons une moto, celle de la chinoise qui vient de filer ses clefs à Goran. Nous n’avons pas beaucoup de temps. Nous rejoignons le nouveau QG, un QG de fortune. Nous ne tarderons pas à bouger à nouveau. D’un signe de tête discret, Goran me montre la nouvelle salle des archives. Nous continuons notre chemin jusqu’à une pièce reculée. Nous nous retrouvons alors devant les hauts placés. Nous allons devoir leur donner un rapport crédible…suffisamment pour nous donner un peu de temps en rabe. Quand ils iront chercher les corps, ils comprendront…



© Halloween sur Never-Utopia

[/quote](voilà, j’ai hésité à écrire aussi la suite, mais ce sera pour un autre poste sinon, vous allez rager de ne pas encore avoir celui-ci ^^. J’écrirais les réactions des capitaines bientôt mais vous pouvez agir sans normalement^^)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aller vers le passé [PV Chad, Mick]   Mer 25 Juin - 22:49

Dance macabre



Je sens comme un feu qui circule dans mes veines. Un feu sans chaleur, comme si mon sang s’était transformé en  lave. La sensation est étrange et grisante. Je ne suis qu’un, je suis le loup. Plus rien ne m’entrave, ma part humaine me fait totalement confiance et me livre les commandes de son corps. Est-ce donc ça, être alpha ? Je comprends mieux la rage de Peter d’avoir perdu ce rang. Puis je songe à Derek, je sais que s’il avait de nouveau le choix, il recommencerait et sauverait Cora. Je regarde Mick qui gît au sol hurlant la souffrance que lui impose l’autre taré. Pour Mick… Mais pour le moment, il n’est pas le temps de songer à savoir si j’arriverai à revenir en arrière. Mon seul désir présent est de défoncer la gueule de ce type. Ma meute arrive, mais Mick est vraiment en danger. Alors que le corbeau me toise, apparemment ravi que je me sois libéré, du coin de l’œil je vois Mick agir. Il est précis, rapide, mais pas assez. Par contre mes propres réflexes ont augmenté. Sans même y songer, je suis déjà sur Mick, absorbant sa douleur. La lave dans mes veines est puissante, c’est bien plus forte que ce que Scott avait pu faire pour moi après le bal d’hiver. Même Ruby n’avait pu résorber mes blessures comme je le fais à l’instant pour Mick. Il se redresse comme neuf et je ne suis même pas épuisé. Si la question du comment est présente au fond de mon esprit, la voix de notre adversaire me ramène au présent.

-Un loup qui se régénère et en prime un humain qui retrouve la forme sur commande? Je suis trop gâté... Un rire résonne dans sa gorge. C'est ça. Guérit-le. Que je puisse le mutiler à nouveau...

Ce type m’agace. Son assurance m’énerve. Sa vitesse m’exaspère. Sa force provoque mon courroux. Je le hais pour ce qu’il a fait à Mick et ce qu’il semble avoir fait à Miya. Je le maudis de se trouver sur notre chemin. J’abhorre l’idée qu’il vive encore. Je vais le tuer, l’annuler, le rayer de la surface de la terre. Ma gueule laisse échapper un grognement constant.

- Oh, Chad... pourquoi avoir appelé ta meute... On s'amusait tellement bien rien que tous les quatre...

Je n’ai même pas besoin de concerter Mick, c’est comme si nous étions connectés, comme s’il était une extension de moi-même et moi de lui. Nos motivations sont peut-être sensiblement différentes mais notre but est le même : tuer cette abomination, en finir. D’une rage commune nous attaquons, cette fois nous arrivons à esquiver. Ce connard doit se concentrer, il nous résiste mais avec moins d’aisance que précédemment. On peut y arriver, il suffit de trouver le bon angle, le bon timing. Oui, je sens que la victoire est à la portée de nos doigts. Le combat est intense, la célérité des mouvements semble à chaque fois augmentée. Il n’est donc jamais fatigué ce type ? Il vise Mick, logique stratégique, blesser celui qui ne se régénère pas. A chaque fois sa lame rencontre mon corps au lieu de celui de Mick. Si mon sang coule, une poignée de secondes plus tard c’est cicatrisé.

La douleur des coups attise ma rage. Enragé, le mot est presque faible pour me décrire. Je dois pouvoir rivaliser avec l’apparence du chien de l’enfer. Cerbère donne-moi ta force ! Mon âme tangue, ce feu froid qui pulse dans mes veines me montre des capacités grisantes, une puissance inégalée. Le faire souffrir ! Cette nouvelle idée chemine dans mes pensées. L’envie de faire mal, de l’entendre hurler. J’émets un râle bestial, mes yeux flambent de ce rouge incandescent si particulier. Je ne me suis jamais senti aussi animal. Nous entrons dans une dance macabre qui est rythmée au son des lames qui s’entrechoquent et aux bruits de nos pas sur le sol de béton. Aucun temps mort, pas de pause pour ce jeu de la mort. Celui qui s’arrête meure. L’enjeu commence à me plaire : nos vies. L’odeur du sang m’excite et me galvanise. Je prends pleinement conscience de toute la dimension du mot prédateur. Praedator le voleur, le pilleur ou praeda le butin de guerre… la proie. Le butin sera la vie de ce connard en noir.

-Quels fascinants spécimens tu nous as trouvé mon Miya... vraiment fascinants... Mais il est temps de leur dire adieux.

Un seconde, deux et je vois Mick projeté au sol. L’instant suivant je me retrouve bloqué au sol. Le rire que pousse l’autre fou me terrifie. C’est la fin, je vois sa lame s’abaisser, je n’ai pas le temps de le contrer, je lance mon bras, c’est vain mais je ne me laisserai pas tuer sans combattre jusqu’à mon dernier souffle de vie.

Qu’est-ce ? Une hésitation ? Je suis lancé, rien ne peut plus m’arrêter, mes griffes plongent dans  son corps, j’écarte les doigts pour faire le plus de ravage. Soudain un hurlement.

- NOAHHHHH !

Je reconnais cette voix. Ce n’est pas possible ! Je ne comprends plus rien, le corps que je viens de transpercer n’est pas le type que je visai. Qui est cet adolescent aux cheveux d’un blond presque blanc ? Pourquoi la voix de Miya sort de la bouche du type masqué ? Pourquoi a-t-il changé de voix ?

-  Tue-le. Dit une voix.

Je me retourne et reconnais le type que j’avais menacé ce matin. C’est le maître de Miya. Je ne comprends rien, ni les pourquoi, ni les comment. Cela me dépasse, agace l’animal que je suis. Je regarde celui qui m’a volé Miya et montre les crocs. Je feule, je vais tous les tuer. Je roule des épaules, me grandit. Mes règles sont simples, déchirer les chaires et mordre jusqu’à ce que seul le cœur de Mick continue à battre. Mais ma soif de mort est refroidie par un froid intense qui vient du sol. Mes pieds sont pris dans la glace m’empêchant tous mouvements.

- Noah, arrête, tu n’as pas la force de faire ça !
- Retire ton ordre. On n’a pas fait tout ça pour le lancer sur Chad…
- Hors de question.
- Retire ton ordre, Papa.

Ma fureur se calme le temps d’analyser ce dialogue. Noah ? Papa ? Et mon nom. Dans quoi sommes-nous tombés ? De quelle machination sommes-nous les jouets ? Pourquoi le type que je viens de transpercer et qui semble avoir la capacité de me geler les pieds s’inquiète pour moi ? N’est-ce pas Mick leur cible ? Je ne suis là que pour le seconder, d’où je fais partie de leur plan ? La glace faiblit, j’arrive à me dégager, mes mains sont luisantes du sang de ce Noah. Alors que le corbeau s’avance vers moi, un nouvel ordre…

-  Je t’interdis de tuer Chad et Mick.

A qui parle-t-il ? Mon cœur manque un battement quand je me rappelle de la voix que j’ai entendue juste avant. Les images qui suivent confirment ce que mon ouïe à reconnu. L’homme au masque n’est d’autre que ce sale traître ! Le choc m’ébranle si fort que je recule vers Mick. Je lui saisis le bras et pompe toute sa douleur en exutoire à la nouvelle fureur qui m’anime. Je dois me poser avant de faire un carnage. J’en ai marre de me faire balader ! Car c’est bien ce qui m’arrive depuis que l’on a quitté Beacon Hills. Je sens la main de Mick sur mon épaule, je le serre trop fort. Je retire ma main, son bras est poissé du sang qui me macule les doigts. La prise de Mick se fait plus forte, cela me sort de ma torpeur. Je suis perdu, autant que lui semble-t-il quand je regarde l’expression de son visage. Trop  de monde, des phrases sibyllines auxquelles on peut donner tous les sens possible. Aux mots « sauver son ami » les phalanges de Mick s’incrustent dans mon épaule. Cherche-t-il à me retenir ? Surement car je m’aperçois soudain qui ne pose pas seulement sa main sur mon épaule, il me retient de toute ses forces.

Le jeune que j’ai perforé est en train d’agoniser, il semble proche du Jap’ vu qu’ils… J’étouffe ce qui me monte aux tripes, un sentiment de jalousie. Une femme étrange s’agenouille auprès du mourant. Je n’aime pas l’aura que cette louve dégage. « Il » se relève, nos regards se croisent. Regard de braise face à celui améthyste de l’autre connard. Il a essayé de nous planter, il a fait souffrir Mick. Ça, jamais je ne pourrai lui pardonner ! Je murmure, mais aux ratés de son cœur, reprit en cadence par le blond qui se meure, je sais qu’ils comprennent tous deux le sens du mot que je prononce et de ce que cela sous-entend.

- Uragirimono

Ce salopard finit par suivre son maître comme un bon chien obéissant. Je vais pour le suivre quand je me retrouve de nouveau bloqué par de la glace. Le blond a encore assez d’énergie pour cela ? Non, je m’aperçois que c’est la louve qui en est responsable. Elle me regarde froidement. Alors que c’est moi l’alpha de l’endroit, son aura m’écrase. Je résiste, la glace remonte le long de mes mollets.

- Tu peux me bloquer, je le retrouverai et le tuerai !
- Non ! Murmure l’agonisant.
- Mord-le ! Ordonne cette femme dont la pâleur laisse penser qu’elle est un fantôme.
- Je n’ai pas l’intention de créer une meute.
- Mord-le ! Crie-t-elle resserrant sa glace sur mes jambes.

Je vois le regard paniqué de Mick. Il scrute mon regard, je sais ce qu’il cherche : l’humain. Déjà là, je ne suis pas certain de pouvoir rendre totalement les rênes à celui qui m’abrite. Si je commence à transformer des gens en loup, quid de la question de rendre à Nath son rang ? Cela ne va-t-il pas me pousser dans la voie animale ?

- Il n’y est pour rien Chad, murmure Noah. Lâche le maman. J’ai quelque chose pour lui.

Décidément c’est une réunion de famille après le père, voilà la mère. Il a de drôle de parents ce gars. La femme hésite puis je sens la glace refluer. Noah se tient le ventre. La mare de sang autour de lui est impressionnante. J’ai frappé dans l’intention de tuer avec le plus de douleur possible. D’un signe de la main il m’indique une poche de sa veste. Doucement je m’approche et m’agenouille à côté de lui. Je saisis une enveloppe. A l’intérieur des feuillets où je reconnais l’écriture hésitante du chanteur.

- Il m’avait demandé de les bruler, mais tu dois savoir la vérité Chad. Tu comprendras. S’il te plait pardonne lui, il n’y ét...

La fin de sa phrase se termine dans un crachat de sang. Il ne lui reste plus beaucoup de temps à vivre. Mais il a la force de tendre le collier de Miyavi à Mick.

- Il y a des informations dedans.

Les battements de son cœur deviennent erratiques, mais à aucun moment il n’y a eu le loupé du mensonge. Ses yeux papillonnent, il sombre progressivement dans l’inconscience. Ma colère est retombée, je regarde Mick qui retire une carte mémoire du collier. Je croise son regard, ce que j’y lis me réchauffe le cœur. Cette décision est à prendre à deux.

Je suis hébété, nous sommes toujours vivants. Je crois que je reviens de loin. Mais je n’ai pas le temps de me remettre, le temps presse. Je sens l’animal, il n’a jamais été aussi présent et aussi puissant. Nous sommes un alpha particulier, car dehors, autour de nous, ce n’est pas seulement la meute de Nath qui est là. Tous les lycans de Boston ont répondu à notre appel. La morsure peut sauver Noah malgré qu’il est à quelques secondes de la mort. C’est à deux que d’un regard l’on demande l’assentiment à Mick. Le risque que je ne redevienne pas comme avant est non négligeable.

Je plonge mes crocs dans le cou de Noah.

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aller vers le passé [PV Chad, Mick]   Sam 28 Juin - 20:07


 
Résister au choc






Le sang sur ma peau s’échappe rapidement sous les jets d’eau chaude. Mais les pensées, elles, restent imprégnées. La douleur et la fatigue, la haine qui gonflait notre motivation, le doute et la fatalité. Certains actes empêchent tout retour en arrière. J’entends Chad dans la pièce d’à côté. Je suis si troublé que j’évite de croiser son regard lorsque je sors de la salle de bain. Nous ne savons même pas si nous avons réussi. Ni à quel prix.

Je ne sais quoi penser de tout cela. Il est clair que cette mission avait pour but de secourir James mais plus nous nous étions approché de nos ennemis plus mes anciens démons avaient ressurgi. Et dès l’instant où Miya était entré dans la partie, quand lui et ses nouveaux alliés avaient pénétré la planque, j’avais compris que je me débattais dans une toile dont les tenants et aboutissant m’échappaient.

Comme cela avait été prévu nous rassemblons nos affaires pour un départ précipité. Quitter cette ville risquait d’être plus difficile que d’y mettre les pieds. Certains de nos alliés sont encore sur pied pour nous prêter main forte. Là encore, nous agissons sur l’instant présent. Anticiper est la seule chose que nous pouvons faire. Et rien ne se passe jamais comme prévu dans ces circonstances.

Quelqu’un toque. J’ai faim mais je ne suis pas sûr de pouvoir avaler quoique ce soit. La porte s’ouvre sur le couloir vide. Ça n’est vraiment pas le moment d’être la victime d’une blague idiote. Je m’apprête à refermer la porte quand quelqu’un me fait face. Suivi par deux autres personnes.

Mon cœur loupe un battement.


Quelques heures auparavant...


Tout est allé très vite. Puis soudainement, le temps est suspendu. L’incompréhension  se mélange à la colère déjà présente.

-  Tue-le, dit une voix.

L’ordre est foudroyant. Comme le froid qui nous saisit tous. La glace se propage sur mes chevilles après que j’ai pu rejoindre Chad. Je le regarde retirer ses griffes de l’adolescent qui s’est interposé entre lui et Shadow. Ce garçon voulait-il sauver Chad ou le corbeau ? Peu importe. Ce qui est fait est fait.

- Noah, arrête, tu n’as pas la force de faire ça ! Crie Goran le donneur d’ordres.

- Retire ton ordre. On n’a pas fait tout ça pour le lancer sur Chad…

C’est donc cet homme qui a autorité sur celui que nous affrontons ? Qui aurait pu penser qu’il avait un maitre ou que sa folie meurtrière puisse être contrôlée.

- Hors de question.

- Retire ton ordre, Papa.

Le garçon supplie son père d’épargner Chad et sans même le regarder je comprends l’hésitation qui saisit le cœur de Goran.

- Retire ton ordre…lâche Noah dans la douleur.

- Je…je retire mon ordre.

Shadow esquisse un mouvement, comme s’il semblait lutter contre lui-même pour ne pas approcher un peu plus sa lame de la gorge de Chad.

- Je t’interdis de tuer Chad et Mick, souffle le père désespéré.

Notre ennemi tombe à genoux et saisis délicatement le corps blessé du garçon. Pour la première fois depuis que nous lui faisons face, Shadow abandonne son arme. Le masque et les lunettes eux aussi jetés au sol ne font aucun bruit. Pourtant, l’instant de vérité est assourdissant.
Miyavi. Celui dont la puissance farouche a failli nous tuer n’est autre que Miyavi. Le déserteur, le traitre. Je ne comprends pas mais mes pensées vont vers Chad qui s’est reculé contre moi vivement et qui fixe avec froideur le visage de son ancien amant. Je sens le bien être caractéristique de son pouvoir de guérison se diffuser dans mon corps. Chad arrête, garde tes forces !

Nous ne nous adressons pas la parole. Trop confus pour formuler nos pensées. Je ne lâche pas la prise que j’ai sur lui pourtant il s’approche du garçon agonisant. Je ne veux pas qu’il voit ça, qu’il se sente coupable. Que cela lui fasse perdre la raison pour toujours.

Son regard se fait arme mortelle lorsqu’il adresse un unique mot à Miya, penché sur son ami.

- Uragirimono.

Je capte le regard de Miya lorsqu’il fuit avec Goran. Moi non plus je n’oublie rien. Chad s’apprête à se lever pour poursuivre le traitre mais nous sommes à nouveau prisonniers de la glace. La femme aux cheveux d’un blond presque blanc pleure au-dessus de son fils.

- Tu peux me bloquer, je le retrouverai et le tuerai !

- Non ! Murmure l’agonisant.

- Mord-le ! Ordonne la mère horrifiée.

- Je n’ai pas l’intention de créer une meute, insiste Chad.

- Mord-le ! Crie-t-elle.

Chad se tourne vers où est parti Miya. Je sonde son regard pour atteindre son âme. L’humain est-il toujours là ? Je le sais tapis au fond de lui-même, coupé du monde, coupé de la douleur qui a autant meurtri son cœur que son corps.

- Il n’y est pour rien Chad, murmure Noah. Lâche le maman. J’ai quelque chose pour lui.

Son attention est focalisée sur celui qu’il avait perforé de ses griffes. Il s’agenouille près de lui et récupère une enveloppe dans le pan de sa veste. L’objet fait remonter un souvenir à la surface. La première fois que j’ai rencontré Chad. Un regret se faufile dans mon esprit. Si je n’avais pas laissé Chad entrer dans ma vie nous n’en serions pas là. Si je n’étais pas venu à Beacon Hills, Miya ne l’aurait jamais abandonné pour réclamer vengeance, James serait en sécurité, Chad aussi, et moi…moi j’aurais été seul. Mais la solitude est sans doute plus douce que le sentiment de culpabilité. Ce carnage, tout ce qui s’est passé, est en partie ma faute.

Une main tremblante me tend aussi quelque chose. Pourquoi est-ce qu’il me donne un pendentif ?

- Il y a des informations dedans, dit-il faiblement.

Puis Chad me regarde. La compassion a fait resurgir l’humain. Je le sens. Le loup est toujours là mais l’humain retrouve sa place. Je lui envoie mon amour et mon soutien. Pourtant le risque qu’il ne redevienne pas comme avant est non négligeable.

Rendre la vie au risque de gâcher la sienne, c’est bien là l’intention louable d’un être humain doté de sentiments. L’acte irrémédiable est en revanche celui d’un loup. Les yeux de Chad luisent d’un éclat écarlate lorsque ses crocs s’enfoncent dans le cou de Noah.

Le garçon n’a plus la force pour esquisser un geste de surprise. La morsure est bien visible sur sa peau et rapidement son corps est agité de faibles secousses. Les secondes sont longues. Je sais à qui Chad pense en observant Noah. Il y a encore un risque pour que le garçon rejette la morsure.

Alors que nous attendons en silence, quelques lycans font enfin leur apparition, à moitié transformés puis soudain calmés par l’absence évidente de danger. Ils s’approchent de Chad qui prend une longue minute pour inspirer et prendre une décision.

- Ramener Nathan et Noah avec vous, ordonne-t-il. Ils ont tous les deux besoin de soins.

Les lycans le questionnent du regard sur ce Noah qu’ils ne connaissent pas. Chad leur indique le garçon au sol.

D’un regard vif, il les exhorte de le considérer comme l’un des leurs. Ils obtempèrent et avant qu’ils ne posent la question, Chad les prévient qu’il ne vient pas avec eux.

Je crois qu’il a envie de hurler et de pleurer à la fois. Je sens sa main ferme sur mon épaule. Il a besoin d’être avec moi.

- Nous rentrons, dis-je, pas mécontent de l’éloigner de cette…sa meute.

Je jette un regard en arrière, fixant la tâche de sang à l’endroit où Noah agonisait il y a un instant.

Comment en est-on arrivé là ? Dans quoi sommes-nous tous plongés ?

Et si une personne aux noirs dessins, dissimulée de nous tous, jubilait du chaos qu’elle avait mis en œuvre ?




(c) Fiche par Mafdet


Dernière édition par Mickael Wayne le Mar 1 Juil - 14:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aller vers le passé [PV Chad, Mick]   Lun 30 Juin - 19:43

Noah


A notre arrivée au parking, je comprends que Shadowcat a une bonne longueur d’avance sur nous. S’il n’a pas invité les plus puissants de l’organisation à participer, il n’a pas non plus convié que les plus faibles. Je jette un regard vers Goran. Si nous les attaquons, notre couverture sera définitivement foutue. Contrairement à la petite racaille que nous avons décimée peu avant, certains ici sont suffisamment malin pour tout de suite comprendre que nous ne sommes pas vraiment de leurs côtés, et surtout, certains seront suffisamment futés pour envoyer un message d’alerte. Ce sont eux que nous allons devoir tuer en premier. Goran me fait un signe de tête. Foutus, pour foutus…

Je me jette dans le combat. Mes cheveux naturellement blonds platines deviennent bancs, mes yeux déjà clairs se font bleu de glace et ma peau devient presque translucide et comme recouverte de givre par endroit, surtout au niveau des mains. Contrairement à ma mère, je ne peux pas tenir tout un combat ainsi. Je suis encore jeune, pas assez expérimenté et surtout, pas assez endurant. Mais peu importe. Je donnerais tout pour arrêter Shadowcat.

Le combat s’éternise et nous avons tous un moment d’arrêt lorsque le hurlement lupin de Chad fait trembler l’air. Huisè peste. Nous devons nous presser. Je ne fais plus preuve ni de pitié, ni de vengeance. Ces types ne sont rien de plus que des nuisibles, des obstacles que je dois passer le plus vite possible. Mes coups se font plus précis, plus mortels. Nous sommes bientôt épaulés par les loups de Boston. Chad a un sacré charisme, on ne peut pas lui retirer !

Je parviens enfin à détecter une ouverture et je saute sur l’occasion. Je ne mets que quelques secondes pour les retrouver, j’en ai bien moins pour agir. Nathan agonise, Mickael est vraiment mal en point et Chad va bientôt mourir. Je m’élance. Je sais que Miyavi ne se le pardonnera jamais si son coup atteint sa cible. Et alors que je suis à un mètre, je perçois l’hésitation de Shadowcat. Mais Shadowcat n’hésite pas. Jamais. Et je comprends l’action. Miyavi veut ce coup. Il va en mourir, mais Shadowcat mourra avec lui. Désolé Miyavi, mais même pour tuer ce monstre, je ne te laisserai pas mourir.

Je m’interpose. J’entends avant de sentir, la chaire déchirer, le sang gicler. Et puis la douleur suit. Tombe au sol. Chad s’écarte et, alors que Miyavi vient de hurler, j’entends l’ordre de Goran. Cet ordre, bien que froid et parfaitement monotone, claque. Non, il ne faut pas. Chad n’y est pour rien, pas plus que Miyavi. Au prix d’un terrible effort et d’une sensation de brûlure quasiment insoutenable, je parviens à bouger et à poser mes deux paumes sur le sol. Je souffle, je me concentre. Utiliser mon pouvoir est actuellement très douloureux, mais je ne laisserai pas la rage de Goran dicter sa conduite. Je ne le laisserai pas enfermer Miyavi d’un ordre encore plus cruel que le précédent. J’ai du mal à convaincre Goran, mais j’y parviens. Il sait que j’ai raison. Miyavi et Nineko se chargent d’enfermer Shadowcat en eux et alors Miyavi tombe à genoux à mes côtés.

Il me prend dans ses bras. Je n’ai même pas la force de gémir de douleur. Il retire ses lunettes et arrache son masque, manquant de se blesser tant il éprouve de la colère envers Shadowcat, envers lui-même. Il m’insulte, peste contre moi et ce que je viens de faire.

- « Je t’aurais perdu à jamais si j’avais laissé Shadow tuer Chad.

Il me fait remarquer qu’il avait réussi à bloquer Shadowcat.

- « Je sais. J’ai vu ça. Mais alors Chad t’aurais tué, et je t’aurais perdu à jamais quand même.

A nouveau, il m’insulte et me fait comprendre qu’il souhaitait voir Shadowcat mourir. Mais je ne suis pas d’accord. Voir Shadow mourir, c’était aussi voir Miya mourir, et je ne m’y résoudrai pas.

- « Et te tuer toi au passage. Vous trouverez autre chose !

Maman s’approche, je décide donc de profiter des dernières secondes pour faire ce que je rêve de faire depuis un moment maintenant. J’attrape Miyavi par son collier et lui vole un baiser avant de le voir partir. Je sais qu’il aime Chad. Je n’attends rien en retour. Je veux juste qu’il soit heureux. Il le mérite.
Goran et Miya partent. Le mot que prononce Chad me donne envie de hurler. Si seulement tu savais. Il entame un mouvement, mais je le bloque avec ma glace. Je suis à bout de force. Si vraiment il continue à résister, je ne pourrais pas l’empêcher longtemps. Je crache du sang. Ma mère arrive et essaye d’absorber la douleur, mais les plaies sont bien trop profondes. Alors elle demande à Chad de me mordre. Il refuse, mais elle insiste. Elle lui fait comprendre qu’elle n’hésitera pas à faire ce qu’il faut pour le convaincre et contrairement à moi, elle est encore à pleine puissance.

Chad laisse revenir l’humain et finit par accepter. Alors que j’expire, dans un râle de douleur, ce qui semble être mes dernières réserves d’air, je sens les crocs de Chad percer ma peau. Cette fois-ci, même la fatigue ne peut étouffer mon cri de douleur. Ma mère tient ma main autant pour aspirer le mal que pour contrer mes réflexes. Ce serait tout de même dommage que je tue le loup maintenant à cause d’un instinct de survie. Après quelques minutes, je perds connaissance, ou je m’endors, je ne sais pas trop.
Quand je me réveille, je suis dans une chambre, une petite chambre sombre. Mes plaies ont disparu. La morsure a donc marchée. Je tends l’oreille, les lycans ont vraiment des capacités incroyables. Je comprends rapidement que je suis dans le repère des lycans. Chad et Mickael ne sont vraisemblablement pas là. Je sors de la chambre. Je me sens lourd. Sans doute d’avoir frôlé la mort. Ma mère vient me prendre dans ses bras dès qu’elle m’aperçoit. Je la laisse m’étreindre, je réponds. C’est bon de se sentir en vie.

- « Où est Leto ? »

- « Il est allé chercher ton père. »

Elle me sourit. Je crois que l’avoir appelé Papa a changé beaucoup de choses, pourtant, ce n’est jamais qu’un mot…Je remarque que Huisè aussi manque à l’appelle.

- « Huisè, Chad et Mick sont avec lui ? Ils n’ont pris personne d’autres ? »

C’est inquiétant. Ce n’est pas assez.

- « …Seulement Huisè. »

- « Quoi ? »

Je n’en reviens pas. Je jette un regard vers les loups, mais il me défie de dire quoi que ce soit. Et bien je relève ce défi, mais ma mère me demande de me calmer.

- « Ils sont exténués…ils auraient été une gêne. »

C’est ce qu’elle dit, mais…en ce moment, je suis lié à cette meute et je sens que ce n’est pas la véritable raison. Ils ne voient aucun intérêt à aller à la rescousse du chat ou de mon père. Ce sont des ennemis…A la limite, si Chad leur demandait de l’aider pour sauver James…là, ils se bougeraient !

- « Noah, qu’est-ce que tu fais ? »

- « Je vais parler à mon alpha ! Hors de question qu’on se tourne les pouces alors que… »

Je me tais en ouvrant la porte. Huisè est là, juste devant moi.

- « Vous les avez ramenez ?




© Halloween sur Never-Utopia




Goran


Nous quittons le point de rendez-vous en laissant un amoncèlement de corps sans vie. Lorsque nous arrivons au parking, je comprends que notre couverture est déjà à l’eau. Shadowcat a bien joué son coup ! Cet emmerdeur de première est un fin stratège ! Je ne comprends toujours pas comment il peut désobéir à mes ordres…je comprends encore moins comment quelqu’un comme Miyavi peut abriter une telle personnalité, une telle, monstruosité.

Nous débarrasser du menu fretin et des entrées n’est pas facile, mais nous passons tous à la vitesse supérieure lorsque retentit le cri de Chad. Nous sommes d’ailleurs rapidement soutenus par les lycans de Boston. Noah arrive à se faufiler et je e suis, mais quand j’arrive, il est déjà trop tard. Et lorsque je réalise ce qu’il se passe, mon sang ne fait qu’un tour et l’ordre tombe. Je me fiche de son identité et de son importance. Ce qu’il vient de faire est impardonnable. Noah a tout fait pour…

Le voilà qui s’interpose encore. Il me connait bien. Ce môme est promis à un grand avenir…était…je finis par céder. Je ne peux pas aller contre sa volonté. Mais le voir ainsi me plonge dans un état particulier. Tout passe au second plan et j’ai bien du mal à me décider. Pourtant, il le faut bien.

Miavi s’est révélé. Oui, cet être sanguinaire et sans pitié, c’est bien lui…une partie de lui. Wilder et Wayne sont sous le choc. Le cri d’Irin me ramène sur terre. Je rappelle Miya. Nous devons y aller. Noah lui vole un baiser et Miya, non sans un regard pour ses amis, me suit. Nous devons faire vite si nous voulons avoir une chance de sauver l’infirme.

Nous ne mettons pas vraiment longtemps à rejoindre le QG provisoire. La première chose à faire est un rapport oral. Si cela va nous prendre quelques minutes, ça pourrait bien nous en faire gagner dix fois plus. Cela dit, je ne suis pas naïf. Ils ne vont pas mettre longtemps à comprendre ce qu’il se passe réellement.

-« Remets ton masque et tes lunettes. Ils ont tous peur de Shadowcat.

Devant les bosses, j’explique que les loups de la ville se sont tous ligués contre nous et que Noah est mort de la main du nouvel alpha.

- « Dès que l’infirme sera prêt, je veux être prévenu et mené à lui. Je le ferais parler moi-même. Je dois savoir qui est ce type qui accompagne le loup ! En attendant, vous pourrez me trouver aux archives ! J’ai bien l’intention de connaître mes ennemis. Je ne laisserai pas un seul de ces loups survivre ! Le chat tu viens avec moi !

Voilà qui va nous accorder quelques dizaines de minutes. Si tout se passe bien, nous pourrons emmener James avant que la vérité n’éclate. La salle des archives n’est pas difficile à trouver. Miyavi parvient à son contrôler jusqu’à ce que la porte soit réellement fermée, mais dès lors, il saute par-dessus les montagnes de dossier pour atteindre l’ordinateur qui tourne continuellement pour compiler et sauvegarder les informations. Il insère la carte de Noah dans l’unité centrale et m’interpelle.

- « Clique sur le gauche. »

Son illettrisme est un véritable handicape pour cette mission, mais il a su gérer cela habilement en mémorisant quelques mots et noms clefs. Il me tend les dossiers concernés. Parmi ceux-ci, celui de sa sœur et le sien après un moment. Je les lis en diagonal afin d’en mémoriser au moins une partie si nous venions à les perdre, puis je les range dans une besace. Je suis en train de parcourir le sien lorsqu’il me montre un nouveau dossier, non, un carton, avec une photo…il semblerait que cela concerne Mickael. Mais nous sommes interrompus par l’arrivée d’un ‘soldat’. Un qui n’est pas que stupide. Avant qu’il puisse sonner l’alerte, je parviens à l’atteindre et à l’hypnotiser mais il se débat.

- « Nous devons arrêter là Miya. Va chercher la carte. Je ne tiendrais pas longtemps. »

La journée d’aujourd’hui m’a épuisé. Je suis à bout de force et l’hypnose est particulièrement énergivore. Miyavi va donc chercher la carte. Le virus n’aura pas été téléchargé entièrement. Certaines de leurs données seront désormais codées mais ce que nous avons récupéré l’est également. Le soldat se débat encore et fait tomber la caisse. Me*e ! Je sors, en poussant l’hypnose. Il va nous emmener gentiment vers James, comme il devait le faire à la base. Je sommes Miyavi de se dépêcher. Cet abruti a encore pris le temps de récupérer deux bonnes poignées de feuilles du dossier de Mick. Il les fourre dans mon sac. Nous entrons dans la cellule de James et sans attendre je romps la nuque de l’hypnotisé. Miyavi remonte ses lunettes sur son front et montre à James qu’il est « le gentils Miya », celui qui l’a soigné autant que possible. Nineko, toujours en surface depuis le parking, l’aide à retirer les liens de James.

Comme je suis plus grand et plus costaud et que Miya est plus rapide et plus agile, je suis celui qui porte James. Nous sortons, mais à peine quelques mètres plus tard, l’alarme est sonnée. Nous nous hâtons. Je parviens à tuer plusieurs hommes, mais avec James dans le dos, ce n’est pas évident. Miyavi en gère la plupart, néanmoins nous savons tous les deux que ce sera impossible…pas comme ça. Il dégage le chemin jusqu’à la sortie mais…C’est au moment où Miya me tend la carte que je crains que tout soit fichu. Il rattrape celui qui vient de s’emparer de l’objet et lui arrache la gorge sans préavis. J’ai pris quelques mètres d’avance et je ne peux me permettre de revenir en arrière.

- « Bloque la porte ! »

- « Miyavi,… »

- « Sauve James ! »

C’est un comble ! Je reçois des ordres de mon Kanima ! Je lui hurle une dernière chose. C’est ce que j’ai découvert en lisant son dossier. Il faut qu’il tienne. Je devais lui donner une raison ! Puis je referme la porte. Je tombe nez-à-nez avec Leto. Huisè nous attends dans la voiture. Elle s’est vraisemblablement occupée des soldats ici. Je construis rapidement une barrière de fils d’acier tranchants puis Leto m’aide à transporter James jusqu’à la voiture. Nous voilà partis.

- « Comment vous avez su l’adresse ?

- « Lycaon.

- « Comment va Noah ?

- « Il est en vie. Chad l’a mordu.

- « Lyl’ est donc en chemin.

- « Oui, et il râle un peu. Avec la lune rousse qui approche, c’est pas le meilleur moment de faire un nouveau lycan.

- « Noah saura se contrôler.

- « Oui. Je pense aussi qu’il va rester ici un moment pour mettre à plat tout ce merdier, aider les lycans…

- « Papa, le chat, est-ce qu’il est ?

- « Non…pas encore…mais je ne sais pas combien temps il tiendra. Il faut aller le chercher.

- « Je vous dépose là où dorment Chad et Mick, je vais prévenir les loups !

Une fois au pied de l’immeuble, Leto prend le relais pour porter James. Je toque à la porte et c’est Mickael qui ouvre.Un flot d’émotion traverse son regard. Je perçois meême un mélange d’inquiétude et d’espérance alors qu’il s’attend à voir Miyavi, mais il ne se montre pas et alors toute son attention se reporte sur James. Il aide Leto à l’amener se poser. Nous leur laissons quelques minutes pour se retrouver mais la vérité c’est que nous n’avons pas beaucoup de temps à leur accorder maintenant.

- « Nous devons aller chercher Miyavi. »

Je m’apprête à repartir sur le champ, mais la voix du loup m’interrompt. Il ne semble pas tout à fait d’accord avec cette idée. Il parle de Miyavi en l’appelant traître. Le chat lui a brisé le cœur et visiblement Chad n’avait pas connaissance de l’existence de Shadowcat.

- « Si tu n’y vas pas pour le chat, vas-y pour ton humain. Voici ce qu’il a récupéré en version papier, expliqué-je en balançant les quelques feuilles récupérées. Miyavi n’a pas eu l’occasion de me donner la carte SD. Et il y a probablement la moitié de son passé dessus. » dis-je en désignant Mickael. »

J’attends quelques secondes, mais la décision ne vient pas.

- « Après tout, faites comme bon vous semble. Moi, je n’ai pas le choix. Noah ne me le pardonnera jamais si je laisse cet abruti là où il est. Mais d’un côté, vous avez raison, rien ne garantit que Miyavi soit toujours là de toute façon. Il sera en vie. Shadowcat n’a pas trop envie de mourir, mais il aura sans doute enfermé le chat… Peu importe. Vous voilà réuni avec de quoi en savoir un peu plus…c’est ce qu’il voulait.

Je tourne les talons, suivi de Leto. Quoiqu’ils fassent, les autres capitaines et moi nous irons sauver cet avorton. Pour ma part, je n’irais même pas pour récupérer ces informations même si Lycaon les veut. J’irais pour Noah, et aussi pour ce môme…




© Halloween sur Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aller vers le passé [PV Chad, Mick]   Lun 30 Juin - 19:51

Enchaîné à la liberté.


Je lâche le corps de Noah. Je le confie à sa mère. Nous échangeons un regard ; Je suis tellement désolé. Elle m’en veut évidemment, mais dans son regard, je vois une chose dont Noah a visiblement hérité : la détermination. Silencieusement, elle me demande de finir ce que j’ai commencé, que tout cela ne soit pas vain. En me relevant, je croise le regard de Chad. Le mot qu’il prononce me transperce. Je perds tout espoir de pouvoir me faire pardonner…ou même qu’il comprenne. Je suis devenu l’ennemi à abattre…c’était inévitable. Je l’ai compris dès que j’ai sentis Shadow s’éveiller. Je ne cherche pas à m’excuser, ni à m’expliquer. Là, tout de suite, ce serait une perte de temps. Ça le sera certainement après aussi…Mais à cet instant précis, Goran et moi devons faire vite.

Une fois arrivés à ce QG de fortune, nous prenons directement la direction des bureaux des supérieurs. Comme me le demande Goran, je replace masque et lunette et j’adopte la démarche de Shadow. Je la connais par cœur. Mon corps la connait. Le rapport de Goran est concis, précis et parfait. Ce type est un maître de la manipulation. Il me dupe moi-même alors que je sais ce qu’il s’est passé. Libre de nos mouvements, nous allons jusqu’à la salle des archives et sans perdre de temps, nous nous mettons en recherche des fichiers importants. Après avoir mis en route le virus dans l’ordinateur, je fouille des papiers et je finis par trouver le dossier de Jay, ainsi que le mien. Goran les parcours rapidement des yeux pour déterminer s’il s’agit bien de dossiers intéressants et aussi pour s’en souvenirs au cas où on les perdrait en route. J’en trouve plusieurs qui l’intéressent. Il est en train d’examiner le mien lorsque je tombe sur un carton entier rempli de dossiers qui concernent…Mick ?

C’est à cet instant qu’arrive l’un des sous-fifres. Mais il n’est pas stupide et il comprend vite ce qu’il se passe réellement. Dans ce court combat, il fait tomber la caisse puis Goran parvient à le neutraliser mais il en a déjà beaucoup fait aujourd’hui et son mental ne tiendra pas longtemps. Je vais donc récupérer la carte SD. Goran a déjà pris le chemin de la cellule, guidé par l’hypnotisé. Moi je prends une seconde de plus pour attraper à grosses poignées un max de feuilles tombées. Espérons qu’il y aura des trucs intéressants dessus ! Je les fourre dans le sac de Goran juste à temps avant que deux types ne nous croisent. Nous entrons dans la cellule de James et la nuque de l’hypnotisé est brisée aussitôt. Je relève mes lunettes. James sait, j’espère que je ne suis pas un ennemi ; Shadow et moi n’avons pas du tout  le même regard !

Goran le prend dans son dos et nous sortons, mais l’alarme retentit. Nous devons nous hâter. Le chemin jusqu’à la sortie me parait interminable, mais nous y parvenons. Sauf que nous savons pertinemment que l’un de nous doit rester pour couvrir l’autre. Je m’apprête à lui donner la carte SD mais un type s’interpose et la prends. En deux mouvements, je récupère la carte et j’égorge ce type, mais Goran a déjà plusieurs mètres d’avance. Je lui fais signe de continuer et juste avant de disparaître il lâche une bombe. Mais je ne peux pas m’y attarder. J’attrape ma queue de félin et je l’entaille pour y glisser la carte avant de faire disparaître ma queue. La transformation en kanima se fait en plusieurs stades. C’est pour cela que j’ai toujours réussi à dissimuler les plaques de polymère qu’ils ont fixé à mon squelette pour le bras de métal de Shadowcat. De la même manière, je tiendrais cette carte hors de portée de ces c*nnards.

J’entends Shadowcat se moquer. Il lève le doute. Et si lui leur donnait.

- « Si tu leur donnes, ils nous tuerons. Ils ont d’autres chats à fouetter. Si tu leur dissimules, ils vont me torturer…Si ça se trouve, Chad ne va pas venir me chercher…A toi de voir ce qui me fera le plus de mal. La lassitude de te voir offrir ce que je tente de cacher à mes ennemis, ou le désespoir de ne jamais être sauvé, pardonné, ni même considéré de nouveau par celui que j’aime…


Si je parviens à résister un moment, je finis par crouler sous les attaques. Quand je me réveille, je suis enfermé dans la cellule de James, ligoté par des chaînes bien plus épaisses. Nineko reste au plus profond de moi. Shadowcat a finalement décidé de garder la carte, mais il ne s’amuse que plus de mon état. Il joue avec mes nerfs. Il me parle de Jay, de Chad, de Mick, de tous les autres. Il génère dans mon esprit des images d’eux, tantôt pliés de douleurs, tantôt heureux…sans moi… Il me montre, encore et encore ce jour où j’ai tué mon propre père. Je repense alors à ce que m’a révélé Goran. Est-ce possible ? Et comment ? Où est-il ? Je dois le retrouver. Je dois tenir ! Je dois tenir…Jay me tueras probablement si elle me revoit. Chad…Chad me fera souffrir s’il me revoit…mais lui…je dois savoir…je dois tenir… Et alors que je m’en persuade . Shadow trouve le moyen de me faire souffrir. Qu’est-ce devenue ma mère, Qu’ai-je fait ? Comment ai-je osé faire cela à Chad ? Shadowcat, ferme-là ! … Sa torture est bien plus douloureuse que celle de mes tortionnaires humains.

Depuis combien de temps suis-je ici ? Quelques jours au moins. Plus que quelques heures, c’est certains. En admettant que quelqu’un soit assez fou pour venir, aucun n’était suffisamment en forme pour venir, mais après deux jours… Les blessures étaient trop importantes…Noah…Est-il vraiment….
J’entends la porte s’ouvrir. Ils viennent pour me frapper, me violenter de toutes les façons…J’ai mal, c’est certain, surtout que cet enfoiré de Shadow se fait un plaisir de prendre le contrôle pour attiser leur colère avant de me laisser tout ressentir. Et pourtant, je me délecte de tout ce qu’il leur dit. Il a une répartie digne de celle de Stiles ! Mon pote…tu vas me manquer. Quelque chose n’allait pas bien ces derniers temps, j’espère que ça va mieux !

- « Répond ! Où est-il ?

- « Pour la énième fois, dans ton cul ! Tu veux que j’aille le chercher ?! J'ai une queue vachement plus longue que la moyenne, il parait!

- « Il ne serait pas plutôt dans le tiens, si j’allais voir.!


- « Vu le nombre de fois où tu l’as visité, faudrait vraiment que tu sois con pour l’avoir loupé…non, ouais, t’as raison, c’est bien possible en fait !

Shadowcat explose de rire. Pour une fois, ça vient bien de moi. Et je vais le sentir passer. Il m’attrape par les cheveux et demande de l’aide à ses potes. Sérieusement, vu mon état, je ne tiendrais même pas sur mes jambes… Mais alors qu’il s’affaire à m’attacher de façon plus confortable…pour eux, s’entend, un bruit sourd retentit… Ils ont déjà bougé le QG. Ils m’ont laissé ici avec un certain nombre de chasseurs. Ils ne pouvaient pas prendre le risque que Goran les retrouve grâce à notre lien. Visiblement, ils avaient raison. Je peux le sentir approcher. J’entends son souffle, son ordre. « Attaque ».

Nineko se réveille et mes yeux luisent d’améthyste. C’est probablement la première fois que nous agissons de concert avec Shadowcat. Enfin, il peut jouer de ses crocs, enfin, Nineko peut se nourrir, enfin, je peux me venger. Un regain de force pénètre mes veines et j’attrape la tête du premier à ma portée pour l’exploser contre le mur avant de me jeter sur le second pour lui arracher la carotide. Le temps que je me retourne vers celui qui voulait me fouiller, Shadowcat a déjà pris le relais. Bien plus rapide que ne le sera jamais l’humain, il passe au-dessus de lui en lui attrape la mâchoire par les dents du haut, il se retrouve dos à lui et en tirant d’un coup sec, il brise toute la colonne. Il prend ensuite son temps pour se vêtir et s’installe sur la chaise en attendant qu’on nous ouvre la porte.

Il se lève tranquillement quand cela est fait et il s’approche de Goran en souriant. Mon maître comprend aussitôt et Shadowcat se contente de hausser les épaules et de le remercier pour le regain d’énergie dû à l’ordre et à sa présence. Je n’ai même pas la force de contrer sa possession…je suis trop épuisé…
Je suis secoué par Nineko un peu plus tard. Il me réveille. Avec l’aide de Goran, il parvient à me remettre en selle et je reprends le contrôle de mon corps. Je comprends que Shadowcat commençait à devenir vraiment agaçant dans la voiture. Mais qu’est-ce qu’il a dit à la fin ?! Ah, il n’a pas voulu donner la carte…Ouais, sauf que je beau essayer, il ne me laisse pas faire non plus…Nous arrivons enfin à un point de rendez-vous. Tout le monde est là. En sortant de la voiture j’aperçois Noah. Il est en vie. Il s’approche de moi, il semble aussi soulagé de moi voir que moi de le voir. Après une étreinte que nous nous sommes interdite depuis notre rencontre, j’observe le reste de l’assemblée ; je ne tarde pas à tomber sur Chad et Mick…j’ouvre la bouche, mais que dire ?!

- « Chad…je...

Que dire???Rien, ne sera jamais suffisant...



© Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aller vers le passé [PV Chad, Mick]   Mar 1 Juil - 12:52

Be Wild... more


Le sang de l’humain coule dans ma gorge. Sans savoir comment, je sais que son corps va accepter la morsure. Sa mère retient ses gestes désordonnés. Il est à l’article de la mort, mais ma morsure et mon contact lui redonne de la force et de la vivacité pour un court instant. Je m’écarte doucement, Noah sombre dans l’inconscience dans les bras de sa mère. Ma meute est arrivée. Le danger est écarté, un de mes bêtas soigne Nath, les autres attendent les ordres.

A l’instant où mes crocs ont percé sa peau, j’ai su que c’était une erreur… pour moi. Quoi qu’il se passe plus tard, je ne pourrais jamais oublier ce geste. Il achève une transformation commencée il y a quelques heures. C’est première fois restera marquée au rouge dans mon âme, à la couleur du sang que j’ai bu.  Je n’ai même plus la compassion de dire à Nath que je suis désolé. Mon premier bêta, même si pour l’instant il gît inanimé dans les bras de sa mère, me donne une nouvelle force, une nouvelle légitimité. Je sens un frisson me parcourir l’échine. Mes doigts picotent comme s’il y avait de l’électricité dans l’air. Mais je m’aperçois que ce sont tout simplement les fils d’énergie qui me relient aux autres loups de la ville. J’ai une envie irrésistible de hurler encore. De hurler ma domination. I’m the ALPHA ! I’m the MASTER ! Seul le regard de l’humain me freine. Mon humain, celui qui partage ma vie et réciproquement. Je regarde la veine qui palpite à la base de son cou. Mick serait bien moins vulnérable si je… Chaque chose en son temps.

J’en veux à la blonde glaciale, ce n’est pas son fils que j’aurai du prendre en premier bêta. Ma mâchoire se contracte, seuls mes yeux incandescents trahissent ma qualité de loup garou. Le tempérament calme de l’humain que j’étais à la base me permet de donner le change. D’une voix ferme et qui ne souffre d’aucune objection, j’ordonne à la meute de ramener Nath et Noah à la tanière. Un deuxième ordre, muet cette fois-ci, me vaut un regard de colère de la part de Belyy. Mais cette fois-ci le rapport de force est en ma faveur. Je suis l’alpha, celui de son fils. Sans état d’âme, je la fait plier avec mon aura. Elle sert d’exemple pour les autres. Le message est clair pour le reste des lycans, je suis le seul maître à bord. Un maître qu’il vaut mieux éviter de défier. Alors que la meute se disperse, Belyy tente de me raisonner une nouvelle fois en prononçant un nom.

- Lycaon…

La menace à peine voilée de son rattachement au loup originel me fait sourire. Tu n’as rien compris à ce que je suis devenu femme. Tu ne vois pas l’ampleur de mon plan, ni ce que je suis à présent ? Par contre ton maître devrait le voir lui. Je vous manipule comme des marionnettes, je me sers de ta puissance pour assoir la mienne. Ce nouveau moi est froid et calculateur, car le moment l’impose. Je pose ma main sur l’épaule de Mick lui faisant comprendre que je vais avec lui et quitte les lieux avec un sourire méprisant pour Belyy. Me retournant vers Mick, je reprends un air neutre mais déterminé. La morsure, la proximité entre Noah et Miyavi, j’ai compris l’étendu de l’horreur. Il n’y a que moi qui peux le stopper, que moi qui peux tuer Shadowcat. Pas de pitié pour un traître, car c’est bien ce que tu es Miyavi, tu as trahi ta sœur en te soumettant à un autre maître, tu m’as trahi en me retirant cette ancre que tu étais. Ni pour un lâche, pourquoi as-tu accepté cela sans rien faire Nineko ?! Et encore moins pour un tueur sadique, j’aurai ta peau Shadowcat.

Le retour à l’hôtel se fait dans le plus grand silence. Je maîtrise parfaitement le loup… le loup maîtrise parfaitement l’humain. Ce nouveau moi… La lumière de la lune rousse me caresse comme une brise galvanisante. Je ne crains plus la gibbeuse qui se dresse au-dessus de nos têtes. Bientôt elle sera pleine. Bientôt je ne serai qu’un, ne le suis-je pas déjà en fait ? Aux côtés de Mick, mes pas claquent sur le bitume, j’inspire profondément et laisse mes sens vagabonder. J’ai l’impression d’entendre la ville endormie vivre et respirer. Je garde cet air indéchiffrable, plusieurs fois Mick se tourne pour me regarder, voir comment j’encaisse ce que l’on a vu. Je reste d’un calme olympien. Si j’ai envie de hurler, ce n’est pas de rage, mais de plaisir pour montrer ma domination. La haine et la fureur ne sont pas parties, je les exprime maintenant d’une autre manière car je suis différent. On n’obtient rien sans risque. Depuis que l’on a mis les pieds dans ce garage, je les ai accumulés. Je pensais finir en alpha assoiffé de puissance, mais certainement pas à ça. Est-ce que ressent un loup-né comme Derek ? Ou alors ceux issus directement de Lycaon ? Mes yeux glissent du côté de Mick. Un nouveau risque calculé ? Jusqu’où je peux bousculer la chance ? Lycaon ? Je crois avoir hurlé assez fort pour que tu m’ais entendu, où que tu étais. Tu fais partie de mon pari risqué. J’espère que cela fonctionnera car je ne suis pas certain que Mick m’accepte tel que je suis là. Par contre, il y a peu de chance pour qu’il retrouve le loup qu’il connaissait. Mais est-ce un mal ? Ce nouveau moi est… plus fort, plus vrai aussi.

Une fois rentré dans notre chambre, Mick s’enferme dans la salle de bain. Je sens son émotion, il ne sait pas comment réagir vis-à-vis de lui-même, ni vis-à-vis de moi. Je m’assois sur le lit et ressort l’enveloppe que Noah m’a donnée. Sur la liasse de feuille je reconnais l’écriture maladroite de Miya, il y en a une autre que je ne reconnais pas. Du moins c’est bien la même orthographe désastreuse du jap’ mais la forme des lettres est différente. Au fil de ma lecture je comprends… Nineko. Toi, m’as-tu entendu ? As-tu compris mon intention aussi dure qu’en sera le prix ? Comprends-tu qu’il n’y a pas d’autre alternative ? Nineko… tout repose sur toi et moi.


A toi mon ancre, j’écris cette lettre que jamais tu ne pourras lire. Ce n’est peut-être pas plus mal d’ailleurs car j’imagine que comme toujours, j’écris en phonétique et qu’il y a plus de fautes que de mots.

Je suis arrivé à bon port si l’on peut dire. Etrangement, je crois que même si je n’avais pas choisi de revenir, même si on m’avait forcé à faire cela, je n’aurais pas vraiment à me plaindre. Je n’irais pas jusqu’à dire que je suis traité d’égal à égal par tout le monde, mais certains ici on suffisamment peur de moi pour ne pas me chercher. J’ai une chambre. Elle ressemble un peu à une chambre de couvant ou celle d’une prison, mais c’est toujours mieux que la cage dans laquelle je dormais avant. Ce n’est pas qu’ils ont changé leurs méthodes, c’est juste qu’ils n’existent plus vraiment. Ceux qui m’avaient emprisonnés ont quasiment tous été anéantis par moi-même d’ailleurs, lorsque je me suis libéré, et après la mort de Kate et Victoria Argent et la disparition de Gérard, les quelques survivants se sont simplement retournés vers une sorte d’organisation de mercenaires. Je n’en sais pas vraiment plus pour le moment. Mais toujours est-il que du coup, je suis à leur service.

Mon nouveau maître s’appelle Goran Vinshu. Il en impose un max et ce n’est même pas un loup. Un truc de dingue. Je suis sûr qu’il plairait à Ruby ! Sinon, il y a Leto et Noah aussi. Je n’ai pas souvent vu Leto. Je ne suis pas certain qu’il fasse partie de l’organisation. Mais il est proche de Goran et de Noah. Tu as peut-être déjà vu le visage de Leto. Il commence à être connu. Il est le co-fondateur de la discipline qu’on appelle parkour. Cette fameuse discipline qui consiste à grimper sur tout et n’importe quoi comme des buildings par exemple. Je sais qu’il est connu comme cascadeur du coup. Il a la classe. Il est un peu brusque, mais je crois que c’est parce qu’il est inquiet pour Noah. On dirait qu’ils sont frères, mais ils ne se ressemblent pas beaucoup. Noah est plus jeune. Je l’aime bien. Il est jeune lui aussi même si plus vieux que moi. C’est un bon combattant mais il n’est pas toujours très sûr de lui. A cause de cela, il se fait souvent charrier par les types d’ici. Une fois j’ai voulu prendre sa défense. Manque de bol, celui qui était en train de l’importuné c’était le petit frère d’un type super costaud. Manque de bol pour lui, c’était moi en face. Goran était là et Bob (le grand baraque) s’est tourné vers lui en lui disant d’apprendre le respect à ses protégés. Goran lui a juste répondu qu’il m’avait enseigné le respect de son fils et de lui-même et que j’avais pour mission de les protéger et que je faisais donc parfaitement mon boulot. Je ne savais même pas que Noah était son fils. Je me demande si Leto est aussi son fils. Il a dû l’avoir super jeune.

Enfin bref ! Tout ça pour dire que du coup, j’étais face au gros balourd, Noah derrière moi, et que j’avais l’autorisation de me battre. Le costaud faisait son malin. En même temps, c’était compréhensible. Tu m’as vu. Je fais tout gringalet. Et clairement, ils ne savaient pas encore ce que je suis, pas tous. Maintenant, ils savent. En tout cas, à ce moment, là, j’étais juste la nouvelle recrue de Goran, un petit bridé chétif pas trop mauvais au maniement du sabre. Imagine leur surprise à tous quand mon coup de latte l’a fait voltiger à travers la pièce et que mes yeux se sont mis à luire.


Ton ancre ? T’en as de bonne connard ! Cela ne t’a pas empêché de me crucifier, ni de faire du mal à Mick! Tss… cet imbécile est même fier de son nouveau maître ! Pense-t-il un seul moment à Jaycee, à sa douleur ? Plus je lis les pattes de mouche de cet idiot, plus il ressemble à un esclave content de son sort. C’est Jaycee que tu dois protéger, pas ce Noah ! D’ailleurs il t’a tapé dans l’œil semble-t-il. Tu m’oublie vite du con ! J’enrage, cette affection me fait mal. La fin de la lettre m’interpelle, l’écriture a changé.


Cet imbécile ne te dit pas tout Chad. Par chance, depuis que nous sommes ici, je parviens à prendre possession de son corps sans même qu’il s’en rende compte. Ce n’est guère étonnant cela dit. Il se bat contre lui-même. J’ai pris le contrôle pour te parler de la suite. Ce qu’il refuse de t’écrire alors même qu’il pense que tu ne liras jamais ces lettres. Après la raclée qu’il a mise à ce costaud sans cervelle, il y avait une certaine tension. Ils ont compris que sous ses airs chétifs, il était plus offensif qu’ils ne le pensaient. Mais la joie fut de courte durée. Noah était le sujet de petites brimades, mais étant le fils de Goran, il n’était guère plus embêté. Nous n’avons pas bénéficié de la même protection. Cette nuit, nous avons compris que bien que nous jouissons d’un peu plus de liberté qu’avant, nous n’en restions pas moins une bête sauvage en cage à leurs yeux. Un esclave sur lequel ils avaient tous les droits. Nous avons presque oublié cette douleur grâce à toi, toi qui as toujours été si doux avec nous.

Je peux les entendre rire de leurs performances alors qu’ils s’éloignent de ma « chambre ». Qu’ils rient. Qu’ils profitent. Un jour, j’arracherai des cris à ces porcs.


Nineko… Ma gorge se sert. Mon plan peut fonctionner. Autant Miyavi a toujours été un courant d’air, autant Nineko a toujours été calme et posé, un peu l’antithèse de l’humain qui l’abrite. Je connais la dualité de celui qui fut mon compagnon à défaut d’avoir vu le troisième homme. Je sais que je dois filtrer les mots de Miya, mais pas ceux de Neko. Avec celui que je suis devenu à cause de ce combat, de mes choix, je sais que ses mots sont justes et honnête.


Brûler ces lettres. Réduire en cendre les derniers échos de notre humanité. Voilà ce que nous demandons à ce jeune Noah. Il va bientôt revenir avec des allumettes et du papier pour nos prochaines lettres. Sache le Chad. Tu ne pourras sans doute jamais nous pardonner, mais tu dois savoir malgré tout que nous t’aimons.

Je t’aime !



Il semblerait que mon bêta n’a pas fait son job. Il remonte un peu dans mon estime celui-là. Je poursuis ma lecture, m’arrachant les yeux sur cette écriture hasardeuse. Faudrait qu’un jour, je lui apprenne à tenir un stylo… Mais un jour pareil n’est pas prêt d’arriver. Je dois éliminer Shadowcat. Je suis subitement bien moins sûr de moi. Et je suis soulagé que Mick traîne dans la salle de bain, je ne peux cacher les différentes émotions qui me traversent, haine, compassion, fureur et envie de vengeance. Mais me venger de qui ? Miya ? Des autres connards ? Mes doigts tachés du sang de Noah froissent les feuillets, mais je poursuis ma lecture.


Cher Chad,
J’espère de tout cœur que tu te portes bien. Moi, je vais bien. Ma guitare me manque ; je ne chante pas ici. Toi aussi tu me manques. Tout comme Jay. Mike aussi d’ailleurs ; le fait que tu l’aies choisi me rassure tu sais ? Il est vraiment très beau alors je me dis que si tu restes quand même avec moi, c’est que je ne dois pas être si mal. J’ai vraiment adoré vos tête quand vous avez compris que la fille asiatique c’était moi. Je t’avoue que ce n’est pas un look que j’affectionne particulièrement. Mais à une période de ma carrière, mon agent m’a un peu forcé la main pour fonctionner sur le fan service. Apparemment, rouler des pelles à son guitariste sur scène, ce n’était pas suffisant.

Sinon, je suis sûr que tu aimerais bien Noah. Ce type est vraiment sympa. Je ne sais pas ce qu’il fiche ici. Il est bien trop gentil pour faire ce que nous faisons. Je n’ai pas grand-chose d’autre à te raconter tu sais. C’est assez calme dans le coin ?

Tu me manques.

Miya.


Mais put*in! T’es pas en vacances mec! « Tu me manques » ! Bordel, imagine-t-il seulement le trou qu’il m’a fait à la place du cœur quand il est parti ? Je te hais pour ce que tu m’as fait! Je te hais pour cette douleur permanente au fond de moi.


Cet abruti écrit pour se libérer de ses démons mais il n’écrit rien. Il faut tout faire soi-même. Evidemment qu’il se passe des choses. Bien trop pour tout résumer en quelques mots. Je pourrais sans doute en écrire un bouquin ! Miyavi s’écarte de plus en plus de moi. Ils nous ont demandé de tuer des innocents. J’aimerais te dire que nous leur avons tenu tête, mais nous sommes venus avec un objectif en tête et nous ne reculerons devant rien pour l’atteindre. Alors, nous nous sommes exécutés, nous avons tué. Je ne vais pas prétendre que nous n’avions pas le choix, mais nous sommes décidés. Nous ne céderons pas. Nous savions qu’il y aurait des sacrifices à faire. Je doute que tu nous pardonne d’être devenus ce monstre à nouveau. Mais hey, je n’ai pas l’intention de te cacher quoique ce soit, surtout que ces lettres ne te parviendront jamais. Pour le moment, Miyavi continue à regretter, à se sentir coupable. Je souhaite seulement que cela continue ainsi, que se sera encore le cas quand nous nous reverrons, si nous nous revoyons un jour. Je dois te laisser. Une équipe spéciale a été dépêchée du côté de Boston. J’ai beaucoup pensé à toi quand ils en ont parlé. Et là, ils ne vont pas tarder à revenir.

Nineko.

Le feuillet me tombe des mains. Je ne sais que penser. J’essaye d’organiser mes pensées, d’être rationnel et logique. Mais où est la logique lorsque l’on aime ? Même le nouveau moi a du mal avec ça. Je finis par me persuader que si cela n’avait pas été des mains de Miya, ces innocents seraient quand même morts. Fébrile, j’attaque la feuille suivante.


Chad,
Je ne peux pas parler longtemps. Je croyais qu’il était mort, mais ce n’est pas le cas. Shadowcat est encore en vie. Il est celui qui a tout fait pour que je devienne un monstre sanguinaire sans humanité. Sans les interventions quotidiennes de Mary-Jaycee et de Draven, il y serait parvenu sans aucun problème. Ce type est un taré.

J’ai rencontré James. Au début, je n’étais pas certain de son identité mais je les entendais lui faire du mal et le questionner. Il est incroyablement résistant à la douleur. Et puis, j’ai eu à le surveiller. Franchement, je trouvais ça complètement débile. Sérieusement. Ce pauvre type est en fauteuil roulant. Il ne pouvait pas s’échapper, aucune chance !! C’est d’ailleurs à ce moment-là que j’ai découvert que Shadowcat est encore en vie. La vermine, c’est salement tenace ! J’ai même compris qu’il ne m’avait jamais quitté des yeux lorsqu’il m’a avoué être surpris de mon retour en ajoutant que je devrais être planqué dans une petite ville paumée à me taper un beau mec en costard…Il sait que tu existes, Chad. Tu dois à tous prix l’éviter. Il ne fait preuve d’aucune pitié !

Je sais que James a appelé Mick. Je l’ai surpris. J’espère seulement que Shadowcat ne l’a pas entendu. Tu diras à Mick que son protecteur est un imbécile ! S’il appelle Mick, Mick va venir à son secours, et toi avec ! Mais quel abruti !! Non ! Ce n’est pas acceptable ! J’ai pris le téléphone. Je voulais le détruire, mais Shadowcat m’en a empêcher. Notre supérieur, pas Goran, un autre, a tendu le téléphone à Noah. Apparemment c’est une sorte de génie de l’informatique. Une sorte de Danny version mercenaire qui saute de toit en toit. Enfin, je dois au moins accorder ça à James, même Noah n’a pas réussi à déjouer le système de sécurité et le téléphone a grillé dans ses mains. Quoique, je me demande s’il n’a pas fait exprès…

Pitié, Chad, ne va pas à Boston maintenant ! Ne faites pas cette bêtise ! Vous allez vous jeter dans la gueule du loup !


Ah ! Super le jeu de mots ! Je reprends le flambeau. Miya est exténué, et notre dernière épreuve ne l’a pas épargné. Mes mains empestent encore le sang de James. Je suis sincèrement désolé, mais si je voulais leur prouver que je n’avais rien à voir avec tout cela, il fallait que je le fasse. Il fallait que je le punisse pour cet affront. Il s’avère que Shadowcat est un véritable sadique, rien de nouveau jusque-là, et qu’il adore me voir faire du mal aux humains…mais notre supérieur, par notre maître, Goran est plutôt juste, mais cet autre type, lui, il kiffe ça aussi. J’espère que James est résistant. Parce qu’il ne passera pas la nuit sinon.

Je rejoins Miya. J’espère sincèrement que tu ne vas pas foncer tête baissée dans ce piège avec Mick. Mais je suis réaliste. Je sais que tu vas le faire. Alors j’ai accepté sans une once d’hésitation de faire partie de l’équipe qui va à Boston. Il n’y aura que Goran, Noah, un ou deux balourds, Shadowcat, Miya et moi.

J’espère ne pas te croiser là-bas.

Nineko.


Les choses s’éclaircissent, mais l’histoire est folle. Non c’est complètement dingue ! Ce Shadowcat, comment ai-je pu ne pas le sentir avant ? Car Miya ne le savait pas lui-même que cette chose était toujours présente, en veille. Mais comment je n’ai pas deviné que c’était Miya que nous affrontions depuis le début ? Sa voix est totalement différente… Celle de Neko aussi quand j’y pense. Mais cette rapidité ? Comment un même corps peut se prêter à des puissances si différentes ? Je secoue la tête, la question ne se pose plus. Maintenant que je connais mon adversaire, la prochaine fois que je croise ce corbeau masqué… je le tue. Je connais sa faille et puis maintenant, je suis… moi, je suis un ! Je poursuis cette lecture qui me ramène dans un passé douloureux pour tous.


Nous sommes rentrés depuis un peu plus d’une heure mais je ne me suis pas encore remis de cette rencontre. Je n’avais pas réfléchis quand nous sommes allés là-bas, mais justement, pourquoi y sommes-nous allés ? Noah prétend qu’il était censé craquer les codes de James et extirper les données de son ordinateur, mais ce n’est pas vraiment comme s’il s’était jeté sur l’ordi à notre arrivée dans l’appartement. Je me contente pourtant de cette réponse parce que cette sortie a clairement été un tournant important dans toute cette histoire.

D’abord parce que je t’ai revu et je comprends maintenant à quel point Shadowcat est dangereux. Il a changé depuis ma libération, il est devenu pire encore, plus sadique. Comme moi, il est entraîné à tuer. Ce type n’est pas un prédateur, il n’est pas non plus un tueur, c’est un psychopathe dont le seul plaisir est de me voir souffrir.

Et puis, j’ai aussi compris à quel point je t’ai fait souffrir. Je n’ai jamais vraiment pensé à un futur avec toi. Je t’aime, n’en doute pas une seconde, mais j’ai toujours été persuadé que le jour où tu découvrirais ce dont je suis capable, le jour où tu me verrais accomplir ma vengeance, tu t’éloignerais. C’était inévitable à mes yeux, parce que je suis un monstre. J’ai tué tant de lycans, que j’attends même de recevoir ma punition. Elle serait justifiée. Ce serait bien la première fois que je le mériterais vraiment je crois…Enfin, toujours est-il qu’au début, je n’envisageais pas de futur, et puis, tu as été enlevé, et j’ai découvert qu’ils n’étaient pas tous morts. Je devais savoir ! Je devais comprendre. Etre avec toi, ça m’a fait entrevoir la possibilité d’une famille…de l’amour…une vie…et j’ai pensé à ma mère…peut-être qu’elle est encore en vie. Je dois savoir ! Alors j’ai pris la décision de repartir, parce que c’était le seul moyen de trouver les informations que je voulais. Dès lors, je savais que je pouvais faire une croix sur cet éventuel futur que j’avais entrevu, et je savais que tu allais souffrir, mais je pensais que…je ne sais pas, avec Mick à tes côtés, tu allais m’oublier, construire une nouvelle vie, une vraie vie, sans un sale matou pour foutre le bordel.

Je savais pertinemment que tu serais en colère contre moi, mais là, ce n’était pas de la colère, c’était une haine, profonde et viscérale. Je pouvais la lire dans tes yeux, la sentir dans tes griffes alors que tu enserrais la gorge de mon maître. Shadow en jubile encore. J’ai enfin appris que je ne me trompais pas sur Goran. J’en ai vraiment douté par moment parce qu’en étant son kanima, je sentais par moment, comme un manque total de pitié, mais en fait, c’est juste que ce mec est un monstre en force mentale. Et là, alors que nous sommes de retour au QG, il se décide enfin à s’ouvrir à moi.  Il se livre via le lien et je comprends qu’il cogite. Qu’avait-il prévu au juste de ce qui est arrivé ? Que prévoit-il maintenant ? Tout ce que je sais, c’est qu’il y a un sentiment d’urgence. Il va falloir que je me montre plus audacieux si je veux atteindre mon objectif. Au diable la patience !

Je reviendrais, Chad. Tu ne voudras certainement plus de moi à ce moment-là, mais je reviendrais avec des réponses. Je dois réussir à libérer Mary-Jay et je veux trouver ma mère, si elle est en vie….et je veux LE libérer, pour toi.

L’agitation s’est tassée, je dois y aller.
Miya.



Un peu tard pour les remords le chat, non ? Tu attends de recevoir ta punition ? Ne t’inquiètes pas chaton, elle arrive et avec les intérêts ! Et non, tu ne sais rien de ma colère, ni de ma fureur, tu ne sais pas ce qu’elle m’a fait devenir ! Quoique d’une certaine manière, cela va me permettre d’en finir une bonne fois pour toute. J’espère juste que Mick comprendra… La feuille suivante me surprend. L’écriture est fluide et précise, je comprends en jetant un œil à la fin : Noah


Nous ne nous connaissons pas, mais je tiens à t’écrire moi aussi. Je ne sais pas comment était neko avant, mais je suis presque certain que tu ne le reconnaîtrais pas. Parfois, on dirait qu’il ne se reconnait pas lui-même. Il m’a demandé de détruire ces lettres, mais puisqu’elles te sont adressées, je pense que tu devrais avoir le droit de les lire. Tu sais, Nineko ne cesse de dire que Miya devrait être plus franc dans ces lettres puisqu’elles ne sont pas supposées te parvenir, mais il n’est pas mieux. Il a déjà évoqué ce qu’il avait fait pour moi, je le sais, mais il ne t’en parle pas plus que cela, alors que c’est tout le temps. Tous les soirs, parfois même dans la journée comme aujourd’hui. Rob a eu le droit à une pause après avoir essayé de faire parler l’infirme, et là, il est venu se défouler d’une autre manière. Je déteste cela, parce que ça a commencé à cause de moi, parce qu’ils lui font ça à lui.

Goran m’interdit d’intervenir, je pourrais les tuer et nous ne pouvons pas nous le permettre pour le moment. Et puis, Miyavi se fait passer pour un esclave, donc il doit agir comme tel…Mais je déteste ça. Entendre l’autre port grogner, et Miya retenir ses gémissements plaintifs. Je peux entendre les coups…je n’ai jamais autant haïs mes sens décuplés…Je ne devrais sans doute pas te le dire à toi, mais je peux parfaitement comprendre pourquoi tu es sorti avec lui…Même s’il me fait parfois peur…je ne comprends que trop bien pourquoi.

Je savais que tu étais en colère, nous avons ouïe dire l’état dans lequel il vous a laissés sa sœur et toi, mais je ne m’attendais pas à une telle haine. J’espère que tu sauras lui pardonner. S’il ne regrette pas, surtout après ce qu’on a trouvé, je sais qu’il s’en veut de t’avoir blessé. Il faut que tu lui pardonne, j’ai déjà l’impression qu’il disparaît peu à peu. C’est cause de Shadowcat. C’est un poison. Il ne lui laisse pas de répits. Il grignote son humanité comme un rapace se délecte d’une carcasse.

Le message que je vous ai laissé était plus menaçant que je ne l’aurais souhaité mais je n’avais pas beaucoup de temps. Mais je suis sérieux, si vous venez, sa couverture va forcément voler en éclat…Et pourtant, comme j’aimerais que tu viennes pour le libérer de cette horreur…Mais je me garde Rob, je m’occuperai moi-même de celui-là.

Le voilà qui a fini son affaire d’ailleurs, Si j’arrive un jour à te transmettre ces lettres, j’espère qu’il ne sera pas trop tard.

Noah.


Les explications de Noah ont le mérite d’être claires. Cet imbécile de chat est retombé sur ses vieux démons. Cela me rappelle notre première fois, dans ce camp de fortune dans la forêt de Beacon Hills. J’avais découvert les cicatrices sous ses tatouages. Et même si Miya s’était fait provocateur au début, je l’avais vite percé à jour, trouvé la peur sous son maquillage factice. J’avais réussi à t’apprivoiser… Il s’était laissé aimer sans peur. Je tuerai Shadowcat ! La dernière lettre me conforte dans mon objectif. Il n’y a malheureusement pas d’autre solution et il n’y que moi qui en suis capable. Et je ne veux pas que Mick y prenne part.


Rob, parti, je me suis nettoyé et j’ai rejoint Noah. Je ne sais pas pourquoi il reste dans le coin quand c’est comme ça. Sans doute sa façon de me soutenir. Je sais que ce n’est pas une question de voyeurisme parce que ses jointures son blanches d’avoir serré les poings, mais c’est se faire du mal pour rien.

Enfin, on nous a demandé de nettoyer les plaies de James. Alors nous voilà, armés d’un tas d’eau et de linge. Nous avons changé l’eau croupis et les chiffons qu’on nous avait donnés contre une eau claire, tiède et mélangée avec de produit antiseptique et cicatrisant, et nous avons pris des linges doux et propres. Nous avons fait de notre mieux pour être délicats et quand une surface était enfin propre, nous recouvrions les plaies d’un onguent préparé par Noah, une recette d’une fille qu’il appelle primerose, mais je ne l’ai jamais vue.
Nous laissons cela agir aussi longtemps que possible et je lui glisse que nous vous avons vu et qu’il doit tenir le coup. Nous nettoyons les traces de pommades avant que quelqu’un n’arrive et nous sommes ensuite congédiés. A nouveau, ça s’agite dans tous les sens. Quand je vois des personnes passer avec des cartons d’archive, je comprends que le QG va être visité et qu’il est donc vidé. Après quelques heures, James a été déplacé, tout comme les archives, et le QG n’abrite plus que des combattants…Shadowcat est resté, tout comme Goran et Noah…je sens déjà l’odeur du sang et même le goût…

« Miyavi, ne prends part au combat qu’en dernier recours. »

Voilà ce que m'a ordonné Goran. Il sait que me battre contre vous me détruirait… Je vous sens arriver, Shadowcat aussi…il baisse ses lunettes, remonte son masque, son visage est quasiment entièrement recouvert, ses cheveux noirs retombe sur ses yeux, mais peu importe. Son costume lui sied parfaitement et recouvre tout son corps de noir. Je frissonne de terreur tandis qu'il glousse de désir. Il n'y a personne pour l'arrêter. Surtout, ne vous retenez pas... car lui, ne fera preuve d'aucune pitié.

Je referme mon cœur, mon esprit, je dois m'isoler, me couper sinon, je vais être déchiré par mon envie de vous prêter main forte. Pardonne-moi, Chad....Je suis lâche...Cette lettre sera probablement la dernière...

Avec tout mon amour.

Miyavi


Moi aussi je t’aime Miya mais je vais pourtant tuer Shadowcat. Mon cœur se sert à l’idée de ce que je vais faite. Cependant Shadowcat n’a plus le droit de vivre, pas à ce qu'il a osé te faire. Je viens de finir de lire ces lettres, j’entends la porte de la salle de bain s’ouvrir. Mick évite mon regard, cela m’arrange, je n’ai pas encore eu le temps de reprendre cet air neutre que je veux lui montrer.

Je les entends avant qu’ils ne toquent à la porte. Pour une fois l’emballement du cœur de Mick me fait plaisir. Leto porte James. Goran et son fils nous ramène l’ami de Mick dans un sale état mais vivant. Je suis heureux pour celui que j’aime, son soulagement m’apaise, m'aide à me raffermir sur ma décision. Tout n’est pas fini, mais je le sens plus que rassuré pour son ami. Cela sera une torture en moins pour lui.

- Nous devons aller chercher Miyavi. Nous dit Goran.

Je montre mon désaccord, car je ne suis pas encore prêt. Et je ne veux pas avoir les chasseurs de l’autre camp sur le dos. Je ne souhaite pas leur montrer ce qu’un loup mordu peut devenir.

- Si tu n’y vas pas pour le chat, vas-y pour ton humain. Voici ce qu’il a récupéré en version papier, expliqua Goran en balançant les quelques feuilles récupérées. Miyavi n’a pas eu l’occasion de me donner la carte SD. Et il y a probablement la moitié de son passé dessus. Termina-t-il en désignant Mickael.

Ne comprend-il pas que j’ai d’autres desseins ? Ma meute a des instructions précises, elle ne bougera pas sans mon ordre. Pas certain que tu apprécies Goran, mais je suis l’alpha de Boston et je ferais comme il me sied dans ma ville. Tu es épuisé, vous êtes tous épuisés alors que je suis au summum de ma force et de mon potentiel. Bon, il ne faudrait pas que l’authentique pointe son museau trop tôt. Mais s’il a pressentit mon geste… il devrait me laisser le temps de tuer Shadowcat avant de me stopper. Car c’est bien pour cela que tu fais le déplacement Lycaon ? Arrêter le nouveau moi. Si tu peux me retirer mon rang d’alpha, le rendre à Nath, je doute que tu puisses me faire redevenir celui que j’étais avant ce merdier. Je tourne le dos à Goran sans lui répondre et j’attrape la main de James. J’absorbe sa souffrance et soigne ses blessures. Le bien être apporté est visible sur son visage. L’ami de Mick me détaille pendant que je le soigne. Je comprends qu’il soit intrigué par le gars qui a réussi à se faire une place auprès de son protégé.

De son côté Mick réussi à trouver une chambre pour James et un fauteuil roulant. On a décidé de rester encore au moins une nuit à l’hôtel. Le prestige de l’établissement et son infrastructure en font un lieu relativement sécurisé. Il leur sera difficile de nous reprendre James. J’ai filé sous la douche laver le sang qui me macule la peau. Je me répète mon plan, cherchant une autre solution. Mais je n’en trouve pas. Le service de l’étage nous apporte notre repas. Il est pratiquement minuit. Mick me dit vouloir rester avec son ami. Je sais qu’il ne peut s’empêcher de craindre pour sa vie. Je lui assure que cela va aller pour moi. Je me couche après avoir rangé les lettres de Miya dans mes bagages. La main de Mick qui remonte le long de mon torse me réveille. Je le sens se coller dans mon dos. Je n’ai aucune idée de l’heure. Je me retourne et l’enlace pour me rendormir aussitôt le nez dans son cou.

Le lendemain je laisse Mick avec James et vais à la tanière. Je viens faire acte de présence auprès de mes loups. Mais surtout je veux parler de vive voix à mon nouveau bêta. Les lettres c’est bien, mais je souhaite qu’il me redise tout cela. Je veux voir ses réactions, écouter son cœur. Je veux un maximum d’information sur celui que je compte tuer.

Le temps passe, enfin Goran nous appelle. Il a extirpé Miyavi des griffes des chasseurs. Le point de rendez-vous est à l’abri de tous regards indiscrets. Alors qu’on les attend, je tourne en rond. Ce que les autres prennent pour de l’impatience, masque une étude minutieuses du terrain. Mon adversaire est fort. Si je sais que maintenant j’ai la capacité de le battre, le combat n’en serra pas moins serré. Tout est en place comme je le souhaitais. Noah ignore le plan, il était inconscient quand j’ai donné cet ordre. Sa mère ne peut que se taire, j’ai la vie de son fils entre mes doigts. Enfin la voiture arrive. Mick me regarde, mal à l’aise. On n’a pas parlé de ce que l’on ressentait vis-à-vis de ce qui s’était passé, de l’implication du chat dans tout cela.

Il est là. Mes griffes s’allongent, je reste encore calme. Noah s’approche prestement de Miya. Je n’aime pas cette étreinte, ni ce que je ressens derrière. Mon aura s’étend, écrase mon bêta. Je ne suis pas préteur. Noah lâche celui pour qui il semble avoir une affection que je ne lui permets pas. Mes yeux se mettent à luire de ce rouge incandescent si particulier. Ce rouge qui indique ce que je suis devenu : un être unique, l’humain et le loup ont tout simplement fusionné. Plus de dualité d’esprit, nos pensées sont communes. L’un n’a plus à composer avec l’autre. Est-ce l’influence de la lune rousse ? La série des événements que j’ai subis, ces prises de risques successives ? L’humain a lâché les rênes avec une totale confiance, le loup les a rendu d’une manière différente qui nous convient, non qui ME convient.

- Chad… je…

Nos regards se croisent enfin. Mes crocs sortent de ma gueule, ma métamorphose surprend ceux qui sont présents. L’aura que je dégage est implacable, je parais plus sauvage et en même temps plus calme qu’auparavant. Je sens une once de peur. Noah a compris mes intentions. Mick aussi, j’entends son murmure.

- Chad, non !

En même temps que je bondis sur le chat, j’intime l’ordre de ne pas bouger à mon bêta. Le reste du groupe se retrouve maîtrisé par une horde de loups. Ils sont trois sur Goran. Le caméléon est trop faible pour maîtriser et hypnotiser trois loups en même temps. Leto est contraint d’obtempérer à cause de la menace sur son père. Mon premier coup atteint Miya en plein ventre. J’ai frappé avec le poing, griffes rentrées. Je ne veux pas le tuer tout de suite. A partir de maintenant c’est quitte ou double. Je cogne froidement celui que j’aime. J’y mets toute ma puissance, ne lui laisse aucuns doutes sur mes intentions. Au début il ne se défend pas, encaisse en se protégeant. Un silence de mort accompagne ce passage à tabac. Neko ! Je frappe encore. Neko bordel aide moi !

Enfin, un bras bloque une de mes attaques, puis la suivante. Petit à petit la défense arrive, puis enfin l’attaque. Un rire dément sort de la bouche de Miya, non de Shadowcat. Nineko a compris, il a enfermé Miya. C’est bien l’autre connard que je veux tuer. Le combat devient plus acharné. Mais aussi plus tactique. L’autre me toise de son regard fou. Il n’a pas encore compris. Je souris, mais c’est un sourire mauvais. Aucun sentiment de culpabilité sur ce que je suis en train de faire ne transparaît. C’est clair pour tous ceux qui sont présents : je vais donner la mort sans aucun remord. Le verni du corbeau commence à craquer lorsqu’il s’aperçoit que ses sarcasmes ne m’atteignent pas. Le rythme de mon cœur ne bouge pas d’un iota quand il me dit que je suis en train de tuer celui que j’aime. Au contraire, je lui montre ma joie de le faire. Il a été dépouillé de ses lames lors de sa capture, l’obligeant à un combat plus rapproché. L'obligeant à m'approcher.

Enfin il comprend, comprends que je le domine, que je me retiens même. L’idée le met dans une fureur noire, les premières erreurs arrivent. Il tente sa dernière arme : s’en prendre à Miya. Mais Neko est là, s’interpose. L’humain lui est inaccessible, coupé du monde, il ne perçoit pas les tortures psychologiques du corbeau. Shadowcat est seul avec lui-même. Lui qui vit au dépens des autres en parasite. Il ne peut survivre sans hôte.

La peur, enfin Shadowcat goutte pour la première fois de son existence au sentiment de peur. Il comprend qu’il va mourir et surtout qu’il va être le seul à mourir dans cette histoire. Car c’est toi, Shadowcat que j’ai l’intention de tuer, uniquement toi. Je tiens bien trop à Miya et Nineko pour les éliminer.

La méthode m’est apparue quand je mordais Noah. Le moyen d’éliminer le vrai coupable. Cela n’ôterait pas la culpabilité de Miyavi. Celle-ci pouvait éventuellement être pardonnée. Cela dépendrait de lui, de moi, de Mick aussi…

Le chat n’est plus que sang et chaires tuméfiées. Je frappe, inlassablement. J’évite les points vitaux mais trop non plus. Je dois rester crédible dans cette fausse volonté de meurtre. Le corbeau doit croire à ma détermination, tous ceux qui sont présents aussi doivent croire que je vais aller jusqu’au bout et finir par l’achever. Je me coupe des sentiments de Noah, Goran et de Mick. L’explication viendrait après. Mais le corbeau est tenace, le corps de Miya atteint ses limites. Je ne peux faiblir et l’envoie rouler violemment sur le sol. Je l’attrape par les cheveux et projette brusquement sa tête contre le sol. Un craquement sinistre se fait entendre. Je le retourne, le domine et tend mon point en arrière. Pas difficile de comprendre que le coup suivant ne peut qu’être fatal. Mon regard reste de marbre, mon cœur ne faillit pas alors que j'ai envie de hurler et de pleurer.

La peur à l’état brute, voilà ce que je vois dans les yeux de Shadowcat, il va mourir… seul. Je n’ai même pas de l’achever en fait, le corps de Miya ne résiste plus, sa vie s’échappe déjà de son enveloppe charnelle. Quelques instant et s’en sera fini. Mon bras plonge, Il ferme les yeux. Mon poing explose le béton à côté de sa tête. Quand il rouvre les yeux, ceux-ci ont une jolie couleur améthyste.

- Neko... ma voix n'est qu'un murmure.

- Vas-y, il ne tiendra pas longtemps. Me répond le fier animal qui habite mon ami, mon amant.

Rapidement je plonge dans le cou de Miya et le mord profondément. Il était temps, une poignée de secondes plus tard et cela aurait été définitivement fini. J’appose ma marque, j’efface cette infâme première morsure. Celle qui a fait de lui ce qu’il est devenu. Celle qui a créé Shadowcat. Je lui offre ce présent avec tout l’amour que je ressens pour lui. Nineko a accepté ce nouveau risque. Celui de disparaître. A pari ridicule, gain ridicule. A pari fou, le prix est la vraie liberté.

Quand je me redresse, le regard améthyste est toujours là. Je souris, on a réussi. La lueur s’estompe et cette andouille de sale chat fait enfin surface. Il prend conscience de ce qui c’est passé et me regarde avec inquiétude et soulagement à la fois.

- Toi et moi on a une sérieuse discussion à avoir. Mais sans témoins cette fois dis-je en me redressant tout en l’aidant à se relever.

Clair qu’il allait m’entendre pour ce qu’il avait osé nous faire subir à Jay et moi. J’allais lui expliquer ma conception de la confiance ! Je garde sa main dans la mienne absorbant sa douleur et l’aidant à se tenir debout. Ses vêtements sont en lambeaux, mais ma nouvelle puissance me permet de lui redonner suffisamment de force pour se redresser. D’un geste, je signifie que c’est terminé, la pression de la meute se relâche. Je regarde Nath. J’ai repris une apparence plus humaine, seul mes yeux de feu annonce mon rang. Tous les loups présents l’ont senti. L’original est arrivé. Mes épaules s’affaissent, car je crois qu’à présent c’est moi qui vais devoir danser. C’était bien mon but final, mais lâcher cette puissance ne sera pas facile. Si je n’ai plus à me battre contre mon loup, puisque nous avons fusionné, je me bats contre moi-même, pour le bien de Mick et celui de Miya. Mais dieu que cette force est grisante, je peux dominer la ville d’un haussement de sourcil.


::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aller vers le passé [PV Chad, Mick]   Ven 4 Juil - 14:36


 
Hurt or Rescue ?





Mon cœur loupe un battement. Mes yeux s’écarquillent et en silence, trois individus entrent dans notre chambre d’hôtel. Je reconnais Goran, Leto puis...James. Une vague de soulagement m’envahit lorsqu’il m’adresse un regard. Je ne sais pas ce qu’il a vécu mais maintenant tout ça est passé. Je n’ai pas vu James depuis des mois, ses traits sont marqués par la fatigue et les supplices qu’il a dû subir. Je m’installe à côté de lui sans écouter la conversation animée entre Chad et Goran. Jusqu’à ce que l’homme lance un tas de feuilles sur le lit.

- … il y a probablement la moitié de son passé dessus, dit-il en me désignant.

Chad se désintéresse de son discours et s’approche de James. J’ai un sursaut inattendu alors que je sais qu’il ne lui fera rien, je suis sur mes gardes depuis ce qui s’est passé. James ferme les yeux alors que la douleur et la fatigue sont annihilées par le pouvoir de Chad. Je connais cette sensation si agréable et je le remercie d’offrir ce cadeau à mon ami.

Goran et Leto finissent par sortirent de la suite. Ils n’ont pas pu convaincre l’ancien amant du japonais et se résignent donc à le secourir seuls. Malgré tout ce qui s’est passé, Miya était toujours là, dans l’ombre, comme ça a dû être terrible pour lui…Je ne comprends pas ce que souhaite faire Chad. Le laisser couler dans un abysse sans fond par vengeance ? Ou a-t-il prévu autre chose ? Je n’aime pas douter, ma certitude s’ébranle. Le Chad que j’aime lutterait encore pour sauver une personne qui a autrefois comptait pour lui. Mais ce Chad existe-t-il encore ? Je le souhaite de tout mon cœur.

Je laisse James reprendre ses esprits et descend à la réception pour trouver une chambre supplémentaire ainsi qu’un fauteuil roulant. S’il y a bien quelque chose que j’ai compris sur James c’est qu’il aimait être indépendant. C’est notre liberté commune qui nous avait rapprochés. Ça et ce qui était arrivé…Nous nous entraidions sans jamais être un fardeau l’un pour l’autre.

La soirée passe aussi calmement que notre journée a été bouleversante. Chad ne décroche que peu mots, m’adresse quelques regards et sourires mais il est plongé dans une réflexion intense. Que manigances-tu que je ne peux savoir ? Si je ne mets pas en doute la confiance qu’il m’accorde, le fait qu’il me mette à l’écart de son plan me fait craindre un danger encore pire que précédent. James non plus ne parle pas mais nous nous sommes accordés pour revenir plus tard sur ce qu’il c’était passé. Nous aurons tout le temps, une fois rentrés à Beacon Hills d’analyser cet enlèvement et les données que nous avons récupérées. Car oui, James rentrera avec nous. Nous resterons à proximité, au moins pendant un temps.

Chad et moi retrouvons un peu d’intimité et de tendresse lorsque nous mettons au lit bien après minuit. Mais nos inquiétudes nous empêchent de nous endormir rapidement. Il m’assure que tout ira bien pour lui mais ses propres doutes résonnent en moi.

Le lendemain matin, il me demande de rester à l’hôtel et d’attendre qu’il m’envoie un message pour que je le rejoigne. Il a toute ma confiance, pourtant, dès qu’il passe la porte, mon instinct me dit que ce qui va arriver peut s’avérer crucial pour nous tous. Alors que je vais pour rejoindre James dans la chambre que je lui avais réservée, je sens mon portable vibrer au fond de ma poche. Il me demande de prendre l’ordinateur que nous avions emmené. Je lui trouve une meilleure mine. Une nuit de sommeil complète a dû lui être bienfaitrice. Il pianote rapidement sur le clavier pour vérifier quelques points importants m’explique-t-il. Je suis soulagé de voir que l’héritage financier de mes parents n’a pas été  volé en l’absence de surveillance. James redonne signe de vie aux quelques contacts en qui nous avons confiance. Si je suis le seul à être venu à Beacon Hills, et bien que j’agisse en solitaire, nous sommes plusieurs à prendre au sérieux les évènements qui se trament. Plusieurs années auparavant je ne pensais pas y prendre part. Puis j’ai réalisé que je le leur devais. Avant de refermer l’ordinateur portable, James me prévient de l’arrivée d’un individu inquiétant. Nous nous posons la même question quand un inconnu s’immisce dans nos affaires : ami ou ennemi ?
Je laisse cette question en suspens lorsque Chad me communique l’adresse à laquelle le rejoindre. James m’assure être en sécurité et m’incite à le rejoindre. Ce que je viens d’apprendre ne me fait pas hésiter quant à la nécessité d’être là-bas avec lui.

Je sens immédiatement la tension qui règne dans cet endroit. Personne ne semble bouger. Personne excepté Chad qui fixe Miyavi au loin. Il est froid d’une détermination sans faille. J’ai peur de ce qu’il va faire.

- Chad, non ! Murmure-je plus qu’inquiet.

L’alpha ordonne que personne n’agisse. Et c’est exactement ce qui se passe. Il n’y a qu’eux. Chad et Miya. Dans un combat qui était inévitable. Pourtant le japonais ne se défend pas. Il encaisse les coups de son ancien amant. Mais les attaques pourraient être plus fortes, plus agressives. C’est l’humain qui frappe. Pas le loup qui doit être enragé par la douleur de la trahison. Puis le combat devient sanglant dès lors que les griffes du loup déchirent la chair du japonais. Sans ses armes, Shadowcat, Miya, qu’importe, il n’a plus l’avantage.

Puis mon cœur se serre quand je comprends de quoi il s’agit. C’est une mise à mort. Conduite par Chad. Orchestrée depuis la veille. Chad attaque sans laisser de répit. Tout est fini. Sha…Miya va mourir. Chad lève son bras pour la sentence finale, broyer la gorge de son adversaire d’un coup de griffe. Mon monde s’écroule au moment où celui que j’aime va commettre l’irréparable. Est-ce qu’il tue Miya par vengeance ou par amour pour moi ? C’est une question qui me prend les tripes.

La seconde d’après, le geste tombe. Le poing de Chad s’est écrasé dans le béton, passant à quelques centimètres de la tête du japonais. Puis je comprends. La peur était l’arme favorite de Shadowcat. Faire naitre la terreur chez ses ennemis lui conférait une force redoutable. C’est cette même arme que Chad a retourné contre lui. Effrayé par la mort, l’ombre dans l’esprit de Miya s’est retiré. Suffisamment longtemps pour que l’alpha use de sa dernière carte. Bien plus qu’un baiser, la morsure que Chad offre à Miya est un acte d’amour sincère et extrêmement fort. Je vibre d’un sentiment confus, amalgame de jalousie et de compassion.

Chad se redresse, ses épaules s’affaissent lorsqu’il libère enfin la pression qu’il emmagasinait depuis plusieurs heures. La comédie a réussi. Chad a réussi. Et si Miya est sauvé, mon soulagement provient surtout du fait que celui que j’aime n’a pas renoncé à trouver une solution autre qu’une mise à mort qui l’aurait brisé.

Mais une voiture vient de rejoindre le groupe silencieux et immobile. Des murmures parcourent l’assemblée quand le cliquetis de la portière annonce l’arrivée d’un homme. Qui est-il ? Et surtout, pourquoi même moi suis-je capable de sentir cette aura ?

Il y a des conséquences qu’on ne peut contrôler, peu importe nos choix.

Un battement de cil et tout peut basculer. Chad, qu’as-tu déclenché ?




(c) Fiche par Mafdet
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aller vers le passé [PV Chad, Mick]   Sam 5 Juil - 8:58

Lycaon


Lycaon avait confié cette mission d'infiltration à Goran il y a déjà deux, peut-être même trois ans de cela. Goran était le plus qualifié par sa capacité à devenir n'importe qui. Il était un véritable Caméléon. Sa seule faiblesse était sa famille, et ça, Noah, le savait. Lycaon avait très vite compris que ce gamin deviendrait l'un de ses plus puissants Capitaines. Plus puissant que RED même.

Lycaon avait été à la fois triste de la voir partir, lorsqu'elle avait décidé de prendre son envol, et heureux car il savait que cette RED, n'était pas la vraie Scarlett...ou Ruby, comme elle se faisait appeler maintenant. Cette méchanceté, cette cruauté, elle était là, dans son loup, mais ce n'était pas Scar'. Lycaon avait très vite compris que s'ils étaient très semblables, il y avait aussi quelques grandes différences avec les loups de la Forêt Enchantée. Chez tous, il y avait cette dualité entre le loup et l'humain qui s'était révélée chez ses enfants et les mordues. Quoi qu'elle avait tôt fait de disparaître chez Niklaus. Enfin...

Cette dualité, était bien plus problématique chez Scarlett...Ruby. De ce qu'il en avait compris, les loups étaient beaucoup plus violent, beaucoup plus sauvages et le conflit pouvait tenir des années durant. Elle lui avait confié que sa louve ne s'était véritablement assagie qu'à la première naissance dans sa meute. Et il devait avouer qu'il craignait un peu RED. Oh, il pouvait la mettre à terre avec sa simple aura, mais c'était une louve brisée et sans meute, donc sans limite. Quand il avait revu Ruby en Angleterre, il avait vu une femme et une louve épanouie et fière de sa meute. Mais ce qu'il s'était passé à Boston risquait bien de tout changer.

Il revoyait un peu cela chez Chad. Une sorte de dualité beaucoup plus opposée que chez la plupart des loups. La majorité du temps, les loups se font sauvages uniquement parce qu'ils sont bridés par les humains. ils seraient bien plus en harmonie si laissés libres. Mais chez Chad, c'était une véritable soif de puissance qui pointait dès que le loup était trop proche de son passé.

Un instant, alors qu'il sortait de la voiture, Lycaon cru même que c'était trop tard. Mais non. Le loup et l'humain avaient fusionné, mais il n'était pas devenu l'arrogant roi. Il pouvait encore le libéré de cette soif, de ce désir...En revanche, il était déjà peut-être trop tard pour RED.

Il s'approcha de Chad. Lycaon avait laissé tombé son apparence androgyne et avait repris son apparence originelle. Celle d'un homme grand et puissant, aux cheveux noir long, et aux yeux gris de cendre.

Son aura était sans pareille. Il se montrait sous sa véritable puissance. Lycaon originel, premier homme transformé en loup, lié à la lune, et surtout, sans dualité. Il regarda Chad, qu'il dépassait facilement d'une tête voir plus.

- "Tu m'as déjà vu sous une autre apparence, mais je suis certain que tu me reconnais. Je dois avouer que tu me surprends. Fusionner ainsi avec ton loup est un exploit. Vous avez été sur la même longueur d'onde jusqu'au bout. Pour parvenir à cela, et même si tu n'en as pas vraiment conscience, il a lui aussi du renoncer au pouvoir. Il a dû accepter que probablement, jamais tu ne lui offrirais la possibilité d'être un chef. Et je préfère cela. Car sans vouloir te vexer, Chad, si tu fais un excellent bêta de tête, tu ferais un très mauvais alpha. Tu serais trop assoiffé. Enfin, j'imagine que tu le sais toi même, sinon, tu ne t'apprêterais pas à me demander de trouver comment redevenir bêta. Vous deux, venez là!

Il désigna Mickael et Miyavi. Il prit les mains de Chad et les referma. Il montra à Mick et Miya comment ils allaient devoir poser leur main. Ils allaient devoir maintenir les paumes de Chad l'une contre l'autre et pour cela ils allaient superposer leurs mains. Ils allaient être ensemble, pour lui. Il rouvrir ensuite les mains de Chad comme un livre puis le laissa et alla près de Nathan. Il posa sa main sur sa tête et esquissa un sourire, comme une père aimant avant de faire une entaille sur sa peau. Il récupéra un peu de sang qu'il laissa goutter sur une pierre tout ronde et nacrée comme la lune. Il revint ensuite vers Chad.

- "Fils, tu es désormais comme moi. Tu n'es plus un homme et un loup. Tu es un homme-loup. La dualité n'est plus. Je suis fier de t'avoir parmi mes enfants. Mais il est temps que tu rendes son rang d'alpha à ton ami et que tu retournes vers la tienne.

Il ouvrit les paumes de Chad et posa la pierre avant de refermer les paumes dessus.

- Tenez le bien.

Pour Mick et Miya, ça allait être aussi dur que pour Chad, car la douleur allait être inouïe. Le processus fut long et il fallut l'aide des deux amants pour que Chad lâche prise et laisse son pouvoir d'alpha se défaire de lui. Lorsque ce fut fait, il retourna vers Nathan, laissant les deux amant soutenir le loup. Il confia la pierre à Primerose qui l'accompagnait depuis son arrivée son arrivée. Elle la réduisit en poussière et en fit une étrange pâte. Elle en dilua une partie qu'elle confia à boire à Nathan. Pendant ce temps, Lycaon entailla le corps de Nathan à de multiples endroits. Le reste de la pâte fut disposé sur ces plaies. Transmettre ainsi un grade, un pouvoir, ne pouvait se faire sans douleur. Après cela, Lycaon revint vers Chad.

- "Il me semble que tu as encore à faire ici, à Boston. Nous t'attendrons et te ramènerons auprès de ton alpha ensuite. Comme tu dois pouvoir le sentir, elle ne va pas bien du tout. Sache que pour me changer en loup, une magie incroyablement puissante a été utilisée. Créer une malédiction, car ce que c'était à l'époque, ne se fait pas comme cela, pas quand elle est aussi forte et éternelle. Aujourd’hui, la magie a disparu de ce monde. Les circonstance sont complexes, et me prendrait du temps à expliquer. Les évènements, pourtant sans aucun liens, se sont succédé et ont amené la magie à disparaître presque entièrement. Tu dois savoir que cette magie qui t'a permis devenir ce que tu es aujourd'hui, cette puissance qui t'as permis de devenir alpha, tu ne l'as pas prise que de Nathan. Tu vois ce qu'il m'a fallu faire pour échanger à nouveau vos rang. Et bien pour le faire seul, c'est à l’alpha de Boston, à la Lune Russe, à la puissance de tes sentiments, mais aussi à ta propre alpha. Vous allez devoir avoir une longue discussion car il y a des choses que tu ne sais pas sur elle, mais tu dois savoir que là d'où elle vient, il y a beaucoup de magie, pus qu'il n'y en a jamais eu dans ce monde, en tout cas plus depuis des millénaires. Elle avait de cette magie en elle. Ce n'est pas que son pouvoir d'alpha que tu as puisé pour sauver Mickael et Miyavi. Sans cette magie, sans ce point d'ancrage qu'elle gardait via son contact à l'autre monde, elle pourrait bien changer, tout comme toi. Vas voir tes parents, je sais que tu n'oublieras pas la souffrance de ton alpha car tu peux la ressentir, mais ne tarde pas trop à aller l'atténuer...elle aura besoin de toi et de chacun des membres de votre meute.

Il se tourna vers Miya et Mick qui à ses yeux, faisaient aussi partie de cette meute. Après tout, Ruby avait juré de les protéger, au moins intérieurement et elle s'en voulait de n'avoir pas secouru Miya.

- "Au fait, elle n'a fait que m’obéir lorsqu'elle t'a empêcher d'aller sauver le chat. Goran était déjà dans ce merdier depuis trois ans, je ne pouvais pas te laisser tout foutre en l'air...même si c'est ce que tu as fait au final."

Il s'autorisa même un clin d’œil. Un geste plutôt étrange vue sa carrure. Il était tout de même soulagé car si Chad n'avait pas, de lui-même, laissé le rang d'alpha glissé, le processus n'aurait pas fonctionné.

- "Une dernière chose, la couleur de tes yeux ne reviendra pas au doré des bêtas. Tu ne gardera pas le rouge des alphas, mais tu arboras ta couleur, la couleur de ton âme. Elle va simplement, luire un peu plus lorsque tu te laissera devenir loup. Maintenant, allez-y. Nous vous attendrons à l'aéroport."

Il repartit avec la meute de Boston dont Nathan était à nouveau l'alpha/ Ils avaient plusieurs choses à régler.



© Halloween sur Never-Utopia



Dernière édition par Lycaon 's Captain le Dim 6 Juil - 18:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aller vers le passé [PV Chad, Mick]   Sam 5 Juil - 8:59

Erreurs, rancunes et pardon



Qu’il est court cet instant de lucidité pendant lequel je peux au moins enlacer Noah. Ce gosse a été ce qui se rapprochait le plus d’une ancre lors de cette…mission. Bien loin de la puissance de l’ancre formée par Chad ou même celle formée par ma sœur, mais sa présence a probablement sauver cette ruine qu’est mon humanité. Chad est devenu incroyablement puissant. Moi-même je sens son aura lorsqu’il force Noah à s’écarter. Aussi étrange que ce soit, le premier réflexe que j’ai est de montrer les crocs. Je ne veux pas qu’on fasse de mal à Noah. Il n’y est pour rien. Il est mon ami. Sans lui, Shadowcat serait seul maître. Un éclair. Je garde mes lèvres closent, pourtant, elles me brûlent. Non, je ne suis pas en droit de dire quoique ce soit…

Je ne sais pas quoi dire. Je me fais hésitant face à Chad mais il ne me laisse pas le temps de me reprendre. Il attaque. Je me laisse faire. Je bloque. C’est instinctif. Mais je ne me défends pas vraiment. Je mérite cela. Je mérite bien pire encore. Je sens Neko entourer mon corps. Il m’attire dans le fond de mon esprit ; il m’enferme et laisse Shadowcat seul maître. Pourquoi ? Notre seule chance me souffle-t-il ? Une chance de quoi ? J’ai le sentiment que tout est déjà détruit de toute façon.

Les coups se suivent. Neko m’enferme, m’isole de Shadowcat. Jusqu’au bout. Je suis comme drogué. Je ne sais pas vraiment ce qu’il se passe. Et puis je sens la peur de Shadowcat. Et je comprends très exactement ce qu’il est. Je revois tout. Les meurtres, la folie, la résignation. Finalement je sens la morsure. La douleur, le bien-être, la colère et l’amour s’entrechoquent. Et puis tout cela disparaît. Un vide immense m’envahit, et je comprends qu’il est parti. Je comprends aussi qu’il avait en effet toujours été là. Neko s’excuse. Il sait ce que cela nous a coûté. Je reprends le contrôle. Ce vide, je l’enferme au fond de moi, là où il doit être et j’affiche un regard inquiet et soulagé en même temps. Shadowcat est mort. C’est une bonne nouvelle.

Je suis un peu hagard lorsqu’arrive l’Originel. Mais ça puissance me donne un coup de fouet. Je suis au garde-à-vous. Je suis attentif à chacun de ses gestes. Je bois ses paroles. Il est vraiment impressionnant, mais très vite, je l’oublie, dès lors qu’il m’appelle pour soutenir Chad avec l’aide Mick, en fait. La douleur est horrible mais pas insupportable. Rien n’est insupportable quand il s’agit de Chad. Rien, pas même de le voir s’éloigner de moi. Tant qu’il est heureux, ça n’a aucune importance. Et je sais qu’il ne sera pas heureux s’il garde cette soif de puissance. Ce n’est pas vraiment lui, ce n’est pas ce qui le rendra heureux. Alors puisqu’il désire s’en débarrasser, je ferai tout pour que cela arrive, peu importe ce qu’il en coûte.

Lorsque cette épreuve est passée, nous sommes tous lessivés, pourtant, nous savons que nous n’avons pas terminés. Lycaon nous laisse un peu de temps parce qu’il semble que Mick et Chad aient prévus autre chose pour demain. Et pour ce soir…un programme intense en explication s’impose de lui-même.



Arrivés à l’appartement, nous nous isolons dans la chambre. Mickael et James ont la gentillesse de nous laisser un peu d’intimité pour ce moment qui promet d’être difficile à passer. J’imagine qu’eux aussi ont besoin d’un peu de temps pour se retrouver.

Chad me laisse entrer en premier et le clique que fait le mécanisme de la porte lorsqu’il la ferme sonne comme un glas. Si j’avais été en forme demi-féline, mes oreilles se seraient certainement rabattues. Je n’en mène vraiment pas large et ma tête rentrée dans mes épaules est la preuve que je sais très bien ce qui m’attend. J’ai tout juste le temps de me retourne que le poing fermé du loup vient arranger ma joue.

- « Celle-là, tu ne l’as pas volée sale matou. »

- « Ce n’était pas suffisant tout à l’heure ? »

- « Je n’ai frappé que Shadowcat. Toi, tu n’as encore rien reçu. Et avec la dette de conneries que tu te payes, je suis loin de t’avoir rendu la monnaie de ta pièce ! »

Que dire à cela ? Je sais bien qu’il a raison. Je l’ai fait souffrir. Je les ai fait souffrir. Pourtant, je n’arrive pas à regretter. J’ai des remords, mais après ce que j’ai découvert, je n’ai pas de regrets.

- « Est-ce que tu as seulement conscience du degré de souffrance que tu m’as causé ? Et à ta sœur ? »

- « Je suis désolé, Chad, je… »

- « Désolé ? Et tu crois que ça va suffire ? »

- « Non, bien sûr que non, je sais, je… »

- « Qu’est-ce qu’il t’a pris de partir comme ça ?! »

- « Je le devais. J’attendais de pouvoir me venger depuis que Jay et moi avons été libérés. Mais après ton enlèvement, j’ai compris que je ne pouvais pas me contenter de les tuer. »

- « Il fallait que tu les serves d’abord ? »

- « Non. Ce n’était que le moyen. Je devais savoir. »

- « Mais savoir quoi bon sang ?! »

- « …Qui en avait après ma sœur et pourquoi. »

Son regard suspicieux me donne envie de fuir. Jusqu’à présent, je me suis contenté de lui dire qu’elle avait été épargnée par les Argent pour servir d’arme mais nous soupçonnions que c’était bien plus que cela.

- « Je pense que ma sœur était traquée. Ils ont décimée sa meute au Canada et ils sont venus jusqu’à Beacon Hills pour les retrouver ses parents et elle. Tout cela pour finalement l’épargner et en faire un chien de chasse ? Non. C’était bien plus que cela. Ils la voulaient elle pour une raison bien particulière. »

- « Tu veux me faire croire que tu lui as brisé le cœur pour trouver je ne sais quelle information sur son passé ? Miya, je ne suis pas stupide. C’est peut-être l’une des raisons qui t’a gardé là-bas mais tu ne l’aurais pas fait souffrir autant juste pour ça. »

- « J’ai aussi trouvé des informations pour Mick. »

- « Miya, arrête de me prendre pour un con ! Tu n’as aucune bonne raison d’être parti ainsi sans en parler à personne ! »

- « Si je t’en avais parlé, tu ne m’aurais pas laissé y aller. »

- « Evidemment que non ! C’était aussi dangereux que stupide ! »

- « Tu ne comprends pas. »

- « Alors explique-moi ! »

- « J’avais besoin d’y aller ! »

- « Pourquoi ? Pour te faire baiser par ces porcs ?! »

Il regrette ces mots aussitôt qu’ils sont sortis. Je peux le sentir, mais il n’ajoute rien. Il est en colère et veut me faire réagir. C’est légitime, je le sais, mais là, ça commence à faire mal.

- « Pour être avec toi ! »

- « Ca n’a aucun sens ! »

- « En tant que Kanima, je ne suis jamais qu’un instrument de vengeance. J’ai tué mon propre père. Je ne sais pas ce qu’est devenue ma mère. Je sais à peine lire et écrire. Avant de te connaître, j’ai été une bête, un esclave, rien d’autre qu’un objet aux mains des chasseurs. Puis j’ai découvert la liberté, je suis devenu un chanteur, un musicien, rien d’autre qu’un objet marketing aux mains des producteurs. Aujourd’hui, je ne suis rien. J’ai besoin de savoir qui je suis ! »

- « Nous aurions trouvé un autre moyen ! »

- « Vraiment ? Ca fait des années que Mick traque son passé et près de trois ans que Goran s’était infiltré et ils n’ont jamais récupéré autant d’informations que depuis que je m’en suis mêlé ! en faisant le choix de savoir, je n’avais pas le choix de comment ! ta morsure a tué Shadowcat, mais je suis toujours un kanima. Je ne suis pas plus Moi ! »

- « Tu n’avais pas à faire cela pour être avec moi. J’accepte ta nature ! »

- « Pas moi ! »

J’ai tout juste le temps de prononcer ces mots que Nineko s’empare de mon corps. Sans maître, il y parvient avec une facilité déconcertante et un peu effrayant. Effrayant, car au fond, nous pourrions encore devenir shadowcat. La folie n’est jamais loin des kanima ; Sans maître, il ne peut pas juste prendre possession de mon corps et parler à ma place. Sans maître, il sort et cela se voit. Une demi-seconde suffit pour les crocs, les griffes, la queue, les pupilles fendues, les iris colorées et une partie de pelage, la seconde se termine et Nieko a plaqué Chad contre un mur.

Mécanisme de défense, le loup s’est à moitié transformé. Nineko en profite pour attraper sa main et planter ses griffes dans notre nuque tout en plantant les nôtres dans celle de Chad. Quelques pouvoirs d’alpha semblent avoir laissés leurs traces. Peut-être disparaîtront-ils ensuite.

-«  Tu dis que tu nous acceptes ainsi,»  déclare la voix rauque de Nineko, « mais tu n’as aucune idée de notre condition ! »

Une sensation de vide m’enserre corps et âme. Pourquoi fais-tu cela Neko ?

- « Parce que vous n’arriverez à rien si tu continues à ne lui dire que des demies-vérités. Il est temps de te dévoiler un peu plus. »

Chad se retrouve dans mon esprit. Un espace noir, froid et humide. L’odeur n’est guère agréable. S’il fait plus sombre encore qu’à l’époque, le tout est assez semblable à cette cage que j’ai habitée treize ans durant. Je sens le regard de Chad se poser sur mon âme. Voilà qu’il voit ce que je cache à tous. Il voit ce que je suis à l’intérieur. Un esclave, une bête, un monstre.

D’immenses barreaux s’étirent et semblent garder la pénombre elle-même. Des chaînes à maillons épais sont enroulées autour de certains barreaux des deux portes et s’en écarte pour tenir prisonnier un être pitoyable. Un ado, écorché vif, la bouche en sang de ronger des chaînes qui ne souffrent d’aucune usure, les mains ravagées de tirer sur des fers qui ne s’ouvriront jamais. En voyant Chad, cet ado que je suis cesse un instant d’essayer de se libérer et recule jusqu’à la cage. Mais comme un drogué, je recommence à mordre les maillons, à tirer sur les chaînes. La pénombre résonne et une immense panthère nébuleuse noire s’approche des barreaux. Je suis certain que le type qui a écrit naruto est un kanima !! C’est trop ressemblant !! Les Chaînes…De quoi parlais-je ? Naruto ? Peu importe. Seules les chaînes comptent. Je dois me libérer…Je sursaute, mais je ne m’arrête pas lorsque la panthère prend la parole de sa voix puissante.

- « Je suis obligé de rester dans cette cage, sage. Si je l’ouvre de force, l’âme de Miyavi sera écartelée. Acceptes-tu réellement cette situation ? parce que moi, je ne sais pas combien de temps encore, je peux tenir à le voir ainsi perdre la raison peu à peu. Des maîtres comme Goran et Mary-Jaycee ont un mental suffisamment puissant pour me permettre d’ouvrir très légèrement la porte et panser ses plaies, mais je ne peux jamais le soigner entièrement. Il se blesse toujours un peu plus. Et faire ce que je viens de faire, prendre possession de lui sans maître, c’est comme si je lui avais brisé les membres. La douleur est aussi forte. Quelques fois suffiraient à faire disparaître son âme. Shadowcat n’est jamais que ce qu’il est devenu lorsque des mauvais maîtres m’ont sollicités trop de fois.

- « Neko… » Ma voix est suppliante.

- « Oui… »

Nineko repousse alors Chad de mon esprit. De retour à la réalité, je suis de nouveau en possession de mon corps et mes joues sont trempées de larmes.

- « Je suis désolé, «  dis-je dans un sanglot. « Je suis désolé, pardonne-moi, je t’en prie.»

Je m’appuie contre le mur. Je ne sais pas quoi dire d’autre. Pourtant, après quelques instants, Chad se penche et dépose ses lèvres contre les miennes. Je sais bien que je ne suis pas vraiment pardonné. Ce que j’ai fait est bien trop grave, mais…ses lèvres contre les miennes, c’est comme si je n’avais pas respiré depuis notre dernier baiser. Depuis lors, je n’étais qu’en noyade perpétuelle, et il vient de me sortir de l’eau. Je lève lentement mes bras pour entourer son cou comme si le moindre mouvement brusque pouvait briser ce moment. Je sens ses doigts effleurer mes hanches et instinctivement, je me colle à lui. Comme une autorisation donnée, Chad entoure franchement mes reins, m’attire à lui, aimant puissant, je ne me détache pas. Le baiser se fait moins sage, plus fiévreux. Les boutons sautent, les hauts volent. Je sens ses mains puissantes empoigner mon fessier et me soulever. Je me laisse porter, je m’ancre à sa taille. La passion s’empare de nous, la tension n’est plus du tout la même jusqu’à ce que ses doigts effleurent le bouton de mon pantalon. Aussitôt, un frisson de terreur me traverse. Chad me lâce dans l’instant comprenant que quelque chose cloche et que le contacte rapprocher n’arrangera rien.

- « Je suis désolé, je… »

Je me retrouve dans l’incapacité de terminer ma phrase, et pris d’une violente nausée, je me précipite sur la poubelle. Lorsqu’il ne reste que la bile pour me brûler la gorge, je frappe de mur tant de colère que de détresse.

- « Je suis désolé… »

J’ai pourtant passé des années en tant qu’esclave sans que cela me touche autant. Mais cette fois, c’était différent. Chad m’avait montré que je méritais mieux. Il avait été doux, aimant et alors, ces viols à répétitions avaient été plus humiliants que jamais. Chad ne dit pas un mot. Il se contente de venir me prendre dans ses bras et de caresser ma tête. Nous restons ainsi, jusqu’à ce que je m’endorme. Morphée ne se fait pas doux cette nuit-là, mais je dors.



Chad a quelque chose de très important à faire aujourd’hui. La discussion de la veille n’a pas vraiment eu de fin et cela se sent dans l’ambiance. La tension règne. Une tension étrange. Ce n’est pas de la colère, c’est autre chose. C’est une sorte de gêne vraiment inconfortable mais aucun de nous ne se sent de la rompre. Sur la route, on s’était rapidement arrêtés pour que je m’achète des fringues correctes. Une chemise, un pantalon noir simple. Mais je me sentais nu. Sans mes piercings, j’avais l’impression d’être démunis, nu, et que toutes les cicatrices dont je ne voulais pas étaient en surbrillances, ce qui, évidemment, n’était pas le cas. Et puis, nous étions devant les parents de Chad là ! C’était très intimidant. Mais Chad nous annonçant ainsi me calme, me rassure. Je parviens finalement à paraître moi un peu plus, un moi, plus soft tout de même. Préservons ces pauvres âmes qui ont déjà une sacrée nouvelle à avaler. Cette rencontre se passe bien finalement. Je m’attendais à plus houleux, surtout après cette bombe.

Le retour à Beacon Hills se fait dans le calme et une tension certaine. Quoi qu’ait dit Chad, ce ne sera pas aussi simple…j’en suis bien conscient malheureusement. Mais lorsque nous arrivons, je me contente d’un simple regard échangé avant de partir pour retrouver ma sœur.


© Halloween sur Never-Utopia



Dernière édition par Miyavi Kyomu le Dim 17 Aoû - 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aller vers le passé [PV Chad, Mick]   Sam 5 Juil - 16:29

Dénouement

L’avenue n’avait pas changé, toujours bordée de ses grands platanes. Avant notre depart, Mick m’avait fait promettre quelque chose : aller revoir mes parents. Je ne les avais pas vus depuis mon départ à Beacon Hills. Je donnais régulièrement des nouvelles rassurantes. Mes parents en faisaient de même. Jamais nous avions affronté les non-dits, mon sentiment de culpabilité, le leur. Le fantôme de ma sœur planait entre nous. Si ce soir-là elle ne m’avait pas suivi... Rien n’avait été dit, mais certains regards en disent plus long que de grands discours. C’est soulagé eux comme moi que je leur avais annoncé mon départ trois ans plus tôt.

- C’est là, dis-je à Mick et Miya en m’arrêtant devant un immeuble cossu. Mon père était dans la finance, ma mère avocate. Nous vivions dans une opulence certaine comme le confirmait l’immeuble de luxe avec service de conciergerie dans le hall d’entrée. Je les avais appelés dans la matinée pour être certain de leur présence. Ils avaient été étonnés mais ravis de me voir. Je leur avais précisé que je voulais leur présenter deux personnes. A ce moment-là je ne savais pas si j’irais jusqu’au bout de ces présentations. Derek m’avait parlé un jour de la manière dont cela s’était passée avec le Sheriff. Il semble être possible de survivre à cela. L’autre inconnue était de savoir si je devais leur monter ce que j’étais… un homme-loup qui peu à peu redevenait un bêta.

Je me présentais à la réception pour qu’ils avertissent de mon arrivée. La personne avait changée, je ne la connaissais pas. L’ascenseur nous emmena au dernier étage. Miya qui avait conservé une tenue sobre me traita de gosse de riche et de « bon coup ». Je lui ébouriffais la tête avant que les portes de l’ascenseur ne s’ouvrent. La veille au soir on s’était expliqué seul à seul. La discussion avait été houleuse et animée. Je me souviens de lui avoir bourré un coup ou deux. Cela avait fini plus tendrement. Je souhaitais effacer ce que ces connards avaient osé lui faire, mais il faudrait du temps pour que Miya me laisse approcher de nouveau.

Mon cœur battait à tout rompre devant la porte d’entrée. Mais je sentis le soutien des deux hommes près de moi. Je devais le faire pour Mick et Miya dont les parents étaient…

Ce fut mon père qui m’ouvrit et non l’employée de maison. Quelques secondes pour se détailler et j’étais dans ses bras pour une étreinte forte et aimante. J’eus du mal à conserver les yeux sec. Cela faisait un bien fou de revoir son père, de le serrer dans ses bras. En relevant la tête, j’aperçus ma mère juste derrière. Elle par contre avait du mal à cacher son émotion. Trois ans qu’elle n’avait pas revus son fils. J’eus droit à une remarque sur ma taille, alors que j’avais stoppé toute croissance avant mon départ. Elle me trouva en forme et bien musclé. Si elle savait… Puis sa curiosité l’emporta, elle dévisagea Mick qui arrivait à garder une certaine contenance et Miya qui se tortillait comme un ver de terre. Je lançais un regard au chat, « arrête de faire le pitre ! ».

- Je vous présente Mickael Wilder et Miyavi Kyomu… Ce sont les deux hommes qui partagent ma vie.

Miya et moi entendirent parfaitement le cœur de mes parents longuement déraper en comprenant l’implication de mes mots. Inquiet, je regardais en direction de mon père. Un jour, il m’avait dit qu’il avait acheté un grand appartement non loin de là en prévision que j’emménage moi et ma future femme. A l’époque, il m’avait pratiquement trouvé une promesse d’embauche dans un grand cabinet d’architecte de Boston. Subitement j’avais hâte d’être dans le jet que Lycaon nous mettait à disposition pour rentrer rapidement sur Beacon Hills et aller soutenir Ruby qui était au plus mal en partie à cause de moi.

- Nous n’allons pas rester dans le hall… se reprit ma mère.

L’un est l’autre vivaient dans un monde de requins que ce soit dans les tribunaux pour ma mère, et s’était bien pire concernant l’activité de mon père. Ils savaient réagir en toutes circonstances. Et ce n’est pas un trio gay qui allait les déstabiliser. Mes parents passèrent devant, indiquant le chemin, Miya suivit avec une mimique rigolote des épaules. Mick me sourit, je lui répondis de la même manière. Ce soir nous rentrerons à Beacon Hills avec Miya et James. Nous étions arrivés à deux et repartions à quatre. On ne l’aurait pas imaginé, même dans nos rêves les plus fous. J’étais un peu en soucis vis-à-vis de mon alpha. Ruby ! Tiens bon, je rentre.

Un jour avant…

Mon sentiment de puissance se fait la malle avec l’arrivée du premier, de l’originel. Si la seconde d’avant j’avais l’impression de dominer Boston, là je me sentais dans la peau d’un caniche. L’homme qui s’approcha était différent de celui que j’avais vu chez les Chade en Angleterre ou encore bien des années avant quand j’étais encore le bêta sanguinaire d’Hugues. L’androgyne avait laissé place à… Attila ?! Si l’enveloppe charnelle était différente, le type à l’intérieur était le même.

J’avais absorbé le rang d’alpha de Nath par légitime défense et par amour pour Mick qui allait mourir sous mes yeux. Par contre le plan qui était né dans ma tête alors que je mordais Noah était une décision de loup alpha qui entend dominer et se faire obéir. Dans ce coin sordide et désaffecté de Boston je pensais à Scott en regardant Lycaon qui m’écrasait de son aura implacable. Comment l’adolescent de Beacon Hills arrivait à contrôler ce besoin de puissance ? J’en étais incapable ! Car le hurlement d’appel que j’avais poussé était aussi une sonnette d’alarme. Un pari fou sur l’avenir. Je ne pourrais jamais rendre de moi-même ce rang à Nathan, même pour tout l’amour de Mick ou de Miya. De la même manière que le robot de Terminator ne peut s’autodétruire et laisse Sarah Connor le détruire, je me collais dans une situation où un autre m’obligerait à lâcher ce pouvoir.

Je ne savais pas à quoi m’attendre. Je ne savais pas si cela était tout bonnement possible ! J’avais changé, j’espérais juste pouvoir retrouver au mieux ce que j’étais avant toute cette merde. Quand Lycaon parla, je crois que même les fourmis du coin arrêtèrent de bouger.

-  Tu m'as déjà vu sous une autre apparence, mais je suis certain que tu me reconnais. Je dois avouer que tu me surprends. Fusionner ainsi avec ton loup est un exploit. Vous avez été sur la même longueur d'onde jusque au bout. Pour parvenir à cela, et même si tu n’en as pas vraiment conscience, il a lui aussi dû renoncer au pouvoir. Il a dû accepter que probablement, jamais tu ne lui offriras la possibilité d'être un chef. Et je réfère cela. Car sans vouloir te vexer, Chad, si tu fais un excellent bêta de tête, tu ferais un très mauvais alpha. Tu serais trop assoiffé. Enfin, j'imagine que tu le sais toi-même, sinon, tu ne t'apprêterais pas à me demander de trouver comment redevenir bêta.

En quelques mots, il avait résumé ce que je ressentais. La sensation d’être alpha était jouissive. J’avais eu plaisir à faire plier Noah et sa mère. Mais surtout, je m’étais découvert une détermination froide et violente dès que l’on touchait à ceux que j’aimais. Je devenais dangereux. Pour eux, j’avais accueilli ce rang que Nath cédait en souvenir du passé. Pour Mick j’avais pris le risque. Le risque de devenir incontrôlable. Après, j’avais découvert ce que Miya avait souffert. Là, s’était faite la fusion. Moi et le loup, nous étions sur la même longueur d’onde comme le disait le géant brun. Je cédais un peu de ma nature profonde, mon amour du calme et de l’apaisement, le loup abandonnait l’idée d’une libre sauvagerie. De ce nouvel équilibre était né un autre homme. Un homme-loup. J’avais hurlé mon appel en sachant parfaitement que ni Mick, ni Miya ne seraient heureux si je conservais ce regard incandescent. Avec crainte et espoir je fixais Lycaon.

Il appela les deux qui comptaient pour moi, leur demandant de me tenir, de me retenir. Je me doutai que l’épreuve serrait difficile, mais avec leur présence, leur contact proche, cela devenait possible. Je ne m’attardais pas sur le rituel que faisait Lycaon, en fait je m’en moquais. Seule la présence de Mick et Miya à mes côtés m’importait. Je les regardais tour à tour, incapable d’éteindre ce feu rouge de mes yeux, cherchant leur pardon, leur amour. Encore une fois j’imposais Miya à Mick. Je savais qu’il avait apprécié cette vie à deux après le départ du japonais. La voix de Lycaon me ramena à l’action en cours.

- Fils, tu es désormais comme moi. Tu n'es plus un homme et un loup. Tu es un homme-loup. La dualité n'est plus. Je suis fier de t'avoir parmi mes enfants. Mais il est temps que tu rendes son rang d'alpha à ton ami et que tu retournes vers le tien.

J’étais terrifié, maintenant que je n’étais qu’un je réagissais en loup et humain. J’avais les deux composantes unie en une seule qui tremblaient face à l’avenir. Il m’avait appelé « fils », cela me perturbait. J’avais encore mon père biologique qui vivait dans cette ville. Puis il y a eu Hugues, celui qui m’avait transformé en loup. Je n’avais aucune prétention réelle de reconnaissance. Mais en m’appelant ainsi, il me donnait une place dans ce monde. Lycaon m’expliqua que mon accession au rang suprême avait affaibli Ruby. Ça, la lune rousse, la dette de Nathan envers moi, Mick en danger, tous ces facteurs avait rendu possible ce changement. Et la prophétie sibylline de Mafdet prenait enfin tout son sens. « Isole-toi ». La druidesse était très obscure dans ses propos, mais elle avait compris que je ne ferais plus qu’un.

Je souris à Miya puis à Mick. J’étais prêt. Pour eux, je ferai n’importe quoi.


(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aller vers le passé [PV Chad, Mick]   Sam 5 Juil - 20:06


 
Tourner une page




Quelques heures plus tôt.

Miya nous avait suivis lorsque nous étions rentrés à l’hôtel. J’avais rejoint James pour les laisser s’expliquer. Les deux chambres étant à proximité, nous avions entendu les éclats de voix. Il fallait en passer par là. Et une autre étape me semblait importante avant de rentrer à Beacon Hills, trouvant plus de quiétude loin de tout ça. Loin de Boston.

- Pour que ce voyage soit aussi salvateur pour toi, j’aimerais que tu fasses quelque chose. Je t’ai déjà soumis l’idée mais je pense que ça serait une bonne chose que tu leur rendes visite, expliquai-je à Chad peu après le déjeuner.

Il déglutit avec difficulté.

- Ils sont tes parents Chad. On ne sait pas ce qui peut arriver. Tu dois les retrouver au risque de le regretter si tu ne le fais pas, ajouta Miya en soutien.

C’est finalement en étant force de proposition qu’il finit par accepter. Peut-être avait-il peur, mais nous étions là avec lui. Je crois que les évènements récents l’ont montré, même lorsqu’un allié s’avère être un détracteur, il y a certaines choses qui restent vraies. Ensemble, on est plus forts.

Actuellement.

Je ressens cette impression particulière qui survient dans les moments importants de la vie. Un mélange de sérénité et de confusion. Là où les certitudes du présent se mêlent aux promesses d’avenir. Ainsi, lorsque Chad nous présente, je reste calme alors que je suis presque aussi mal à l’aise que Miya qui gesticule à côté.

- Je vous présente Mickael Wilder et Miyavi Kyomu… Ce sont les deux hommes qui partagent ma vie.

Malgré la surprise, c’est avec respect que la mère de Chad nous propose de nous installer dans le salon. Les parents de Chad apparaissent comme deux personnes inébranlables. Je comprends d’où lui provient cette force. Elle ne provient pas de sa moitié loup mais bel et bien de cette famille qui a en partie fait de lui l’homme qu’il est aujourd’hui.

Ainsi, nous sommes là, Miya et moi, heureux de voir Chad partager du temps avec ses parents. La discussion est incroyablement sincère. Chad conserve cependant le secret sur sa vie. C’est surement mieux ainsi. Pourtant, je sens que cette famille solidifie un lien que le temps et la disparition d’un être aimé avait fragilisé. Bien plus que la mort de leur fille, le jour où Emy les avait quittés, les parents de Chad avaient également perdu leur fils. Il s’était renfermé puis avait quitté la ville, fou de douleur et de culpabilité. Aujourd’hui, cela pouvait être, non pas oublié, mais surmonté. Je reste muet en les écoutant se parler chaleureusement. Mes parents me manquent, mais la joie et l’apaisement qui émanent de cette pièce soulagent ma propre peine.

Chad avait manqué à ses parents. Et eux lui avaient manqué aussi, c’est certain. Après de longues minutes, peut-être des heures, Miya et moi nous mettons en retrait en regagnant l’ascenseur après avoir salué le Mr&Ms Wilder. Chad pouvait leur dire au revoir dans l’intimité. Un instant de famille qui n’appartient qu’à eux.

- Qu’est ce qui est une bonne idée, demande-t-il en nous rejoignant.

Je regarde Miya, non surpris que Chad ait capté quelques mots de notre conversation. Puis je me tourne vers l’intéressé.

- Nous voulons encore t’emmener quelque part, avoue-je en gardant le secret.

Le visage de Chad se crispe à mesure qu’il réalise où nous souhaitons aller. À chaque seconde nous le rassurons par notre présence. Nous sommes sereins bien que le moment soit délicat. Lorsque nous sommes arrivés, je suis satisfait que nous soyons seuls tous les trois. Je prends les mains de Chad dans les miennes sous le regard bienveillant de Miya.

- Je sais pourquoi tu as fait tout ça, je sais pourquoi tu as accepté cette puissance. Pour protéger ce qui t’est cher, dis-je sans citer Miya ni moi-même.

Chad nous regarde tout à tour sans doute pour ne pas poser un regard sur la stèle qu’il y avait devant nous.

- Quoi de mieux pour oublier la douleur et la tristesse que de dresser en face d’elle la volonté et la force d’un alpha ? Demande-je en laissant les mots lui parvenir au cœur. L’humain et le loup sont plus unis qu’ils ne l’ont jamais été car tu as enfin accepté qui tu es, mais il y avait un autre moyen pour parvenir à cette symbiose. Une façon moins sanglante, moins brutale et surtout moins risquée car la tentation était grande. Tout ça ne te ressemble pas car tu es sensible et réfléchi bien qu’aussi incroyablement déterminé. Lycaon nous a aidés à amorcer ce changement mais maintenant c’est à toi de faire le dernier pas. Il te faut accepter ton passé et je sais quelle difficulté ça représente. Pour avancer Chad, sur cette autre voie qu'on te propose, tu dois pardonner. Pas à ceux qui t’ont blessé, pas à Miya, mais à toi-même. Ce qui est arrivé à Emy cette nuit-là n’était pas de ta faute.

- Lâche prise, murmure le japonais avec tendresse.

Chad cachait ce passé difficile qui est le sien au lieu de l’assimiler et de vivre une nouvelle vie. C’est une tâche amplement difficile, cruelle car elle se rappelle à nous quotidiennement. Bien sûr, personne ne lisait sur lui ce fardeau parce qu’il s’afférait à construire une image calme et posée.

Alors, dans un silence intime, sur la tombe d’Emy, Chad se met à pleurer. Pleurer d’un immense chagrin, pleurer pour tourner la page. Avancer plutôt qu’enfouir ses anciennes douleurs.

Je ne sais pas ce qui se passe dans son cœur mais si ses yeux sont maintenant rouges ça n’est plus que par les larmes. Car lorsqu’il relève la tête vers nous, deux pupilles ambrées confirment qu’il est passé à autre chose. La rage est oubliée. Il est redevenu lui. Chad. Mon loup, mon amant, mon ami. Rien que lui.

Miya et moi posons chacun une main sur ses épaules pour lui conférer notre soutien, notre amour. Si fort que notre force devient sienne.

Les yeux clos, il nous entend dire d’une même voix…

- Je t’aime, Chad.




(c) Fiche par Mafdet
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aller vers le passé [PV Chad, Mick]   Mar 5 Aoû - 13:46

Suite pour la lune rousse Ici
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aller vers le passé [PV Chad, Mick]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aller vers le passé [PV Chad, Mick]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Aller vers le passé [PV Chad, Mick]
» Une taupe parmi les taupes!
» Arvedui (non terminé)
» Que fais tu dans mon rêve ? [PV Solembum][FINI]
» Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG :: Outside of Beacon Hills :: United States :: Boston-
Sauter vers: