Teen Wolf RPG
Alpha, Beta ou Oméga, et vous que choisirez-vous ?


Forum fermé.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Musique, alcool et... [PV Chelsea]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Musique, alcool et... [PV Chelsea]   Ven 20 Juin - 1:58

Au bout du chemin


Beacon Hill. La soirée commence. L'air chaud de l'après-midi s'adoucit imperceptiblement, le ciel se teinte progressivement de couleurs artistiques tandis que le sol se couvre d'ombres de plus en plus envahissantes. La mienne vrombit sur le gravier d'un chemin bordé de verdure sauvage, rythmé par les claquements nonchalants de mes bottines.

Je ne sais pas trop où mes pas m'ont menés. Je me ballade. Je ne suis pas arrivé ici depuis bien longtemps, je tente de faire connaissance avec cette ville qui m'aurait vu naitre et que j'ai décidé de réintégrer, pour un temps. Ce n'est pas que je compte nécessairement partir, mais... je n'ai franchement pas réfléchi à la suite. Je suis là... point. Je m'emploie donc à faire ce que tout bon nouvel arrivant ce doit naturellement de faire : le tour de cette bourgade qui me parait bien perdue, protégée par ses collines. Certes, il ne s'agit pas d'un bled rustique à outrance, mais je suis habitué à m'établir dans de plus grandes agglomérations que... ça.
J'observe le paysage en haussant un sourcil peu convaincu. Enfin... ça a quand même son charme, les trous presque perdus.

Une légère odeur de vase filtre sous mon nez. De toute évidence, le bout de ce chemin me mènera...

Je m'arrête devant ma découverte. J'aurais dit un lac, mais la première chose que je vois, c'est un parking improvisé. Je ne suis manifestement pas le seul à être allé me perdre dans le coin...
Je jette un coup d'oeil aux environs, et tout abandonné à ma curiosité naturelle, je m'engouffre sur le chemin sablonneux vers lequel pointe quelques véhicules.

De la musique, bientôt accompagnées de rires et autres échos festifs ne tardent pas à m'aiguiller. Je constate au moins qu'une partie de la ville sait s'amuser et ça me rassure. En effet, je fini par arriver devant une petite rave en bord de lac. Sympas. Je me mêle naturellement à l'assemblée qui n'aura pas attendu que l'astre diurne se couche pour décapsuler quelques joyeuses collations et s'épancher à des danses lascives et quelques paries fous. Certains se déchainent près de la sono, d'autres sont en train de se rafraichir dans l'eau quand d'autres s'esquivent dans les sous-bois.
Je me fond dans la masse, me ballade à travers mes camarades en me contentant d'observer et profiter. Je ne suis qu'un jeune insouciant parmi d'autres, je doute que l'on me remarque. Cela dit, vu l'état d'ébriété avancé de certains, je doute même que la présence d'un vieux marginal au milieu de cette troupe adolescente n'attire l'attention.

Cela me fait rire, j'attrape une canette qui traine et je la déguste en observant une petite bande près de l'eau. Garçons et filles attroupés, j'ai beau ne pas avoir suivit l'histoire, ils semblent se défier. Je vois soudain l'un des types attraper la blonde du groupe. Je suppose sans mal qu'elle l'a cherchée, de la à savoir si c'était en prévision de la suite... l'un la saisit sous les bras, les autres par les pieds. Ils s'amusent, rien de plus, mais je n'ai pas l'impression que ce soit le cas de la demoiselle à cet instant... Les copines se laisse retenir par les compères, du moins je doute qu'elles mettent réellement autant d'efforts à vouloir se tirer des bras virils qui les capturent que leurs petits cris et mouvement tiendraient à le laisser paraitre. Leur amie se fait balloter près de l'étang : un élan, un autre... et je ne peux m'empêcher de rire aussi quand un énorme "plouf" retentit.

Les types sont fiers, ils rient à gorge déployés et s'échange quelques tapes et applaudissement alors que la jeune femme ressort de l'eau avec des airs de chats après un bain. Les copines libérées accourent, j'ai l'impression qu'elle les repoussent à coups de griffes... Je jurerais qu'elle pourrait presque mordre.

Moi, je suis toujours installé un peu plus loin, le goulot de ma bouteille aux lèvres. Grand châtain élancé, habillé d'un blouson de cuir ajusté et qui observe la scène, amusé.

Tiens? Je crois que nos regards se sont croisés...  


© Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Chelsea Davis

avatar

Alias : You can call me queen bee
Age : 23
Messages : 59
Dollars : 81
Date d'inscription : 11/05/2014

MessageSujet: Re: Musique, alcool et... [PV Chelsea]   Jeu 26 Juin - 0:25


Burn

La musique résonne dans ses oreilles. Elle fait vibrer son cœur au rythme des basses, sensation étrange et euphorisante. Elle lui donne envie de danser, de tournoyer jusqu’à ne plus distinguer le ciel de la terre. De perdre ses repères avant de se perdre elle-même. Mais elle ne peut pas se le permettre. Parce qu’elle a un rôle à tenir.

Alors elle reste là, son verre à la main et un sourire figé aux lèvres, entourée de ses copines surexcitées. Même de loin on remarque qu’elle est au-dessus d’elles. Il y a cette impression de puissance, écrasante, qui émane d’elle. La reine des sirènes qui peut, d’un simple mouvement d’humeur, répudier l’une d’entre elles et la faire retourner à l’écume. Alors qu’elle envoie l’une d’entre elles lui chercher un autre verre, elle entend des rires qui se rapprochent. Elle soupire en voyant arriver Brett et ses acolytes, apparemment complètement torchés.

« Heeee salut Chelsea ! T’as pas trop froid comme ça ? J’peux te réchauffer si tu veux ! »

Ils sont quatre, presque des copies conformes : grands, baraqués, tous la même veste teddy aux initiales du lycée, tous le même air totalement à l’ouest. En temps normal elle aurait fait comme ses copines, à savoir rire avec eux comme si cette blague était la plus drôle du monde, mais Brett est son ex et elle a une réputation à tenir. Et en plus ils sont certainement trop imbibés d’alcool pour se souvenir de leur conversation le lendemain.

« Non merci Brett, t’as jamais réussi à réchauffer quoi que ce soit de toute façon. »

Un sourire mesquin étire ses lèvres alors qu’elle regarde son visage se décomposer lentement, au fur et à mesure qu’il prend conscience du sens de ces mots. Ce qui est un peu compliqué vu son état avancé d’ébriété. Mais elle se rend compte trop tard qu’elle n’aurait pas dû sous-estimer sa réaction… L’air goguenard qu’il affiche ne lui dit rien de bon.

« Ah ouais ? Bah, on va te rafraîchir les idées alors, hein les gars ? »

Aussitôt, ils tentent de l’empoigner par les bras et les chevilles. Elle jure intérieurement, se débattant mollement. Pas la peine de compter sur sa bande de gourdasses, elles sont bien trop occupées à piailler devant la scène. Ses jambes décollent du sol, elle sent qu’ils la hissent de plus en plus haut. Elle sait bien qu’il lui aurait suffi de quelques coups bien placés pour se dégager, mais contrairement aux mots, les actes s’effacent beaucoup moins bien des mémoires. Pas le choix, il va falloir…

« ET DE TROIS !! »

Son ventre se noue lorsqu’elle est jetée dans le vide, puis elle sent les doigts glacés de l’eau s’étendre dans son dos, sur l’arrière de son crâne, la faisant se crisper subitement. Le sarcophage liquide se referme sur elle, et tous les sons s’évanouissent. Les battements des basses qui se mêlent à ceux de son cœur alors qu’elle s’enfonce dans l’onde sombre, emportée par son élan. Des lumières papillonnent au-dessus d’elle, comme des cristaux incandescents lui amenant les teintes rosées du crépuscule.

Après un grand coup de pied pour remonter à la surface, elle prend une profonde inspiration. Les lourdauds sont déjà partis, fiers de leur bêtise. Ses pseudo-copines s’approchent d’elle avec des airs désolés, s’agitant autour d’elles comme autant de vautours. L’une d’entre elles lui tend un espèce de chiffon qu’elle lui arrache des mains avant de leur demander gentiment de dégager. Elle est d’une humeur de chien, ça se voit, et elles s’empressent de déguerpir avant d’en subir les conséquences. La blonde pose la serviette sur son visage pour le sécher, soulagée d’avoir pensé au maquillage waterproof. Elle la balance ensuite sur une table, peu soucieuse de la rendre à son propriétaire.

Elle attrape ses cheveux dégoulinants, les ramène tous sur le côté droit avant de les essorer au maximum. Ils ne vont pas tarder à onduler, elles les avaient pourtant lissés avant de venir ! Elle soupire, excédée, puis empoigne le bas de son débardeur trempé pour le faire passer par-dessus sa tête. Mais à l’instant où elle le retire entièrement, son regard croise celui d’un jeune homme qu’elle n’a jamais rencontré auparavant. Elle sourit légèrement, la soirée commence à être un peu plus intéressante. Elle se penche pour retirer ses chaussures, les gardant à la main avec son débardeur, et se dirige vers l’inconnu. Personne ne la remarque, en mini-short et soutien-gorge, ils sont bien trop occupés à danser n’importe comment et boire comme des trous. Elle arrive près de lui sans encombre, et lui demande d’un ton malicieux :

« Tu veux savoir la température de l’eau, c’est ça ? »

Sans attendre de réponse, sa main ruisselante se pose sur le front de son interlocuteur. Elle se venge un peu, après tout ça avait l’air de bien le faire rire de la voir faire le grand plongeon. S’approchant un peu plus de lui pour qu’il l’entende malgré la musique, elle murmure, comme s’il s’agissait d’un secret :

« Elle est froide… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Musique, alcool et... [PV Chelsea]   Dim 29 Juin - 21:23

Provocante fraicheur

La bêtise sauvage de cette bande non loin capte mon intérêt. Voir cette blondine balancée comme un sac dans l'eau que je devine être rafraichissante me donne une satisfaction plus grande de m'être aventuré dans le coin.

Ouh... Elle s'extirpe de l'eau, furieuse pour envoyer généreusement paître sa cours... il suffit de les observer pour comprendre son rang dans cette société juvénile. Elle, fière décolorée qui se dressait à peine plus tôt contre le molosse, avec la posture droite et la poitrine bombée et dans les yeux le mépris d'une lionne... Et elle, la "copine", celle qui se fait un devoir de porter secours à son éminence, s'exécute et courbe l'échine pour disparaitre sans discuter quand l'ordre frappe.

Leur manège me divertis, mais quand elle se retrouve seule, je ne la lâche pas pour autant. J'aime ses petits gestes qu'on les femmes, ces brins de féminités pures qu'elles ne cachent pas plus qu'elles ne les exhibent... Cette image de la sirène séchant ses cheveux, je la garde en tête en vu de la graver un jour sur papier si une vision plus enchanteresse encore ne vient pas la remplacer.
Je la regarder ôter son t-shirt sans aucun complexe, jusqu'à ce qu'elle me perçoive enfin. Me juge t-elle comme n'importe quel regard masculin sur sa personne pour m’oublier à peine m'avoir vu? Je me flatte du contraire quand ses chaussures retirées, elle s'approche de moi.

Je ne la lâche pas des yeux, un demi sourire aux lèvres. Elle n'est manifestement pas plus farouche que je ne suis vertueux, mais je me demande ce qu'elle répondra à mes regards sans gènes.

-Tu veux savoir la température de l’eau, c’est ça ?


Belle approche. Je m'apprête à retirer la boisson de dessous mon nez pour lui répliquer, qu'elle plaque sa main mouillée sur mon front. Wow! Je cille sous la sensation peu agréable, manquant de renverser ma bière. Je la fixe avec étonnement avant de plisser les yeux et afficher un rictus. Elle est joueuse à sa manière... Je la laisse s'approcher pour me murmurer chaudement.

-Elle est froide…


-Oh... J'imagine que je suis censé être navré?
lui répondis-je sur le même ton.

La galanterie voudrait sans nul doute que je lui cède ma veste. Mais ce serait me priver de la charmante vision qu'elle a à m'offrir, un affront en soit. Non? Alors je juge sa chair exposée, l'air taquin, prend de nouvelles gorgées et lui tend le restant. Libre à elle d'accepter, je ne connais que trop les minauderies des filles en matière d'hygiène.

Je profite que du monde viennent s'agiter dans notre coin pour bouger de là et l'inviter à me suivre. L'occasion de dégotter une deuxième bouteille.

-C'était un sacré plongeon. Très... puissant.


Je lorgne sur ses hanches bien faites, railleur. Se vexerait-elle du sous-entendu que je laisse planer sur ses supposés kilos? J'espère bien, je suis curieux de connaitre toutes ses parades en matière de mesquineries.

-Qu'est ce qui t'as valu un si joli vol plané?


Je décortique une nouvelle bouteille de son plastique, et je l'interroge du regard, savoir si elle préfère se mêler à la cohue braillarde pour s’enivrer de musique ou se perdre dans un coin plus tranquille où pouvoir débattre de la température de l'eau.

© Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Chelsea Davis

avatar

Alias : You can call me queen bee
Age : 23
Messages : 59
Dollars : 81
Date d'inscription : 11/05/2014

MessageSujet: Re: Musique, alcool et... [PV Chelsea]   Jeu 10 Juil - 23:25


Burn


« Oh... J'imagine que je suis censé être navré? »

Sa voix est joueuse, moqueuse, et Chelsea sourit. Il est rare que les gens acceptent de jouer avec elle, mais elle a senti dans son regard qu’il était ce genre de personne. Elle attrape la cannette qu’il lui tend, la portant à ses lèvres sans le quitter des yeux. Elle joue à faire monter la tension, peut-être pour voir qui osera aller le plus loin. Action ou vérité ?

Malheureusement, leur petit jeu est interrompu par une bande de fêtards ayant perdu le sens de l’espace vital. Elle lève les yeux au ciel, excédée, mais l’inconnu l’invite implicitement à le suivre. Un endroit plus isolé sera sûrement le bienvenu… Elle pose ses chaussures et son débardeur sur une table avant de lui emboîter le pas, les galets s’enfonçant dans la chair de ses pieds nus.

« C'était un sacré plongeon. Très... puissant. »

Elle n’est pas idiote, elle comprend très bien à son regard que ce commentaire est une raillerie sur son poids. Seulement la blonde est une personne très fière, et elle est persuadée de n’avoir aucun défaut physique. Ce n’est pas le genre de choses qui va la faire perdre pied, et il va bien vite s’en rendre compte.

« C’est le mot qu’on utilise le plus souvent pour me décrire… Elle penche son visage vers lui avant d’articuler : Puissante. »

Il y a un feu de camp près d’eux, et des adolescents chahutent joyeusement autour. Les flammes vacillantes viennent parer ses cheveux d’ombres éphémères. Elle voit la lumière se refléter dans les yeux de l’inconnu, et elle se met à penser qu’il est peut-être un démon. Peu importe, elle a toujours aimé jouer avec le feu.

« Qu'est ce qui t'as valu un si joli vol plané? »

Elle fait un geste désinvolte de la main, signe que cette histoire est sans importance. Elle boit une gorgée de bière en jetant un regard en coin à leurs camarades. Ils commencent à beaucoup s’agiter, il risque d’y avoir un accident dans peu de temps. Elle ne veut pas être impliquée dans l’affaire et commence à s’éloigner, la musique devenant bruit sourd dans leur dos. Elle lève la main pour écarter une branche d’arbre, se tournant vers lui pour poursuivre la conversation.

« Disons tout simplement que je n’aime pas me faire marcher sur les pieds. »

Elle attrape une mèche humide qui lui barre le visage pour la replacer derrière son oreille, soupirant :

« J’avais juste sous-estimé leur stupidité. »

Et sous-estimé également la fraîcheur de l’air en cette saison. Un courant d’air fait vaciller les arbres et elle réprime un frisson. Elle fait quelques pas en arrière, plaquant son dos contre le tronc d’un chêne pour qu’il la coupe un peu du vent. La nuit est tombée depuis quelques minutes, elle ne se repère qu’à la lumière du feu au loin. Cette atmosphère ne l’effraye pas. D’ordinaire elle aurait joué les effarouchées pour pouvoir se rapprocher de son partenaire, mais ce n’aurait pas été assez amusant…

« Et toi, que fais-tu ici ? Je ne me souviens pas t’avoir déjà vu… »

Et Chelsea a très bonne mémoire pour les mecs mignons, qu’il n’essaye même pas de la duper.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Musique, alcool et... [PV Chelsea]   Ven 1 Aoû - 23:28


You're cold? I will warm you...
Je sens que cette fille et moi avons pour habitude de jouer aux même jeux. Je la provoque, elle répond avec autant d'audace, je lui renvoie la balle et elle fait de même sans faiblir..

Je lui cède mon alcool lorsque la demoiselle m'avertis que l'eau est fraiche. Elle s'empare de ma canette, reine en terrain conquis, et la porte à ses pulpeuses sans me lâcher du regard... je continue de faire de même, amusé, séduit par ses arrogances. Jusqu'à ce que l'on nous dérange. Je l'invite à me suivre et poursuis notre duel en m'attardant sur ses formes et l'incident de plus tôt. Rien de plus efficace que charrier une fille sur sa silhouette pour la faire réagir.

- C'est le mot qu'on utilise le plus souvent pour me décrire... : Puissante.


... Sauf exception. J'astique le revers de mes dents inférieures avec la langue en la dévorant les yeux. Mademoiselle est loin de se laisser démonter... ça me pique. Ça me plait...

Nous migrons pour garder un peu d'intimité et je l'interroge sur l'origine de la dispute de plus tôt qu'elle ballait de la main. J'ai pourtant envie de savoir, curieux que je suis... Elle décide de s'éloigner du reste de la fiesta et je suis, ravis de son choix.

-Disons tout simplement que je n'aime pas me faire marcher sur les pieds.

-J'avais cru comprendre...
je ricane à sa phrase, complice et admiratif.

-J'avais juste sous-estimé leur stupidité.


Je ne peux pas m'empêcher de rire.

-Deux choses sont infinis : l'Univers et la bêtise humaine... On a tendance à sous-évaluer la seconde.

Le vent frais et humide de ce bord de lac à la nuit tombante agite les feuillages et pousse la blonde à trouver refuge au bras d'un chêne assez vigoureux. Je remarque alors qu'elle frissonne vraiment. C'est vrai qu'il ne fait plus très chaud. J'ôte ma veste et la lui passe autour des épaules, l'oeil assuré. Je porte un débardeur mais j'ai le sang chaud. Ce n'est pas quelques degrés qui vont me déranger. Certainement pas devant une jeune femme...

Rajustant le col autour de ses épaules, manière de donner une excuse à ma proximité, je me rapproche d'elle et souffle, mesquin.

-On a froid?


... Et envie de se faire réchauffer peut-être? Se disant, la voix basse, je me suis seulement permis de laisser mes mots effleurer son oreille à l'instar de mes mains le long de ses bras... Si elle doit frissonner maintenant, je veux que ce soit autrement qu'à cause du vent.

-Et toi, que fais-tu ici ? Je ne me souviens pas t'avoir déjà vu...

-Parce que ta mémoire est si infaillible?


Je la taquine, un faux air suspicieux. Je cherche surtout le compliment. Ce genre de remarque ne peut que sous-entendre que je l'aurais marqué... non?
Je lève le nez pour voir ce que font les autres plus loin en prenant une inspiration.

-Je ne sais pas... je me baladais, quand je suis tombé sur cette petite fête... comme je n'ai pas encore eut l'occasion de filer mon adresse à qui que ce soit pour recevoir de carton d'invitation, je me suis dit que j'allais m'inviter pour la soirée...


Je ne compte pas lui parler de ma venue à Beacon Hill. Qu'est-ce que ça peut bien lui faire, que j'ai fait des bornes pour débarquer ici? A mon avis, elle aura sans doute d'autres préoccupations qu'approfondir la question.

-Et toi? Une envie de jouer les sirènes? Envie de t'enivrer loin du regard des parents? Envie de musique peut-être?


J'incline mon visage à droite, à gauche, cherchant dans la faible lueur que renvois les flammes à lire chacune de ses émotions. Nous sommes proches, très proches... mes mains sur ses hanches qui cajolent, du bout des doigts, mon nez prêt à toucher le sien...

-... Envie d'autre chose?

D'une rencontre, qui saurait rendre cette banale récréation nocturne en soirée plus palpitante?...
© Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Chelsea Davis

avatar

Alias : You can call me queen bee
Age : 23
Messages : 59
Dollars : 81
Date d'inscription : 11/05/2014

MessageSujet: Re: Musique, alcool et... [PV Chelsea]   Ven 8 Aoû - 19:52


Teenagers

« Deux choses sont infinis : l'Univers et la bêtise humaine... On a tendance à sous-évaluer la seconde. »

Le regard de la blonde se fait condescendant, il pense vraiment l’impressionner avec ça ? Et puis concrètement, l’infinité de l’Univers, qu’est-ce que ça peut lui faire ? Le monde dans lequel elle évolue a ses limites, c’est tout ce qui lui importe. Elle le voit retirer sa veste, elle décolle son dos de l’arbre pour le laisser la passer autour de ses épaules. Ses yeux gris caressent la peau du jeune homme qui n’a pas encore froid, un petit sourire étirant ses lèvres. Pas mal… Elle garde la tête haute et l’air assuré, lui montrant qu’elle ne quitte pas la partie malgré la faible distance les séparant.

« On a froid? »

Il veut vraiment jouer à ça ? Son regard se fait espiègle alors qu’elle referme la veste sur sa poitrine, la masquant volontairement à ses yeux avides. Elle dupe, elle danse, elle manipule. L’heure est encore aux taquineries cher monsieur, il faut faire durer le plaisir. Elle change même de sujet, rien que pour l’agacer :

« Et toi, que fais-tu ici ? Je ne me souviens pas t'avoir déjà vu... »
« Parce que ta mémoire est si infaillible? »

Une petite étincelle nait dans les yeux de la blonde. Elle apprécie sa répartie, ça la change de son petit manège ennuyeux avec les autres élèves du lycée. Il est imprévisible, il lui donne du fil à retordre, mais ça n’en rend le combat que plus amusant.

« Je ne sais pas... je me baladais, quand je suis tombé sur cette petite fête... comme je n'ai pas encore eut l'occasion de filer mon adresse à qui que ce soit pour recevoir de carton d'invitation, je me suis dit que j'allais m'inviter pour la soirée... »

Un nouveau venu, sûrement. Elle fait légèrement rouler les muscles de ses épaules sans le quitter du regard. L’idée d’être la première à lui mettre la main dessus la rend fière, comme si elle apposait sa marque sur lui. Même s’il est bien différent du bétail avec qui elle fraye d’ordinaire.

« Et toi? Une envie de jouer les sirènes? Envie de t'enivrer loin du regard des parents? Envie de musique peut-être? »

Ces mots la font légèrement vaciller, un grain de panique s’insinuant dans ses pensées. Sa respiration se fait plus difficile, son estomac se noue. Que fait-elle ici ? La question qu’elle rejette en permanence dans un coin de son cerveau. Elle est ici parce que tel est son rôle. Elle n’a pas envie d’être ici. Il s’y passe toujours la même chose. Toujours l’alcool, toujours la musique, toujours cette hypocrisie, cette comédie à jouer. Heureusement, la réponse à cette question ne semble pas réellement intéresser son interlocuteur qui se rapproche d’elle, posant ses mains sur ses hanches. Son affolement s’éteint aussi vite qu’un feu de camp sous la pluie.

« ... Envie d'autre chose? »

Un léger soupir s’échappe de ses lèvres, vestige de son angoisse naissante. Ces mains chaudes posées sur son corps la calment, sensation à la fois connue et nouvelle. Elle lève les yeux vers lui, si proche, et prend un air faussement suppliant. Elle répond de sa voix plaintive :

« Je ne sais pas trop… »

Aussitôt, son expression change du tout-au-tout. Son air apeuré laisse place à un sourire narquois et elle s’approche un peu plus, ses mains glacées remontant dans le dos du jeune homme, sous son débardeur. Elle en profite pour se coller contre son torse, écoutant avec délice sa respiration sur sa peau. Sur la pointe des pieds, elle murmure à son oreille :

« A ton avis ? »

Un rire muet agite sa cage thoracique. Avec lenteur, ses lèvres se posent dans le creux de son cou, juste sous son oreille. Alors, qui mordra à l’hameçon le premier ? Qui sera le chat ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Musique, alcool et... [PV Chelsea]   Mer 20 Aoû - 19:30



Wanna play?
Oups. Je sens le dédain de la belle blonde me parcourir après avoir répliqué sur la stupidité humaine. Visiblement, mademoiselle est loin d'être de celles qui se laisse impressionner par les citations toute faites et prêtes à servir. Je dois admettre y avoir été avec l'intention d'étaler ma science, stupidement je m'en rend compte. Elle à des exigences prédéfinis, ne s’embarrassera pas de bavardages inutiles et de vanité... c'est une reine, et loin de chercher à répondre à ses espoirs comme un brave homme, je veux m'assurer répondre à ses attentes pour mieux me l'attirer.

Elle a manifestement froid, je décide enfin de lui céder mon pardessus. Je me complais de son regard qui toise sans gène. Je ne doute pas qu'elle apprécie la vue. Je n'ai peut-être pas la carrure de ces types qui l'on balancer à la flotte, je n'en suis pas moins convenablement bâtis. Moi, elle me prive de ce même plaisir quand elle se sert de ma veste pour se cacher dedans. Je lève les yeux sur les siens, petit sourire arrogant aux lèvres. Elle me cherche...

Alors je répond. Je joue le jeu, elle veut bavarder de ma présence ici, je me moque de sa mémoire sans faille, et tout en laissant entendre que je viens d'arriver, je l'observe. Elle a ce petit mouvement fier et gourmand en me jugeant... Qu'imagine t-elle? S'interroge t-elle sur moi, l'inconnu qui s'invite à la fête et avec qui elle se retrouve esseulée, ou émet-elle déjà l'intention de faire de moi son passe temps de la soirée?
Je me rapproche, je hume le mélange de son parfum et de la vase en caressant sa peau hérissées par le froid. Pourquoi est-elle ici, là, maintenant?

Je la sens nerveuse. Ma proximité? Pourtant, elle n'a clairement pas l'air de ces petites effarouchés. Un instant, je l'imagine bimbo encore pure et qui craint de grandir sur un coup de tête, mais je doute... je pense qu'elle a déjà du perdre sa chasteté, elle est bien trop joueuse et à la fois maligne pour ne pas jouer avec le feu sans en mesurer les conséquences. Hors, bien qu'entretenu, je deviens bien un feu une fois allumé...
Je la scrute, curieux de comprendre mais surtout pour entretenir le contact qui se fait de plus en plus intime entre nous. Et je la sens se détendre sous mes doigts. Non, ce n'est pas moi qui l'effraie. Ce ne peut donc être que mes questions, non? Alors, pourquoi est-elle ici, sinon s'amuser avec moi?

-Je ne sais pas trop…


J'aime cette mimique de petite fille confuse qui me fais hésiter quand à mon propre rôle, celui du gentil protecteur ou du mauvais tyran? Je me laisse berner par ses comédies d'ange, l’œil avide, quand la démone aux mèches claires faufile sournoisement ses mains dans mon dos. Je tressaillis, traversé d'un frisson glacé, et elle en profite pour me capturer, me coupant traitreusement la respiration l'espace de quelques secondes.

-A ton avis ?


Je sens son rire vrombir contre moi, la volupté de sa poitrine pressée contre mon torse... Je souris. Les rôles ce sont inversés, la proie ce fait prédatrice et se hisse pour me gouter. Juste un contact qui donne naissance à une multitude de chatouilles sous mon oreille pour se répercuter ailleurs...

Je profite, mes mains pressées dans son dos et sur sa hanche, puis je lui ravis mon cou pour la regarder. Mes yeux sombres luisent de faim autant que de malice. Je pourrais la plaquer contre cet arbre et en faire mon affaire. Mais mes lèvres esquissent un rictus, et je laisse mes doigts glisser le long de sa cuisse pour m'éloigner en pas tranquilles.

-Mh... à mon avis... tu as encore envie de jouer.


Je recule, toujours plus loin de la fête, sans la lâcher du regard. Je l'invite à me suivre, à venir se perdre elle aussi.

Aller, reine impétueuse. Suis-moi, je veux que tu comprenne que je ne me laisserais pas mener par le bout du... nez comme tu peux le faire avec les autres, qu'il te faudra ruser et faire des efforts pour m'atteindre. Qu'en tant que reine, tu sera peut-être puissance, mais surtout un pion dans ma partie de jeu, et que je compte bien te faire tomber.

Je ris, amusé par la perspective de ce jeu presque enfantin qui s'annonce, et sorti des fourrés, je m'éclipse vers le lac, certain que la belle se laissera prendre à mes provocations.
© Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Chelsea Davis

avatar

Alias : You can call me queen bee
Age : 23
Messages : 59
Dollars : 81
Date d'inscription : 11/05/2014

MessageSujet: Re: Musique, alcool et... [PV Chelsea]   Dim 28 Sep - 21:42


Closer

Ses yeux. Ses yeux la dévorent. Leur intensité lui coupe le souffle un bref instant, comme plongée dans un océan de chaleur. Ils la surprennent. Des frissons parcourent son dos, comme un conflit entre le courant d’air froid qui souffle sur eux et le bouillonnement qu’elle ressent à l’intérieur. Ses paupières s’agitent, comme pour la réveiller. Retourne à l’instant présent ma belle, l’heure n’est pas aux contemplations. Comme pour confirmer ses pensées, le voilà qui s’éloigne non sans lui laisser une caresse désespérément frustrante.

« Mh... à mon avis... tu as encore envie de jouer. »

Elle se mord la lèvre inférieure alors que son Apollon s’éloigne de quelques pas. Son regard est toujours sur elle, tantôt la contemplant tantôt la déshabillant. Il veut jouer lui aussi… Ce qu’il ne comprend pas, c’est que c’est à elle de mener la partie. Il finira par apprendre la leçon. Et la reine sourit, un sourire sauvage, comme un fauve s’apprêtant à lancer un  énième piège. Sa proie est coriace, mais elle n’en sera que plus exquise.

Elle le suit légèrement, ses pieds touchant à peine le sol. Elle sautille, elle joue. Elle reste à distance de l’endroit où il s’est arrêté, toujours en mouvement. Sa voix s’élève, sucrée et malicieuse :

« Tu sais… On m’a toujours dit de ne pas suivre les inconnus… »

Un gloussement muet ponctue sa phrase. Elle a déjà joué la carte de la vierge effarouchée, il devrait comprendre l’ironie de ces mots. Mais a-t-on besoin de logique dans ce fatras de frivolités ? La pointe de ses pieds effleure le tapis de feuilles mortes, silencieuse. Elle tourne autour de lui, les arbres et buissons formant une barrière protectrice. Un éloignement forcé, comme deux aimants se repoussant comme ils s’attirent.

« Qui me dit que tu ne cherches pas à m’éloigner de plus en plus pour m’égorger dans un coin sombre ? »

Elle fait la moue, le ton plaintif. Dans sa tête, les images d’évènements  plutôt récents s’impriment furtivement. Un jeune homme attaché à un arbre, un garrot autour du cou, le crâne fracassé, la gorge tranchée. Mais Chelsea n’a pas peur, Chelsea est plus forte que tout le monde. La vie n’est qu’un jeu.

« Alors on reste ici ? Ou bien je vais devoir te dire au revoir… et merci pour la veste. »

Elle lui lance un clin d’œil aguicheur, raffermissant sa prise sur le vêtement entourant ses épaules. Eh oui, monsieur, la demoiselle a l’avantage. Dans son dos, les murmures de la fête lui parviennent, étouffés par le vent et les arbres. Il lui suffirait de quelques enjambées pour s’enfuir. Quel sera son choix ? Se conduire comme un gentil toutou pour récupérer son bien ? Ou accepter de reporter ce petit jeu à une autre fois ? L’idée d’une deuxième rencontre n’est pas désagréable à la reine des abeilles. Une chose est sûre, elle ne se laissera pas flouer par ce prince du lac, aussi charmant soit-il.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Musique, alcool et... [PV Chelsea]   Sam 11 Oct - 11:19



Run away
Je me délecte de la déception de la belle. Qu'espérait-elle, m'avoir attrapée dans ces filets pour pouvoir me rouler et me dévorer à sa convenance comme une arachnée majestueuse? Je ne suis pas de ces moucherons faciles, qui se brûlent les ailes à tourner trop prêt des flammes. Mes feux, je sais les contrôler, au moins jusqu'à un point acceptable pour mariner mes conquêtes. Elle n'est pas indifférente à mon invitation et étire ses pulpeuses dans un sourire carnassier.

Volatile, gracieuse, elle survole les racines et les feuilles ensablées. Elle me suis, abeille joueuse, mais garde une distance plus provocatrice que prudente. A chaque pas, j'ignore si elle s'apprête à me rejoindre ou à me fuir, et cela complique mes propres malices. Dois-je m'écarter d'avantage ou au contraire l'approcher au risque de la perdre? Elle parviens à garder l'ascendance...

-Tu sais… On m’a toujours dit de ne pas suivre les inconnus…

-Parce que tu écoutes tout ce que l'on te dis, sage petite fille?


La voilà devenu femme fée, aérienne toujours, à se rire de moi dans une innocente feinte.

-Qui me dit que tu ne cherches pas à m’éloigner de plus en plus pour m’égorger dans un coin sombre ?

-Mmh... Ces mêmes esprits bien pensant qui t'ont dit ne ne pas suivre les inconnus j'imagine...


Je laisse exagérément planer le doute, le timbre rauque, l'œil particulièrement avide. En effet, qui sait s'il ne me prendrait pas l'envie de pimenter radicalement ma vie en me jouant de celle de la blonde innocente. Elle ferait la victime parfaite pour un pervers. Un de ces visages que l'on afficherait avec plaisir aux informations télévisées régionales, une esthétique marquante, qui ferait vendre les journaux et apitoierait toujours plus qu'aucune jeune fille lambda et sans valeur.
Heureusement, si je devais-être malsain, ce ne serait pas pour piquer fatalement le cœur de cette jeune femme ou celui de qui que ce soit.
Mais j'aime cette insouciante arrogance dont elle se gonfle. Cette prise de risque, ce manque de peur, ou peut-être, perspective qui m'émoustille d'avantage, la faculté à renier ses propres craintes... Je n'en suis pas sur, mais je jurerais que la demoiselle n'est pas uniquement sensibles au froid de la nuit alors que nous nous tournons autour comme deux bêtes en chasse...

-Alors on reste ici ? Ou bien je vais devoir te dire au revoir… et merci pour la veste.


Ma veste... elle raffermit sa possession en me lançant un clin d'œil équivoque. Elle tiens mon pardessus en otage, ça me pique un rictus. La jolie garce... Elle évoque l'idée implicite d'en rester là.

Mes yeux ne la quitte pas, prédateur en attaque. Elle pense réellement que la nuit s'achève ici pour nous?...

Sans prévention, mon pied racle le sol et je m'élance sur elle à toute vitesse. Cours ma jolie, cours aussi vite que tu peux! Je la devance et me place juste dans son chemin pour être certain qu'elle fasse demi tour et n'aille pas se cacher au milieu de la foule juvéniles ou dans le dos de ses copines. Je continu de courir, la poussant à s'éloigner de la fête et se perdre avec moi plus loin dans la pénombre tranquille qui borde le lac. Elle pourra bien me fuir, je suis rapide et plutôt endurant, il ne me faudra que quelques enjambées de plus pour pouvoir l'atteindre...

Je l'ai! J'attrape la gazelle par le bras, la tire contre mon torse et l'enveloppe de mes bras. Nous continuons de trotter, portés par nos élans, et quand je me stabilise avec elle, mes pieds me renvoient un signal glacé. M*rde, nous voilà les pieds dans l'eau, sauf que je n'ai pas eut l'idée de retirer mes bas, moi. Je ris, réprimant un frisson, et colle mes lèvres à l'oreille de ma captive.

-... Tu vas regretter ça...

Je la prive violemment de ma veste que j'envoie valser au sec, raffermis ma prise et m'aventure plus en avant dans l'eau avec elle. Je relâche soudain la sirène et la pousse franchement dans la flotte fraiche. J'éclate de rire, fier de moi. De quoi rafraichir les ardeurs de la reine si ce n'est pas les stimuler d'avantage.

Je pressent la vengeance et ne m'en effraie pas outre mesure. Nous nous retrouvons plus ou moins trempés, à chahuter comme deux gosses, il me semble. Je l'arrose, la plonge sous l'eau, et revenu sur la berge, je la pousse sur le sol et m'étale au dessus d'elle. Je reprend difficilement mon souffle, mon visage tout proche du sien. Mes mèches gouttes sur son front, je sens sa poitrine se bomber et se vider sous mon torse.

-Alors... on voulais me quitter si vite? Sans même un au revoir?

Les rayons lunaires et les miroitements humides me dépeignent les traits agréables de son faciès. Mes yeux la couvent, la dévorent, et tandis que mon souffle caresse chaudement ses lèvres, si proche, ma main posée sur son giron remonte jusqu'à sa hanche, son flanc chatouilleux, vient esquisser du pouce la courbe de son sein, et redescend dans une même lenteur sensuelle pour pétrir plus fermement la chair tendre de sa cuisse et la remonter contre ma hanche.

La lune, le lac, le vent qui bruisse dans les feuillages et concurrences nos ardeurs... nos seul témoins, à moins que la perspective émoustillante de se faire surprendre ne se réalise. Alors, en cette soirée de débauche... laissons nous aller...
© Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Chelsea Davis

avatar

Alias : You can call me queen bee
Age : 23
Messages : 59
Dollars : 81
Date d'inscription : 11/05/2014

MessageSujet: Re: Musique, alcool et... [PV Chelsea]   Dim 30 Nov - 17:27


Closer

Un sourire grimaçant étire ses lèvres lorsqu’il se rend compte de son petit stratagème. C’est puéril cette histoire de veste, elle le sait. Elle joue à la fille frivole, un peu naïve, peut-être parce que c’est ce qu’on attend d’elle ? Soudain, la tension se fait palpable. Le regard de prédateur qu’il lui lance n’y est sûrement pas pour rien. Quelques secondes interminables pendant lesquelles leurs muscles se bandent, l’adrénaline faisant briller leurs yeux. Avant le signal de départ.

Il s’élance, rapidement. Elle est rapide elle aussi, mais perd du temps à faire demi-tour et déjà le voilà qui lui barre la route. Elle se mord les lèvres pour s’empêcher d’éclater de rire, une fossette marquant le coin de sa joue avant qu’elle ne se fonde dans l’ombre des arbres. A cet instant précis, elle se moque de perdre ou de gagner. Elle se contente de courir le plus vite qu’elle peut, ses pieds nus meurtris par les brindilles sur la terre humide de la forêt. Le souffle du jeune homme est saccadé dans son dos, elle imagine ses grandes enjambées, son regard qui ne la quitte pas, concentré sur son but. Elle n’est même pas étonnée lorsqu’elle sent ses bras se refermer autour d’elle, prison électrisante.

Elle entend plus qu’elle ne sent l’eau du lac à leurs pieds, ce qui ne semble pas être le cas de son camarade qui se tend à son contact. Il doit voir qu’elle se moque de lui intérieurement car il murmure une douce menace à son oreille :

« ... Tu vas regretter ça... »

Elle n’en est pas si sûre, mais attend une preuve de ce qu’il avance. Elle lève son menton, reine pleine d’orgueil. Avant de finir une fois de plus la tête sous l’eau. Elle ressort presque aussitôt, pour le voir rire à gorge déployée. Il veut jouer à ça ? Les yeux de la blonde se plissent malicieusement alors qu’elle lui envoie une gerbe d’eau en pleine figure. S’ensuit une guerre aquatique des moins mémorables. Elle ne reconnaît pas ce rire qui s’échappe de ses lèvres, comme s’il appartenait à une autre personne, cachée au fond de sa cage thoracique. Comme si tout son souffle s’échappait de ses poumons, pour être remplacé par un nouveau, plus vivant.

Les deux gamins finissent par quitter l’eau du lac, s’étendant sur la berge l’esprit embrouillé. La belle tente de retrouver une respiration calme sans grand succès. Son sang tambourine contre ses tempes, emplissant son esprit d’une musique étrange. Le garçon au-dessus d’elle l’observe. Cette situation est dangereuse, comme s’ils se trouvaient au bord d’une falaise où ils avaient tous deux envie de plonger.

« Alors... on voulais me quitter si vite? Sans même un au revoir? »

Elle frissonne en sentant ses mains parcourir son corps, le souffle coupé. Son cœur s’affole sans qu’elle puisse le contrôler. Tout son être ne demande qu’une seule chose. Elle l’enlace, collant son corps contre le sien avant de le faire basculer sur le côté. Elle le surplombe quelques instants, plongeant ses yeux gris dans les siens. Ses cheveux humides chatouillent le visage de son amant d’un soir alors qu’elle lui susurre avec malice :

« Jamais sans un au revoir… »

Mais son sourire s’évanouit bien vite. La tension est trop forte à ce stade du jeu pour que le rire s’installe. Et il y a tant d’autres moyens de se divertir… Elle s’approche de son visage avec lenteur et, goûtant à ses lèvres, elle sait que plus rien n’arrêtera la machine.

***

Elle ferme les yeux, ses mains démêlant ses cheveux trempés tout en écoutant les clapotis de l’eau. Après la chaleur, le froid est de retour. Elle sort de sa rêverie pour lancer un coup d’œil espiègle au jeune homme qui se rhabille. Elle ne sait même pas comment il s’appelle. Tant pis. Elle se relève en s’étirant, ses muscles fins roulant sous sa peau.

« J’y retourne, il ne faudrait pas que ma cour s’inquiète. »

Son ton moqueur est suivi d’un petit rire. A l’heure actuelle, elle doit avoir une bonne cinquantaine de messages sur son portable. Quel dommage qu’il soit resté dans sa voiture. Ça lui aura au moins évité une ou deux baignades fatales. Elle s’approche à nouveau de son inconnu, se met sur la pointe des pieds en lui tenant le bras pour claquer un baiser sur sa pommette.

« Adieu, mon amour »

Cette expression rendue grotesque et moqueuse dans la bouche de la blonde la fait éclater de rire, et elle s’enfuit non sans lui lancer un dernier clin d’œil aguicheur. Elle retourne à son monde bien ficelé après cette petite parenthèse de rêve. Loin d’être fatiguée, elle se sent reposée, nouvelle. Une bulle d’énergie entoure son petit cœur envahi par la haine.

Merci.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Musique, alcool et... [PV Chelsea]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Musique, alcool et... [PV Chelsea]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» Tu noies tes chagrins dans l'alcool ? Méfie-toi, ils savent nager. [PV Jennyfer Shepard]
» La musique au Moyen Âge
» SUJET TERMINE - L'alcool, les bêtises, toi et moi. [Allie]
» musique amerindienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG :: Beacon Hills :: Forêt de Beacon Hills :: Le lac-
Sauter vers: