Teen Wolf RPG
Alpha, Beta ou Oméga, et vous que choisirez-vous ?


Forum fermé.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La chasse est ouverte (PV All Hunters)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Henry Argent

avatar

Alias : Human-wolf-hunter
Age : 15
Messages : 51
Dollars : 65
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : à l'école

MessageSujet: La chasse est ouverte (PV All Hunters)   Sam 28 Juin - 21:57




Aujourd'hui, j'ai appris à me transformer. Au début, je pensais retrouver Red à la médiathèque, mais finalement c'est l'étrange dame au parfum de chat qui est venue, et elle m'a emmenée au grand arbre malade, c'est là que j'ai vu mon passé. C'est là que je me suis souvenus de mon enlèvement par mon propre père, un loup, de ce combat entre cette alpha et ma mère, sous une forme étrange, de ce massacre alors que j'étais seul et couvert de sang. Puis j'ai vu les yeux verts de ma propre mère se tourner vers moi, prête à m'achever comme si j'étais aussi un monstre. Lorsque je me suis réveillé de cette transe bizarre, j'étais plus le même. J'étais... quelque chose de nouveau. Lorsque j'avais rencontré Scott la première fois, il m'avait dit que je sentais les loups, et bien il n'avait pas tout à fait tord, mais il manquait quelque chose. Je suis un hybride, tout simplement, un hybride entre un loup et une jaguar, sauf que j'ai été éduqué depuis mes huit ans comme un chasseur, d'où le refus de mon corps de se transformer.

Quand miss Mafdet m'a ramené à la médiathèque, puisque c'était là que oncle Chris devait me récupérer, je l'ai remercié de son aide, tout en me sentant plus que perdu. Comment vais-je annoncer cela à tout le monde? Arrivé à la maison, j'ai appris par Allison que Scott comptait emmener tous les loups de la meute, plus la meute de quelqu'un d'autre, en camp d'entrainement, et bien qu'à son visage, j'ai su que cela ne lui plaisait pas trop, je me sentais encore plus perdu. Bon sang, je vais me retrouver avec tous ces loups, sans pouvoir me cacher indéfiniment alors que cet entrainement est là pour nous aider à maitriser le loup qu'on est censé avoir en soi. Le repas se passa dans un silence tranquille, qui me parut pesant, et lorsqu'il fut l'heure pour moi d'aller au lit, je trainais les pieds jusqu'à ma chambre. J'ai ramassé une pierre sur place, elle est marquée, et elle me donne envie de retourner dans la forêt pour en trouver d'autres, parce que c'est en la prenant que je me suis souvenu de mon passé. M'approchant de la fenêtre, j'observais mon reflet tristement.

Un éclair zébra le ciel, et je sursautais en voyant mon visage couvert de cette fourrure tacheté, preuve de ma différence. J'ai déchiré le rideau sans le vouloir, même l'orage ne me fait plus peur à coté de ce que je vois. Je jette un dernier coup d’œil à ma chambre, et ouvre la fenêtre violemment avant de grimper sur le toit, tout en faisant attention pour descendre. ça me fait bizarre d'avoir des griffes et des poils sur les mains. Je ne sens pour autant aucune différence, pas d'envie de sang, pas de colère, juste de l'incompréhension sur ce que je suis. Je commence à faire quelque pas maladroits, marcher à quatre pattes non plus, n'est pas mon truc. je vais pour poser ma main droite sur les tuiles, quand elle se pose sur quelque chose d'autre, et je pars en avant. J'ai juste marché sur ma fourrure, et j'ai basculé du toit. Je n'ai quasiment rien sentit en touchant le sol, juste une pression sous mes mains et mes pieds. C'est bien, la partie féline de ma seconde moitié me permet de retomber toujours sur mes pattes, ça m'évitera peut-être de me faire mal une prochaine fois. Je lance un regard en biais à la fenêtre de ma chambre, encore éclairée, et m'élance en courant vers la forêt.

J'arrivais rapidement, trop rapidement à mon gout, vers la forêt, je suis tout seul ce soir. La première fois que je suis venus ici, je n'avais aucune crainte, j'étais là pour venger maman, j'étais un chasseur. La fois d'après, j'apprenais à laisser mes sens en alerte avec mon nouvel alpha, et j'avais un espoir de découvrir enfin qui j'étais. J'ai appris aujourd'hui que mon père s'appelait Vincent Keller, que mon être était trop mitigé pour ne prendre qu'une seule apparence, et je suis désormais seul en pleine forêt. Logiquement, je peux aisément me défendre, mais je suis complétement perdu, est-ce que les autres voudront encore de moi? Le chasseur raté, j'aurais due me suicider comme le code le veut, dés que j'ai appris que j'étais un loup, et là, je ne suis finalement pas que cela. Je ne suis même pas capable d'être un petit garçon normal, d'abord chasseur, puis orphelin, et alors que je me découvre une nouvelle famille, que je commence à aller mieux, j'apprends que je n'appartiens à aucune espèce définie, que je suis trop bizarre pour cela. Je me retrouve de nouveau seul en fait.

J'arrivais proche d'un grand arbre, et finis par me rouler en boule à ses racines. J'ai l'impression d'être un énorme animal tacheté, qui se cache dans les longs bras de cet arbre. Je finis par de nouveau me relever, je vacille un peu, avant de me redresser correctement, et je regarde mes mains. Elles sont plus grosses qu'avant, comme celle d'un adulte, couvertes de poils tacheté, et se terminent par de longues griffes noires rétractables. C'est des grosses pattes, en clair, je suis une grosse bestiole. Comment est-ce que je vais annoncer ça aux autres, ou à ma famille? Ils vont mal le prendre, ou alors se moquer de moi. Je ferme les yeux, comme le disait Scott, je me laisse aller à mes instincts naturels, j'inspire l'air, j'hûme les divers parfums de la nature. Un craquement sur ma gauche attire mon attention, et je tourne mon regard vert vers l'origine du bruit. Il n'y a aucun mouvement, pourtant, je perçois quelque chose d'autre. Je plisse les yeux, cherchant à déterminer ce qui ne vas pas, mais je ne vois toujours rien. Un autre craquement, un peu plus au nord, me fit me tourner violemment. Et tout se passa très vite.

Une flèche frôla ma joue, et mon cœur se mit à battre très très vite. Des chasseurs, ils sont là, tout autour de moi. J'évite un autre tir, et me met à courir le plus vite possible à l'opposé des tireurs. Mais pourquoi maintenant? Pourquoi moi? Pitié... Faites que quelqu'un m'aide, je veux pas mourir! J'ai toujours du mal à courir, je m’emmêle les pinceaux, je trébuche un coup sur deux, entre les branches et ma crinière bizarre, j'arrive plus à éviter les obstacles. Allison, Scott, Stiles... quelqu'un... pitié...Miss Mafdet, venez m'aider...

"Alisson..." Pleurais-je alors qu'une nouvelle rafale de flèches me venait dessus.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Je suis une peluche!:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La chasse est ouverte (PV All Hunters)   Jeu 28 Aoû - 12:36

Henry & All Hunters

Let's the hunt begins


 

Il n’y a rien de mieux que de partir en chasse un soir où toutes les étoiles illuminent le ciel. Les créatures le regretteront amèrement, mais après tout, elles n’avaient qu’à faire attention lorsqu’elles le pouvaient encore. Alors, Timi’ ? On prend des haches ou des arbalètes ?

Je ne veux pas participer à ça.

Oh, oui, évidemment. Comme tu ne voulais pas participer au meurtre du psychiatre. Est-ce qu’on va vraiment revenir là-dessus ? Parce qu’on en a déjà discuté et tu es aussi responsable que moi. Timothy ? Tu m’écoutes quand je te parle ?!



Quelle petite nature, râlai-je en prenant mon arbalète à la main. A ce geste, la lame de mon couteau attaché à ma ceinture m’effleure le creux des reins, douce sensation qui me rappelle de réajuster mon arme. Une fois fait, je me tourne vers mon armurerie. Il n’y a pas à dire, si je veux ramener une fille dans mon petit appartement, j’ai intérêt à planquer mon attirail. Et on ne sait jamais, les flics pourraient avoir envie de faire une descente lorsque j’aurais commencé à nettoyer Beacon Hills. Cette ville semblait être  le point où toutes les créatures échouaient, du classique loup-garou aux plus étranges, comme le Kanima. J’étais en fait bien content que cette bestiole là soit partie. Les trucs avec les écailles, ce n’est pas ce dont je raffole le plus. M’enfin. Me dirigeant tout droit vers mon matelas, je le soulève de ma main libre et attrape deux carquois que je balance négligemment sur mes épaules. Ils ont beau être remplis d’une vingtaine de flèches chacun, je me sens beaucoup trop léger. Mon fidèle Spas 12 semble m’appeler et comme par magie, il se retrouve contre ma hanche, pendant contre ma jambe. Ce n’est pas très sûr, mais lorsqu’il s’agit de ce fusil, je suis faible d’esprit. Et je vis pour le risque.  Si je n’aimais pas ça, je n’aurais certainement pas envahit la tête de ce pauvre Timothy, ni même continué sur la voie de Chasseur.

Je suis un esprit vil, élevé dans un espoir de violence.  Pour moi, il n’y aura pas de lumière blanche au bout du tunnel, mais une traînée de sang. Et d’en bas, parce qu’il est évident que je n’irai pas au Paradis, je me délecterai joyeusement du chaos que j’aurais créé. Je serais admis au rang des VIP.

Assez bavardé, les bêtes vont s’impatienter.  Ecouteurs dans les oreilles, radio branchée sur la station des policiers. Deux flics semblent discuter à distance de leurs femmes dans des thermes pas tendres du tout. Je me marre tout en marchant vers la forêt. Pirater la station du poste de police a de loin été l’une des meilleures idées que je n’ai jamais eue. Les habitants de cette ville pourrie appellent ces flics tout aussi pourris et parlent d’une voie paniquée « Oh mon dieu, j’ai vu une sorte de bête, oh mon dieu, elle était vers la forêt et elle semblait humaine et animale à la fois, seigneur, je fais une crise de stress ! »
Sans rire ! C’était vraiment l’un des coups de fil qu’ils avaient reçu. Mon arme tape doucement le long de ma jambe, au rythme de mes pas. La laisser aussi visible  n’est pas très subtil, mais après tout…  Allez au supermarché un matin où vous n’êtes pas très réveillé et vous tomberez nez-à-nez avec une mère qui porte un fusil d’assaut en bandoulière. Tout le monde se fout que vous aillez un flingue, ici. Tout est norm...

Tu as oublié ton couteau de secours et tes clopes.

Ah. Bon. Demi-tour, dans ce cas. Je ne pensais pas que tu ferais un jour une remarque qui me permettrait de rester en vie, Timothy. Tu sais, en bonne santé. Physique, du moins, parce que mental... C'est déjà foutu. Aha !
Oh, allez, fais pas la gueule. On va défoncer des méchantes bêtes ! On s'amuse bien !
Tim' ?



Raaaah ! Je déteste quand tu fais ça ! On ne peut jamais avoir une discussion neutre ensemble !


*
Bon, j'ai enfin tout ce qu'il me faut. Heureusement que Timothy peut s'avérer utile, parce que sans mes clopes, j'aurais été super malheureux. Ouais ouais ouais, je confesse : j'utilise parfois mes cigarettes pour torturer les créatures sans défenses que je chasse. C'est mon pêché mignon, voilà. Tout le monde en a un, non ? Le chocolat, la glace à la vanille, le whisky... Chacun son truc. Comme disent la plupart des psychopathes : Seul Dieu peut me juger... Et dans mon cas, il aura du boulot le temps venu !

Les premiers arbres se dressent rapidement devant moi, grands, majestueux. Comme pour m'inciter à avancer, le vent se lève. Mon visage se fend d'une grimace. Si la créature a été entraînée, le vent ne jouera pas en ma faveur. Je fourre rapidement mes écouteurs dans la poche de mon jeans noir, qui est uni avec mon T'Shirt. Ça contraste avec ma tenue orange des TIG, ce qui est largement suffisant pour apprécier cette couleur.

Je ne m'éloigne pas du sentier pour le moment. S'il y a un problème, je retrouverais la sortie facilement. Je n'ai même pas le temps d'établir un plan que je la vois. Drôle de créature, ricanai-je pour moi-même. Pas assez étrange pour que j'hésite à lui tirer dessus, bien évidemment. Le plus délicatement possible, j'attrape une flèche dans l'un des carquois. Un craquement s'échappe de sous mes pieds. Merde. Je m'immobilise, le cœur battant. L'adrénaline commence tout juste à courir dans mes veines. L'animal ne bouge pas plus que moi. Un autre bruit se fait entendre un peu plus loin. Visiblement, je ne suis pas le seul chasseur à avoir eu envie d'une petite effusion de sang à la lumière de la lune. Bien. Je partagerais ma proie. Mais je serais le premier à tirer. Et c'est ce que je fais.

Je peux entendre très clairement le bruit de ma flèche briser le calme de la scène, rapidement suivit par d'autres. Nous sommes visiblement arrivés de telle manière qu'il ne reste qu'une issue à la créature : un petit lac naturel en contrebas d'un mur de roche. En d'autres termes, il est perdu, sauf si d'autres bêtes comme lui décident de venir l'aider. Heureusement, les Chasseurs ne tirent qu'avec des flèches pour le moment, courant derrière l'animal. Cette dernière trébuche plusieurs fois mais se relève à chaque fois. Lâchant un grognement et luttant pour garder mon souffle, j'arme de nouveau mon arbalète et tire. Sept flèches atteignent leur but, mal réparties sur le corps informe devant nous. Elle ralentit le rythme à cause de la douleur, tout comme les chasseurs. Lentement mais sûrement, nous l'encerclons.



N & T

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La chasse est ouverte (PV All Hunters)   Dim 31 Aoû - 13:21

En regardant mes armes, je me rends compte que pour une ville énorme remplies de surnaturel, je n'ai pas du tout assez. Il faut que je m'achète, des nouvelles lames, plus fines et plus tranchante. Ce matin donc, je suis parti en quête de nouvelles dagues ou encore diverses lames comme un kodachi. Je suis tombé malgré moi sur le magasin de mes rêves en villes. Je ne savais même pas son existence, mais vu les circonstances de cette ville ça ne m'étonne moins en faite. Je pris les lames qui me plaisent à vu d'œil et de facilités de mouvements. En sortant de la, je porte sur le dos emballé d'une housse un tachi. Elle me rappelle beaucoup mon katana que j'ai malheureusement laissé chez moi.

Plus la journée passe et plus j'entends des rumeurs circulées parmi les policiers entre autres et les passants. Je ris au passage de ces gens dans le noir total. Des chiens dangereux, mais qu'ils le pensent surtout, cela nous éviterait bien des ennuis. Un troupeau de policiers roule sur la rue, mais l'un des combinés s'arrête à côté de moi. Je le fixe et il sort de sa voiture, main appuyée contre son pistolet, le second qui se trouve au volant fit de même en se rapprochant doucement.

"Monsieur, qu'est-ce que vous trimbalé là"
Cela ne se voit pas que se sont des lames ?

Je ne pensais pas si stupide un policier, mais tout de même, ça ne se voit pas que je porte des épées ? Enfin bref, je lui montre mon permis de port de lames et ils me regardent d'un œil suspicieux en le regardant sur toutes les coutures. Ils me le rendent au bout de plusieurs minutes et me laissent tranquille. Je rentre vite chez moi en prenant soin de ne pas être suivi par je ne sais qui. Je lance mes nouvelles acquisitions sur mon matelas et sors un tiroir de ma commode. Je les range minutieusement tout en gardant mon tachi et mon ninjato qui se trouve à ma ceinture.

Ce soir est une nuit de chasse pour moi. Et il faut que je me prépare correctement. J'apprête donc mon katana que j'attache soigneusement en compagnie du tachi pour faire une croix. Je teste la facilité pour les retirer d'une traite et bingo tout marche comme sur des roulettes. Je mets à la ceinture un ninjato et une dague a la cheville coincé dans la chaussure mis a couvert sous le jean. De retour dehors, j'entends encore des bribes et les suis sans but précis, elle m'amène à la forêt, m'enfonçant profondément à l'intérieur, je regarde autour de moi. Tapis dans les fougères, je fais du bruit sans m'en rendre compte, je m'aplatis et entends fendre les airs une flèche, j'observe la scène et un hunter m'a devancé. La créature est tellement que je n'ai même pas de mot à mettre dessus. C'est la première fois que je vois une telle chose. Elle s'évade et je cours après celle-ci, elle couverte de flèches. Profité qu'elle soit a terre, n'est pas fair-play, mais le sont-elles avec des sens décuplés ? Je ne pense pas non. Un cercle se forme autour d'elle de chasseurs hargneux et d'autre-là pour le fun. Une telle bête, elle doit mourir... Je me redresse arcade levé et observe le chasseur un peu perso.

Partage donc un peu ...
Revenir en haut Aller en bas
Louise V. Argent

avatar

Alias : The Honest Hunter
Age : 17
Messages : 128
Dollars : 142
Date d'inscription : 19/08/2014

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte (PV All Hunters)   Dim 31 Aoû - 15:02






La chasse est ouverte












All Hunter




Le soleil passait à travers les volets et striait la chambre de grandes bandes de lumière. La chambre de Louise était plus tôt grande, le toit passant juste au-dessus, obligeait Louise à faire attention chaque matin en se réveillant. Le bureau était proche de la porte, sa penderie était positionnée sur toute la longueur de la chambre. Le lit bordeaux était à terre à cause du toit, une petite banquette était collée à la fenêtre. Louise et sa passion pour la photographie avait suffi pour décorer toute la chambre, un des plus grands murs était recouvert de photos, des amis, des paysages, toute sorte de choses qu'elle trouvait jolie à photographier, mais aussi de mots, de souvenirs. Louise dormait paisiblement dans son lit, la couverture à moitié sur elle, Louise avait toujours chaud pendant la nuit et bougeait beaucoup, quand le réveil sonna. On avait beau être un dimanche, sa mère avait beau s'occuper ce jour-là entièrement de ses petits frères, Louise se levait tôt pour pouvoir aller s'entrainer. Louise éteignit le réveil, pris un grand sac noir de sport, l'ouvrit pour vérifier qu'il y avait bien toutes ses armes, s'habilla et sortit de sa chambre. Louise descendit doucement les escaliers pour ne réveiller personne, sortit de sa maison en fermant à clé.

Elle courut jusqu'à la distillerie abandonnée et commença son entraînement. Quelques tours de distilleries au pas de course, puis des échauffements, des étirements, des assouplissements. Ensuite, le travail des armes, couteaux, fusil, arbalète. Louise travaillait beaucoup plus le couteaux que les autres armes, elle se sentait plus à l'aise avec cette arme. Elle finit toujours par le combat au corps à corps, elle maîtrise presque toutes les différentes techniques de combat. Elle avait fini de s'étirer, il commençait déjà à faire nuit, Louise s'entraînait toute la journée si elle le pouvait. Quand un chasseur rentra et vient la prévenir :

"- On aperçut une bête qui rôde, l'alerte a été donnée à tous les chasseurs"

Houlà ! Si tous les chasseurs avaient été avertit c'est que ça ne rigolait pas, cette bête devait soit être nouvelle, soit dangereuse. Louise alla attraper, son fusil à pompe, des balles, plusieurs couteaux. Elle suivit le garçon jusqu'à dehors, celui-ci repartit vers la ville pour prévenir les autres. Louise, elle s'aventura dans la forêt dans le but de retrouver cette bête. Elle cherchait sans trop savoir quoi chercher, quand elle entendit beaucoup de chasseurs tirer, des flèches et des balles. Louise commença à courir vers l'endroit en question. Il faisait nuit, elle ne voyait décidément pas grand-chose. Elle se demandait ce que cette bête avait bien pût faire ou qui était-elle. Les chasseurs avaient-ils une bonne raison pour la chasser, Louise allait voir cela par ses propres yeux.

Après cinq cents mètres parcourut, elle s'aperçut que le bruit des chasseurs venait vers elle, donc les chasseurs se dirigeaient vers elle, par déduction la bête aussi s'approchait d'elle. Louise se cacha dans le creux d'un arbre, pour espérer apercevoir la bête et mieux savoir qui elle est. La bête ne vient jamais, seule quelques minutes plus tard elle vu le groupe de chasseurs. Elle sortit doucement du creux de l'arbre, après avoir retrouvé son souffle perdu à cause de sa course, mais aussi de son petit coup de stress causait par la direction empruntait par les chasseurs. Louise déclara :

" salut les chasseurs, on a affaire à quoi ?"


Les chasseurs n'avaient pas l'air fatigués. Ils avaient l'air plus tôt content qu'un nouveau chasseur arrive, il est vrai que plus on est, plus on y arrive bien.

 







© Méphi.



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Tu trouveras, dans la joie ou la peine, ma triste main pour soutenir la tienne, mon triste cœur pour écouter le tien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La chasse est ouverte (PV All Hunters)   Lun 10 Nov - 20:57

La chasse est ouverte (All Hunters)





Il y avait une brise; une douce brise qui me caressait les cheveux doucement, presque tendrement. Et une odeur de pin. Une odeur de pin qui monta dans mes narines dès que j'entrais dans la forêt. J'inspirais et expirait profondément et me laissait envahir par mon environnement. C'était la première chose que mon père m’ait jamais appris. Se laisser envahir par son environnement, en ressentir chaque fibre. Je m’humectais les lèvres et craquais ma nuque.

La faible lueur de la lune éclairait à peine mon visage, mais la lumière ne m’était d’aucune utilité en ce moment. Chaque armes, chaque endroit où elles se trouvent et de quelle manière elles fonctionnent, je les connait pas cœur tellement je les ai maniées ; dans le noir total ou sous la neige ou sous la pluie ou même sous un soleil brûlant. Tous les gestes m’étaient désormais mécaniques, je les exécutais sans y penser, parfois même sans le contrôler. D’après mon père, c’était le signe qu’un chasseur était devenu un bon chasseur. Je n’ai jamais partagé son opinion, mais n'en ai jamais rien dit.
 
Ma main droite caressa l’arme à ma ceinture d’un geste presque affectueux et un sourir naquit sur mon visage à ce délicat touché. Certains chasseurs n’aiment pas se servir d’armes à feues, privilégiant parfois l’arbalète ou l’arc ; pour ma part, le pistolet à toujours été mon arme de prédilection. Mais ce soir, ce ne sera que mon arme de second choix. Une branche craqua non loin et je pris mon arc dans mes mains, prête à l’utiliser à tout moment.

Les feuilles craquèrent silencieusement sous mes pieds, encore trop bruyante pour que je n’entente rien, ainsi que les bêtes. Je grimaçais mais continuais tout de même ; pas question de s’arrêter là. Je continuais ma marche silencieuse, m’éloignant peu à peu du sentier alors que je m’enfonçais de plus en plus dans la forêt sombre.
 
Les arbres dansaient doucement autour de moi, tel une haie d’honneur, tous en rythme et en accord parfais. Leurs ombres se dessinaient par terre, me surplombant de toute leur hauteur.
J’entendis alors des bruits de flèches fendant l’air et ma main agrippa un peu mon arc. Il était temps.

Et soudainement, je m’arrêtais. Devant moi : un troupeau de chasseurs, tous munis de différentes armes, un air déterminé sur leurs visages. Ils encerclaient une bête située encore trop dans la pénombre pour que je puisse l’identifier.

Ils ont sûrement déjà attrapés la bête dont j’ai entendu parler. Je le savais, j’aurais dû venir plus tôt !

D’un pas résolu mais toujours aussi silencieux, je m’avançais vers la troupe. La nuit n’était pas encore terminée, loin de là même, et un chasseur de plus ne leur ferait sûrement pas de mal, après tout.

« Je peux me joindre à la fête ou il faut présenter une carte d’invitation ? »

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Henry Argent

avatar

Alias : Human-wolf-hunter
Age : 15
Messages : 51
Dollars : 65
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : à l'école

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte (PV All Hunters)   Sam 29 Nov - 23:13



Je cours, comme je le peux, mes pattes ne cessent de s’emmêler avec ma crinière et ma queue, je n'arrête pas de trébucher. Je ne sais même plus où je vais, pourquoi... La douleur explose dans tout mon corps comme un feu d'artifice, et j'ai l'impression que le souffle me manque atrôcement. Il n'y a plus qu'un bruit sourd qui vrille mes tympans, je ne perçois même plus le sifflement des flèches, ou celui des balles. La seule chose que je parviens à sentir, c'est l'odeur de mon propre sang qui s'écoule de chacune de mes plaies. Je ressens encore la gène de cette pointe de flèche, probablement empoisonné vu l'odeur d'aconit, les autres sont tombées... J'ai toujours aussi mal, et chacun de mes muscles me fait souffrir le martyr. Je ne suis pas sur d'avoir compris ce qu'il se passait... J'étais là, tranquille, et brusquement, ils étaient tous autour de moi. Et je n'arrivais pas à reprendre forme humaine... je n'arrivais pas à m'exprimer, et seule la peur m'envahissait. J'ai enfin compris... Je m'en veux à présent, je m'en veux d'avoir traqué et tué ces loups-garous les années passées... Je m'en veux, parce que je comprends enfin leur détresse...

Les chasseurs... mes confrères... peut-être même certains de ma famille, arrivent tous de nulle part, j'ai l'impression qu'il en sort chaque fois que je bifurque entre deux arbres. Je n'arrive toujours pas à courir normalement, c'est comme si j'avais attaché mes lacets entre eux... sauf que je ne suis plus humain... Non, je suis moi, Henry Argent, fils de Kate Argent et Vincent Keller... Un hybride d'on ne sait quelle créature surnaturelle... et je ne ressemble à rien de connu. Je trébuche à nouveau sur ma crinière tacheté, et m’emmêle les pattes. Ma tête heurte une pierre sur le chemin sinueux... J'ai évité de percuter une arbre... Un sifflement sur ma gauche me dit qu'il faut que je me relève au plus vite, et c'est ce que je tente de faire. Mais mes reins me font atrôcement mal, et un gémissement affaiblit sort de mes babines. Je serre les crocs, lorsqu'une balle percuta ma patte arrière gauche. Mince... c'est juste... Horrible... Le souffle haletant, je tente de me relever, et la douleur se fait ressentir à plus forte dose... Je grogne... je couine... Je pleurniche...

Je parviens à me relever, et des larmes coulent de mes yeux striés verts, j'ai envie de hurler, mais je ne le peux pas, et je me remet à courir. Je n'arrive toujours pas à synchroniser ma course, et si je ralentis, je tombe, mais si j'accélère trop, je tombe... Et mon sang s'écoule toujours le long de ma fourrure tachetée. Je tourne à droite en arrivant à un chêne, et le visage meurtrier d'un des miens apparait... Un chasseur armé de lames me regarde comme si je n'étais qu'un steak. Je panique, les larmes roulent, et je me détourne de lui le plus rapidement possible... Je continue de courir, j'ai mal, aux pattes, au ventre, au dos. J'ai l'impression que tout va s’arrêter sous peu... la tête me tourne, je n'arrive plus à déglutir correctement. Et je n'arrête pas de me claquer la machoire tout seul... D'autres tirs, je les esquive plus ou moins... Mais deux flèches me frôlent, et la douleur explose de nouveau comme un feu ardent. J'accélère l'allure, et je finis une fois de plus par trébucher sur ma crinière trop longue. Mon crâne percute un tronc, et je vois des étoiles quelques secondes. J'essaie de me relever, mais l'odeur de la poudre survient, ils sont tous là, autour de moi... C'est terminé... Je me relève à peine... Je me retourne, et je plante mon regard émeraude dans le leurs... Traitres... Monstres... Pardonnes-moi Allison... De ne pas être digne de notre famille... Les coups de feu retentir, et je baissais les paupières pour ne pas voir la mort arriver...

Attends-moi maman... J'arrive...

Henry face:
 

Un bruit d'acier strident me fit grimacer, mais je ne sentis aucune douleur... Elle était là... elle était venue...

Allison...


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Je suis une peluche!:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allison Argent
Administrateur
avatar

Messages : 644
Dollars : 811
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte (PV All Hunters)   Dim 30 Nov - 18:37


Sauver Henry ; je te retrouverais.

PV  hunters


« Henry ? » avais-je questionné le vide en entrant dans la chambre de mon cousin quelques temps après le dîner. J'étais rentrée chez moi au crépuscule et y avait retrouvé autant mon père que celui que je considère comme un petit frère. Je voulais lui parler, lui demander comment sa journée s'était passée, s'il n'avait pas eu de soucis et s'il aimerait qu'on regarde un film ensemble ce soir. Depuis l'aveu de son secret, j'aimerais pouvoir dire que rien n'avait changé. Mais si, tout avait changé. Je le voyais comme un petit garçon normal que je voulais protéger de toute cette histoire qui m'avait tant pris. Pourtant, il était plus qu'une carte dans cette histoire. Il était une énorme partie car maintenant que je savais ce qu'il était vraiment, il sera toujours dans mes priorités. Le petit garçon que je voulais tenir au dernier rang se retrouve d'un seul coup au premier.
Malgré cela, je refusais que cela affecte notre relation. Nous étions de la famille et cela ne changera jamais.
J'avais fouillé la pièce du regard, la lumière était toujours allumée et la chambre était encore « ordonnée ». Personne à part nous n'était venu dans sa chambre. Au second regard, quelque chose m'avait frappé : la fenêtre était ouverte. Il était sorti alors qu'il faisait sombre dehors. Pourquoi ? Je m'étais approchée de celle-ci et avait découvert une déchirure sur le rideau. Des déchirures semblables à des griffes. La panique avait commencé à monter en moi, Henry avait réussi à se transformer ?! Si c'était bien le cas, pourquoi ne me l'avait-il pas dit tout à l'heure ? J'avais commencé à regretter de ne pas avoir engagé notre conversation plus tôt mais je voulais que ce soit normal, comme avant, juste lui et moi. Et alors que j'étais dans la voiture, en route pour la forêt, je ne pouvais empêcher la culpabilité de me ronger. Les chasseurs rôderont sûrement ce soir et Henry vient à peine de se transformer. Il faut vite que je le retrouve. Il est en danger. Pourquoi ne suis-je jamais là pour lui ?

Je me garai en plein milieu d'un sous-bois, descendis de la voiture en trombe et ouvrait le coffre pour récupérer mon arc et mon carquois de flèches. J'arrêtai ensuite la voiture, laissant mes yeux s'habituer à la pénombre de la nuit.
Je me faufilai entre les arbres, tous les sens aux aguets pour capter le moindre mouvement. Je hurlai de temps à autre le prénom de mon cousin sans, bien évidemment, de réponse. Je marchai, morte d'inquiétude, sans pouvoir ne rien faire. Et ceci dura une bonne demi-heure.
Des bruits m'avaient alertés. Il y avait du mouvement dans la forêt. J'entendis des tirs de flèches et, concluant que je n'étais pas loin d'eux, je tournai la tête dans la direction du bruit et aperçu des silhouettes sombres, faiblement éclairées par la lumière de la lune. Au centre de plusieurs silhouettes humaines, une petite silhouette animale trônait. Mon cœur fit un bond dans ma poitrine. Et si c'était sur Henry que ces personnes tiraient ? Je me précipitai vers lui, ayant eu le temps d'entendre un coup de feu. M'arrêtant à quelques mètres de la bête, j'encochai une flèche et tirai vers l'une des silhouette. Je ne voyais pas assez clairement pour désarmer aussi je visai une jambe. Je tirai ainsi plusieurs flèches, l'une vers chaque personne et avançai vers l'animal. Proche de lui, je reconnu des traits humains sous la forme féline. Des traits que je reconnaîtrai entre tous. Henry.

- Henry ! m'exclamai-je en le voyant blessé ainsi.

La colère monta en moi et je levai la tête vers les personnes en face de moi : des chasseurs. Je serrai mon arc dans ma main. Mon visage se crispa de haine pendant un instant.


- C'est mon cousin, un Argent, crachai-je, vous vous apprêtiez à tuer l'un des nôtres ?


Je leur lançai un regard noir puis retournai vers Henry. Il était dans un état pitoyable. Mais il s'en sortira. Il guérira. Je ne laisserai jamais la mort me le prendre.


Codage par Narja pour Never Utopia

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolfrpg.forumsactifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La chasse est ouverte (PV All Hunters)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La chasse est ouverte (PV All Hunters)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MISSION] Les rebelles de la forêt : La chasse est ouverte !
» La chasse est ouverte (PV All Hunters)
» La chasse est ouverte... YATA!!!!!! [PV Sybille]
» [capture de familier] La chasse est ouverte !
» [Rp combat] Damaz vs Jerenn; chat ailé vs fantôme armé... la chasse est ouverte !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG :: Beacon Hills :: Forêt de Beacon Hills :: Chemin principal-
Sauter vers: