Teen Wolf RPG
Alpha, Beta ou Oméga, et vous que choisirez-vous ?


Forum fermé.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Esteban Laureens

avatar

Messages : 164
Dollars : 199
Date d'inscription : 07/06/2014

MessageSujet: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Mar 26 Aoû - 10:11


Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]


J'avais été invité à une soirée par une fille du lycée, une fille que je ne connaissais pas vraiment en faite. Mes ses yeux se ruaient sur moi à chaque fois que je traversais les couloirs, ça, je le savais puis ce n'était pas la seule fille qui le faisait et j'avais pris l'habitude à force. Ne pensez pas que je suis en train de frimez ou de me venter, non, ce n'est pas mon genre en plus. Je me posais la question << J'y vais ou pas ? >> je pris dix bonnes minutes à y réfléchir, et j'avais décidé d'y aller. Je me dirige vers mon armoire, l'ouvrai et pris un pantalon suivi d'un T-shirt. C'était simple comme tenue, mais j'allais à une simple soirée, c'est tout. Je partis me laver et m'habillai ensuite, je n'arrangeai pas mes cheveux, je les avais laissés en bataille, mais cela resta comme même beau voir assez sexy enfin pas trop quand même, mais ça l'était juste un petit peu.

Une fois prêt, je descendais. Je prévenu mon ère et sorti de chez moi. Ma mère était cool à se sujet tout ce qu'elle voulait c'est que je me fasse des ami(e)s elle donc. Mais, je ne cherchais pas vraiment à en avoir, ni de petites copines d'ailleurs malgré ces filles mignonnes qui me courraient après et puis je n'avais rien vu en elles. Le jour où je verrais quelque chose chez une fille, je tenterais quelque chose, mais, t'en que je n'aurais rien vu, je ne ferrais rien.

J'arrivais à destination, je regardai autour de moi, on entendait la musique de dehors ... Et en plus, la musique en question n'était pas de la bonne. Je roulais des yeux et m'avançai vers la porte, j'ouvris la porte et rentrai. Ça puait l'alcool, mon dieu. Je reconnus un gars, je l'avais déjà vu en cours, mais au moins en cours, il n'était pas bourré, je m'approchai de lui et lui demandais si ça va, il me répondit en vomissant heureusement, je m'étais reculé à temps. Je secouai la tête et l'emmenai dehors pour qu'il prenne l'air. À cette heure-ci plus personne n'était dehors donc ça va. Je regardai le gars en soupirant, quelle idée aussi, se bourrer la gueule jusqu'à vomir, les gens pouvaient faire des trucs débiles des fois. Le gars me remercia en me bousculant, je n'allais pas m'énerver pour si peu, mais il me provoquait par la suite. L'alcool faisait son effet, malheureusement. Je réussissais à garder mon calme quelques minute puis lâchai un grognement, j'avais fini par en avoir marre. Il me donna son poing en pleine figure, mais je sentis presque rien je lui rend son cou ... Par contre, lui l'avait senti. Je le laissai là, il le méritait de toute façon. Je marchais loin de cette maison. Je ne savais pas où j'allais d'ailleurs. J'essayais de me calmer en marchant, je jetais un coup d'œil derrière moi plusieurs fois, depuis que j'avais été mordu j'avais pris l'habitude de le faire car le loup qui m'avais mordu, m'avais mordu par-derrière et il m'avais d'abord suivi.

J'arrivai dans une rue calme, je soupirais et allai m'asseoir sur le pas de la porte d'une maison me calmant un minimum. Je regardai autour de moi, cette rue n'avait aucune vie, elle était trop calme. Après quelques minutes, j'entendais le bruit d'une porte s'ouvrir, et cette porte, c'était celle qui se trouvait derrière moi. Je me relevai directement et vu une blonde aux yeux bleus, elle était très jolie à mon goût, je la regardais.

- Oh, excuse-moi. Je vais ... Je vais aller plus loin. J'étais gêné, mais à la fois ébloui par la beauté de la jeune fille. Encore désolé.

Je lui souriais et me retournai à moitié. Je n'allais pas partir sans connaitre son nom, je voulais le connaître. Je la regardai.

- Juste, quel est ton prénom ? Je veux savoir. Ça peut te sembler bizarre, mais voilà, je ne veux pas partir sans connaître le nom d'une si jolie fille.

Ces paroles étaient sorties toutes seules de ma bouche, je me tus un instant. J'étais vraiment gêné d'un coup.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Esteban Laureens
Un regard. Ce regard. Je suis tombé sous le charme grâce à ton sourire. Comme quoi, l'amour  c'est pas si con. Je pense à toi, jour comme nuit. Je t'aime, tout simplement.  ©️ sweet peach
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayla Swan

avatar

Age : 20
Messages : 113
Dollars : 133
Date d'inscription : 24/06/2014
Localisation : Cheeez moiii :face:

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Ven 29 Aoû - 18:14

Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes.
♣♣♣
Cette soirée s'annonçait extrêmement pathétique et ennuyeuse. Je scrutais mon téléphone toute les cinq minutes,  regardant l'heure, espérant qu'un message miracle arriverait et me sortirait de ma lassitude. Il était à peine dix huit heure, et j'étais déjà en pyjama et chaussons blottie dans mon canapé devant la télé à zapper chaque chaines. Comment je faisais toujours pour me retrouver seule un Vendredi soir alors que j'étais en week-end ? Il fallait dire que je ne connaissais pas grand monde dans cette ville, j'étais un peu la petite nouvelle mystérieuse.. Les gens fixaient souvent sur moi des regard étonnés l'air de dire "elle vient d'où celle là avec son petit sourire en coin et ses deux yeux vairons ?" Et puis il fallait dire, j'avais parfois des manières un peu grotesque, certainement dû au fait que je n'est pas grandit dans une grande ville moderne comme la plupart des jeunes de mon bahut. Alors voilà. C'est ça de changer de vie, je devais avouer quand venant en Californie, je ne m'attendais pas du tout à tout ça. Déjà le climat, nettement plus chaud qu'en Alaska ! Puis le style vestimentaire, la mentalité, les boutiques, et même les établissements scolaire. Tout ça était si différent ! Mais je finirais bien par m'habituer, et puis il fallait dire qu'Aria m'aider un peu dans ma solitude, c'était vraiment une amie sincère en qui je savais que je pouvais faire confiance.
L'alarme de mon micro onde résonna dans toute la pièce, m'annonçant que ma purée steak surgelé était fin prête et que je pouvais déguster en toute jouissance mon délicieux repas. Je soupirais en regardant l'espèce de gélatine jaunâtre qu'était ma purée et la masse grisâtre qu'était mon steak. Mais j'avais tellement faim que je ne prit pas le temps de réfléchir et dévora mon plat en moins de temps qu'il n'en fallu. Il fallait dire que je préférais carrément la viande fraîche des lapins que j'attrapais en Alaska, ou même des cerfs tiens ! J'étais un peu étrange comme fille. On me le disait souvent, mais personne ne me connaissait vraiment. Surement avaient-ils peur de me connaître, d'être déçu de ma banal personne. Je n'avais pas vraiment de motivation cette année si ce n'était de retrouver cette homme du nom de Mc Call. Et peut-être me faire de nouveaux amis, et pourquoi pas un peu profiter de ma vie et flirter avec quelques garçons ?
Alors que je m’apprêtais à aller me brosser les dents et dormir, j'entendais un bruit étrange venant du bas de l'appartement, surement encore un de ces clochards mendiant. Je jeta un coup d'oeil à la fenêtre et remarqua un silhouette robuste et élancé. Mes yeux pétillèrent. C'était un jeune ! Mais que faisait-il en bas ? A cette heure ci ? Je ne pris pas le temps de réfléchir, et sortit comme ça, complétement au naturel, mon pyjama deux pièce blanc rayé, mes yeux démaquillés et mes cheveux bouclé doré qui retombait jusqu'au bas de mes épaules. J'avais beau être au naturel, on m'avait souvent trouver belle aussi comme tel. Je descendis donc. Je ne voulais pas le laisser dehors par un temps pareil ! Le pauvre. Lorsqu'il me vit, je vis ses yeux pétillaient à leur tours, et me sentis un peu embarrassé en sentant son regard fixé sur moi. Il me dit quelque paroles plaisante, s'excusa en bredouillant un peu et me demanda mon prénom sans manquer de me faire des compliments. C'était dans la poche ! Ce garçon serait une cible parfaite pour un flirt, moi qui n'avait rien à faire de ma soirée me voilà comblée ! Je lui fit mon plus beau sourire éblouissant avant de répondre, sur un ton bas. Le désir brûlait dans mes yeux vairons. "Et bien, c'est inattendu de voir un si beau mec sur les escaliers de mon appart. J'esquisse à nouveau un sourire, décontractée. Je m'appelle Ayla, je crois qu'on est dans le même lycée non ? Désolé pour ma tenue des plus.. ringard, mais je ne m'attendais pas à avoir une pareille visite! Tu veux monter ? Il fait un peu froid ce soir, et puis tu me prêteras compagnie! Moi qui n'avait rien à faire, me voilà servit" Je lui fit un clin d’œil malicieux puis lui désigna l'entrée de ma maison en ouvrant grande la porte. J'espérais qu'il n'y avait pas trop de bordel, à priori c'était bon.  

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Laureens

avatar

Messages : 164
Dollars : 199
Date d'inscription : 07/06/2014

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Ven 29 Aoû - 22:54


Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]


La jeune et jolie fille, je tiens à préciser était en pyjama, elle n'était pas maquillée, mais ça ce n'était pas un détail important puisque même sans maquillage, elle restait jolie, j'espérais ne pas l'avoir réveillé en faisant un bruit. Mais, elle n'avait pas la tête de quelqu'un qui venait de se réveiller, mais plut tôt de quelqu'un qui n'avait rien à faire de sa soirée et qui s'ennuyait.

Elle souriait, c n'était pas qu'un simple sourire ... C'était un sourire éblouissant, oui, il m'avait ébloui. Je ne pouvais que sourire en retour. Je voyais le désir dans ses yeux, mais quel désir ? Le désir de quoi ? Elle me répondit, elle ne me donna pas seulement son nom, elle me donna plus que ça.

- Et bien, c'est inattendu de voir un si beau mec sur les escaliers de mon appart. Je m'appelle Ayla, je crois qu'on est dans le même lycée non ? Désolé pour ma tenue des plus... Ringard, mais je ne m'attendais pas à avoir une pareille visite ! Tu veux monter ? Il fait un peu froid ce soir, et puis tu me prêteras compagnie ! Moi qui n'avais rien à faire, me voilà servit.

J'affichai un sourire amusé en l'entendant, j'étais surpris des ses paroles, mais je ne le montrais pas. J'étais surtout surpris qu'elle me propose à monter, elle ne me connaissait pas, elle ne connaissait même pas mon prénom. Je haussai un sourcil. J'avais aussi été surpris du compliment qu'elle m'avait fait.

- Tu laisserais entrer un inconnu chez toi, comme ça ? Ce n'est pas prudent du tout ça. Mais, c'est vrai que j'aimerais te porter compagnie, je ne te le cache pas. Et au fait, pour ta tenue, tu n'as pas à t'excuser ... Ce n'est pas ringard, c'est juste un pyjama puis tu restes belle donc. Que veux-tu dire par une " Pareille " visite ? Je suis un simple gars, tu sais ? Je n'ai rien de spécial.

Elle me fit ensuite un clin d'œil et me désigna l'entrée, je m'avança et la regarda l'air de dire << je te laisse passer, après tout c'est " Les femmes d'abord ".>> je ne perdais pas mais bonne manière même en compagnie de belle jeune fille. Ayla rentra donc en première et je la suivis, elle referma ensuite derrière nous. Je regardai autour de moi, il n'y avait pas trop de bordel, ça allait comparer au bordel qu'il y avait dans ma chambre. Je regardais Ayla en souriant.

- Au fait, moi, c'est Esteban ! Esteban Laureens. Et oui, il me semble que nous sommes dans le même lycée, mais je ne t'ai jamais croisé ou je n'ai surement fait attention. Je regrette de ne pas t'avoir rencontré plus tôt, d'ailleurs. Mais, tu sais, je ne me fais pas vraiment d'ami comme ça et puis, je ne trouve pas vraiment les gens intéressants pour l'instant ... Mais toi, c'est autrement.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Esteban Laureens
Un regard. Ce regard. Je suis tombé sous le charme grâce à ton sourire. Comme quoi, l'amour  c'est pas si con. Je pense à toi, jour comme nuit. Je t'aime, tout simplement.  ©️ sweet peach
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayla Swan

avatar

Age : 20
Messages : 113
Dollars : 133
Date d'inscription : 24/06/2014
Localisation : Cheeez moiii :face:

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Dim 31 Aoû - 9:07

Tu laisserais entrer un inconnu chez toi, comme ça ? Ce n'est pas prudent du tout ça. Mais, c'est vrai que j'aimerais te porter compagnie, je ne te le cache pas. Et au fait, pour ta tenue, tu n'as pas à t'excuser ... Ce n'est pas ringard, c'est juste un pyjama puis tu restes belle donc. Que veux-tu dire par une " Pareille " visite ? Je suis un simple gars, tu sais ? Je n'ai rien de spécial.
J'esquissais à nouveau un sourire plein de malice.
- "Et bien, oui, les inconnus ne me font pas peur, surtout quand ils ont l'allure d'un jeune homme. Ne t'inquiète pas pour moi, j'ai bien de quoi me défendre aha. Je laissais mon petit sous-entendu s'étouffait dans mon rire sarcastique puis ajouta. Et merci du compliment, que j'suis jolie même en pyjama, c'est assez rare et plutôt flatteur je dois dire. Qui me dit que tu es pas plus qu'un simple gars ?"

Puis il se recula un peu et me laissa passer, un gentleman à ce que je voyais. Je lui murmura un merci tout en souriant poliment.

Au fait, moi, c'est Esteban ! Esteban Laureens. Et oui, il me semble que nous sommes dans le même lycée, mais je ne t'ai jamais croisé ou je n'ai surement fait attention. Je regrette de ne pas t'avoir rencontré plus tôt, d'ailleurs. Mais, tu sais, je ne me fais pas vraiment d'ami comme ça et puis, je ne trouve pas vraiment les gens intéressants pour l'instant ... Mais toi, c'est autrement.

Je le fixais un moment, sans rien dire, juste cet éternel tranche de malice voilant mes yeux vairons illuminés. Je poussais une mèche de cheveux de mon visage puis lui répondit d'un ton qui laisser sous entendre encore plus de choses.

-" Moi c'est Ayla Swan, c'est bizarre de dire son nom de famille, comme ça. Moi, j'ai dû te voir vite fait sans te prêter grande attention, il y a tellement de nouvelle têtes pour moi dans ce nouveau bahut, cette nouvelle ville ! T'inquiète, moi c'est pareil, je me suis fais seulement une amie pour le moment, plus quelques connaissance un peu mystérieuse.. Quand il ajouta une anecdote un peu surprenante "Mais toi, c'est autrement." Je lui souriais une nouvelle fois, j'adorais sa façon de dire les choses, sa méthode de séduction était pas trop mal fallait le dire, je devinais déjà comment cette soirée aller se terminée, exactement comme elle avait commencé. Pourquoi tu dis que moi c'est autrement ? On ne s'est jamais vu pourtant.. et si j'étais une petite garce sans cervelles ? Aha.

Je l'invita à savoir sur le divan et lui proposa quelque chose à boire. Malheureusement je n'avais que du jus de fruits, je savais bien que ça faisait un peu minable de servir du jus à un invité, mais je n'avais ni alcool ni boisson gazeuse. J'espérais que ça lui conviendrais quand même un peu, je posais le verre froid sur la petite table basse.

"Je reviens."

Je m'éclipsais un moment dans ma salle de bain, et me changea, mettre un pyjama moins ridicule. Tout en fouillant dans mon placard, je me demandais si ce n'était pas plus judicieux que je me brosse les dents, après cette bouillit de purée dégueulasse et puante. Je mettais mon minuscule short qui m'arrivait à la moitié des fesses, en tissu bleu turquoise très pâle, et mon petit top noir, dévoilant un légèrement ma poitrine. Comme on m'avait toujours dit, il fallait laisser entre-voir, ça donner un grain plus raffinée et sexy. Je me brossais les dents et les cheveux en vitesse et sortis de la salle de bain, toujours le sourire aux lèvres. J'étais déjà un peu plus présentable, et moins fille des cavernes.

" C'est vrai que c'est dommage qu'on ne s'est pas rencontré avant. Ton odeur me rappelle quelque chose."

C'était étrange comme l’effluve de sa peau me rappelait quelque chose de très familier. Ça m'attirait inexorablement. Et en même temps, il y avait comme une mise en garde, comme si, je devais me méfier. Ce garçon cachait quelque chose, et j'allais finir par savoir quoi, mais avant, je voulais passer une mémorable soirée en sa joyeuse compagnie.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Laureens

avatar

Messages : 164
Dollars : 199
Date d'inscription : 07/06/2014

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Dim 31 Aoû - 15:47


Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]


Ayla acquiesça d'un nouveau sourire rempli de malice, celui-ci. Les inconnus ne le lui faisaient apparemment pas peur surtout ceux qui avaient l'allure d'un jeune homme ... J'étais un jeune homme oui, mais j'étais plus dangereux qu'un homme moi. Eh bien voilà une jeune fille qui n'était pas au courant du danger, enfin, c'est ce qu'elle me laissait penser. Ayla savait se défendre, ah oui ? Elle n'avait pas une tête à se défendre, pas du tout. Je ne dis pas que c'était une peureuse ou autre, non, je disais tout simplement qu'elle n'avait pas une tête à se défendre si besoin. Elle lâcha un rire sarcastique, je souriais en la regardant. Elle me remercia aussi du compliment que je lui avais fait à propos qu'elle était même belle même en pyjama.

- Oh, ah bon ? Alors, dis moi, qu'à tu pour te défendre ? A part tes couteaux de cuisine, bien sûr.Je la taquinais, bin entendu. De rien, ce n'est que la simple vérité, tu n'as pas à me remercie pour si peu. Moi, je te le dis, je suis un simple gars, un simple adolescent. C'est tout.

Elle me fixait avec ses yeux vairons et ne dit rien pendant un instant. Ça faisait vide, c'était calme. Je souriais en la voyant reculer une mèche de ses cheveux et me répondit enfin.

-Moi, c'est Ayla Swan, c'est bizarre de dire son nom de famille, comme ça. Moi, j'ai dû te voir vite fait sans te prêter grande attention, il y a tellement de nouvelles têtes pour moi dans ce nouveau bahut, cette nouvelle ville ! T'inquiète, moi c'est pareil, je me suis fait seulement une amie pour le moment, plus quelques connaissance un peu mystérieuse..

Pourquoi ça lui faisait bizarre de dire son nom de famille comme ça ? Moi, j'en avais pris l'habitude donc ce n'était pas bizarre. Oui, c'était surement ça, peut-être qu'elle m'avait croisé, mais qu'elle n'en ne s'en souvenait pas. C'est normal après tout, avec tous ses nouveaux endroits et ces nouvelles têtes, ça ne devait pas être facile pour elle. Puis j'avais aussi traversé ça moi, quand j'étais arrivé ici, je me perdais un peu dans tout ça. Elle me souriait surement à cause de ma remarque du << mais toi, c'est autrement. >> je ne savais pas vraiment l'expliquer tout ce que je savais, c'est qu'Ayla n'était pas comme les autres filles, elle au moins, elle m'intéressait.

- Pourquoi tu dis que moi, c'est autrement ? On ne s'est jamais vu pourtant... Et si j'étais une petite garce sans cervelles ?

- Je ne sais pas, tu m'intéresses, toi ... Pas comme les autres filles qui me courent presque après. On s'est jamais vu oui, mais franchement, tu ne ressembles pas à une petite garce sans cervelles, tu ne ressembles en aucun cas à une garce et je suis sur que tu as une cervelle donc dommage pour toi, je ne te verrais jamais comme tel.

Elle m'invita à m'asseoir sur le canapé, j'acceptais son " invitation " et m'asseyais sur le fauteuil. Elle posa un verre de jus frais sur la table et me dit en même temps qu'elle revenait. Je hochais la tête et la regardais s'en aller en souriant. Qu'est-ce qu'elle allait faire ? Je regardais autour de moi en l'attendant. Après quelques minutes d'attente Ayla revenue. Elle était partie se changée, c'est vrai que comme ça elle était mieux. Je souriais en coin. Elle m'avoua que c'était dommage qu'elle et moi n'avions pas fait connaissance avant et que mon odeur lui rappelait quelque chose, je fus surpris en entendant ça. C'est vrai que son odeur aussi me rappelait quelque chose, mais quoi ?

- Tu sais, tu n'étais pas obligé de te changer. Le pyjama t'allait très bien, mais c'est vrai que ça, c'est tout autre chose ! Toi aussi, enfin ton odeur, elle me rappelle aussi quelque chose, mais je ne reconnais plus l'odeur.

Je la regardai s'installer à côté de moi en souriant, c'était bizarre comment Ayla m'attirait jamais encore ça ne m'était arriver.[/color]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Esteban Laureens
Un regard. Ce regard. Je suis tombé sous le charme grâce à ton sourire. Comme quoi, l'amour  c'est pas si con. Je pense à toi, jour comme nuit. Je t'aime, tout simplement.  ©️ sweet peach
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayla Swan

avatar

Age : 20
Messages : 113
Dollars : 133
Date d'inscription : 24/06/2014
Localisation : Cheeez moiii :face:

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Dim 31 Aoû - 16:44

Il semblait réellement cacher quelque chose, car il insista sur le fait qu'il n'était qu'un simple garçon, quelqu'un d'ordinaire, mais le plus intrigant était sa façon de le dire. Comme si, il évitait la question où plutôt le sujet. Mais son odeur était bien réelle. Il avait quelque chose de familier, en fait son odeur me rappelait un peu celle de mon ancienne meute, ou celle de ma mère ou même la mienne.. Peut-être n'était-ce qu'une simple coïncidence, il devait avoir des chiens ou quelque chose du genre. Mais étrangement, ses yeux, son odeur et même son haleine, m'attirait à lui, il y avait en lui, comme une sorte d'appel. Je sentais le sang qui bouillait en moi, et mon cœur qui s'accélérait. J'étais brûlante, et ce désir inconnu qui brillait dans mon regard il y avait quelques instants, s'amplifier d'avantage. Je tournais ma tête, gêné par cet envie brusque qui m'étreignait tout le corps. Je me leva soudainement, trop embarrassé par mon regard insistant, et la chaleur de mon corps et allait me servir un verre d'eau fraîche à mon tours, j'espérais qu'il n'avait pas trop fais gaffe à cette soudaine pulsion qui m'avait envahit. Je me concentrer sur ses précédente paroles, trouvant une bonne réponse à tous ce qu'il m'avait dit.
" Et bien, peut-être que j'ai bien plus que des couteaux de cuisine. J'ai peut-être des griffes et qui sait ? Peut-être des crocs aussi! héhé. Disais-je tout en haussant les sourcils, un brin de malice dans mon regard pénétrant et mystérieux. J'étouffais un petit rire mesquin avant de lui tendre un paquet de chips. Tu as faim ? Je versais les chips dans un bol, en me demandant ce que j'allais bien pouvoir rajouter à tous ce qu'il m'avait dit. Qui te dis qu'au contraire je ne suis pas une simple fille comme les autres, qui te courent après, que par ta beauté je présume ? Elles te courent après pour ça non ? Les filles parfois, j'dois l'avouer c'est un peu bête. Mais n'oublie pas que j'en suis une, et que je recherche peut-être exactement la même chose que les autres, parce qu'après tout, tu ne sais absolument rien de moi et de ce je pense, ce que je fais, ce dont je rêve.. Peut-être aussi qu'au contraire, je suis une fille de tous ce qu'il y a de plus attentionnée et attachante, et que je recherche une seule chose, un amour unique et sincère ? Tu crois que je suis comment toi ? "
J'affichais un beau sourire tendre. Il était peu-être un inconnu pour moi, mais j'en était aussi une pour lui. Je ne savais rien de lui, et qui sait ? Peut-être que comme moi, il avait juste envie de passer une bonne soirée après un mauvais moment. Se détendre avec quelqu'un qui était à son goût. J'eu des frissons en me demandant jusque où irait cette soirée, on sait souvent comment elles finissent par se terminer.. Une peur me noua le ventre, je n'avais jamais fais l'amour avec aucun garçon. En fait, je n'avais jamais connu l'amour, je n'avais jamais eu de petit copain, je n'avais jamais flirter. Je ne connaissais absolument rien en amour ou en fantasme des hommes, juste qu'ils n’appréciaient pas trop les poils, la mauvaise haleine, ou encore la transpiration. De ce côté là, j'étais dans de bons termes. Mais pour le reste, comme la pratique, et tout ce qui s'en suivait, j'étais une éternel ignorante. Dès que cette soirée se terminerait, je prendrais certainement mon téléphone et me barricaderait dans ma salle de bain en annonçant à ma meilleure amie que je l'avais fais avec un pur inconnu. Je m'emportais trop vite, si ça se trouvais, jamais cette soirée ne se terminerait ainsi, peut-être qu'il finirait par s'en allait, lassé de moi. Je n'en savais rien, mais il était étrange, cet attirance qui faisait l'effet d'un aimant entre nous me mettait très mal à l'aise. J'avais l'impression que certains de mes instinct animal ressortait, comme si mon côté louve séductrice voulait s'imposer. Je savais comment fonctionner le moment de reproduction chez les loups, il y avait plusieurs étapes, d'abord le mâle devait prouver à la femelle qu'il était assez bien pour elle, ensuite, il devait la séduire d'une quelconque façon, puis le reste, on devinait. La femelle devait être satisfaite de son partenaire. Je ne savais même pas ce qui me prenait à penser à ça, mais bizarrement, je ressentais ces effets.
Je m'approchais à nouveau de lui, un peu plus près de lui. Il y avait une question qui me titiller l'esprit.
" En fait, dit moi, comment t'es arrivé au pied de mon appart ? "
C'était vrai ça, comment il avait fait pour arriver là ? J'essayais de calmer un peu mes pulsions animal qui s'éveillait en moi chaque fois que je croisais son regard bleuté. Et j'évitais tout contact trop près de lui, je me demandais bien ce qu'il était capable de faire et ce que lui ressentait ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Laureens

avatar

Messages : 164
Dollars : 199
Date d'inscription : 07/06/2014

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Dim 31 Aoû - 22:54


Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]


Je n'arrivais pas bien à cacher mon secret celui d'être un loup-garou, car à chaque fois que quelqu'un me posait des questions du genre " Et qui me dit que tu es un gars normal ? " J'insistais trop, ça, c'était un de mes défauts. J'espérais ne pas avoir fait pareil avec Ayla. J'espérais qu'elle ne se doutait de rien, j'espérais plein de choses en fait, des choses qui n'étaient peut-être pas prêtes d'arriver. Je sentis qu'Ayla avait un désir bouillonnant, mais quel était son désir ? Elle se leva soudainement, mais pourquoi avait-elle fait ça ? Elle partit en direction de la cuisine, je fronçais les sourcils. Elle revenue avec un paquet de chips à la main, je savais très bien qu'elle ne ce n'était pas levé pour ça, mais pour autre chose, cette autre chose qui restait encore inconnue à mes yeux.

* Et bien, peut-être que j'ai bien plus que des couteaux de cuisine. J'ai peut-être des griffes et qui sait ? Peut-être des crocs aussi! Héhé.

Elle leva un sourcil tout en riant mesquinement, elle me tendait aussi le paquet de chips. Je souriais et pris un chips avant de le mettre dans ma bouche. Une fois ma bouche vide, je la regardais. Elle avait aussi ajouté.

* Qui te dis qu'au contraire, je ne suis pas une simple fille comme les autres, qui te courent après, que par ta beauté, je présume ? Elles te courent après pour ça non ? Les filles parfois, j'dois l'avouer, c'est un peu bête. Mais n'oublie pas que j'en suis une, et que je recherche peut-être exactement la même chose que les autres, parce qu'après tout, tu ne sais absolument rien de moi et de ce je pense, ce que je fais, ce don, je rêve... Peut-être aussi qu'au contraire, je suis une fille de tout ce qu'il y a de plus attentionner et attachante, et que je recherche une seule chose, un amour unique et sincère ? Tu crois que je suis comment toi ?

- Des griffes, ah ouais ? Et des crocs ? Pourquoi me faire le profil d'un loup-garou type des séries TV ? Hein ? Je souriais, j'évitais de trop insister sur le sujet. Non, je ne crois pas que tu sois comme les autres, toi. Comment je crois que tu es ? Hm, tu es une fille qui veut tout simplement passer une bonne soirée avec un bon gars, c'est tout ce que je vois ... Pour l'instant.

Je sentais encore ce désir tourner autour de nous, ce désir que dégageait Ayla. J'essayais d'identifier l'odeur, je n'étais pas encore un pro. Mais après quelques minutes, j'avais compris. Je souriais en coin, mais j'étais surpris de l'avoir découvert. Voir si j'avais vu juste aussi. C'est surement pour ça qu'elle c'était soudainement levé car on était trop prêt l'un de l'autre et que l'envie lui brûlait. Mais ça ne l'empêchait pas de revenir s'asseoir et encore plus près de moi cette fois. Elle me demanda comment j'étais arrivé au palier de son appart.

- Heu, eh bien, en gros, j'ai été invité à une fête, j'y ai été, mais ce n'était pas trop ça quoi. Tout le monde était bourré, ... J'ai voulu aider un gars qui n'était vraiment pas bien à cause de l'alcool du coup, je suis sorti avec dehors, il a commencé à me provoquer puis il m'a foutu son poing en pleine figure, ça m'a mis en rogne alors moi aussi, je lui ai donné mon poing en pleine figure. Je l'ai laissé dehors et j'ai décidé de quitter la fête car je n'étais pas calme du tout, j'ai donc marcher en essayant de me calmer et je me suis arrêter au pas de ton appart.

J'étais assez gêné de lui avoir raconté ça, de lui avoir surtout raconter que j'avais été violent. Mais j'avais voulu l'aider, être gentil comme d'habitude, mais le gars avait mal réagit du coup, j'ai été violent, oui. Ce n'était pas de ma faute après tout, si ? Je la regardais, nos regards se croisaient. Je sentis que l'envie augmenter à chaque fois que je croisais son regard, alors je détournais le regard, car peut-être qu'Alya n'aimait pas ressentir ça et peut-être qu'elle n'en avait pas envie.

- Tu sais, si tu en a envie ... Tu peux me sauter au cou, et faire ce que tu veux hein, je ne t'en empêche pas bien au contraire.

Je déconnais bien sur, mais j'étais un minimum sérieux sur mes paroles. Je l'avais dit sur un ton taquin, je souriais ensuite. Je ne savais pas ce qui m'arrivait, je ne faisais jamais ça habituellement.[/color]
66cc99-ff9900

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Esteban Laureens
Un regard. Ce regard. Je suis tombé sous le charme grâce à ton sourire. Comme quoi, l'amour  c'est pas si con. Je pense à toi, jour comme nuit. Je t'aime, tout simplement.  ©️ sweet peach
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayla Swan

avatar

Age : 20
Messages : 113
Dollars : 133
Date d'inscription : 24/06/2014
Localisation : Cheeez moiii :face:

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Lun 1 Sep - 20:44

Ce que je trouvais le plus incohérent dans son histoire, c'était qu'il n'avait absolument aucune trace de marque de bagarre sur son visage, comme si tout s'était effacé aussi vite qu'il était arrivé. Je continuais à sourire pour cacher les doutes que j'avais. Mais peu à peu les indices me laisser croire à une hypothèse forte possible mais complètement folle. Soit ce garçon était comme moi, soit il était autre chose, mais il n'était pas humain. Le pire c'est qu'il avait commençait à parler de loup-garou. Ce qui était, je devais l'avouer, fort troublant. De plus, il semblait que lui aussi était infligé par un désir non contrôlé. Quelque chose de fougueux et d'étrange. Ses dernier mots me furent l'effet d'un coup de foudre, et bien que c'était une plaisanterie, je comprenais très bien les sous entendu. Au fond, il était comme moi. Il avait mal commencé sa soirée et voulait la terminée autrement. Je commença par lui répondre d'abord à ce qui me semblait important de répondre.
"- Et bien, qui sait, peut-être bien que je suis une louve-garou ? C'est vrai quoi. Et toi aussi peut-être hein, c'est un peu bizarre cette histoire de bagarre, surtout que t'as rien du tout au visage. Ta peau reste comme celle d'un bébé, éternellement lisse et douce aha."
Il n'y avait nul remise en question sur son histoire, je le croyais, mais il ne me disait pas tout, et moi non plus d'ailleurs. J'ajoutais, toujours taquine.
"- J'espère qu'on aura mieux l'occasion de se connaître plus tard !"
Mes paroles étaient sincère, bien que actuellement tout tourner autours de la séduction, je voulais vraiment apprendre à le connaître, j'aimais bien son comportement. Et puis il était peut-être comme moi ! Son odeur, sa guérison rapide.. Je priais juste de ne pas avoir à moitié révéler mon secret à quelqu'un de malsain, comme un chasseur par exemple.. Non Ayla ! C'était pas le moment de penser à des scènes horrible, je devais me concentrer sur mon objectif : l'avoir. Juste pour une nuit, c'était suffisant pour calmer mes désirs fauve. Soit dit en passant, j'étais désireuse mais pas soumise, et timide surtout. Je n'oserais jamais faire le maudit premier pas. Je dis d'une voix un peu moins assuré.
" On t'a jamais dit que les filles ne font jamais le premier pas ?"
Disais-je d'un même ton de plaisanterie que lui. La peur me serrait vraiment le ventre à l'idée de me retrouver peut-être à nue avec un parfait inconnu. Surtout que je n'avais jamais vécut aucune expérience du genre. J'avais beau montrer que je savais quoi faire, j'étais incapable de quoi que se soit. Je devais lui dire la vérité.
"Mais entre nous, disons que je ne n'est pas beaucoup de savoir en matière de flirt.. en rien du tout. Aha."
Mon ton était plus froid, surement bercé par la peau qui me nouait l'estomac. J'avais besoin qu'il me rassure. Cette situation était terriblement stressante.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Laureens

avatar

Messages : 164
Dollars : 199
Date d'inscription : 07/06/2014

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Mer 3 Sep - 18:49


Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]


J'avais été bête de dire qu'il m'avait frappé, car comme elle avait pu le remarquer, je n'avais rien, aucune blessure ni de trace sur le visage. Je pourrais très bien lui dire qu'il m'avait loupé, mais c'était encore plus incohérent. Je me disais en tête que j'étais trop flagrant et peut-être qu'elle avait déjà deviné que je cachais quelque chose. Dans ce cas, j'essayerais de changer de sujet, mais ça allait être dur.

*Et bien, qui sait, peut-être bien que je suis une louve-garou ? C'est vrai quoi. Et toi aussi peut-être hein, c'est un peu bizarre cette histoire de bagarre, surtout que t'as rien du tout au visage. Ta peau reste comme celle d'un bébé, éternellement lisse et douce aha.

J'étais peut-être démasqué enfin elle le disait peut-être inconsciemment, mais elle l'avait dit. J'étais un loup-garou, elle avait aussi remarqué que j'avais aucune trace sur mon visage, merci la cicatrisation. Je n'avais pas été discret sur ce coup-là, j'avais balancé tous des trucs qui pouvaient la laisser se douter de quelque chose. Je la regardais en essayant d'être le plus naturel possible même si j'avais peur qu'elle l'apprenne, mais je devrais bien lui dire un jour de toute façon.

- Une louve-garou tu dis ? Hm, peut-être que oui en fin de compte. Mais moi ? Un loup-garou ? Tu me vois en loup, toi ? Moi non. On se regardait un instant, puis elle rajouta.

* J'espère qu'on aura mieux l'occasion de se connaître plus tard !

Moi aussi, je l'espérais, car Ayla me semblait être une fille avec qui je pouvais très bien m'entendre, et même plus que ça. Mais ce n'était pas la chose la plus importante pour le moment, je n'allais pas y penser et puis je ne connaissais pas encore tout à fait Ayla. Quoi qu'il en soit, je voulais m'amuser en ce moment et pas penser à plusieurs trucs à la fois. Je me mis à réfléchir quelques instants, car Ayla m'attirait plus qu'une humaine enfin, je ne dis pas qu'elle n'en était pas une, mais en tout cas, elle m'attirait plus que les autres filles et puis, c'est comme si elle insistait sur le sujet du loup bon, c'est vrai, j'avais lancé la chose, mais bon. Soit.

- Moi aussi, je l'espère, mais je suis sur qu'on aura l'occasion.

Je hochais la tête en souriant, j'étais sûr qu'elle et moi allons encore se revoir en tout cas, je ferais tout pour, car je voulais vraiment la revoir dans le futur. On se regardait l'un l'autre en souriant, dans l'air, je sentais vraiment comme une attirance, comme du désir. Ça le désire, je le sentais énormément. Elle me dit ensuite que les filles ne faisaient jamais le premier pas, enfin, c'est ce qu'elle se disait, car les filles du lycée qui venait vers moi me prouvaient le contraire. Je souriais en coin, ça ne me dérangeait pas de faire le premier pas. Elle rajouta qu'elle n'avait pas beaucoup de savoir quand il s'agissait de flirt et tout ce qui a un rapport avec ça. Moi aussi, ce n'était pas mon truc, mais je me débrouillais.

- Ne t'en fais pas, c'est dur à l'avouer, mais je suis un peu comme toi à ce sujet. Enfin, tu vois quoi.

Le ton de sa voix avait changé, il n'était plus vraiment doux, mais plutôt froid. On dirait qu'elle était stressée, je me devais de lui retirer se stresse, mais comment ? Enfin et si je faisais un truc qui pourrait la gênée ? J'hésitais, je ne savais pas quoi faire. Je pris ses mains et les serrai dans les miennes juste pour lui dire qu'il ne fallait pas stressée. Je me doutais bien que ce petit geste ne lui fasse presque rien à part s'il lui avait fait le même effet que moi. C'était ... Je ne sais pas vraiment identifier la sensation, mais quand on rentrait en contact, que notre peau se touchait l'un l'autre, j'avais ressenti quelque chose de bon. Je la regardais scrutant sa réaction. J'en voulais plus, beaucoup plus, mais je n'osais pas. Malgré mon corps qui me disait de ne pas le faire, je m'avançai vers ses lèvres et l'embrassais enfin. Après quelques secondes, je me rendu compte de ce que j'avais fait, je me reculai et la regardais.

- Désolé, je ... J'ai peut-être été un peu trop vite pour toi.

Le contact avec sa peau était vraiment magique surtout avec ses lèvres, oui voilà magique était le mot. Je me demandais si ça faisait le même effet à Ayla, car pour moi, je ne l'avais jamais encore ressenti même si je n'avais pas vraiment encore embrassé beaucoup de filles, mais avec Ayla, c'était vraiment magique.[/color]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Esteban Laureens
Un regard. Ce regard. Je suis tombé sous le charme grâce à ton sourire. Comme quoi, l'amour  c'est pas si con. Je pense à toi, jour comme nuit. Je t'aime, tout simplement.  ©️ sweet peach
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayla Swan

avatar

Age : 20
Messages : 113
Dollars : 133
Date d'inscription : 24/06/2014
Localisation : Cheeez moiii :face:

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Jeu 4 Sep - 20:28

-13 ans.
Lorsque je sentis le contact chaud de sa bouche sur la mienne. Des frissons intense me secouèrent tout le corps, mon sang ne fit qu'un tour dans mes veines et une bouffée de chaleur m'avait envahit. Son odeur m'enveloppait, je me laissais couler doucement sous la douceur de ses lèvres. Quand il se retira soudain, je dû faire un effort considérable pour ne pas le retenir immédiatement. Il bredouilla quelque excuses maladroite, mais le feu du désir brûlait tellement dans mes yeux qui s'était mit à briller anormalement que je ne fis pas attention à ce qu'il avait dit. Je le fixa un moment comme ça, ma bouche entre ouverte, mon corps épris de pulsions nerveuse. J'avais besoin de lui, de le sentir, mon corps tout entier le réclamait. Il avait l'air d'avoir ressentis mon besoin puisqu'il s'avança à nouveau, mais cette fois ci, se fut moi qui l'embrassa en première. On resta ainsi pendant plusieurs minutes puis au bout d'un moment il m'allongea sur le divan. Le stresse disparut aussitôt que je vis l'éclat rassurant dans ses yeux, je m'apaisais et me laissais aller sous ses baisers fougueux. Je m'accrochais à lui, serrant mes cuisses un peu plus contre sa taille, cherchant la chaleur de son corps. Les frissons m'envahissaient de plus en plus, je me noyais sous son désir et le mien. Je ne pouvais pas m'arrêter là. Mes mains exploraient tendrement son corps chaud, je retirais peu à peu son t-shirt et lui, faisait de même avec moi. Peu à peu nos vêtements disparaissaient. Je sentais ses bras autours de ma taille, ses mains cherchant ma poitrine. Et plus que tout je sentais son membre raidis et chaud contre mes cuisses. Il enfilait rapidement ce qui nous servait de protection contre tous. Je sentais sa bouche contre mon cou. Un éclair jaillit en moi lorsqu'il descendit sa langue du plus en plus bas. L'exploration de nos corps. Je me dandinais sous ses caresses languissante.
Une sensation étrange s'éveilla en moi, une chaleur entre mes cuisses, comme si, mon corps tout entier attendait le mouvement sacré. L'entrée. La sortie. La sensation s’amplifiait, elle l'appelait. Et lorsqu’enfin il entra en moi. Je fus éprises de convulsions intense, un petit cris s'échappa de ma gorge tandis qu'il faisait son va et vient quotidien. C'est fou comme un simple petit geste pouvait donner autant de plaisir. J'étais complètement soumise à lui, à ses gestes. J'avais toujours eu peur de se moment, j'avais était effrayé à cette idée toute ma vie. Mais je n'avais ressentis aucune douleur, était-ce parce que j'étais une louve garou et pas une humaine simple ? Aurais-je ressentis la même chose si j'avais était une mortelle ? Je ne pensais vraiment pas. Il semblait aimé ça lui aussi. J'espérais ne pas être trop nulle pour ma première fois. Je passais ma main dans ses cheveux, des gémissements à peine audible sortaient parfois de ma bouche.
Je ne pensais plus à rien à se moment là, je me laissais prendre par le plaisir fou.
J'étais horriblement éprise de lui.
Soumise.
Intensément, encore, encore.
C'était si bon.
Je murmurais doucement son nom..

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Laureens

avatar

Messages : 164
Dollars : 199
Date d'inscription : 07/06/2014

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Ven 5 Sep - 20:51

HOT !


Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]


Je voyais qu'elle ne faisait pas attention à mes excuses, elle en voulait plus, beaucoup plus. Finalement, elle et moi voulions la même chose. Je m'avançai, j'étais bien trop occuper à me rapprocher d'elle sentant le désir autour de nous pour voir ses yeux. Elle m'embrassa avant que je ne le fasse, on était bien parti pour quelques minutes de baisers, mais j'en voulais encore plus, désormais le désir me brûlait énormément tout comme Ayla d'ailleurs. Je passai mes mains sur ses hanches, les remontants vers son cou puis sur ses joues. Cela faisait quelques minutes qu'on s'embrassait, je l'allongeais ensuite sur le canapé. Je la rassurais du regard, car j'avais senti le stresse qu'elle avait, moi, je n'étais pas vraiment stressé. Mais le seul truc, c'était que je ne voulais pas qu'elle se dise qu'elle l'avait fait avec un inconnu, je m'effaçai toutes ses idées de ma tête et continuais même si je ne m'étais pas arrêté. Je glissais mes baisers fougueux le long de son cou, elle retira ensuite tout doucement mon T-shirt et je fis de même ensuite, je lui enlevai doucement son short tandis que mes baisers eux descendaient au niveau de sa poitrine, on se retrouvait nus peu de temps après.

Après quelques instants de caresses et de baiser, je rentrais en elle, elle laissa échapper un petit cri. Je la couvrais de baisers tout en continuant mes vas et viens. Je lui caressais le corps, le plaisir qui s'étendait autour de nous, je ne l'avais encore jamais ressentit. Et quand je dis bien jamais, c'est jamais. Ayla se débrouillait plutôt pas mal, elle gérait très bien la situation, je ne m'attendais pas à ça, elle m'avait surpris. Certes, elle se laissait faire, elle était comme soumise, mais ça ne me dérangeait pas enfin bref.

Elle passait ses mains dans mes cheveux, le plaisir se sentait de plus en plus. Le contact de notre peau était magnifique à vivre. Ce moment, je m'en rappellerais toute ma vie. Je l'entendais gémir enfin, on poussait des gémissements en même temps. Je continuais mes vas et viens sans vraiment me fatiguer, j'avais même accéléré dans mes mouvements, je n'étais pas non plus brusque, mais j'étais à un niveau stable, je, ni, allait ni trop doucement ni trop fort. Le plaisir m'entraînait de plus en plus.

Je voyais le plaisir dans les yeux d'Ayla, dans ses mouvements, surtout quand elle murmurait mon prénom. On voyait aussi le plaisir dans mes yeux et dans mes gestes, je continuais mes caresses, mes vas et vas et glissais quelques fois des baisers le long de sa poitrine. Tellement que j'aimais ça, mes yeux avaient scintillé tout seul, mais je ne sais pas si Ayla y avait fait attention. Je ne m'attardai pas sur le sujet, j'étais bien trop heureux de vivre ce moment, surtout avec tout le plaisir qui traînait autour de nous.[/color]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Esteban Laureens
Un regard. Ce regard. Je suis tombé sous le charme grâce à ton sourire. Comme quoi, l'amour  c'est pas si con. Je pense à toi, jour comme nuit. Je t'aime, tout simplement.  ©️ sweet peach
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayla Swan

avatar

Age : 20
Messages : 113
Dollars : 133
Date d'inscription : 24/06/2014
Localisation : Cheeez moiii :face:

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Sam 6 Sep - 16:49

Alors que je me laissais tranquillement aller dans le plaisir intense de nos deux corps mélangés. Je le sentais parfois qui ralentissait, surement avait-il besoin de faire des pauses. Mais ça ne me dérangeais pas le moindre. Le sentir en moi était déjà un réel plaisir. Une bouffée de chaleur m'envahissait tandis que sa peau se frottait contre la mienne. Il me caressait tout le corps de ses doitgs agile, si il ne m'avait pas dit qu'il n'avait jamais eu d'expérience, jamais je ne l'aurais deviné. Il semblait vraiment savoir ce qu'il faisait, il avait l'air de connaitre les moindre détails de mon corps, tout les endroits sensible aux caresses excitante. De mon côté, je glissais mes mains dans son dos, il fit soudain un geste brusque qui m'arracha un cris étouffé, mes griffes se logèrent sous sa peau délicate. Ses yeux s'étaient mit à briller anormalement. Il était comme moi. Le plaisir et le desir se redoubla en moi. Je sentais son membre qui se glissait sauvagement en moi, il accéléra la cadence, et nos gemissements se mêlèrent en coeur. Soudain un éclair intense et indefinissable se saisissait de tout mon corps en entier, des frissons me parcoururent tout le corps et un cris strident s'echappa de ma bouche entre ouverte. Je venais d'avoir un orgasme, je le savais. Comment avait-il fait ? Pour une première fois c'était étonnant, ce garçon était fascinant. Je ne savais rien de lui, et en une nuit, il me donnait ma première expérience et mon premier orgasme. Lui aussi semblait venir de se lâcher, puisqu'il avait poussé un petit grognement plus que satisfait. Puis s'était écroulé sur moi, sa tête reposait sur mes seins. C'était fini, et ça avait était tout simplement extraordinaire. 
Je ne sais combien de temps on resta ainsi, l'un contre l'autre, à nue. Au bout d'un moment je me retirait de lui et me dirigeais vers la salle de bain, je me sentais un peu sale maintenant. Étrangement je n'avais aucune trâce de sang entre mes cuisses. Je n'avais pas saigné.
J'ouvris l'eau un moment et invita Esteban à me rejoindre sous la douche froide. Il posa ses baisers tendre sur mon cou. Quand on eu fini, on se séchait avant de retourner sur le divan. Je passais ma main dans ses cheveux doux.
"- Alors t'en pense quoi ? C'était bien ou pas... ?"
 J'étais inquiète à l'idée d'avoir était complétement nul. Après tout, je n'avais aucune expériences, ça ne m'aurait pas etonné qu'il déteste. Je me levais pour aller chercher deux verres d'eau frais. Je lui en tendis un avant de m'asseoir à nouveau près de lui. Il avait était si formidable. Si doux. Un souvenir me revint en tête, il était comme moi !
" - Tu es comme moi. "
J'esquissais un sourire, nos secrets avaient était dévoilé. 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Laureens

avatar

Messages : 164
Dollars : 199
Date d'inscription : 07/06/2014

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Dim 7 Sep - 22:02


Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]


Je connaissais désormais toute parcelles de son corps parfait. J'étais toujours occupé à la caresser et à faire mes vas et viens malgré les pauses que je faisais. J'en avais besoin de ces pauses de toute façon et puis, ça n'avait pas l'air d'agacer Ayla donc. À un instant, j'accélérai un de mes vas et viens, sur ce coup, j'y avais été fort, mais je vu le plaisir dans les yeux d'Ayla, je ne l'avais jamais vu autant d'ailleurs. Ce geste de ma part en avait provoqué un autre, mais de la part d'Ayla, c'est comme si elle avait enfoncé fortement ses ongles dans mon dos sauf que ce n'était pas ses ongles, mais ses griffes, elle était comme moi, c'était un loup-garou. En enfonçant ses griffes, mes yeux avaient brillé, ils n'étaient plus bleus, mais dorés, mais ils étaient redevenus bleus peu de temps après. C'était encore plus existant de la savoir loup-garou enfin mon corps avait ressenti comme une remontée d'excitation, et ne parlons pas du plaisir qui lui était devenu presque qu'indéfinissable. En apprenant ça, je ne sais pas pourquoi, mais j'y allais plus sauvagement, j'y allais encore plus vite. Pour une première fois, c'était réussi, je n'avais encore ressenti un tel plaisir de ma vie. Ayla lâcha un cri strident, j'étais plus que satisfait, je laissai même échapper un petit grognement. On en avait fini pour aujourd'hui, mais ça ne voulait pas dire que notre soirée était-elle aussi terminée. Je n'étais pas encore près à partir de toute manière. Puis pourquoi partir dans de telles conditions ? Enfin, j'avais une magnifique louve couchée en dessous de moi et on venait de passer un moment qui était plus que magique. Je me couchai ensuite, ma tête posée sur ses seins. On resta ainsi un bon temps même si j'avais pu rester comme ça encore longtemps.

Elle s'était retirée et s'était dirigée vers une pièce qui me semblait être la salle de bains. Elle avait de bonne raison d'y aller, elle devait se sentir sale comme je me sentais sale. J'entendis l'eau coulée, je souriais en la voyant m'inviter. Je me levai et allai la rejoindre. On se lavait l'un l'autre, je glissais quelques baisers tendre le long de son cou des fois aussi. Ayla et moi ayant fini de se laver, on était retourné dans le salon, sur le fauteuil. Elle passa une de ses mains dans mes cheveux en me posant la question.

- Alors t'en pense quoi ? C'était bien ou pas... ?

Je hochais la tête en souriant.

- C'était parfait, Ayla. Je pense que jamais je n'aurais deviné que tu étais si ... Tu as été imprévisible sur le coup, tu as été parfaite. C'était tellement ... Tellement parfait, c'est le mot. Je ne pensais pas que tu étais si douer.

Elle alla ensuite chercher d'eau verre d'eau fraiche et revenue aussi tôt. Je pris le verre qu'elle m'avait tendu en souriant et bu un peu d'eau, ça faisait du bien comme la douche m'avait fait du bien aussi.

- Tu es comme moi.

- Oui, nous sommes pareils, nous sommes des loups. Tu es une louve parfaite, sache le. Mais, ça me fait bizarre de te savoir louve en fait. Je ne pense pas que je réalise en fait.[/color]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Esteban Laureens
Un regard. Ce regard. Je suis tombé sous le charme grâce à ton sourire. Comme quoi, l'amour  c'est pas si con. Je pense à toi, jour comme nuit. Je t'aime, tout simplement.  ©️ sweet peach
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayla Swan

avatar

Age : 20
Messages : 113
Dollars : 133
Date d'inscription : 24/06/2014
Localisation : Cheeez moiii :face:

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Mar 9 Sep - 18:44

Le dernier baiser, un baiser d'adieu, un baiser d'amour, un baiser de désir, un baiser merveilleux.
- C'était parfait, Ayla. Je pense que jamais je n'aurais deviné que tu étais si ... Tu as été imprévisible sur le coup, tu as été parfaite. C'était tellement ... Tellement parfait, c'est le mot. Je ne pensais pas que tu étais si douer.
Je le regardais un moment, étonnée par ces mots voluptueux et doux. Il semblait être au comble du plaisir. Je savais qu'au fond, ces mots n'étaient qu'une réaction dû à l'expérience qu'il venait de subir. Il ne pensait pas vraiment ce qu'il disait, c'est bien ce qui m'attristait un peu. Pourtant je savais depuis le début que ce ne serait qu'un flirt, mais il y avait ce petit truc qui faisait que j'avais un léger regret. Peut-être aurais-je voulu connaître un peu plus qu'une simple histoire d'un soir ? Qu'est-ce que ça faisait d'aimer ? Qu'éprouvait-on ? J'étais tellement curieuse de savoir que je me surpris à penser à lui et moi dans un futur proche. Mais je savais qu'espérer ne m’amènerait à rien et surtout, m'éloignerait de ma mission première : retrouver Mr McCall. J'avais peur que si je me laissais aller aux aléas de l'amour, j’oublierais ce pour quoi j'étais à Beacons Hills. Il était si gentil pourtant si.. si.. parfait, oui c'était le mot, là, assis paisiblement sur mon canapé, les cheveux en bataille, son torse musclé nu, ses magnifique yeux bleus profond, dans ma maison, je le trouvais tout simplement parfait, et une nouvelle bouffée de désir m'envahissait. Je sentais que cette soirée n'était pas terminée, et surtout qu'elle serait encore longue. Je me voyais déjà, m'endormant dans ses bras solide, sa respiration chaude contre mon oreille, et puis son membre viril contre mes fesses.. des frissons me parcoururent. J'avais vraiment envie de lui, toujours. C'était fou ce qu'il provoquait chez moi mon dieu. Comment faisait-il ça ? Comment ? Je me penchais un instant et posa un baiser tendre et sensuel sur ses lèvres entre ouverte. Ce qu'il me dit ensuite attisa ma curiosité.
Oui, nous sommes pareils, nous sommes des loups. Tu es une louve parfaite, sache le. Mais, ça me fait bizarre de te savoir louve en fait. Je ne pense pas que je réalise en fait.
J'esquissais un sourire, il avait encore dit le mot "parfaite". C'est fou comme je me sentais bien avec lui. On était pareil ! Était-il d'une meute ? Ou au contraire, solitaire comme moi ? Il avait de la chance si il faisait parti d'une meute, c'était si dur d'être seule, de se débrouiller seul au quotidien..
"N'exagère pas voyons.. Je suis loin d'être parfaite ! Franchement, si tu savais comme je peux être très maladroite parfois.. Enfin bon. Toi tu as était F-A-N-T-A-S-T-I-Q-U-E. Comment tu fais ? Non mais sérieusement dit moi ! Tu as un don c'est ça ? Ta spécialité de loup c'est de faire l'amour à merveille ? Je pouffais de rire, blague idiote mais bon, c'était mieux que rien. Non mais je suis sincère. Tu as vraiment était formidable, tu te rends compte que tu viens de me faire vivre ma première fois comme un vrai compte de fée ? J'ai même pas eu mal ! Je fis une légère pause, réfléchissant à ce que j'allais dire. Tu t'habitueras au fait que je sois un louve, on garde chacun le secret de l'autre d'accord ? Dit moi, tu as une meute ? C'est quoi ta transformation ? Moi elle est complète.. vraiment complète, je me métamorphose en véritable louve au pelage blanc comme neige, et étrangement mes yeux restent vairons quoi qu'il arrive, ça surprend un peu parfois. Peut-être un défaut de transformation, je ne sais pas..
Je me rendis compte que j’enchaînais les mots avec une rapidité surprenante. J'étais une vraie pipelette il fallait l'avouer. Mais j'avais était si longtemps seule, presque quatre ans que je ne parlais à personne de mon secret, que je devais le préserver pour me protéger. Cette solitude avait construit en moi une sorte de barrière efficace contre les autres. J'avais presque réussit à oublier moi même ce que j'étais vraiment, mon contrôle pour les pleines lunes n'était pas au point, mais j'arrivais quand même à me maîtriser à un certain point.
Je me serrais un peu plus contre son corps, je voulais sentir sa chaleur contre moi, son odeur. C'était étrange de se retrouver comme ça, avec un inconnu, de lui faire l'amour et de partager ses secrets. C'était excitant de se dire qu'il pouvait très bien être un méchant garçon, de se dire qu'il a peut-être une petite amie, qu'il est peut-être plus âgé que l'on peut croire. C'était étrange de se dire qu'on ne sait absolument rien de lui.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Laureens

avatar

Messages : 164
Dollars : 199
Date d'inscription : 07/06/2014

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Lun 15 Sep - 19:54


Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]


Les mots que je lui avais dits n'étaient pas sortis à cause du plaisir, non. Je le pensais vraiment, c'était sérieux. Je n'étais pas du genre à balancer ça comme ça, elle pensait surement que c'était à cause du plaisir, mais non, pas du tout. Certes, je venais de vivre une expérience hors du commun, une aventure que jamais je n'aurais imaginé aussi fantastique, mais ces mots, je les pensais vraiment. Au fond de moi, je ne voulais pas que cette soirée se finissent, je ne voulais pas y penser. Je ne voulais pas non plus que ça reste qu'un flirt, puis il y avait cette attirance entre elle et moi qui faisait presque tout. Jamais je n'avais ressenti ça pour une fille et ce n'est pas parce qu'on l'avait fait, elle et moi, non. Cette attirance était là depuis le début donc ça aurait été impossible. En fait, je voulais beaucoup plus qu'un flirt ... Je voulais une histoire, une histoire qui durerait le plus longtemps possible. L'amour, je ne l'avais pas encore vraiment ressenti, à part pour ma mère, mais je voulais le ressentir une première fois avec Ayla. On venait déjà de partager quelque chose pourquoi ne pas partager plus ? Elle venue glissée un baiser sur le bout de mes lèvres, il était à la fois tendre et sensuel, je souriais bêtement, j'étais heureux, content.

- N'exagère pas voyons.. Je suis loin d'être parfaite ! Franchement, si tu savais comme je peux être très maladroite parfois.. Enfin bon. Toi tu as était F-A-N-T-A-S-T-I-Q-U-E. Comment tu fais ? Non mais sérieusement dit moi ! Tu as un don c'est ça ? Ta spécialité de loup, c'est de faire l'amour à merveille ?

- Non, mais alors pas du tout !

Moi exagérer ? Non, pas du tout. Pour moi elle était parfaite en tout cas, qu'elle soit maladroite ou autre je m'en contrefichais royalement ! J'avais apparemment été fantastique, tant mieux. Elle me demanda comment je faisais, si j'avais un don ou si c'était ma spécialité de loup, je secouai la tête en riant, elle n'y était pas du tout. J'avais tout simplement fait de mon mieux pour lui procurer autant de désir possible. Elle pouffa un rire en même temps que moi.

- Tu t'habitueras au fait que je sois une louve, on garde chacun le secret de l'autre d'accord ? Dit moi, tu as une meute ? C'est quoi ta transformation ? Moi elle est complète.. Vraiment complète, je me métamorphose en véritable louve au pelage blanc comme neige, et étrangement mes yeux restent vairons quoi qu'il arrive, ça surprend un peu parfois. Peut-être un défaut de transformation, je ne sais pas..

Oui, je m'y habituerais surement, mais il me faudrait quand même un peu de temps, je pense. Je hochais la tête, je n'allais pas balancer à tout le monde que c'était une louve aussi, ça ne se faisait pas en plus. Elle me demanda si j'avais une meute, oui, j'en avais une, celle d'Aaron. Grâce à lui, je pouvais me contrôler et utiliser mes " pouvoirs" sur commande, c'est comme ça que je le dis-moi. Elle en posait des questions, mais je la comprenais, je voyais qu'elle était toute contente et ça me faisait plaisir. Sa transformation n'était pas pareille que la mienne, mais rien qu'en disant comment elle était en loup, je me doutais bien qu'elle fût tout aussi magnifique comme tel.

- Surement, oui. Ça me va d'accord, et t'inquiète, je n'allais pas le dire à qui que se soit ! Oui, j'ai une meute, pourquoi ? Et toi, tu en as une ? Ma transformation, eh bien, heu, mes oreilles s'allongent enfin une transformation habituelle quoi. Mais, comme je te l'ai défini là, je ne t'ai presque rien dit, je ne sais pas comment l'expliquer désoler, mais je peux te montrer ... Si tu veux. Et je ne pense pas que se soit un défaut de transformation, c'est peut-être juste parce que tu es comme ça et puis t'es yeux sont très beaux donc.

Je lui caressais le bras du bout des doigts quand je parlais ou même quand je ne parlais pas en fait, mais bref, j'aimais le contact de nos peaux donc je ne me gênais pas en plus elle avait l'air d'aimer ça.[/color]
moi : 99cc00 Ayla : ff9966

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Esteban Laureens
Un regard. Ce regard. Je suis tombé sous le charme grâce à ton sourire. Comme quoi, l'amour  c'est pas si con. Je pense à toi, jour comme nuit. Je t'aime, tout simplement.  ©️ sweet peach
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayla Swan

avatar

Age : 20
Messages : 113
Dollars : 133
Date d'inscription : 24/06/2014
Localisation : Cheeez moiii :face:

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Jeu 18 Sep - 18:25

Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]



Il caressait mon bras avec douceur. J'aimais ça, oui ça me donnait des frissons, un plaisir incertain. Ses paroles avaient été douce et sereine. J'aimais aussi le son de sa voix. Il était si gentil, mais j'étais un peu méfiante. Peut-être voulait-il faire le joli coeur le temps d'une soirée pour me donner l'idée d'un rêve et que dès qu'il en aurait l'occasion il repartirait, la queue entre les jambes. Il avait tellement prit soin de moi, que j'avais du mal à y croire tout simplement. La possibilité qu'il m'aimait bien m'avait effleuré l'esprit, mais j'avais peur, peur des sentiments et puis je devais avant tout me consacrer sur ma mission qui était de retrouver mon père. J'étais venu pour ça. Mais l'idée de passé une soirée entière avec ce jeune homme inconnu me donné l'effet d'un orage dans le coeur, qui battait à toute vitesse. Je ne tenais plus, j'avais besoin de cette soirée qui me mettrais à l'aise. Des images vinrent dans ma tête, des nuits à venir.. des soirées marrante, des sorties agréable.. je pris un morceau de papier et inscrivit mon numéro dessus.
Ce n'était pas très prudent mais Esteban était devenu plus qu'un ami. C'était quelque chose d'étrange, un flirt d'un soir qui allé devenir un ami. Chaque fois que nos regards, dans les jours à venir, allaient se croisé, il y aurait l'image de cette soirée et le reste de nos émotions. Chaque fois que nos peaux s'effleureraient, l'image de nos corps mélangé et le frisson de nos accolades reviendraient. Ce n'était pas un simple ami, on n'avait pas ce genre d'image pour un ami, ce genre de sentiment qui poussé vers le désir et l'amour, mais qui n'était pas assez extrême pour en être totalement.
C'était le gars d'un soir qui m'avait retiré de toute mon innocence, ce qui me conservé de ma pureté, il me l'avait enlevé, il m'avait montrer un autre chemin, celui du désir sexuel et du plaisir.
Je lui tendis le bout de papier dans un sourire.
" Tu es tellement adorable avec tes compliments ! Tiens voilà mon numéro, si un jour tu veux qu'on se fasse une sortie ou un truc du genre.. Il ne raterait surement pas le sens caché dans "un truc du genre" qui sous entendait une soirée comme celle là. N'hésite surtout pas. "
Je posais un énième baisé sur ses lèvres sucrés. J'étais ivre de lui, je me demandais si il comptait rester ou si il allait bientôt partir, il devait être environs minuit passé. Il se faisait tard, et peut-être ses parents s'inquiéteraient. Je n'avais vraiment pas, mais alors là vraiment aucune envie de le laisser partir.
Cette idée me fendait le cœur, et la perfection de cette soirée se briserait dès l'instant ou il mettrait son pied dehors. Je devais le retenir, mais comment ? Je n'avais pas de télé, juste un ordinateur, peut-être un film lui plairait, ou alors autre chose ? Je me penchais vers lui, m'allongea sur ses jambes, prit sa tête entre mes mains, et l'embrassa langoureusement.
"Dit moi que tu vas rester.. On peut regarder un film si tu veux ?"
Je m'imaginais déjà allongée contre son corps chaud, endormit.
L'odeur de mes cheveux dans ses narines, la douceur de ses doigts sur ma peau.
Le bruit de son cœur qui bat.
Mais actuellement c'était mon ventre qui gargouillait un peu, pourtant je n'avais pas vraiment faim. Je lui fis un regard du genre, l'aire de dire "est-ce que tu as faim ?" avant de me blottir à nouveau contre lui.



(c) fiche par ocean lounge

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Laureens

avatar

Messages : 164
Dollars : 199
Date d'inscription : 07/06/2014

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Mar 23 Sep - 17:46


Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]


Je ne savais pas ce qu'Ayla pensait de moi, si elle m'aimait vraiment bien comme moi, je l'aimais ou si elle me voulait juste le temps d'une soirée. Je n'en savais rien, et je n'aimais pas ne pas savoir. Je désirais Ayla, je la voulais, je la voulais pour moi. Je voulais l'avoir à mes côtés autant de temps que possible. Je sais, je ne la connaissais pas vraiment voir pas du tout, mais je ne sais pas, je voulais qu'elle devienne plus qu'un flirt, plus qu'une amie. Peut-être qu'elle, elle pensait différemment, c'est ça qui m'attristait et puis, si elle m'aimait bien rien ne me disait si elle voulait d'un petit ami donc. Je la regardais toujours, à un instant elle se pencha pris un bout de papier et inscrivit quelque chose dessus, mais quoi ? Ça, je n'en avais aucune idée, le plus probable serait son numéro de téléphone ou son adresse au cas où je l'oublierais, je n'allais pas tarder a savoir de quoi il s'agissait de toute manière. Je haussai un sourcil en souriant quand elle me tendit ce petit bout de papier, c'était son numéro de portable.


Tu es tellement adorable avec tes compliments ! Tiens voilà mon numéro, si un jour tu veux
qu'on se fasse une sortie ou un truc du genre..



J'étais adorable, on me le disait souvent ça, mais là, je ne disais que la vérité. Oui, je pouvais la dire autrement, mais j'aimais être adorable dans mes paroles avec Ayla, c'était désormais devenu un reflex. Je regardais le papier qu'elle m'avait donné un peu avant en souriant, j'étais content d'avoir son numéro. Je pourrais lui parlé à distance, maintenant. Je souriais en coin en l'entendant dire " Ou un truc du genre " je comprenais plutôt là dedan " Si tu veux qu'on se refasse une soire comme celle là, appelle moi hein ! " Bien évidemment, je l'appellerais. Elle fit une courte pose et ajouta un petit " n'hésite surtout pas ! " Jamais je n'hésiterai à l'appelle, elle pouvait en être sure même certaine. Je regardais ensuite Ayla en souriant, elle venue m'embrasser avant que je ne puisse dire quoi que se soit, je répondis sans attendre à son baiser et souriais contre ses lèvres douces.


- Ce n'est que la pure vérité, et oui, je t'appellerais. Tu peux en être sure.


Je me disais bien qu'il était tard, mais je ne voulais pas que cette soirée se finissent maintenant, je ne voulais pas partir. Je voulais rester avec Ayla, à la câliner, à l'embrasser même peut-être passer la nuit avec elle. Je vu qu'elle aussi ne voulais pas que je parte, on voulait que cette soirée continue, cette soirée qui était plus que parfaite. Mais qu'est-ce qu'on pourrait faire, elle et moi ? C'est vrai qu'il n'y avait pas vraiment de choix. Ayla se pencha vers moi et s'allongea sur mes jambes, je souriais et la regardais peu de temps après nos lèvres étaient collés et on s'embrasser langoureusement. Ça, ça pouvait être une chouette activité ! Je ne m'en lasserai pas, ça, c'est sûr !


Dit moi que tu vas rester.. On peut regarder un film si tu veux ?


Ce sont ses premiers mots que me réjouissais, j'avais aimé l'entendre de la bouche d'Ayla, bien sûr que j'allais rester, j'y comptais bien ! Elle me proposa de regarder un film, je la regardais toujours en haussant les épaules avec toujours ce sourire posé sur mes lèvres, j'étais plus qu'heureux. Regarder un film m'allait, mais d'abord, il faillait qu'elle mange, elle avait faim. J'avais entendu les gargouillements de son ventre, bon ce n'était pas comme si son ventre criait à la mort, mais je l'avais entendu malgré tout. Je la regardais caressant sa joue, je n'avais pas spécialement faim, moi. Elle me regardait et je vu dans son regard comme si elle me disait. " Tu as faim ou ... ? " Ma réponse serait. " Non, je n'ai pas vraiment faim, moi, mais toi faut que tu manges ! " Je secouai légèrement la tête pendant qu'elle, elle se blottissait contre moi encore une fois, je la serrais en retour.

- Je n'ai pas vraiment faim, personnellement, mais toi faut que tu manges !
[/color]
99cc00 E - ff9966 A

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Esteban Laureens
Un regard. Ce regard. Je suis tombé sous le charme grâce à ton sourire. Comme quoi, l'amour  c'est pas si con. Je pense à toi, jour comme nuit. Je t'aime, tout simplement.  ©️ sweet peach
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayla Swan

avatar

Age : 20
Messages : 113
Dollars : 133
Date d'inscription : 24/06/2014
Localisation : Cheeez moiii :face:

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Lun 20 Oct - 17:31

Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]



Les sentiments. Les sentiments c'est comme la maladie. Ça se propage dans ton corps peu à peu, sans que tu t'en rend compte, et puis BAM, c'est au moment que tu t'y attends le moins, qu'il te prend dans tout ton corps. Les sentiments, après tu peux plus t'en échapper, ou alors il faut beaucoup de temps. 
Je le regardais avec une certaine anxiété. C'était un peu osé de faire ça, avec un inconnu, pour une première fois, de l'inviter à rester. Je savais si peu de choses sur lui, et la peur me serrait l'estomac. Au point, où la faim que j'avais un peu avant, disparu aussitôt, non je n'avais plus faim, plus du tout. Mais son regard si doux et protecteur me donnait tellement envie de me fondre dans ses bras à nouveau, et, d'y rester jusqu'à l'aube. J'avais envie de sentir encore une fois son souffle chaud dans mon oreille. Cette attirance qui se ressentais dans mon corps de façon si discrète.. Un désir fou, qui s'allumait tel une flamme ensorcelée dans le bas de mon ventre. Et je restais ainsi. Avoir envie de lui, envie de ses doigts agile, de ses lèvres douces, des courbes musclées de son corps. Je secouais ma tête, dans un geste rapide, non je devais sortir toute ces images de ma tête, je devais garder mes distances avec lui. Je devais me préserver de ses sentiments qui se bousculaient pour briser le bouclier. Le bouclier de méfiance.
" - Finalement je n'est plus très faim."
Mon ton était un peu crispé, j'étais mal à l'aise soudainement, je savais au fond de moi, que toute cet anxiété partirait dès le moment où il m'entourerait de ses bras robustes. Je me décalais un peu de lui. Je devais me préservé, je n'étais jamais tombé amoureuse, jamais de ma vie je n'avais goûté à la sensation de l'amour, de la joie de se sentir aimée, de la joie d'aimer, de la joie du désir. Et maintenant pour la première fois, je ressentais ce désir, un désir que se décuplait lorsque j'imaginais un avenir avec lui, avec cet autre loup. De plus, le fait de savoir sa véritable nature ne me laissait pas indifférente, j'étais autant attirée par sa forme humaine que animal. Je désirais me mettre en chasse, la nuit, dans les bois à ses côtés, je désirais sentir son souffle canin dans l'air, les effluves bestial de sa peau lorsque le loup prenait le dessus. Je désirais aussi bien son corps tendre, que son corps sauvage. Je désirais être à ses côtés, être une équipe, je désirais ne plus être seule. Mais tout ces désirs, aussi fou les uns que les autres, qui m'accablaient. Non, je ne devais pas avoir des sentiments, je ne devais pas m'attacher, ce n'étais qu'une histoire d'un soir. Un mec d'un prestance comme lui, devaient se taper des filles différentes tout les soirs, je savais que jamais il ne se satisferait uniquement de moi. Je devais rester calme.
Je me repris un peu. Cette soirée ne devait pas tourner au cauchemar seulement parce que ma tête décidait de mettre des scènes débiles. Je me forçais à sourire indécise, mais mon corps refusait de se rapprocher à nouveau de lui, pourtant mon cœur le voulait, c'était encore ce bouclier infernale qui prenait le dessus, il ne voulait pas que je souffre. Parce que la souffrance amène à la haine, et le plaisir à l'amour. J'étais si perdue.

(c) fiche par ocean lounge

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Laureens

avatar

Messages : 164
Dollars : 199
Date d'inscription : 07/06/2014

MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   Mar 21 Oct - 17:53


Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]


Je ne sais pas comment elle me voyait, comme un inconnu qui lui avait désormais pris tout le reste de son " Innocence ", comme un simple gars ave qui elle avait passé une soirée ou autre ... Je n'en savais rien. Même moi je ne savais pas comment je la voyais, j'étais comme perdu et je n'aimais pas ça. Je me demandais si Ayla regrettait d'avoir vécu sa première fois avec un inconnu dont elle ne connaissait que son nom. C'est vrai, c'est tout ce qu'elle savait de moi ... Mon nom et mon prénom. Je lâchai un soupir, un soupir silencieux je dirais.. Je devais chasser ces pensées de ma tête, je devais profiter de ce moment qui était exceptionnel. Je secouai la tête et la regardais avec un petit sourire déposé sur mes lèvres.

" - Finalement, je n'ai plus très faim."

Pourtant, son ventre avait crié famine, pourquoi en un coup, elle n'avait plus faim ? Mon regard n'était plus comme avant, il était devenu interrogateur, mais elle ne rajouta rien. Quand elle avait parlé, on aurait dit qu'elle était mal à l'aise, peut-être que je me faisais encore des idées ou peut-être que non. Je n'avais pas envie de l'ennuyer à ce propos alors je me tus. Elle se décala de moi peu de temps après, pourquoi ? Ça non plus, je ne savais pas. Je me mordis la lèvre, j'était pourtant si bien avec elle dans mes bras mais je la laissais faire. La regardai sans rien dire à un moment, j'avais envie de la reprendre dans mes bras, de la câliner, de l'embrasser, mais non, je ne fis rien.

- Tu es peut-être fatiguée ? Tu veux que je m'en aille pour te laisser dormir ?

Non, je ne voulais pas la laisser, je voulais que cette soirée ne se finisse en aucun cas, mais pourtant, cela devait arriver. Elle secoua la tête, elle était fatiguée, ça oui. Mais elle ne voulait pas que je m'en aille. Je souriais doucement, on discuta, on avait décidé que je passerai la nuit ici, aux côtés d'Ayla. Cette décision me convenait plus qu'autre chose, j'étais content. Je me levai du canapé avec elle, nous nous dirigeâmes jusqu'à sa chambre et on se coucha. On s'était regardé pendant plusieurs minutes, puis on s'était mis convenablement, de façon à ce qu'on puisse dormir quoi. Je la serrai une dernière fois contre moi, et lui glissai légèrement un baiser dans le cou avant de là laisser s'endormir. Moi, je restai un peu plus longtemps éveillé, profitant de la chaleur de son corps contre le mien. Je m'endormis dix ou vingt minutes après.

Ma première nuit à ses côtés s'était bien passée. Je dois vous l'avouer, Ayla bouge beaucoup dans son sommeil, mais ça ne m'avait pas vraiment dérangé. Je m'étais réveillé vers 9h00, j'attendis qu'elle se réveille car je voulais lui dire au revoir, je voulais lui dire qu'on se reverrait une prochaine fois et que je ne l'oublierais pas. Heureusement pour moi, Ayla se réveilla pas longtemps après moi. Je lui souriais tendrement.

- Hey, salut toi !

Je lui embrassai la joue. Je devais lui dire au revoir, je ne devais pas retarder les choses, sinon je partirais beaucoup plus tard et peut-être que ça n'arrangerait pas Ayla.

- Je vais devoir y aller, ma mère doit s'inquiéter et en plus de ça, je ne veux pas te déranger. On se voit une prochaine fois, d'accord ? En plus, j'ai ton numéro. Sache que j'ai passé un moment super hier soir et je ne t'oublierais pas de si tôt, Ayla Swan ! Merci pour cette soirée, merci beaucoup.

Je me levai du lit et enfilai mes vêtements, j'avais vite écrit mon numéro sur un bout de papier au cas où, elle voulait m'appeler avant que je le fasse. J'avais aussi écrit sur le papier que jamais je n'oublierais cette soirée qui serait probablement un des moments que je n'oublierai pas et qu'elle, je ne l'oublierai jamais, j'en étais sûr. J'avais écrit une chose que jamais je n'aurais pensé lui dire, mais pourtant, je l'avais fait. Sur le papier, on lisait : " Ayla, je ne sais pas comment tu me vois ou ce que je suis désormais pour toi ... Mais pour moi, tu es une fille géniale, superbe, ... Je ne t'oublierai pas, mais ça, tu la surement compris. Bref. Et, je ne sais pas si c'est à cause de mon loup, mais en tout cas, je ressens quelque chose pour toi, quelque chose de fort. Tu m'attires et je pense que c'est la même chose pour toi. Voilà, je pense que tout est dit, à la prochaine Ayla ! J'espère bientôt te revoir.
Esteban
" Je sortis ensuite de sa maison et me dirigeai vers chez moi, avec ce sourire collé sur mes lèvres, mais j'étais quand même triste de l'avoir laisser là. Puis je m'étais dit que je la reverrais et un mot me vint à l'esprit " Heureusement ! "
[/color]

RP FINI

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Esteban Laureens
Un regard. Ce regard. Je suis tombé sous le charme grâce à ton sourire. Comme quoi, l'amour  c'est pas si con. Je pense à toi, jour comme nuit. Je t'aime, tout simplement.  ©️ sweet peach
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sur la flèche qui l'atteint, l'oiseau reconnait ses plumes. [Esteban&Ayla.]
» Un oiseau qui chante....
» L'oiseau messager
» Deux oiseau etrange(PV Duscisio)
» Un petit kit pour l'oiseau bleu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG :: Beacon Hills :: Quartiers résidentiels :: Quelque part dans les quartiers-
Sauter vers: